Published On: dim, Oct 1st, 2017

DU « FONDEMENT » DE L’ART-THERAPIE

153-têtes coupéesAyant le vécu  que ce monde est un lieu de souffrance, l’homme a toujours phantasmé des doctrines de sauvetage dans les religions et dans les idéologies sociales : l’Histoire est le procès de cette volonté de  soustraire  son être de la « Tourmente » et de vivre dans une société réconciliée avec elle-même.

Aujourd’hui , après les parenthèses douloureuses du marxisme auquel on reproche de ne pas avoir réussi son projet de société (pour avoir cru que la terreur exercée par la « dictature du prolétariat »  changerait les hommes en les débarrassant une fois pour toutes de leurs pulsions capitalistes à l’accumulation des richesse et de la psychanalyse ( à qui on ne pardonne pas la durée de son traitement et ses guérisons aléatoires). Mais pouvait-il en êtreautrement pour une technique qui s’appuie sur un père phantasmatique pour articuler ses discours sur le  mode faussement symbolique ?

Privé de l’outil idoine pour sortir le patient de la clôture imaginaire où l’enferme la  mère toute-puissante, le psychanalyste qui parle de « castration symbolique », dans un discours vide,  ne pouvait pas atteindre son objectif : la guérison exhaustive.. Car c’est la création des formes préverbales et la structuration qui résultent de la castration symbolique qui produisent l’effet de guérison.

Actuellement en vogue, la  « thérapie par l’art »,  est l’espoir de sauvetage qui cristallise les rêves de Humanité déboussolée en cette période de Crise profonde que les « maitres à penser » n’hésitent pas à  voir comme « la fin de la civilisation judéo-chrétienne ».

Faisant partie de ceux qui, avec l’équipe de Saint-Anne de Paris,  ont officiellement porté cette nouvelle thérapie sur les « fonts-baptismaux » (au séminaire inaugural de Dakar en 1998), et ayant commis à ce jour une vingtaine de livres  sur le sujet, nous croyons devoir nous interroger sur le destin de cette prise en charge qui fait actuellement fureur dans toutes les parties du monde, au point que, en France, certaines écoles d’enseignement, de formation et de prise en charge en art-thérapie ont reçu l’agrément de l’Etat. Les critères de certification?

L’humanité a été trop souvent victime de faux espoirs et nous pensons que nous avons le devoir de lui épargner de nouveaux traumatismes ! C’est pourquoi, nous qui nous sommes aventurés sans référent sur les terres inconnues de l’art-thérapie, en nous « sous-tenant » du seul imago de la mère symbolique (acquis pendant notre cure) nous croyons pouvoir témoigner que la psychanalyse est le préalable à l’activité artistique en art-thérapie.C’est en effet en me sous-tenant de ma relation avec notre psychanalyste (paix à son âme) que j’ai éprouvé le désir de m’aventurer sur les terres inconnues du système préverbal pour élargir le champ de nos investigations  heuristiques et thérapeutiques.

A l’origine de notre intérêt pour l ’art-thérapie, il y a donc le désir de liquider un symptôme résistant à l’analyse (agoraphobie) avec le concours, nous en avions l’intuition , de l’activité musculaire, grâce à la médiation du support artistique, comme le fait l’enfant dans son environnement lorsque, porté par l’imago de la mère symbolique, il s’éloigne du corps de celle-ci pour symboliser l’ « angoisse de séparation ».

L’art-thérapie est  le résultat du déplacement sur le support de l’activité  d’exploration par l’enfant du corps de la mère symbolique. Les traces de matière picturale qui résultent du « dialogue » avec le support constituent les équivalents symboliques des traces plus ou moins « lisibles » que les explorations de l’enfant inscrivent dans l’environnement.

En tant que produit du déplacement de celles-ci dans le champ de la métaphore  (du  substitut imaginaire du corps de la mère) l’art-thérapie ouvre la voie à l’activité créatrice de représentations symboliques ou formes préverbales : « constituants » de la structure du Langage dont l’ordonnancement a pour effet de liquider du « faux self », ici l’agoraphobie qui disparut grâce à la maitrise de la métaphore de nos pulsions anales-sadiques sur le support, symbolisées par une stèle que nous avons baptisé « gardien de l’Espace ». Nous en avons déduit que notre agoraphobie était le  résultat de notre relation inconsciemment sadique à la société !

 Cette démarche autorise à dire que l’art-thérapie s’avère la voie royale  de la « refondation » dans cette société aliénée où le Langage,  structure de l’être humain,   a perdu sa fonction de communication pour être réduit au rôle d’instrument de jouissance et de domination.

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Illustration du profil de Gary Nicolo

Articles du site

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Illustration du profil de Gary Nicolo

Recherchez et achetez un produit!

Méta