Published On: mer, Août 30th, 2017

EN QUÊTE DE SENS, UN VOYAGE AU DELÀ DE NOS CROYANCES

Visuel-En-Quête-de-Sens-Film1En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde.

Le progrès et la modernité

Quelles sont les limites des idées de « progrès » et de « modernité » ?
L’avancée d’une société se mesure-t-elle grâce à la croissance de son PIB, ou bien faut-il redéfinir la notion de prospérité ? Comment inventer de nouveaux modes de vie qui préservent les héritages de la tradition et accueillent les acquis de la modernité ?
 La connaissance de soi

Les philosophes grecs disaient qu’avant de vouloir réformer le monde, il fallait commencer par se connaitre et se réformer soi- même.
Prendre le temps d’interroger ses croyances personnelles ou regarder ses zones d’ombre ne sont-ils pas des préalables pour mener à bien une transformation sociétale ?
 La nature des crises écologiques
Les crises écologiques trouvent leurs racines dans notre vision du monde et dans notre rapport à la nature.
La Terre est-elle uniquement un gisement de ressources à exploiter ? Notre maison ? Un endroit hostile ? Une source de vie et d’émerveillement ? En sommes-nous vraiment séparés ?
 La puissance de la société civile

Le pouvoir vient-il d’en haut ou d’en bas ?
Les structures politiques actuelles sont-elles en mesure de répondre aux crises environnementales et sociales ? La société civile et sa jeune expertise peuvent-elles impulser une nouvelle direction, une vision différente ?
 Le sens du récit

La société industrielle s’est bâtie sur la vision d’un monde mécanique, régi par la compétition, où l’homme égoïste et matérialiste chercherait à s’affranchir d’une nature hostile.
Nous vivons aujourd’hui dans un monde découlant de cette vision des choses. Au regard des découvertes scientifiques et anthropologiques récentes, quelles pourraient être les bases du nouveau récit ?
Marc de La Ménardière

Sorti d’école de commerce, Marc se retrouve à 26 ans, business developper à Manhattan. À la “faveur” d’un accident survenu juste avant la crise de 2008, il remet en question son mode de vie et le système économique auquel il participe. Il entame alors une Quête de Sens qui change radicalement sa perception de lui même et du monde.

Nathanaël Coste
Géographe de formation, Nathanaël réalise des documentaires indépendants où il s’intéresse au rapport homme-nature et aux phénomènes sociaux et culturels générés par la mondialisation. En 2008, il décide de rendre visite à Marc alors qu’ils s’étaient perdus de vue. Ces retrouvailles seront pour lui le point de départ d’une aventure humaine et cinématographique aussi riche qu’imprévisible.

Pourquoi avoir voulu faire ce film ?

Ayant écourté sa carrière de vendeur d’eau, Marc m’a rejoint en Inde alors que je présentais un film dans un festival.
On était tous les deux en transition dans nos vies, vous savez quand on sent qu’il faut réaligner ses actions avec ses convictions profondes. On ressentait cet appel de la route et cette conviction qu’ensemble il y avait quelque chose à faire.
En commençant à filmer, je n’aurais jamais imaginé faire un long métrage pour le cinéma, comme quoi il ne faut douter de rien. C’est en rentrant d’Inde et en regardant les rushes, notamment ceux de Vandana Shiva et de Satish Kumar qu’on s’est rendu compte que l’on avait mis le doigt sur des messages tellement profonds qu’il allait falloir continuer à creuser et aller au bout de l’aventure.
On a donc acheté une meilleure caméra, repris la route et on a continué à rassembler les messages de sagesse en Amérique puis en Europe au gré des rencontres, qu’elles soient fortuites ou provoquées.
Ces messages vous ont-ils nourris au delà du voyage ?

Forcément. C’est comme ça que l’on a pu tenir et consacrer tant de temps à finaliser le film.
C’est peut-être grâce à la lumière qui émane des personnes interrogées et à puissance de leurs propos qu’on ne s’est jamais lassé de ce projet. Chaque message est comme un arbre qui cache une forêt. Derrière chaque concept, il y a un champ d’investigation très vaste, sur le sens de la vie, la place de l’homme dans l’univers, l’écologie ou la condition humaine.
Nos interlocuteurs travaillent différentes matières, la science, la biologie, l’écologie, l’activisme, la philosophie. Mais elles amènent toutes une pièce d’un même puzzle et éclairent les choses différemment.
D’où peut venir le changement ?

Comme le dit Bruce Lipton dans le film, citant Einstein, « on ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de conscience que celui qui a créé le problème ». La première étape du changement consiste donc à prendre conscience que les crises actuelles découlent de notre manière de voir le monde.
Pour nos interviewés, notre civilisation occidentale s’est construite depuis 200 ans sur une vision matérialiste et mécaniste du monde. Cette vision a séparé l’homme de la nature, le corps de l’esprit, et nié la dimension intérieure et le mystère de la vie. Elle a érigé la compétition comme une loi naturelle, l’avidité comme une qualité bénéfique à l’économie , l’accumulation de biens matériels comme finalité de l’existence…
C’est en questionnant ces dogmes, leur véracité et leurs conséquences qu’une métamorphose individuelle et sociétale devient possible !

La révélation de notre voyage, c’est la compréhension que l’homme et la biosphère forment un tout interconnecté et inter- dépendant. Comme le pensent les sagesses anciennes, nous serions tels les cellules d’un grand organisme vivant, mais aujourd’hui, notre incapacité à le reconnaître nous mène à l’autodestruction.
Voir des professeurs de méditation, des scientifiques ou les gardiens de traditions ancestrales, partager cette même vision de par le monde, a été pour nous une découverte. Ils partagent également une indignation inspirée par cette prise de conscience très bien exprimée par Vandana Shiva : « La véritable urgence, c’est protéger les conditions de la vie sur terre ! ».
Pour notre génération, la grande question aujourd’hui est de savoir comment transmuter cette colère juste en quelque chose de positif qui fait avancer les choses.
Qu’avez vous envie de dire à celles et ceux qui regardent le monde et se demandent quoi faire 

  Quand on se met en chemin avec conviction et abnégation, on arrive forcément à quelque chose. Chacun peut à sa façon aller en quête de ses aspirations, se demander ce qui le fait « vibrer ».
Beaucoup de nos choix sont aujourd’hui dictés par la peur et le conformisme. L’école nous prépare à occuper des cases mais ne s’intéresse pas assez à qui nous sommes vraiment.
La quête du sens est bien sûr quelque chose de personnel, d’intime, mais nous avons voulu ouvrir le débat et dire : « ce n’est pas grave », tout le monde vit avec ces questionnements. Je trouve finalement plutôt sain de parler ensemble de ces questions.

Film documentaire sortie en 2015 et réalisé par Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Articles du site

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Recherchez et achetez un produit!

Méta