Published On: mar, Sep 26th, 2017

LA DIMENSION TOUT DANS LE TOUT DU CRÉATEUR

La somme de nos pensées, actions et paroles ne se perd pas d’une vie sur l’autre, mais est, tout au contraire, enregistrée dans la boîte noire qui nous accompagne durant nos vies diverses, l’âme.

Tout au long de son cheminement d’une vie sur l’autre, la somme des actes qu’accomplis un esprit dans son incarnation en tant que humain, être de chaire et de sang, est emmagasinée dans l’âme, cette entité invisible dont c’est la fonction.

Le Créateur est le tout dans le tout, il est tout car il a fait toute chose, il est dans le tout car son essence se retrouve en toute chose !

Le Créateur est au moins à double dimension, il est le tout dans le tout, mais il est aussi le tout amour, celui qui n’est que amour, par son amour il nous a crée, par amour il nous a doté de la faune et de la flore, à nous de savoir en tirer profit valablement sans ne rien en laisser dépérir, ni, à plus forte raison, en rien détruire de façon conscience ou inconsciente !

 I ) De la dimension du tout dans le tout Créateur découle le cœur, l’âme et l’esprit en l’humain 

Sans le Créateur, rien de ce qui est ne serait, ni humain, ni faune, ni flore, ni océan, ni terre, ni ciel, ni galaxie, ni voie céleste…

Il est en tout y compris en chaque être humain, la différence entre les uns et les autres se faisant au niveau de ceux qui ont conscience de ce fait et ceux qui n’en n’ont pas ; la conscience de savoir que Créateur est en nous à travers notre cœur, notre esprit et nos pensées.

Par le cœur il peut mesurer à chaque instant les progrès que nous avons accomplis dans notre progression dans l’élévation vers l’amour absolu, par nos pensées il lit et sait nos états d’âme en tout lieu et toute circonstance, par notre esprit nous sommes reliés à lui de façon indéfectible, tel un cordon ombilical enchaînant harmonieusement la mère à l’enfant à naître.

Pour quiconque sait cela, il se doit d’en tirer les conséquences et de respecter toute chose, tout autre humain tout autant qu’il souhaiterait se voir respecter lui-même par autrui, pour qui l’ignore encore, toute la difficulté est de franchir le pas pour parvenir à cette découverte.

 Le Créateur est tout et en tout.

C’est parce que le Créateur est le tout dans le tout, en toute chose et en tout être vivant que l’humanité et la création sont UNE puisque ensemble d’un même tout, c’est ce qui fonde l’unité de l’humanité, de la création, de toute chose ici-bas.

C’est pourquoi chacun sur terre se doit de vivre en harmonie avec ce tout, la nature, l’environnement, la faune, la flore et les êtres humains.

Le Créateur est tout car il a conçu toute chose et en a mis en place le système d’auto-régulation et de fonctionnement.

Il est le créateur du ciel et de la terre, et de tout ce qui s’y trouve, il est le créateur des saisons, du soleil et des planètes, il est le créateur des astres, il est le créateur des océans, des rivières, des fleuves, des lacs…

Il est le créateur des plantes, des fleurs, des fruits, des arbres de toutes sortes, des herbes hautes et moins hautes, de toutes les parties du monde terrestre et d’ailleurs.

Il est le créateur des insectes, des mammifères, des carnivores, des herbivores, des animaux de toutes sortes…

Il est le créateur de l’humanité, la plus « intelligente » de ses créations, celle qui est doté de l’esprit, ce cordon ombilical qui lui permet de communiquer avec le Père par la simple volonté de la pensée.

 Il est dans le moindre croassement des crapauds, dans le moindre bruissement de tout insecte, dans le moindre barrissement de vache, dans le moindre cri de bébé, dans la moindre éclosion d’une fleur, dans la pluie, dans le cyclone, dans le rugissement du volcan, dans toute création humaine, lui qui insuffle à l’humanité en son temps et heure toute connaissance pour qu’elle élabore telle ou telle invention.

Il est dans le moteur des avions à réaction ou non, dans celui des voitures de toutes sortes, dans celui des motocyclettes, dans celui des bicyclettes…

Il est en toutes ces créations humaines car il en est l’instigateur à travers les esprits humains qui les ont inventé quand il a voulu que ces objets soient découverts et livrés à toute l’humanité parce que l’évolution technologique découle de lois mises en place par lui depuis l’aube de la Création et qui sont destinées à être découvertes en leur temps pour aider l’humanité à se décharger des tâches matérielles et avoir davantage de temps et de disposition pour les choses de l’esprit. 

 En effet si l’humain vient ici-bas pour grandir en esprit jusqu’à ne plus être que amour, il doit pour cela vivre autant de fois que nécessaire pour se faire et lors de chacune de ses existences, il se doit de vivre en chaire et en sang, avec ce que cela suppose de matérialité, donc avec des choses matérielles dans un monde matériel.

S’il fallait que depuis le commencement de la vie ici-bas, l’humain continue à porter de lourds fardeaux sur le dos ou sur la tête, s’il fallait qu’il continue à se déplacer sur des longues distances uniquement à pied, s’il fallait qu’il continue à communiquer uniquement de bouche à oreille…

Les progrès accomplis par l’humain en esprit auraient difficilement été grandioses, il passerait l’essentiel de son temps à trouver des voies et moyens pour résoudre ces problèmes subalternes et ne qui ne constituent aucunement l’essentiel de sa raison d’être ici-bas.

L’observation journalière le montre assez : celui qui manque d’un bien matériel passe  son temps à chercher comment l’acquérir, tandis que celui qui matériellement est pourvu de tout, se cherche de nouvelles raisons, autres que matérielles, de vivre à moins qu’il ne soit déjà averti des choses de l’esprit ; auquel cas, il cherche alors à pratiquer les vertus de l’esprit qui sont les mêmes que celles de l’amour et cherche alors à diffuser de l’amour partout autour de lui, ce qui lui fait le plus grand bien, apaise son corps et son esprit.

Parce qu’il se met alors en harmonie avec le tout, avec son Créateur, en aidant son prochain, il s’aide lui-même ainsi que toute l’humanité puisque le Créateur est en lui, tout comme en chacun de ses prochains.

En revanche, celui qui ignore encore le monde de l’esprit souffre des plus grands affres du vide intérieur car sa vie lui apparaît sans saveur, sans consistance en dépit de toutes ses richesses.

Il en est ainsi parce que celui-là n’a pas cherché à comprendre le pourquoi de son malaise intérieur, parce qu’il n’est pas en harmonie avec son créateur, avec le tout ici-bas, à commencer par ses simples pairs humains ; parce qu’il n’interroge pas suffisamment son cœur pour en connaître les fondements, les destinations qu’il souhaite le voir prendre.

En effet, le cœur est à la fois le fondement et le socle de l’amour en l’humain car la porte par laquelle le Créateur nous sonde et évalue notre capacité d’amour ou à aimer.

C’est par le cœur que l’humain est en mesure de donner et de recevoir de l’amour.

Quand on aime, on dit qu’on a donné son cœur, celui qui aime a en effet inscrit dans son cœur l’être aimé, de la même manière que ceux qui connaissent le nom du Père, quelque soit celui qu’il lui donne, l’y ont inscrit.

La capacité du cœur a contenir de l’amour est telle qu’elle en est infinie, puisqu’il est destiné à ne devenir que amour, un amour absolu, illimité et illuminé, qui transperce tout sur son chemin et peut se percevoir par ceux qui ont les yeux pour le voir.

Le cœur est à la fois récepteur et émetteur de tout l’amour que l’on reçoit et donne aux autres, de cette balance entre le reçu et le rendu, se dégage un niveau global de l’état du coeur qui sur une balance appropriée permettrait de voir vers quel sens il penche ; l’objectif étant d’en donner bien plus que l’on ne reçoit car donner c’est déjà recevoir, puisqu’en donnant à autrui, nous donnons au Père et donner au Père c’est donner à soi-même, puisqu’il est en nous et chacun d’entre nous en lui.

 Puisqu’il est le tout dans le tout, cette totalité qui est à peine perceptible à l’échelle humaine et qui doit fonder le respect que nous devons au Créateur car il n’a pas d’égal, nul ne peut prétendre être à son niveau ici-bas et maitriser toute chose et c’est aussi cela qui fonde l’obéissance que nous lui devons quand il nous donne une injonction clairement formulée de faire ou ne pas faire.

Le cœur reçoit tout l’amour que l’on nous envoie, mais c’est aussi de là que part tout l’amour que nous diffusons autour de nous, c’est la base, le fondement de la capacité d’amour que nous sommes capable de donner.

Cet amour sur le plan matériel se traduit par des pensées, des paroles, des actes positifs pour autrui et qui l’aident dans sa vie quotidienne, dans la dimension matérielle ou spirituelle et contribuent à son élévation en esprit puisque moins nous avons de préoccupations matérielles, moins nous avons de soucis de toute nature grâce à autrui, plus nous devrions montrer de  reconnaissance et faire le bien autour de nous, donc grandir en esprit.

La sincérité que nous mettons dans nos actes, pensées et paroles à destination d’autrui se traduit par une plus ou moins grande pureté du cœur, qui se peut percevoir par le Père-Créateur, ainsi que ses instances, et nous rapproche ou, tout au contraire, nous éloigne de lui : celui qui a le cœur pur est plus facilement écouté que celui qui a le cœur plein de rancœur et d’amertume à l’égard des autres.

La pureté du cœur se ressent dans les gestes, actes et paroles de chacun, combien même on chercherait à se dissimuler dans ce que l’on est pas, celui qui a des yeux pour voir, saurait le discerner….

 Au moment de la mort, quand il quitte une vie et avant d’en réintégrer une autre, tant qu’il n’a pas encore atteint le grade définitif de l’évolution en esprit, il est fait le point avec lui au niveau qui correspond à son évolution en esprit, à son grade en esprit, par les entités et instances qui président à ce grade, c’est le jugement dernier de sa vie qui vient de finir.

On lui repasse le film de sa vie qui vient de s’achever et notamment dans ses moments de manquement au kimuntu, à la loi d’amour, mais aussi à ses moments de bonne conduite vis à vis de cette même loi d’amour, du kimuntu.

Parce que le même jugement avait déjà eu lieu lors de la fin de la vie précédente, appelons-la vie X-1, au moment de revenir dans celle qui vient de prendre fin, la vie X, on avait assigné à cet esprit un certain nombre d’objectifs à atteindre afin de corriger ses erreurs passées et de s’élever en esprit à la fin de la vie X.

Mais si les objectifs n’ont pas été atteints, les instances qui président à ce grade peuvent alors décidé qu’il doit demeurer au même grade, voire même être rétrogradé s’il s’avère que les manquements sont d’une importance qui témoigne de la non-maîtrise par cet esprit de ce qui devrait être acquis de façon certaine.

En revanche, si les attentes des « juges » de l’instance sont satisfaites au regard du vécu de l’esprit, alors il peut se voir élever en esprit et passer du grade X, au grade X+1.

Au moment de la fin de la vie X, une fois le jugement rendu, la boîte noire est réinitialisée et remise à zéro pour ne plus enregistrer que les événements de la future vie à venir ; en revanche, c’est l’esprit qui prend alors le relais du devenir des conséquences de la vie X, en avançant, se stabilisant ou reculant en grade. 

L’esprit est à la fois le réceptacle et la traduction de l’élévation d’un humain dans la voie d’amour, dans le kimuntu

Tout esprit, tout être humain correspond à un grade précis, à un niveau d’élévation, qui est la conséquence de tous ses actes passés à travers toutes les vies qu’il a déjà vécues.

Ce niveau s’obtient selon le principe du jugement à la fin de chaque vie.

A chaque grade sont affiliés un certain nombre d’attributs, de capacités de faire ou d’être, tous possessions du père-créateur mais qu’il met à la disposition de l’esprit concerné tant qu’il est dans la droite ligne de la voie d’amour, du Kimuntu.

Ces attributs, il se doit de les mettre au service de l’humanité dans le cadre d’une mission précise, celle qui lui a été attribuée avant qu’il ne revienne ici-bas en être de chaire et de sang.

Il vaut mieux éviter de détourner ces attributs dans un but autre que celui pour lequel ils ont été programmés, au risque de se voir très sévèrement et automatiquement sanctionné, car là aussi le Père-créateur a mis en place un système de régulation qui fonctionne quasiment tout seul dès lors que l’on franchit certaines limites qu’il ne faut pas briser.

Des milliards d’êtres humains et certainement une indénombrable diversité de niveaux et de grades en esprit, une seule certitude, elle porte sur le grade final ici-bas, celui de christ, celui de l’amour absolu, celui de l’esprit illuminé par l’amour.

Il vaut mieux également ne pas se tromper du sens de sa mission ici-bas, car là aussi on risque de se voir durement rappelé à l’ordre au bout d’un certain nombre de manquements.

En effet, se tromper dans sa mission, c’est ne plus être en harmonie avec le Père-créateur et ce pourquoi nous sommes ici-bas, alors c’est risquer à tout instant de trahir sa mission, donc le Père qui est l’ordonnateur en dernière instance de toute mission d’esprit, de toute mission humaine ici-bas.

User des attributs associés à notre grade en esprit à mauvaise escient, à notre mission, c’est également trahir celle-ci, donc le Père-créateur.

C’est pourquoi il est nécessaire pour un initié, c’est à dire celui qui sait pourquoi il vit et a été averti de certaines lois que tous ne connaissent pas, de toujours s’assurer qu’il ne dévie pas de sa mission de quelque façon que se soit et, au besoin, de se rectifier, au risque d’entrer dans une période de tourments, intérieurs ou non, sans fin.

Il est bon pour un initié de rester en permanence dans l’humilité car plus qu’un autre il sait ne rien être sans le Créateur et son assistance car il sait que tous ces attributs dont il peut user et qui correspondent à son grade ne sont pas siens, mais le seul apanage du Créateur qui peut les retirer à tout instant. 

Sortir de l’humilité, c’est ouvrir la porte à l’orgueil et à la quête de gloire personnelle pour l’initié, là où il sait pertinemment que la gloire appartient au seul Créateur car lui seul la mérite et n’en fait jamais un usage excessif, là où l’humain ici-bas est toujours enclin à se laisser aveugler par de vaines glorioles, aussi passagères que futiles. 

Or l’orgueil est le pire ennemi de l’initié, car alors il sort de l’humilité, désire être reconnu par les autres par lui-même et pour lui-même et non plus comme un esprit au service d’un tout, à travers les autres, il veut inverser l’ordre normal des choses selon la loi d’amour et le Kimuntu, en asservissant les autres, au lieu de les servir selon les attributs qui lui ont été conférés et d’autant plus fortement que son grade en esprit est haut. 

Plus le degré d’orgueil s’accroît, plus l’initié désire passer pour le Créateur à la place du Créateur et en vient presque comme à éprouver de la jalousie, de la rivalité à l’égard de celui-ci, sans lequel il ne serait pourtant pas ! 

Le Créateur étant « celui » qui donne à chaque être humain son esprit a associé chaque esprit au sien, si bien que nous sommes reliés par lui par l’esprit, c’est l’une des raisons pour laquelle la principale nourriture de notre esprit est l’amour, tout comme le Créateur lui-même n’est que amour. 

II) De la dimension tout amour du Créateur découle le Kimuntu, la Mâat ou voie d’amour  

 C’est de la dimension tout amour du Créateur que découle le Kimuntu, la Mâat ou loi d’amour, cette somme de valeurs qui nourrissent l’amour et se nourrissent d’amour, mais aident également l’humain à grandir en esprit jusqu’à s’élever au grade définitif de l’illumination ou Christ lorsqu’il n’est plus que amour, ne respire plus que amour et ne reflète plus que amour. 

La dimension amour du Créateur implique que nous nous devons de parvenir, à notre tour, à ce stade du tout amour vis à vis de chaque être humain, mais aussi pour toute chose qui existe ici-bas, ne jamais ôter la vie sans raison autre que celle de préserver la sienne propre et uniquement en cas d’absolu nécessité, ni ne jamais être la cause de la perte de vie d’autrui sans l’avoir provoquée soi-même ! 

Le Créateur n’est que tout amour ! 

Quel plus grand acte d’amour y a t-il que celui de donner la vie à un être, de le dôter du libre-arbitre, pour faire des choix volontaires en toute circonstance et vivre librement sa vie, de lui pardonner toujours et sans cesse et de lui laisser la possibilité de rattraper ses erreurs en autant de vies que nécessaires jusqu’à ce qu’il atteigne le niveau du tout amour, de l’amour absolu ? 

Quel plus grand acte d’amour que celui de donner sans fin, sans jamais rien exiger en retour que l’amour pour autrui, c’est à dire pour ses semblables, puisque c’est tout ce qu’en définitif le Créateur attend des humains que nous sommes ? 

Qui donc ici-bas est capable de pardonner toujours et toujours, sans jamais se lasser et tourner le dos un seul jour ? Qui donc ? 

Comment nommer autrement que comme l’amour suprême, plus fort que l’amour absolu, « celui » seul qui est capable de pareille attitude ?

Le Créateur n’est pas que amour, il est amour suprême, pour le distinguer de ce qu’il a laissé aux humains la capacité de devenir, des êtres d’amour absolu, alors que lui seul est capable d’amour suprême puisque le seul à donner la vie et l’esprit, ainsi que toutes les facultés qui vont avec. 

Lui seul maîtrise les arcanes de toute chose ici-bas et ailleurs et pourtant il nous en laisse la pleine jouissance, jusqu’à aller mettre en péril ce qui ne nous appartient pourtant pas, telle la terre et sa pérennité. 

Comment le nommer autrement que comme l’être de l’amour suprême celui qui permet à des ignorants de jouir et profiter de ce qu’ils ne connaissent pas en le détruisant parfois ou bien au risque de le détruire ? 

Comment nommer autrement celui qui n’est que compassion et patience vis à vis des manquements de ses fils et filles, puisqu’il nous faut des vies et des vies à un nombre effarant pour comprendre enfin le sens de l’amour et ne plus être que amour ? 

Comment le nommer autrement celui qui toujours comprend, pardonne et entend les complaintes de ses enfants une fois qu’ils lui ont demandé un pardon sincère, avec un cœur pur ? 

Comment le nommer autrement celui qui toujours exauce les demandes faites avec un cœur pur ? 

Comment le nommer autrement celui qui manifeste toujours le plus désintéressé des amours ? 

Comment le nommer autrement celui qui toujours regarde avec commisération les pensées, les paroles et les actes de défis de certains de ses fils et filles qui le bravent en voulant se faire passer pour lui ici-bas, puis fini par leur pardonner ?  

Comment le nommer autrement celui qui toujours pardonne à quiconque sollicite son pardon avec un cœur franc et pour quelque faute que se soit ?  

Comment le nommer autrement celui qui pardonne même que l’on doute de lui, quelque soit le grade en esprit de celui qui doute ?  

Par son amour suprême pour nous, le Créateur nous a montré la voie de l’amour, le chemin à suivre pour devenir des humains accomplis, c’est à dire le chemin du Kimuntu ou de la Mâat pour ne plus devenir que amour et sortir du cycle des vies sans fin pour atteindre l’illumination ou le grade en esprit de Christ. 

Le muntu est un être humain avec tous les attributs physiques et spirituels qui l’accompagnent, cependant si ces conditions sont nécessaires et indispensables pour que l’on puisse parler d’humain, pour autant elles ne sont pas suffisantes car être humain c’est aussi un ensemble de valeurs, qu’il faut faire siennes, dont il faut se vêtir, non seulement à ses propres yeux, mais aussi, et surtout à ceux des autres qui doivent nous les reconnaître. 

Etre humain, c’est vivre, faire, penser et dire en ayant toujours constamment à l’esprit le souci de faire du bien aux autres, d’œuvrer par amour pour les autres. 

De cela découle un certain nombre de vertus : la justice trouve son fondement premier dans ce qui est amour pour les autres, la vérité est utile parce qu’elle est exigée par l’amour que l’on porte aux autres, tout comme la droiture et l’honnêteté, tout comme l’humilité car on ne se vante pas devant ceux que l’on aime, au contraire on fait tout pour qu’ils puissent atteindre notre niveau dans quelque domaine que se soit. 

Quand on aime sincèrement, on désire partager avec ceux que l’on aime, tout comme lorsque l’on aime, on ne peut manquer d’éprouver de la compassion devant le malheur des autres. 

Lorsque l’on aime, on se conduit avec mesure avec les autres, pas trop laxiste, ni trop sévère et ceci en toute chose. 

Quand on aime et constate les égarements d’autrui devant le Kimuntu ou la voie d’amour, on se doit de le lui faire remarquer d’une manière ou d’une autre, ainsi il est quelque fois utile devant celui qui se croit tout puissant et au dessus de tous parce que riche, de lui tourner le dos de temps à autre de façon à bien lui montrer notre désapprobation et lui faire comprendre que quelque chose ne va pas. 

Devant celui qui ignore l’existence du Créateur et vit dès lors comme un animal, il est indispensable de lui faire savoir qu’il est dans l’erreur et dans le pire des égarements par toutes les voies et tous les moyens possibles et nécessaires tout en restant dans la mesure et dans les respect des lois de l’amour (notamment en étant certain d’avoir raison) car autrement c’est lui manquer d’amour et pratiquer à son encontre une véritable non-assistance à esprit en danger de perdition. 

C’est grâce au Kimuntu, la Mâat ou la voie d’amour, que chacun d’entre nous fait le bon choix, celui de vivre et d’œuvrer toujours dans le sens de la droiture, du respect d’autrui, de l’équilibre, de la vérité…en un mot du bien, de l’amour en toute chose et se crée des scrupules à avoir fait ou ne pas avoir fait ce qu’il pense devoir être juste et droit ; autrement, nous avons le choix de vivre dans le mal si nous le souhaitons et certains franchissent ce pas : ceux qui du jour au lendemain se saisissent d’armes de toutes sortes pour semer mort et destruction par vengeance, dépit ou autre, pour ne citer que ces cas extrêmes. 

Mais chaque jour dans le monde le nombre de justes vrais et qui le sont perpétuellement, se compte sur les doigts d’une main, la plupart brise la loi d’amour par mensonges pour tromper le libre-arbitre d’autrui, par tromperie pour abuser financièrement ou matériellement d’autrui, quand ce n’est sexuellement, sans compter ceux qui usent de manipulations ou des faiblesses supposées des justes pour profiter des autres… 

Pour celui qui a pris pleine conscience de la toute puissance du Créateur sur toute chose et de son omniprésence partout et en tout temps, avoir un comportement hors voie d’amour c’est se leurrer soi-même car on sait mal agir ou penser, on sait que le Créateur en est informé et que dans son infini amour, il ne peut qu’en éprouver de la peine et être conscient peiner l’amour suprême nous peine nous-mêmes.

C’est également, parce que le juste a pleinement conscience de l’omnipotence et de l’omniscience du Créateur, accolées au mystère de son origine, que nul ne peut expliquer ici-bas que le juste véritable éprouve un respect mêlé de sacralité pour toute chose qui touche au Créateur et/ou à sa simple représentation. 

Comment en effet réagir autrement face à un « être », une entité impalpable, indescriptible, in-identifiable, incernable, insondable…Tant et si bien que d’autres tellement désireux de vouloir le définir comme on défini une terre lointaine, après y avoir échoué, ont préféré renoncer à croire en son existence. 

Il faut admettre que celle-ci pose tant et tant de questions : comment est-il possible d’avoir la maîtrise de toute chose en tout lieu, tout temps et toute circonstance ? Et lui-même d’où vient-il, comment est-il « né » et pourquoi nous avoir crées ? 

En général ces questions relèvent du mystère du Créateur lui-même et ne regardent que lui seul, peut être qu’en l’état actuel des connaissances et de l’entendement humain est-il simplement impossible de le comprendre ? 

Quoiqu’il en soit, ce sont-là des questions auxquelles ne peut répondre que le seul Créateur, ce qui est certain est que le juste véritable a déjà eu l’occasion d’éprouver son existence indéniable avant de devenir un juste véritable, c’est d’ailleurs un des éléments qui y contribue, et donc déjà dépassé le stade de ces questions méta-physiques pour devenir un vrai juste ! 

En l’état actuel du savoir humain concernant l’univers de l’esprit, nous savons éprouver l’existence du Créateur et des institutions mystiques et invisibles qu’il a mis en place pour présider au système de la réincarnation ou renaissances multiples des esprits. 

 Nous savons ce qu’il advient de l’être après sa mort, non pas du corps physique qui retourne à la terre comme poussière, mais de l’esprit, la partie immortelle de l’humain, qui continue à subsister sous une forme impalpable, mais doté des facultés de penser, de ressentir des sentiments de toutes sortes, de garder des événements en mémoire, de voir et d’entendre, de parler et d’agir comme lorsqu’il était revêtu de son corps-armure lui permettant de se mouvoir dans le monde physique. 

Nous savons qu’après la mort physique, tout esprit doit d’abord trouver ou retrouver, selon qu’il s’y rende pour la première fois ou y retourne, le chemin qui doit le conduire vers le niveau, les instances qui correspondent à son grade en esprit, ce qui signifie que tous les esprits ne vont pas au même endroit après la mort. 

 Une fois qu’il a trouvé ou retrouvé son chemin suivant un processus plus ou moins long selon son grade en esprit et la facilité dont il fait montre d’acceptation ou non du phénomène de la mort, mais aussi des circonstances exactes de celle-ci, un décès à un terme non prévu par les instances du Créateur peut faire vagabonder l’esprit pendant plus ou moins longtemps en attendant que vienne l’heure normale à laquelle son départ d’ici-bas avait été programmée. 

Une fois parvenu sur le chemin, tout esprit perçoit une lumière très vive, intense, qui reflète l’amour absolu, ou plutôt l’amour Suprême, car c’est celle qui mène vers l’univers du TOUT amour mais à chaque niveau d’élévation en esprit, correspond un peu de cette lumière, symbole que l’esprit est bien sur la voie vers le TOUT amour. 

 En revanche les esprits qui sont le plus demeurés dans l’obscurité ou dans le mal, certains témoignages de malades sortis de coma, permettent de penser que la lumière ne leur est pas visible, notamment ceux qui n’ont aucune croyance en l’existence du Créateur, ils sembleraient sombrer dans les tourments du néant absolu pendant un délai plus ou moins long, jusqu’à ce qu’ils implorent, et donc reconnaissent, le Créateur ou ses instances, puisque certains témoignages de ce type parlent de personnes ayant eu à invoquer un ancêtre illuminé pour se voir ouvrir le chemin de lumière. 

Après l’entrée dans la lumière, la progression se fait assez rapidement, on arrive devant les instances  qui correspondent à son grade en esprit, on est reçu ou non par des proches disparus anciennement et qui sont au même grade, suivant les dires de ceux qui sont parvenus à ces grades lors de leur voyage en esprit. 

Cependant, tôt ou tard on doit rendre compte aux autorités de ces instances, et chaque instance en est pourvues, de sa conduite sur terre sur le plan de la loi d’amour, du Kimuntu ou de la Mâat ; on revoit le film de sa vie dans les grandes lignes et réalise par soi-même pleinement ses manquements ou ses bons comportements vis à vis du Kimuntu. 

Il s’agit d’un jugement dans le sens véritable du mot, alors il s’achève par une sentence de progression en grade, de stabilisation à un niveau identique ou, tout au contraire, de régression en grade si les manquements ont été trop conséquents. 

A l’issu de celui-ci, une sorte de feuille de route est établie comportant ce qui est acquis dans la progression dans la voie d’amour et ce qui ne l’est pas et doit être corrigé dans une vie à venir, pour cela les conditions de la dite-vie sont préparées, s’agissant du sexe, de la couleur, de la condition sociale, du pays de naissance… 

 Ensuite un terme plus ou moins long est fixé à l’issu duquel le nouvel arrivé dans le monde des esprits repartira sur terre continuer son apprentissage et son élévation en esprit. 

Entre temps, il poursuit sa vie en esprit dans le niveau qui correspond à son grade.

Ceux qui dirigent le monde aujourd’hui ne sont plus guidés que par l’instinct de proie, le désir d’accumuler le maximum de richesses possibles et imaginables comme si cela était une fin en soi, ils ont oublié et s’évertuent à occulter aux yeux de tous la dimension spirituelle de l’humain, comme pour se dédouaner de leurs propres manquements et comme si cela suffisait à les absoudre. 

 Ils tiennent les religions, les moyens de communication de masse et en font des outils de conditionnement des esprits humains dans un sens où ils oublient leur humanité, leur kimuntu, ce qui devrait vraiment faire d’eux des humains véritables. 

La plupart des êtres humains, cédant à la facilité qui leur est ainsi offerte, les suivent comme des moutons et s’en retrouvent perdus, éloignés de la voie d’amour, du Kimuntu, de la Mâat, quand ils n’en ont pas simplement oublié l’existence. 

Puis par leurs excès sans contrôle parce que non fondés sur le Kimuntu, ces dirigeants avec le silence coupable et complice du reste de l’humanité,  finissent par mettre en péril la survivance même de la terre, l’unité de l’humanité qu’ils ont réussi à éclipser depuis si longtemps ; par tous ces agissements, ce sont tous les desseins du Créateur vis à vis de l’humanité qui sont mis en péril et notamment ce grand laboratoire pour la progression des esprits qu’est la terre. 

Si bien que le temps est venu de remettre en place le cours normal de la vie ici-bas. 

Cela passe par l’abolition du mythe de certains ancêtres ascencionés, perçus jusqu’ici à tort comme Dieu alors que Nzambia Mpungu Tulendo wa Vanga Zulu ye Ntoto, Dieu tout puisant créateur du ciel et de la terre selon sa dénomination en Kikongo, est le seul, l’unique Créateur, quelque soit le nom qu’on lui donne ici ou là. 

Par la mise à plat des religions connues jusqu’ici et l’érection d’une « nouvelle voie » commune à toute l’humanité, basée à la fois sur la Connaissance de ce qu’est le sens de l’existence, du fondement des lois du Kimuntu, Mâat ou Voie d’amour et sur les voies permettant d’accéder à certains niveaux de conscience et de réaliser pleinement la signification de l’entité esprit. 

Cela passe aussi par la mise en place d’un nouvel ordre mondial, avec le rétablissement du lien entre le spirituel (donc la prise du pouvoir par les spirituels au nom du Créateur), l’administratif et le politique et le savoir dans les domaines essentiels, que sont ceux de l’esprit et aussi de l’Histoire véritable de ce monde qui doit être réhabilitée dans toute sa profondeur.

Cela passe enfin par l’abolition de toute armée ici-bas et la disparition des armes de toutes sortes de la surface de la terre.

Luzolo Menga Ma Kongo

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Illustration du profil de katsekpele

Articles du site

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Illustration du profil de katsekpele

Recherchez et achetez un produit!

Méta