Published On: ven, Mar 31st, 2017

L’APPORT DE L’AFRIQUE A LA PENSÉE HUMAINE

410Oh2NTKFL._SY344_BO1,204,203,200_

Un monde est resté longtemps méconnu : le monde noir. Ses migrations, ses pensées, ses civilisations aucun langage ne nous les avait révélées. Le continent qui fut et qui reste le sien avait gardé jusqu’ici ses secrets. Voilà moins d’un siècle que le musée permanent et « en place » de ses stations préhistorique de ses roches gravées de ses peintures, nous révèle, d’un seul coup des millions d’années de sa vie, plusieurs millénaires de l’histoire de sa pensée ; 40 millénaires peut-être 400 siècles ! Oui, tout à coup, récemment, éclate à nos sens étonnés, une civilisation graphique moderne dont l’esthétisme nous ravit ou nous heurte, en même temps qu’une forme musicale de pensée qui frappe le monde et le conquiert tout entier. Un passé et un présent ! qu’ont-ils, l’un et l’autre , apporté au monde ?

L’Afrique mélanique a donné au monde l’universalisme de ses gravures, de ses peintures, de ses fresques innombrables dont le musée et ses annexes septentrionales , ouvert à tous, s’étendent de la Dordogne au Cap de Bonne Espérance. Elle a donné ces statuettes, ces statues, ces masques, images d’une frénésie  de vie, formes d’un art qui traduit, sous les mille formes d’une richesse infinie, les sensations, les visions, les interprétations,, les traductions, les conceptions, en un mot les secrets d’une âme..

Elle a redonné au monde le goût de la forme le sens de la vibration des lignes  et de couleurs.

Elle a ravivé les palettes de nos artistes, rajeuni leurs factures et revigoré leurs interprétations, non chez ceux qui se flattent de purisme académique, mais chez ceux qui se targuent de modernisme.

Elle a donné au monde l’universalisme de ses chants, le sens de la prédominance du rythme, conforme à la nature des choses, l’universalisme de sa musique faite de vie et de joie qui a libéré la jeunesse occidentale d’une musique sombrant, pour partie, dans l’obscurantisme d’un intellectualisme décadent, en lui redonnant le goût de sa raison d’être.

Elle a peut être donné au monde, parmi les expressions littéraires, le genre animalier si profondément africain : le conte et surtout la  fable immortalisée par Esope….

Elle  a peut être conçu, la première, le sens d’un Dieu unique, universel, créateur de toutes choses en même temps que la leçon du monisme phénoménal issu d’un point en extension, préfiguration de l’extension des mondes…

Mais elle a donné plus encore. L’Afrique a donné au monde la réalité d’un prolongement infini de l’Histoire humaine en reportant ses origines au-delà de 20 000 millénaires, 20 millions d’années, ce qui a permis d’intégrer le  fait humain, non plus comme un simple épiphonème de vie dans l’acte continu d’une création en extension, mais bien comme partie d’un tout dont elle est inséparable, ce qui assure sa pérennité et son ascension irréfragable.

L’Afrique noire n’aurait-elle donné que cela qu’elle aurait inscrit, pour toujours, l’espoir au cœur des hommes.

SOURCE: « L’apport de l’Afrique à la pensée humaine »- p230-231- Eugène Guernier- Edition Payot 1952

Acheter le livre ici:

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Articles du site

CHATROOM

[chatroom]

Recherchez et achetez un produit!

Méta