Published On: sam, Oct 21st, 2017

LE CODE SECRET DE LA BIBLE

511BTVK6XJL._SY344_BO1,204,203,200_Peut-il y avoir vraiment un code dans la Bible qui rapporte des événements des milliers d’années avant qu’ils se produisent, qui raconte notre histoire future, qui puisse révéler un avenir qui n’existe pas encore pour nous ? Comment ça marche?

Les adeptes de la Kabbale sont familiers de l’activité qui consiste à interpréter la Bible en associant un code, un symbole, un chiffre à chaque lettre de l’alphabet hébreu, pour en interpréter la signification. Le mathématicien russe Ivan Panin (au début du XXe siècle) est connu pour ses recherches sur la « structure numérique » de la Torah, c’est-à-dire, de l’Ancien Testament en hébreu. Le rabbin Michael Ben Weissmandel mène également, à peu près à la même époque, des recherches sur la Tanakh, et plus spécialement la Torah. Parmi les élèves de ce dernier, Witztum et Eliyahu Rips (au début des années 1980) se démarquent en reprenant ces travaux avec l’aide de l’informatique. Alors professeur à l’université de Jérusalem, Rips prétend découvrir des messages dans la Torah et fait paraître un article, dans la revue Statistical Science, en 1994, avec le soutien de Robert Aumann.

En 1997, Michael Drosnin, convaincu par ses résultats, publie ces travaux dans son livre.
Le codage de l’information sur le présent et le passé dans la Bible était réalisé d’une manière mathématique qui se situait mathématiquement au-delà de la probabilité et elle ne se reproduisait dans aucun autre texte…
Le code de la Bible a été trouvé dans la version originale en hébreu de l’Ancien Testament, la Bible telle qu’elle fut écrite à l’origine. Le code de la Bible est œcuménique, l’information s’adresse à tous, mais le code n’existe qu’en hébreu parce que c’est la langue originale de la Bible…

Le premier savant moderne, celui qui comprit la mécanique du système solaire et découvrit la gravité, Sir Isaac Newton, était certain qu’il y avait un code secret dans la Bible qui révélerait l’avenir. Il apprit l’hébreu et passa la moitié de sa vie à tenter de le trouver.
En fait, c’était pour Newton, selon son biographe, une obsession… le grand physicien croyait qu’il existait dans la Bible, une prophétie cachée de l’histoire de l’humanité.
« Newton, » écrit Keynes, « était certain que la Bible, en fait, l’univers entier, était un cryptogramme rédigé par le Tout-Puissant et voulait « déchiffrer l’énigme du cerveau de Dieu, l’énigme des événements passés et futurs divinement conçus » ».
Newton cherchait toujours le code de la Bible quand il mourut…
La découverte qui a échappé à Isaac Newton fut faite par Rips parce que ce dernier avait à sa disposition un outil que Newton n’avait pas : un ordinateur. Le texte caché de la Bible était codé à l’aide d’une « serrure à retardement » qui ne s’ouvrirait que lorsque le premier ordinateur aurait été inventé…
La Bible est construite comme de gigantesques mots croisés. Elle comporte, du début à la fin, des mots codés qui nous racontent une histoire cachée…
Mais c’est plus qu’un simple code alterné. S’entrecroisant tout au long du texte connu de la Bible dans son intégralité, caché dans le texte hébreu de l’Ancien Testament, se trouve un réseau complexe de mots, de phrases : une nouvelle révélation.
Il y a une Bible sous la Bible…
Une fois qu’il a trouvé le mot clef, l’ordinateur peut alors rechercher l’information qui s’y rapporte. Au fur et à mesure, il retrouve les noms, les dates et les lieux qui y sont rattachés : Rabin, Amir, Tel-Aviv, l’année de l’assassinat, tous codés ensemble dans le même passage de la Bible…
Rips expliqua la méthode en se servant de la guerre du Golfe comme exemple :
« Nous avons demandé à l’ordinateur de chercher Saddam Hussein, dit-il. Puis nous avons cherché des mots qui s’y rapportaient pour voir s’ils apparaissaient de manière mathématiquement significative. Avec la guerre du Golfe, nous avons trouvé : les missiles Scud avec les missiles russes, et la date à laquelle la guerre commencerait était codée avec le nom de Hussein ».
Les mots s’entrecroisaient. De manière cohérente, le code de la Bible crée des mots croisés qui révèlent l’information afférente. Avec « Bill Clinton », « Président ». Avec « débarquement sur la Lune, les mots : « vaisseau spatial » et « Apollo 11 ». Avec « Hitler », « nazi ». Avec « Kennedy », « Dallas ». Avec « Anouar el-Sadate », le nom de son assassin, la date à laquelle il a été tué, le lieu du drame.
Expérience après expérience, ces mots croisés furent trouvés seulement dans la Bible… dans aucun autre livre, ni des textes témoins de dix millions de mots.
Selon Rips, il y a un nombre infini de mots croisés dans la Bible. Chaque fois qu’un mot est découvert dans le code, de nouveaux mots croisés apparaissent. Les mots afférents se croisent verticalement, horizontalement et diagonalement…
Nous pouvons utiliser l’assassinat de Rabin comme un cas de figure.
Nous avons demandé à l’ordinateur de chercher dans la Bible, le nom « Yitzhak Rabin ». Il n’est apparu qu’une fois…
Croisant ainsi le nom de Yitzhak Rabin, nous avons trouvé les mots « l’assassin assassinera ». Les chances que le nom entier de Rabin apparaisse associé à la prédiction de son assassinat sont de une sur trois mille.
J’ai pris l’avion pour Israël afin d’alerter Rabin, le 1er septembre 1994. Mais ce fut un an après sa mort que nous trouvâmes le nom de son assassin : « Amir » était codé dans le même passage…
Le nom d’Amir s’était trouvé là pendant trois mille ans, attendant que nous le découvrions.
Mais le code de la Bible n’est pas une boule de cristal : vous ne pouvez rien trouver si vous ne savez pas ce que vous cherchez…
À l’évidence, cela n’était pas du Nostradamus, paroles qu’on peut interpréter de façon qu’elles correspondent à n’importe quel événement. Au lieu de cela, il y avait des détails précis que ceux que rapporta la chaîne CNN : le nom de Rabin, le nom de son assassin, l’année de l’attentat. Bref, tout, à l’exception du nom d’Amir avait été trouvé avant que cela advînt.
Néanmoins, cela restait difficile à croire… Comme on pouvait s’y attendre, certains savants classiques ne peuvent pas accepter cela. L’un d’eux, un statisticien australien, a attaqué le code de la Bible avant que Rips eût publié ses travaux et que les preuves mathématiques eussent été fournies.
« De toue façon, poursuit Hasofer, observe-t-il, l’utilisation de tests statistiques dans les affaires de foi soulève de graves problèmes. »
Rips rétorque que son adversaire à tort en science et tort en matière de religion… Bien sûr que l’on peut trouver le nom de Saddam Hussein dans n’importe quel ensemble de données assez vaste, mais vous ne trouvez pas Scud, missiles russes et le jour où la guerre a commencé ; tout cela dans le même texte et à l’avance. Que l’on prenne en considération un texte de 100 000 signes ou 100 millions de signes n’a aucune importance. On n’y trouvera pas d’information cohérente, sauf dans la Bible…
« Une vaste part de l’humanité suppose de nos jours que la Bible n’est que folklore ancien et mythes, et que la science offre la seule image fiable de la réalité. D’autres disent que la Bible, parole de Dieu, doit être vraie et donc que la science doit être dans l’erreur. Je pense que, lorsque nous les comprendrons assez bien toutes les deux, science et religion s’accorderont et que nous aurons une théorie des champs unifiée. »

Aucun savant qui a réellement examiné le code de la Bible, ne le conteste.
[…]
En juillet 1994, les Terriens assistèrent à la plus grande explosion qui eût jamais été vue dans le système solaire. Une comète s’écrasa sur Jupiter, provoquant une explosion de plus d’un milliard de mégatonne, faisant jaillir des boules de feu de la taille de la Terre.
J’avais trouvé moi-même Jupiter et la comète codés dans la Bible, deux mois avant la collision en utilisant un logiciel…
La collision cosmique était codée deux fois : l’une dans la Genèse, l’autre dans le livre d’Isaïe. Le nom de la comète : « Shoemaker-levy » d’après les noms des astronomes qui la découvrirent en 1993, apparaissent deux fois pleinement épelé… Dans la Bible, le nom de la planète et celui de la comète se croisent deux fois. Dans le livre d’Isaïe, la date de l’impact de la comète est indiquée d’avance : le 16 juillet.
L’événement que les astronomes avaient pu prédire quelques mois auparavant avait été annoncé aussi exactement par le code de la Bible trois mille ans avant qu’il eût lieu…
Au cours de deux années de recherche, je n’avais jamais cessé de me demander : est-ce vrai ? Est-ce qu’une intelligence non humaine avait codé la Bible ?
Etait-ce une mystification ?
Rabbins et scientifiques ne se sont jamais entendus sur les origines de la Bible. Les autorités religieuses disent que les cinq premiers livres de l’Ancien Testament, de la Genèse au Deutéronome, ont été rédigés par Moïse il y a plus de trois mille ans. Les experts en la matière assurent qu’ils ont été rédigés par plusieurs auteurs différents au cours des siècles.
Mais la querelle est sans objet.
Le texte de l’Ancien Testament est établi depuis au moins un millier d’années ? Il en existe une version complète, le Codex de Léningrad, qui date de l’an 1008, et toutes les Bibles en hébreu qui existent sont identiques, lettre pour lettre. Le texte qui fut utilisé par l’ordinateur, celui dans lequel j’ai trouvé la date exacte de la collision de la comète avec Jupiter, le 16 juillet 1994 n’a pas changé depuis au moins mille ans.
Une tricherie est exclue, parce qu’il aurait alors fallu que le faussaire connût l’avenir…
Les astronomes savaient que la comète heurterait Jupiter, parce qu’ils pouvaient en déterminer la trajectoire, de même que la date d’impact parce qu’ils connaissaient la vitesse du corps céleste. Mais celui qui avait codé la Bible avait-il disposé de la même information avant que ce fût possible, des milliers d’années avant Shoemaker et Lévy eussent découvert la comète, alors comment la Bible avait-elle pu coder la date de l’impact ? C’est là bien sûr la grande question : comment pouvait-on connaître l’avenir ?…
« Hitler » et « Nazi » étaient codés avec « Massacre » ; « En Allemagne » était codé avec « Nazi » et « Berlin ». Et l’homme qui a dirigé de fait les camps de concentration « Eichmann » était codé avec « les fours » et « Extermination ».
« A Auschwitz » était codé là où le texte courant de la Bible parle de « la fin de toute chair ». Même les détails techniques de la « solution finale » étaient présents. Le gaz utilisé pour tuer, le « Zyklon B » était codé avec « Eichmann » ;
Le professeur Yale ne peut expliquer comment cela a été fait :
« Il n’existe pas de méthode dans les lois connues des maths pour expliquer la prédiction de l’avenir, dit-il. la Physique newtonienne est trop élémentaire pour expliquer une série de prédictions aussi complexes et détaillées.
La physique quantique ne suffit pas non plus. Ce dont il s’agit ici, est une sorte d’intelligence étrangère.
Je pense que la seule réponse est que Dieu existe. »
Une fois que nous avons admis que nous ne sommes pas seuls, qu’il existe une intelligence au-dessus de la nôtre, il nous faut reconsidérer tout le reste.
Et le plus grand savant de notre temps : Einstein, ne s’est jamais résolu à ce que l’univers soit gouverné par le hasard.
– « la mécanique quantique est certainement imposante, » a dit Einstein, « mais une voix intérieure me dit que ce n’est pas encore la solution intime. Cette théorie nous apprend beaucoup, mais elle ne nous rapproche pas vraiment du secret du « Vieux ».
Dieu ne joue pas aux dés… »
« Le code de la Bible est un fait établi… »
Il reste encore bien des choses que nous ignorons sur le code de la Bible. Rips qui en sait plus que quiconque, le compare à un puzzle gigantesque, comportant des milliers de pièces dont nous ne connaissons que quelques centaines.
« Quand le code de la bible sera bien connu et que les gens essaieront de s’en servir pour prédire l’avenir, ils devront savoir qu’il est compliqué… Il se peut que toutes les probabilités soient là et que ce soient nos actions qui déterminent ce qui advient.
Peut-être ce code a-t-il été conçu de la sorte pour préserver notre libre arbitre ?…
Tout ce qui a été, est et sera jusqu’à la fin des temps, est compris dans la Torah. »
Comment cela serait-il possible, puisque le texte original de l’Ancien Testament ne comporte que 304 805 lettres ?
– « Théoriquement, il n’y a pas de limites à la quantité d’informations qui pourraient être codées » répondit Rips.
En d’autres termes, la Bible contient plus d’informations que nous n’en pourrions jamais compter, voire même trouver, pendant plusieurs vies mises bout à bout. Et cela sans prendre encore en considération les « mots croisés » créés lorsque deux, trois ou dix mots différents sont connectés. À la fin, dit Rips, la masse d’informations est incalculable et probablement infinie… et cela n’est que le premier niveau, le plus élémentaire…
Le code de la Bible peut être une série de révélations à retardement, chacune destinée à la technologie de son temps. Il se peut que ce soit un type d’information que nous ne pouvons encore pleinement concevoir, quelque chose qui serait aussi étrange pour nous aujourd’hui que l’aurait été un ordinateur pour les nomades d’il y a trois mille ans…
Et personne ne peut expliquer comment le code fut créé…

Il y a plus de deux mille ans, une secte messianique s’isola dans les collines au-dessus de la mer Morte, attendant que les anges la rejoignissent pour la bataille finale contre le Mal, se préparant à la « Guerre des fils de Lumières contre les fils des Ténèbres ».
Craignant les Romains ne détruisent les derniers exemplaires de la Bible, ce petit groupe d’anciens israélites cacha des centaines de rouleaux de parchemin dans les grottes des falaises du désert.
En 1947, un jeune berger bédouin lança une pierre dans l’une de ces grottes et entendit le bruit d’une porterie brisée : il trouva la plus vieille copie connue de n’importe quel livre de la Bible.
Je gravis ces collines quelques jours après que j’eusse appris que la Bible, dont les manuscrits de la mer Morte prouvaient qu’elle datait d’au moins deux mille ans, renfermait un code informatisé annonçant des événements qui s’étaient produits bien après qu’elle eut été écrite.
Je demeurai assis pendant des heures au sommet de la montagne dénudée, embrassant du regard le paysage aride qui n’avait pas changé depuis que les sectateurs du culte campèrent là, attendant la fin.
Le jour suivant, j’allais au Mémorial du livre à Jérusalem et vis, dans une vitrine, la plus ancienne prophétie de l’Apocalypse : le rouleau d’Isaïe qui date de deux mille cinq cents ans… protégé… en cas de guerre nucléaire…
Isaïe décrit la terrible apocalypse à venir, vision réellement terrifiante d’une guerre future…
Jérusalem pourrait être détruite par une attaque nucléaire, l’ Holocauste atomique » qui déclencherait une « Guerre mondiale », le véritable Armageddon…
Personne ne connaissait encore ce danger !…
La prédiction d’une guerre nucléaire vieille de deux mille cinq cents ans ne pouvait être trouvée qu’avec un ordinateur. Et maintenant, le code dans la Bible, révélait où et quand la véritable apocalypse surviendrait…
La seule fois que les mots « Guerre mondiale » apparaissent codés dans la Bible, le texte semble dire qu’il y en a deux, puis une troisième.
« La première », « La deuxième », et « La troisième » sont toutes trois codées avec « Guerre mondiale » et les mots « deux et trois » s’entrecroisent dans la matrice du code avec : « Monde désolé, guerre mondiale ».
Juste au-dessus de « Troisième » se trouve le nombre « 5670 » l’équivalent de l’an 2000 dans le calendrier moderne, mais une autre année, « 5766 » soit l’an 2006 de notre calendrier… Il n’y a aucune manière de savoir si le code prédit une guerre mondiale en 2000 ou 2006 : les deux années sont codées avec « Holocauste atomique » et se chevauchent dans les mêmes versets…
La prochaine guerre, selon le code, sera apparemment menée avec des armes de destruction massive que le monde n’a jamais vu utiliser auparavant…
Le monde pourrait être complètement annihilé en quelques heures…
[N.d.l.r. – Même prédictions dans le message de Fatima ; voir dans « Quand le Ciel parle… » le [vrai] secret de Fatima…]
La troisième guerre mondiale serait littéralement, un Armageddon.
Nous découvrîmes que l’année où elle commencerait était inscrite sur un rouleau qui est essentiel à la Bible.
Ce rouleau est appelé la Mezuzah […] dont Dieu commanda qu’il fût préservé dans un rouleau séparé qui serait pendu à la porte de chaque maison…
[…]
Le texte secret du rouleau sacré avertit de la guerre : « Cela bombardera ton pays », « terreur », « dévastation », « c’est en train d’être lancé ».
Ce ne pouvait pas être un hasard que les années les plus clairement codées avec « Guerre mondiale » soient toutes les deux cachées dans les 170 mots qui étaient préservés depuis trois mille ans dans un rouleau séparé, et qui, encore de nos jours, est fixé sur les portes de presque toutes les maisons en Israël…
… ce code avait prédit que la Seconde Guerre mondiale commencerait « en 5700 » c’est-à-dire, en 1939 selon le calendrier moderne ; « En 5700, le crémateur vint » déclare le texte caché intégral prédisant ; non seulement la guerre, mais également les fours de l’Holocauste.
Armageddon dans les années 2000-2006 était l’avertissement codé dans les mêmes versets codés de la Bible… « Etats-Unis », « Russie », et « Chine » les superpuissances nucléaires qui seraient le plus vraisemblablement impliquées dans n’importe quel conflit planétaire sont également codées avec « Guerre mondiale ».
Mais au lieu d’une guerre nucléaire entre ces superpuissances, le monde pourrait se trouver confronté à une menace inédite, celle de terroristes armés d’engins nucléaires. « Terrorisme » est aussi codé avec « Guerre mondiale » et juste au-dessous du mot « troisième » apparaissent les mots « Guerre au couteau ». Cela suggère une guerre d’annihilation totale…
Selon le code, la troisième guerre mondiale commencera par un acte de terrorisme…
[N.d.l.r. – le livre de Michaël Drosnin a été écrit en 1997 ! bien avant les événements du 11 septembre…]
L’effondrement soudain de l’Union soviétique a changé le monde. Il a éliminé l’adversaire principal des Etats-Unis, mais il a rendu le plus vaste arsenal d’armes nucléaires accessible aux terroristes. La « chute du communisme » a été également prédite dans la Bible…
La Russie reste une menace primaire :
– « Jamais auparavant un empire ne s’est désintégré alors qu’il possédait trente mille armes nucléaires » déclarait le vice-président de la commission, en 1966, le sénateur Sam Nunn.
Cela pourrait commencer de la manière qu’évoquait le Premier Ministre Peres quelques jours après que je l’eu rencontré : quand une arme nucléaire « tomberait dans les mains de terroristes irresponsables et serait portée sur les épaules de fanatiques. »
la seconde guerre mondiale s’acheva sur une explosion atomique ;
la troisième selon la prédiction, pourrait bien commencer par une autre…
Hiroshima bis ?…
Une seule capitale mondiale est clairement codée dans la Bible en association soit avec « Holocauste atomique », soit avec « Guerre mondiale » : c’est Jérusalem. Les mots : « Votre ville sera détruite par un acte de terrorisme » croisent « Holocauste atomique ». Le « m » d’ « Atomique » est celui de « Jérusalem ». Là où « Jérusalem » croise « Arme atomique » on trouve également le mot « Rouleau » ; et à l’intérieur de « Rouleau », les mots : « il l’ouvrit ».
Et la cible est confirmée dans la plus ancienne prophétie de l’Apocalypse, celle qui a été trouvée intacte dans les rouleaux de la mer Morte, le livre d’Isaïe, qui date d’il y a 2 500 ans.
– « Malheur à toi, Ariel, la ville où David s’est établi ! » s’écrie Isaïe, se servant d’un ancien nom biblique de Jérusalem.
Le siège qui réduit la ville sainte en « poussière » est décrit en des termes fortement teintés par l’Apocalypse :
« Soudain, en un instant, le Seigneur tout-puissant viendra dans le tonnerre et le tremblement de terre et un grand bruit, avec un ouragan et la tempête et les flammes d’un feu dévorant. » C’est une vision extraordinaire précise d’un « Holocauste atomique » vue il y a plusieurs milliers d’années.
Comparez-la à la description du bombardement atomique d’Hiroshima :
« Toute la ville fut instantanément anéantie. Le centre fut aplati. Une demi-heure plus tard, les incendies déclenchés par le souffle thermique commencèrent à former une tempête de feu qui dura six heures. Pendant quatre heures, en plein midi, une violente tornade, déclenchée par les conditions particulières qu’avait causée l’explosion, poursuivit la dévastation de la ville. » Ces mots qui semblent faire échos à Isaïe, sont tirés de la description du bombardement de 1945 par les Américains dans le livre « Destin de la Terre » de Jonathan Schell.
Personne à Hiroshima n’entendit l’explosion. La déflagration créa un vide. Mais à des kilomètres de distance retentit un « tonnerre » effrayant qui ne ressemblait à rien de ce qu’on connaissait.
La bombe explosa à quelque deux mille pieds au-dessus de la ville. Si elle avait explosé au sol, l’horreur aurait été pire : toute la population d’une ville serait instantanément réduite en cendres ; et pour encore citer Schell : « N’importe quel humain dans la zone, serait réduit en cendres et en fumée : il disparaît, tout simplement. Une population incinérée, changée en poussière radioactive s’élèverait dans le nuage en forme de champignon… »
Maintenant, voici d’autres versets d’Isaïe : « On vous aura tant abaissés que votre voix montera de la terre, que vous marmonnerez dans la poussière… Votre voix sera pareille à un fantôme qui sort de la terre et vous murmurerez dans la poussière, et beaucoup de vos ennemis seront réduits en fine poussière et les hordes féroces ne seront plus que paille au vent. Cela adviendra soudainement, dans l’instant. »
Suivent ces mots énigmatiques : « Pour vous, toute cette vision n’est rien que des mots scellés dans un livre… »
L’antique prophétie de l’Armageddon semblait confirmée par le code de la Bible : Jérusalem, le centre des trois grandes religions du monde occidental, la cité où David régna, où Jésus mourut et où Mohammed monta au ciel pourrait être annihilée dans une bataille finale déclenchée par la haine religieuse…
Le véritable Armageddon serait une guerre nucléaire.
Le mot « Armageddon » vient du dernier livre de l’Ancien Testament. On le trouve dans un verset qui semble fantastique. « Les Esprits des morts, accomplissant des prodiges, iront chercher les rois de la Terre et du monde entier pour les mener à la bataille de ce grand jour du Tout-Puissant. Ils se rassembleront dans un lieu qui est dit en hébreu : Armageddon ».
Armageddon existe bien : c’est le nom grec d’une ancienne cité d’Israël, Megiddo et se dit « Harmegiddo ». Armageddon n’est que la transcription grecque de ce nom.
C’est à Megiddo que se trouve l’une des plus importantes bases aériennes d’Israël. Elle est située à proximité de l’ennemi implacable d’Israël : la Syrie.
«Harmegiddo » est codé dans la Bible avec le nom du chef syrien Hafez el-Assad.
Le dernier livre du Nouveau Testament prédit une guerre finale d’une violence sans précédent : « Satan sera libéré de sa prison, et il ira tromper les nations aux quatre coins de la Terre pour les exciter à la bataille ; oui, les phalanges de Gog et Magog, innombrables comme des grains de sable dans la mer. »
Personne ne sait où se trouvait Magog, mais la prophétie originelle est qu’Israël sera envahi par le nord. Le seul ennemi moderne d’Israël est la Syrie.
[…]
Mais ce qui retint réellement mon attention, fut une autre déclaration d’Einstein : « Je ne sais pas avec quelles armes on se battra dans la troisième guerre mondiale, mais je sais que, dans la quatrième, on se battra avec des gourdins et des pierres. »
En cette fin du XXème siècle, il existe déjà un genre de chaos que le monde n’a jamais affronté auparavant : nous avons construit des armes qui peuvent détruire la civilisation en un seul jour,
et ces armes échappent désormais à tout contrôle…

Il y a plus de deux mille ans, une secte messianique s’isola dans les collines au-dessus de la mer Morte, attendant que les anges la rejoignissent pour la bataille finale contre le Mal, se préparant à la « Guerre des fils de Lumières contre les fils des Ténèbres ».
Craignant les Romains ne détruisent les derniers exemplaires de la Bible, ce petit groupe d’anciens israélites cacha des centaines de rouleaux de parchemin dans les grottes des falaises du désert.
En 1947, un jeune berger bédouin lança une pierre dans l’une de ces grottes et entendit le bruit d’une porterie brisée : il trouva la plus vieille copie connue de n’importe quel livre de la Bible.
Je gravis ces collines quelques jours après que j’eusse appris que la Bible, dont les manuscrits de la mer Morte prouvaient qu’elle datait d’au moins deux mille ans, renfermait un code informatisé annonçant des événements qui s’étaient produits bien après qu’elle eut été écrite.
Je demeurai assis pendant des heures au sommet de la montagne dénudée, embrassant du regard le paysage aride qui n’avait pas changé depuis que les sectateurs du culte campèrent là, attendant la fin.
Le jour suivant, j’allais au Mémorial du livre à Jérusalem et vis, dans une vitrine, la plus ancienne prophétie de l’Apocalypse : le rouleau d’Isaïe qui date de deux mille cinq cents ans… protégé… en cas de guerre nucléaire…
Isaïe décrit la terrible apocalypse à venir, vision réellement terrifiante d’une guerre future…
Jérusalem pourrait être détruite par une attaque nucléaire, l’ Holocauste atomique » qui déclencherait une « Guerre mondiale », le véritable Armageddon…
Personne ne connaissait encore ce danger !…
La prédiction d’une guerre nucléaire vieille de deux mille cinq cents ans ne pouvait être trouvée qu’avec un ordinateur. Et maintenant, le code dans la Bible, révélait où et quand la véritable apocalypse surviendrait…
La seule fois que les mots « Guerre mondiale » apparaissent codés dans la Bible, le texte semble dire qu’il y en a deux, puis une troisième.
« La première », « La deuxième », et « La troisième » sont toutes trois codées avec « Guerre mondiale » et les mots « deux et trois » s’entrecroisent dans la matrice du code avec : « Monde désolé, guerre mondiale ».
Juste au-dessus de « Troisième » se trouve le nombre « 5670 » l’équivalent de l’an 2000 dans le calendrier moderne, mais une autre année, « 5766 » soit l’an 2006 de notre calendrier… Il n’y a aucune manière de savoir si le code prédit une guerre mondiale en 2000 ou 2006 : les deux années sont codées avec « Holocauste atomique » et se chevauchent dans les mêmes versets…
La prochaine guerre, selon le code, sera apparemment menée avec des armes de destruction massive que le monde n’a jamais vu utiliser auparavant…
Le monde pourrait être complètement annihilé en quelques heures…
[N.d.l.r. – Même prédictions dans le message de Fatima ; voir dans « Quand le Ciel parle… » le [vrai] secret de Fatima…]
La troisième guerre mondiale serait littéralement, un Armageddon.
Nous découvrîmes que l’année où elle commencerait était inscrite sur un rouleau qui est essentiel à la Bible.
Ce rouleau est appelé la Mezuzah […] dont Dieu commanda qu’il fût préservé dans un rouleau séparé qui serait pendu à la porte de chaque maison…
[…]
Le texte secret du rouleau sacré avertit de la guerre : « Cela bombardera ton pays », « terreur », « dévastation », « c’est en train d’être lancé ».
Ce ne pouvait pas être un hasard que les années les plus clairement codées avec « Guerre mondiale » soient toutes les deux cachées dans les 170 mots qui étaient préservés depuis trois mille ans dans un rouleau séparé, et qui, encore de nos jours, est fixé sur les portes de presque toutes les maisons en Israël…
… ce code avait prédit que la Seconde Guerre mondiale commencerait « en 5700 » c’est-à-dire, en 1939 selon le calendrier moderne ; « En 5700, le crémateur vint » déclare le texte caché intégral prédisant ; non seulement la guerre, mais également les fours de l’Holocauste.
Armageddon dans les années 2000-2006 était l’avertissement codé dans les mêmes versets codés de la Bible… « Etats-Unis », « Russie », et « Chine » les superpuissances nucléaires qui seraient le plus vraisemblablement impliquées dans n’importe quel conflit planétaire sont également codées avec « Guerre mondiale ».
Mais au lieu d’une guerre nucléaire entre ces superpuissances, le monde pourrait se trouver confronté à une menace inédite, celle de terroristes armés d’engins nucléaires. « Terrorisme » est aussi codé avec « Guerre mondiale » et juste au-dessous du mot « troisième » apparaissent les mots « Guerre au couteau ». Cela suggère une guerre d’annihilation totale…
Selon le code, la troisième guerre mondiale commencera par un acte de terrorisme…
[N.d.l.r. – le livre de Michaël Drosnin a été écrit en 1997 ! bien avant les événements du 11 septembre…]
L’effondrement soudain de l’Union soviétique a changé le monde. Il a éliminé l’adversaire principal des Etats-Unis, mais il a rendu le plus vaste arsenal d’armes nucléaires accessible aux terroristes. La « chute du communisme » a été également prédite dans la Bible…
La Russie reste une menace primaire :
– « Jamais auparavant un empire ne s’est désintégré alors qu’il possédait trente mille armes nucléaires » déclarait le vice-président de la commission, en 1966, le sénateur Sam Nunn.
Cela pourrait commencer de la manière qu’évoquait le Premier Ministre Peres quelques jours après que je l’eu rencontré : quand une arme nucléaire « tomberait dans les mains de terroristes irresponsables et serait portée sur les épaules de fanatiques. »
la seconde guerre mondiale s’acheva sur une explosion atomique ;
la troisième selon la prédiction, pourrait bien commencer par une autre…
Hiroshima bis ?…
Une seule capitale mondiale est clairement codée dans la Bible en association soit avec « Holocauste atomique », soit avec « Guerre mondiale » : c’est Jérusalem. Les mots : « Votre ville sera détruite par un acte de terrorisme » croisent « Holocauste atomique ». Le « m » d’ « Atomique » est celui de « Jérusalem ». Là où « Jérusalem » croise « Arme atomique » on trouve également le mot « Rouleau » ; et à l’intérieur de « Rouleau », les mots : « il l’ouvrit ».
Et la cible est confirmée dans la plus ancienne prophétie de l’Apocalypse, celle qui a été trouvée intacte dans les rouleaux de la mer Morte, le livre d’Isaïe, qui date d’il y a 2 500 ans.
– « Malheur à toi, Ariel, la ville où David s’est établi ! » s’écrie Isaïe, se servant d’un ancien nom biblique de Jérusalem.
Le siège qui réduit la ville sainte en « poussière » est décrit en des termes fortement teintés par l’Apocalypse :
« Soudain, en un instant, le Seigneur tout-puissant viendra dans le tonnerre et le tremblement de terre et un grand bruit, avec un ouragan et la tempête et les flammes d’un feu dévorant. » C’est une vision extraordinaire précise d’un « Holocauste atomique » vue il y a plusieurs milliers d’années.
Comparez-la à la description du bombardement atomique d’Hiroshima :
« Toute la ville fut instantanément anéantie. Le centre fut aplati. Une demi-heure plus tard, les incendies déclenchés par le souffle thermique commencèrent à former une tempête de feu qui dura six heures. Pendant quatre heures, en plein midi, une violente tornade, déclenchée par les conditions particulières qu’avait causée l’explosion, poursuivit la dévastation de la ville. » Ces mots qui semblent faire échos à Isaïe, sont tirés de la description du bombardement de 1945 par les Américains dans le livre « Destin de la Terre » de Jonathan Schell.
Personne à Hiroshima n’entendit l’explosion. La déflagration créa un vide. Mais à des kilomètres de distance retentit un « tonnerre » effrayant qui ne ressemblait à rien de ce qu’on connaissait.
La bombe explosa à quelque deux mille pieds au-dessus de la ville. Si elle avait explosé au sol, l’horreur aurait été pire : toute la population d’une ville serait instantanément réduite en cendres ; et pour encore citer Schell : « N’importe quel humain dans la zone, serait réduit en cendres et en fumée : il disparaît, tout simplement. Une population incinérée, changée en poussière radioactive s’élèverait dans le nuage en forme de champignon… »
Maintenant, voici d’autres versets d’Isaïe : « On vous aura tant abaissés que votre voix montera de la terre, que vous marmonnerez dans la poussière… Votre voix sera pareille à un fantôme qui sort de la terre et vous murmurerez dans la poussière, et beaucoup de vos ennemis seront réduits en fine poussière et les hordes féroces ne seront plus que paille au vent. Cela adviendra soudainement, dans l’instant. »
Suivent ces mots énigmatiques : « Pour vous, toute cette vision n’est rien que des mots scellés dans un livre… »
L’antique prophétie de l’Armageddon semblait confirmée par le code de la Bible : Jérusalem, le centre des trois grandes religions du monde occidental, la cité où David régna, où Jésus mourut et où Mohammed monta au ciel pourrait être annihilée dans une bataille finale déclenchée par la haine religieuse…
Le véritable Armageddon serait une guerre nucléaire.
Le mot « Armageddon » vient du dernier livre de l’Ancien Testament. On le trouve dans un verset qui semble fantastique. « Les Esprits des morts, accomplissant des prodiges, iront chercher les rois de la Terre et du monde entier pour les mener à la bataille de ce grand jour du Tout-Puissant. Ils se rassembleront dans un lieu qui est dit en hébreu : Armageddon ».
Armageddon existe bien : c’est le nom grec d’une ancienne cité d’Israël, Megiddo et se dit « Harmegiddo ». Armageddon n’est que la transcription grecque de ce nom.
C’est à Megiddo que se trouve l’une des plus importantes bases aériennes d’Israël. Elle est située à proximité de l’ennemi implacable d’Israël : la Syrie.
«Harmegiddo » est codé dans la Bible avec le nom du chef syrien Hafez el-Assad.
Le dernier livre du Nouveau Testament prédit une guerre finale d’une violence sans précédent : « Satan sera libéré de sa prison, et il ira tromper les nations aux quatre coins de la Terre pour les exciter à la bataille ; oui, les phalanges de Gog et Magog, innombrables comme des grains de sable dans la mer. »
Personne ne sait où se trouvait Magog, mais la prophétie originelle est qu’Israël sera envahi par le nord. Le seul ennemi moderne d’Israël est la Syrie.
[…]
Mais ce qui retint réellement mon attention, fut une autre déclaration d’Einstein : « Je ne sais pas avec quelles armes on se battra dans la troisième guerre mondiale, mais je sais que, dans la quatrième, on se battra avec des gourdins et des pierres. »
En cette fin du XXème siècle, il existe déjà un genre de chaos que le monde n’a jamais affronté auparavant : nous avons construit des armes qui peuvent détruire la civilisation en un seul jour,
et ces armes échappent désormais à tout contrôle…
 

Le code est-il fiable ?

J’étais soulagé, mais déconcerté.
Le code de la Bible était-il donc erroné ? Ou bien le danger était-il réel et n’avait été que retardé ?
J’y pensai tout le week-end, et le lundi, j’adressai un fax à Yatom :
Un mot de plus, et puis je renonce à la divination de l’avenir.
L’attaque atomique prédite pour les derniers jours de 5756 était à l’évidence, une possibilité qui ne s’est pas réalisée, mais j’ai l’intuition que le danger n’est pas écarté…
Nous avons vu, à plusieurs reprises que des événements s’étaient produits comme prévu, mais non quand cela avait été prévu…
Le futur était codé dans la Bible, l’assassinat de Rabin, et la guerre du Golfe le prouvaient, Mais il n’était pas prédéterminé. Il consistait en une série de probabilités et il pouvait être modifié.
Alertés par le code dans la Bible d’une attaque atomique, les Israéliens l’avaient-ils prévenue par leur vigilance au moment prédit pour ce danger ?
En faisant publiquement état du danger trois jours après mon entrevue avec lui, le premier ministre Peres avait-il fait avorter l’attaque terroriste programmée ? Ou bien tout cela n’avait-il pas été modifié par le hasard, quand Netanyahu avait retardé son voyage à la dernière minute ? Sans le savoir, Le Premier ministre avait peut-être sauvé sa vie en retardant son voyage ; et en sauvant sa vie, Netanyahu avait peut-être prévenu ou retardé une guerre…

[N.d.l.r. – « « Hasard » c’est le nom que prend Dieu, quand il veut passer inaperçu » dit le dicton…
– « Le « hasard » est un mot humain pour expliquer l’inexplicable » dit l’archange Raphaël…
Il y a le travail que fait le Ciel :
– « Des jours difficiles et douloureux vous attendent…
Mais souvenez-vous, enfants, que des mains se tendent pour aplanir tous vos chemins… » [archange Raphaël]
– « Nous essayons d’accomplir un prodigieux travail auprès des chefs de gouvernements pour essayer, à travers des objurgations constantes, de leur faire admettre des réalités plus puissantes qui pourraient retarder l’échéance de souffrances et de drames ;
mais, hélas, l’orgueil est là, présent, et ce libre arbitre que nous souhaiterions les voir utiliser pour un chemin de sagesse et de bonté, sera froissé et repoussé par des mains énergiques et nerveuses, dans une relance orgueilleuse et vaine qui fera se dresser les masses… et s’affronter les forces. » [Archange Raphaël – extrait de Quand le Ciel parle… de marcelle Olivério]
– « Le Ciel parle, enfants !…
Quand le Ciel parle, le Ciel pleure !… Il pleure sur vos erreurs, il pleure sur votre entêtement, il pleure sur votre orgueil, il pleure sur vos refus, sur vos reniements, il pleure sur ce que vous accomplissez à chaque instant, dans la conscience profonde de vérités que vous détenez, de vérités qui pourtant, instant après instant, entachent et obscurcissent vos jours…
Le Ciel pleure et pleure encore et toujours… Nos mains se tendent et nous supplions, mais… combien écoutent, combien entendent et… combien font ? » [Archange Raphaël – médium : marcelle olivério]
Il y a aussi les prières qui peuvent influencer tel ou tel…
et l’individu face à son libre arbitre…
– « Vous », dit Drosnin à Rips, « vous êtes mathématicien, religieux, et vous lisez la Bible tous les jours ; mais je ne sais pas pourquoi, moi, je m’y intéresse : je ne suis pas religieux, je ne crois même pas en Dieu, je suis un parfait sceptique… Je ne suis que le reporter qui est tombé là-dessus. »
Je me sentis contraint d’avertir Peres et Netanyahu que le code prédisait une attaque atomique, de même que j’avais averti Rabin que le code prédisait son assassinat.
Je n’avais jamais imaginé que je finirais par rechercher les détails de la véritable Apocalypse. Je n’avais jamais imaginé que la « Fin des jours » se trouverait codée dans la Bible… Je n’avais jamais imaginé que les prophéties de la Bible sur Armageddon pourraient revêtir quelque réalité que ce fût.
J’avais été reporter toute ma vie. J’avais commencé ma carrière en suivant les patrouilles de police. J’avais toujours témoigné d’une vision prosaïque et terre à terre de la réalité… et j’étais même déterminé à traiter cette histoire de la même manière que j’avais traité les autres…
Les reporters écrivent en général ce qui est arrivé et non ce qui va arriver. Mais étant donné que nous ne pouvons pas laisser détruire notre monde par une guerre nucléaire, nous n’avons pas le loisir d’attendre…

« D’habitude, les gens attendent que les événements se soient produits avant d’essayer de les décrire, mais, étant donné que nous ne pouvons en aucun cas laisser un holocauste se produire, nous sommes contraints, dans ce cas particulier, de devenir… des historiens du futur…

Au début, déclare Isaïe, personne ne pourrait ouvrir le « livre scellé » ;
Mais à la fin, prédit Isaïe, le « livre scellé » sera ouvert : « Ce jour-là, les sourds entendront la parole du livre, et, au fond de la détresse et des ténèbres, les yeux des aveugles verront… »
C’est la vision d’un « avenir » d’abord dissimulé dans une grotte, puis dans un code que personne ne pouvait percer avant que l’ordinateur ne fût inventé…
Dieu est patient car il voudrait que beaucoup soient sauvés…
et qui sait quelle heure il est à la pendule de Dieu ?
Nul ne le sait !

Mais le compte à rebours aurait-il déjà commencé, car…
quelle heure est-il à la pendule de Dieu ?…

Michael Drosnin

SOURCE: http://bengarno.webs.com/lecodesecret.htm

Acheter les livres:



Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Illustration du profil de Gary Nicolo

Articles du site

Qui est en ligne ?

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Illustration du profil de Gary Nicolo

Recherchez et achetez un produit!

Méta