Published On: mer, Jan 11th, 2017

LE GENOCIDE HERERO (NAMIBIE) PAR L’EMPIRE COLONIAL ALLEMAND EN 1904

531005_475615632462961_862939486_n

De 1884 à 1915 l’Allemagne administra la Namibie. Apres qu’un commerçant allemand fit la découverte d’importante mine de diamant dans l’ouest du pays. Des conflits ne tardèrent pas a éclater entre la populations locale (Hereros) et les colons qui ne cessaient de commettre divers abus: vols des terres, du bétail, des femmes et le lynchage permanent des hommes Hereros, des abus qui lassèrent rapidement le peuple bafoué. A l’époque la crainte des colons Allemands étaient de subir une révolte générale de la population locale. En 1904 les Hereros menèrent une offensive contre des colons dans la ville d’Okahandjo et tuèrent plus de 200 civiles. Le prétexte d’une extermination de la population paru accomodante.
Peu de temps apres l’offensive des Hereros, le général Von Trotha, officier dont la réputation de cruauté s’est faite en Chine et dans l’Afrique de l’est fut muté en Namibie et envoya une recommandé aux colons allemands vivant sur le territoire « Les Hereros ne sont plus des sujets allemands. S’ils n’acceptent pas de partir par leur propre volonté, ils laisseront contraints par les armes. Ils doivent quitter le pays sinon, je les délogerai avec mes « groot Rohr » (grand canon)… Tout Héréro aperçu à l’intérieur des frontières namibiennes avec ou sans arme, sera exécuté. Femmes et enfants seront reconduits dans des camps de travail. Aucun prisonnier mâle ne sera pris. Ils seront fusillés. Décision prise pour le peuple Héréro. J’anéantis les tribus insurgées dans des flots de sang et d’argent. C’est la seule semence pour faire pousser quelque chose de nouveau qui soit stable. »
Dès août 1904, le général Von Trotha fit encercler les Hereros de façon à ce que la seule voie possible de fuite fût à l’Est, vers le désert du Kalahari dans un environnement ne leur permettant pas de survivre et pour s’assurer de la réussite de son plan, Von Trotha établit un cordon militaire le long du désert et fit empoisonner les points d’eau. Des milliers de civils furent victime de ce cruel châtiment. Pendant trois ans, une répression systématique fut exercée à l’encontre des Hereros: exécutions sommaires, pendaisons, enfants passés par la baïonnette, corps des suppliciés laissés en exemple.
A la fin du massacre, le bilan des victimes fut catastrophique: de 86 000 Hereros , il n’en restait plus que 15 000 à survivants en 1907. Une partie des survivants réussirent a fuir dans les colonies voisines, les derniers résistants furent enfermés dans des camps de travail  forcés à travailler dans des mines dans des conditions déplorable (manque de nourriture, de soin) privé de leur terre. Les femmes feront même office d’esclaves sexuelles auprès de nombreux officiers Allemands.
A la fin de la première guerre mondiale, lorsque l’Allemagne se vit retirer toute ses colonies Africaines, les colons anglais installés dans le pays voisin (Afrique du Sud) établirent un rapport accablant sur ces événements afin de pouvoir administrer le gouvernement Namibien mais en vain. Pendant des années, le massacre des Hereros a fut ignoré de la communauté internationale, en dépit des appels lancés, notamment aux Nations unies, par le chef Herero Hosea Kutako figure emblématique de cette période douloureuse.
Ce n’est qu’en 2004 soit 97 ans après les faits que le gouvernement Allemand fit reconnu le génocide Herero et fut ses excuses officielles lors d’une cérémonie commémorative organisée au nord de la Namibie, par la ministre de la Coopération et du Développement Mme Wieczoreck-Zeul: « Nous Allemands, acceptons notre responsabilité morale et historique, je vous demande de nous pardonner  » un geste qui fut salué par le gouvernement namibien et les derniers descendants Hereros, mais qui ne les a pas empêchés de réclamer à des réparations financières pour les dommages et les vols subits. Demande à laquelle la ministre a répondu par un accroissement d’un soutient financier à la Namibie avec 12 millions d’euros par an.

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Articles du site

CHATROOM

[chatroom]

Recherchez et achetez un produit!

Méta