Published On: dim, Oct 29th, 2017

LES ORIGINES AFRICAINES DU CAPITALISME

Aboubacry Moussa Lam revient sur la signification probable de W3st, « Thebaï », « Thèbes », terme formé à partir du signe hiéroglyphique du sceptre w3s, objet auquel sont associés les Neterus. Il note : « Un lien existerait entre le sceptre w3s et la notion de prospérité. En effet D. Meeks, citant Dendéra VIII, 30, 9, signale une graphie w3si dont le sens serait prospérer. Ce sens, s’il est confirmé, viendrait s’opposer à celui plus connu de w3sise ruinertomber en décadence. De tels faits nous laisseraient dans l’embarras si des parallèles pris chez les Peuls ne venaient à notre secours. (…) Quant à la racine waas, elle peut signifier prospérité ou ruine grâce à l’opposition pertinente entre aa et iiWaasaa se traduit parbien pourvuprospère, et waassii par dépourvuruiné. (…) le w3s symbolise plus que la richesse entre les mains des dieux et des pharaons Égyptiens : il évoque aussi la puissance et la gloire divines. Là aussi nous avons confirmation par les langues négro-africaines. En effet, aussi bien dans le groupe mandé qu’en pulaar, wasu signifie l’autoglorification. Le pulaar nous donne encore ici une occasion de relever l’extrême finesse des convergences existant entre l’Égypte et le reste de l’Afrique. C’est cette langue qui nous permet de comprendre pourquoi le bétail, la richesse, la gloire, sont inextricablement liés. Wasorde c’est, en pulaar, une place découverte, située généralement derrière le village, et qui sert de lieu de rassemblement des troupeaux.

« Le sceptre w3s est le bâton qu’on voit le plus souvent entre les mains des dieux et des pharaons. Certains égyptologues ont pris le w3s qui pour un bâton de conduite des chameaux, qui pour un vulgaire instrument de cueillette de dattes. Et l’auteur de cette dernière hypothèse de s’étonner que les dieux égyptiens aient pu se choisir comme insigne un outil de cueilleur de dattes. Les dieux égyptiens n’étaient pas connus pour leur goût pour les dattes, la chose a effectivement de quoi étonner » (A. Moussa Lam, Les Chemins du Nil, pp. 127-128).

(…) Wasaade, dans la même langue, a deux sens. Le verbe désigne les bêtes à l’état de repos dans la place décrite plus haut. Wasaade se dit aussi d’une bête mieux nourri que sa voisine et donc plus grasse. Lewasorde est le lieu où la comparaison entre les bêtes et les troupeaux peut être facilement faite.  C’est pourquoi, pour désigner le meilleur berger de l’année, tous les troupeaux sont rassemblés auwasorde ou son équivalent. Cela donne lieu à un concours très sélectif, le basondiral (de la même racine que wasu) qui n’est rien d’autre qu’une évaluation comparative de l’embonpoint des bêtes par un jury de connaisseurs constitués essentiellement d’anciens bergers. Wasu (substantif) autoglorification etwaastade (verbe) s’autoglorifier, sont donc deux concepts empruntés au pastoralisme. (…)Ainsi ce sont tous ces éléments, en apparence, loin les uns des autres mais en réalité logiquement liés, que les Égyptiens ont condensés dans le sceptre w3s. On comprend mieux maintenant pourquoi il est si fréquent, au niveau de l’iconographie égyptienne, dans les mains des dieux et des pharaons. On comprend aussi pourquoi W3st dont la graphie comporte le sceptre w3s pourrait tout aussi bien signifier la prospère, laglorieuse, ou les deux à la fois. C’est peut-être ici le lieu de signaler que les parallèles de la grande capitale recensés dans le Fuuta-Tooro semblent donner la faveur à la prospérité : Waasetaake, le nom de l’un des villages identifiés, signifie littéralement endroit où on ne peut être pauvre » (A. Moussa Lam, Les Chemins du Nil, pp. 128-130).

 Cette citation longue et riche de l’auteur Sénégalais nous donne le sens originel de la notion de « capital ». En effet, pour saisir l’origine encore incertaine du terme W3st; on peut se rapporter au grec Thebaï. Ce mot, « Thebaï », n’ayant pas d’étymologie dans la langue grecque, on peut envisager qu’il fut aussi un emprunt fait à la langue pharaonique pour désigner la ville aux Cents Portes. Martin Bernal fait provenir cette locution, thebaï, du kémitique db3t ou dbt signifiant, « boîte », « pot », « coffre »[1]. Or, le mot grec pour dire « coffre », « récipient », est kubas, construit à partir de la racine indo-européenne kaput, qui désigne indistinctement « la tête », « le pot », « le récipient ». Ce radical forme le « haupt » allemand, le « head » anglais, et conduit au latin caputcapitalis, c’est-à-dire « quelque chose qui est relatif à la tête ».

Si l’on revient à l’étude d’A. Moussa Lam, nous lisons que la racine waas- peut signifier à la foisprospérité et ruine « grâce à l’opposition pertinente entre aa et iiWaasaa se traduit par bien pourvu,prospère, et waassii par dépourvuruiné » (A. Moussa Lam, Les Chemins du Nil, p. 129), « en effet, poursuit l’auteur, D. Meeks, citant Dendéra VIII, 30, 9, signale une graphie w3si dont le sens seraitprospérer. Ce sens, s’il est confirmé, viendrait s’opposer à celui plus connu de w3sise ruinertomber en décadence. » (A. Moussa Lam, Les Chemins du Nil, p. 128).

Or, le latin capitalis présente exactement les deux sens, puisque « capital » se dit de quelque chose qui entraîne la mort (ex : peine capital) et de quelque chose qui apporte la prospérité (ex : capitalisation). On peut saisir ici l’origine certaine du terme « capitalisme » qui, pour bien des peuples, est synonyme de prospérité et pour d’autres synonyme de mort. « Capitulation », « décapitation », ont le sens dedécadence; on trouve partout présent une référence à la tête.

À la lumière de cette première correspondance, on peut parfaitement concevoir les origines du Capitalisme à Kemet, dans la vallée du Nil – un Capitalisme soumis aux règles de la Maât dont les 42 confessions négatives sont connues et parfaitement énoncées dans les textes sacrés. Elles présentent des modalités différentes dans le rapport des Hommes avec la nature et les autres êtres humains (solidarité, partage hospitalité, justice, proscription de l’esclavage, etc.) sans toutefois nuire à la prospérité de l’empire, qui fut le plus puissant jamais bâti par la race des Hommes.

Suivant A. Moussa Lam, le wasorde des Pulaar désigne le lieu de rassemblement du troupeau. La Capitale est le lieu de rassemblement des principaux services administratifs, financiers et religieux de l’État. Le capitalisme consiste dans l’accumulation du capital, exactement comme le wasorde sert à accumuler le bétail, à le regrouper. Le terme « Capitale » est le doublet savant de l’ancien français chatel, « patrimoine », « biens mobiliers en bétail », à l’origine du terme cheptel. Ici le lien avec le pastoralisme ancestral kémite est établi; ce lien permet de cerner l’origine de toutes ces notions aujourd’hui amplement décrites, valorisées, et présentées par la civilisation occidentale comme lui étant propre; ce qui n’est évidemment pas le cas, car le pastoralisme est l’apanage des peuples sédentaires pratiquant l’agriculture et le matrilignage.

Dignitaires étrangers demandant la clémence au Souverain de Haute et de Basse Égypte. Un interprète se tient devant les dignitaires étrangers. Jamais le roi, ici Horemeb, ne parle directement à son vis-à-vis. Cette coutume persiste dans certains royaumes kémites.

Comme on le voit, W3st, la Capitale, la Tête, le Récipient (qui accumule) rend bien compte du caractère unique de cette ville qui fut véritablement le centre du monde, « la tête du monde », le joyau des Guides de l’Humanité. La tête, dans les traditions kémites, montre effectivement le sens de « centre », Nló Dzob, littéralement la « tête du ciel », sert à désigner le Soleil chez les Ekañ. Le Soleil, tel Râ, est perçu comme le centre de l’universW3st, la Capitale prospère, devint W3si, la Capitale ruinée, lorsque sa tête fut envahie, aliénée et abrutie par les peuples eurasiatiques. Les origines de cette décadence peuvent être vues dans le proverbe kémite qui dit du poisson qu’il pourrit toujours par la tête.

 

[1] Martin Bernal, 2006, Black Athena. The Afroasiatic Roots of Classical Civilization, Vol. III: The Linguistic Evidence, Rutgers University Press, p. 504.

par Amenhemhat Dibombari

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Illustration du profil de Gary Nicolo

Articles du site

Qui est en ligne ?

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Illustration du profil de Gary Nicolo

Recherchez et achetez un produit!

Méta