Published On: ven, Avr 21st, 2017

NOTRE HISTOIRE

L’ancêtre de la race noire est venu de la planète Kakongo. C’est Ne Nzala Mpandu et sa femme mama Nkenge Lufuma. Ils furent débarqués par le char de feu sur le plateau de l’Ethiopie. De ce couple naîtront douze enfants, qui sont les douze patriarches de la race noire. Ces douze enfants du ciel vont mélanger leur sang avec les enfants de Tami(un Noir), venu de l’Inde et donneront naissance à des Noirs de grande taille.

Après le dèluge, Tata Kongo Nimi, issu des descendants de Na Lukengo, le fils aîné de Ne Nzala Mpandu, en Ethiopie, va se marier avec mama Ngunu et ils donneront naissance à trois enfants qui sont les reflets de trois grand attributs de Dieu, le Créateur:

– Nsaku Ne Vunda, l’Amour divin, qui fut Prophète.

– Ne Mpanzu, l’Intelligence créatrice de Dieu, et fut forgeron et guerrier.
– Mama Nzinga c’est le reflet du Pouvoir divin et fut la Reine.

En l’an 4200 avant l’ère du poisson, ces Noirs de grande taille vont se multiplier et vont habiter l’Ethiopie, l’Egypte, la Nubie, le Sahara, la Moab, le Canaan, et le Madian.

Nkulu Kenatu lutta contre les Désordres Spirituels de son temps et renouant avec la relgion Soalire millénaire ancestrale : Kinzambi kia Kongo. Puis les Bena Kôngo persécutés et fidèles au Falao Kenatu se réfugièrent alors Etiopi.

En l’an 960 avant l’Ere du Poisson, la Reine Makenda Saba (= Makeda)de la Tribu de Bena Kôngo se maria avec le Roi Salomon d’Israel. Ce Mariage favorisa l’émigration de beaucoup de Bakongo qui sont venus s’installer librement en Israel. Le Peuple Falasha (=Betha Israel) sont issus de ce mariage entre les enfants du clan Bena Kôngo et les enfants du clan Bena Israel.

Le BUKONGO dit ceci concernant les FALASHA : Quand la Reine Makenda Saba (BENA KONGO) épousa le Roi Salomon de Jérusalem (BENA ISRAEL)…des BENA KONGO s’ installèrent à Jérusalem où ils épousèrent les femmes issues du clan BENA ISRAEL donnant naissance au peuple appelé FALASHA (BETHA ISRAEL)…Le seul pays d’ Afrique où l’ on envoya le Christianisme Primitif est l’ Ethiopie où résidaient des descendants du Roi Salomon avec la Reine Mankenda Saba. A part l’ Ethiopie, le Christianisme alla tout droit en Occident où il resta cantonné pendant des siècles. C’est pourquoi l’Eglise Chrétienne Orthodoxe d’ Ethiopie est un des plus vieille Eglise Chrétienne d’Afrique.

C’est pourquoi le peuple Israel a adopté l’Etoile à six pointes du Pëuple Bena Kôngo car à l’origine le symbole sacré du peuple d’Israel était le chandelier à sept branches (=la Menorah).

C’est pourquoi la langue des Hébreux est du Kikongo Pur déformée comme par exemple : Nabi est devenu Rabi, Yakubu est devenu Yacob, Masa est devenu Moshe, Elima est devenu Elohim, Dikahala est devenu Kahal, Ne Melekisedeki est devenu Melshiseq, Kanana est devenu Canaan, Yelusalemi est devenu Jerusalem, etc…

Au lieu d’étudier le Latin, l’Hébreu, c’est plutôt le Kikongo Pur que les Evèques Africains, Européens, et Américains, devraient apprendre et approfondir. Celui qui est Maître en Bukôngo comprend la Bible en profondeur inconnue des Révérends Pasteurs. Car les Clefs de la Bible se trouve dans le Bukôngo, et la langue Kikongo. Un Grand Nabi Kôngo est capable d’étonner le Monde Entier. Mais nous ne sommes pas autoriser par le Muela Kongo d’écrire, à n’importe quel moment, tout ce que nous connaissons. Chaque chose en son temps.

Les Semites Originels étaient de la Race Noire car ils étaient les descendants de l’Ancêtre Na Nsemi. Na Nsemi était le premier née de Na Lukengo.Na Lukengo était le fils aîné des Ancêtres primordiaux de la Race Noire mondiale : Na Nzala Mpandu et Mama Nkenge Lufuma.

Savez-vous que Na Nzala Mpandu et Mama Nkenge Lufuma vinrent de la rayonnante étoile Kakongo. Ils vinrent sur la planète Terre dans un Kumbi dia Tiya (=un Char de Feu) et se posèrent en Etiopi. Fermons cette parenthèse. 

Les Hébreux ont blanchis la Religion des Sémites Noirs Originels et les Grands Nabi Kôngo disent : « Vous voyez que les choses que Moise avait écrit dans sa Bible ne venaient pas de Dieu d’Israel, mais plutôt de ce qu’il avait appris auprès des Grands Nabi Kôngo de l’Egypte Antique et du pays de Madiani. Voilà la Parole de Doei des Chrétiens ! C’est en réalité la Parole des Grands Nabi Kôngo…Ingeta ! Ibobo, Ibobo, Ibobo !

En l’an 220 avant l’ère du poisson, lors du déclin de grande civilisation égyptienne, l’Archange Ne Muanda Kongo apparût à Ne Mbemba Zulu et lui dit :

 » pour la confusion des Nations, et cela jusqu’à ce que le temps prévu par Yaav Muanda Kongo arrive, dès maintenant les nations vous connaîtront sous mon nom de temple. Vous êtes les Beni Kongo, les Bena Kongo ! Vous quitterez le nord pour le sud, la tête pour le cœur. Vous cacherez les mystères de la sainte loi dans les caves du cœur du pays du soleil Sirius (KATIOPA, l’Afrique) et vous cacherez les douze dans trois. 

Quand les peuples barbares du monde des ténèbres arriveront à transformer la sainte tradition, qui en soi est Noire, en une tradition blanche, vous allez abandonné ce grand repas ils auraient empoisonné. Et alors viendra la nouvelle alliance… 

Tu es la nation qui a été choisie pour me servir. Tes premiers ancêtres sont venus du ciel, de l’espace, mais toi, tu es né en Ethiopie. De l’Ethiopie je t’ai amené en Egypte. Et maintenant je te fais sortir de l’Egypte et je t’envoie loin au delà de l’Ethiopie : pour y être la tête et le cœur de cette grande région, qui va de l’océan Kalunga jusqu’aux sources du Nil. 

 Tu iras vivre au pays de ce grand roi, le grand Mani Kongo qui viendra du ciel, de l’Espace. C’est là que les prophéties s’accompliront pleinement. 

 Car en vérité, dit le Seigneur : lorsque les fils du monde des ténèbres arriverons à dévier collectivement le monde du droit chemin, la lumière qui réhabilitera le monde proviendra de Kongo dia Ntotela, au temps prévu par le Seigneur lorsque l’Etoile de la promesse viendra au Kongo Central. « 

Ainsi sous les directives éclairées de Mbemba Zulu, les Bena Kongo du Sahara, du Canaan, de Madian, de Moab, de la Nubie, et de l’Egypte vont se regroupaient en Ethiopie et commencer la grande migration qui va les conduire vers l’inconnu, la terre promise. Les Bena Kongo vont laisser l’Ethiopie en direction du Tanganika et finiront par atteindre le Zimbabue actuel sous le leadership de l’ancêtre Isanusi; ils vont y édifier une grande civilisation. 

Après le déclin de la civilisation zimbabuéenne, mama Mbangala prendra la direction de conduire le peuple kôngo. 

Traversant le désert de Kalahari sous une grande purification, tous les Bena Kongo qui s’étaient mal comportés et qui avaient péché au Zimbambue, y périrent par les coups de foudres et de tonnerres. Une nouvelle génération de Bena Kongo naîtra du désert de Kalahari et va entrer dans le pays de la terre promise. Lors de ce voyage, une souche de Bena Kongo va perdre l’itinéraire et s’orienter vers le sud. De cette souche sortira le peuple Zulu de l’Afrique du sud.

En l’an 320 de notre ère, les Bena Kongo vont traverser le fleuve Kunene et occuper la premiere region de la terre promise sous la direction éclairée de Ne Nsansukulu a Kanda. Ils baptisèrent cette première province du pays, Kongo dia Mpangala en raison de grande chaleur de cette région. La première capitale du pays fut installée à Kimpemba. 

En l’an 420, de l’ère des poissons, sous la conduite éclairée de Ne Kodi Puanga, les Bena Kongo prennent les terres de la deuxième provinces du pays sous l’appellation de Kongo dia Kuimba ou Kongo dia Mulaza et la capitale fut déplacée à Kahemba et puis à Feshi, dans la région actuelle de Bandundu. 

En l’an 529 de notre ère, les Bena Kongo vont traverser le fleuve Muanza et vont occuper la troisième province du pays nommée Kongo dia Luangu ou Kongo dia Mpanzu, en mémoire de l’ancêtre forgeron. La capitale fut ramenée à Zimba dans le Manianga actuel. Après l’ascension de Ne Nsengele Mbele, les Bena kongo vont longer le fleuve Muanza et le traverser à Nsanda Nzondo.

En 690 de notre ère, sous la direction éclairée du prophète Kulunsi, les Bena Kongo atteindront la montage sacrée appelée Montagne de Lemba, Montagne de Nkumb’awungudi, Montagne de Nkayila, et appelée aussi Montagne de Kongo dia Ntotela.

Avant de gravir cette Montagne, les Bena Kongo vont rester pendant quarante jours au bas de la Montagne pour se purifier. 
Et enfin le grand prêtre Nkembo Wamonesua avec douze vieillards gravirent le sommet de la Montagne sacrée.

L’Archange Ne Muanda Kongo y descendit sous la forme du soleil brillant et foula de ses pieds le sol de la Montagne sacrée. Neuf aigles géants survolèrent la Montagne ce jour là, il y eu des tonnerres, l’arc-en-ciel apparut sur la Montagne et l’étoile de la promesse, à six points vint s’accoler sur l’Arc-en-ciel. Une pluie fine tomba au bas de la Montagne en guise de bénédiction du peuple. 
Les Bena Kongo, à genoux et figure contre terre, juraient de servir notre seul Dieu, en lui adressant un serment de fidélité en ce terme : 

 » Nous servirons Ne Muanda Kongo selon sa volonté. Nous garderons le pays kôngo de Ne Muanda Kongo tel qu’il l’avait voulu. Nous enverrons la lumière de Ne Muanda Kongo à travers le monde entier selon son désir. Nous concentrerons nos efforts pour notre maîtrise et pour le salut des autres. Nous continuerons la lutte de l’évolution et la paix et à la lumière du cœur. Nous continuerons à garder nos idées à la lumière. « 

L’archange Ne Muanda Kongo donna à Ne Nkembo Wamonesua une pierre sacrée, appelée Lusunzi ou Makongo, et les Lois qui devraient désormais régir le pays qu’il venait de nous léguer et dit : Kongo Tadi, kabasu’e mbansinga (Le Kongo est Un et Indivisible). Il bénit les Bena Kongo et les trois provinces du Kongo. C’est sur cette Montagne sacrée que les Bena Kongo vont construirent la dernière capitale qu’ils vont baptiser Mbanza Kongo, Mbanza Lemba, Mbanza Nkamba, Mbanza Ngemba, Mbanza Yenge. Et tous ces noms signifient la ville de paix. 

Partant de Mbanza Kongo, les Bena Kongo vont se multiplier, s’épandre et occuper l’étendu qui va de la rivière Kunene (au sud de l’actuel Angola) jusqu’au fleuve Ogue (au Gabon), et de l’océan Atlantique jusqu’au lac Mandombe (Mai Ndombe) au Bandundu. C’est le Royaume du Kongo.

En 1482 le portugais Diego Cao arrive au Kongo; et le 03 Mai 1491 le roi Nzinga Nkuwu se fait baptiser au catholicisme. C’est le début de l’esclavagisme.
Treize millions de Bakongo furent emportés comme des sardines sans aucune considération humaine aux Etats-Unis, au Brésil, en Haïti, au Cuba, Saint Domingue, au Jamaïque, à la Guadeloupe etc.…

 

En l’an 1822, après la révolte des Noirs aux Etats-Unis et au Brésil, un bon nombre de Noirs, contenant une minime fraction des Bakongo, fut rapatrié vers l’Afrique et va créer le Liberia et la Sierra Leone. Au Liberia les Bakongo vont se regrouper et construire un quartier qu’ils vont nommer Congo Town (en Kikongo = Mbanza Kongo).

 

En 1885 la conférence de Berlin va encore contribuer à déstabiliser le continent africain. Le Royaume du Kongo ne sera pas épargné, il sera divisé en trois grandes parties par des frontières insensées, sous l’appellation de Kongo Français, Kongo Belge et Kongo Portugais. Les Bakongo, des frères du sang, seront séparés par la force des armes et vont se considérer désormais comme des étrangers les uns les autres sur la terre de leurs ancêtres.

C’est ainsi que des mouvements de revendication sociale, des mouvements politico-religieux,vont se succéder dans les trois Kongo. Mama MAfuta, Mama Vita Kimpa(1702), Ne Buta(1910), Ne Mbianda Ngunga(1914), Mfumu Kimbangu(1921),Mbuta Mbumba(1921), Mbuta Matsua(1926), Mbuta Matai(1933), Mbuta Mpadi(1939). Tous combattaient pour la libération des Bakongo et de l’homme noir. Mais les puissances coloniales les arrêtèrent, les jetaient en prison et les tuaient. 

 Ayant été préparés, pendant un bon temps par ces mouvements spirituels, au début des années 1950, des jeunes kôngo s’organisaient au sein des mouvements culturels kôngo politisés, exigeant des indépendances inconditionnelles dans les trois Kongo.

Peu après la réussite de leur combat héroïque, ils furent tous renversés, bafoués et remplacés par des marionnettes, qui ont trahi les populations de l’Afrique Centrale et déçu l’homme Noir…

SOURCE: http://mbutamassee.afrikblog.com/archives/2012/04/06/23950764.html

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Articles du site

CHATROOM

[chatroom]

Recherchez et achetez un produit!

Méta