CAMEROUN: « Wimli » un pseudonyme tragique de la ville de Mbalmayo

Auteur: Christophe Nyemeck Beat
Photo: Centre-Ville de Mbalmayo
Voiced by Amazon Polly
CAMEROUN: « Wimli » un pseudonyme tragique de la ville de Mbalmayo
Noter cet article

L’appellation  » Wimli » ( rocher de la mort), donnée à la ville de Mbalmayo qui se situe à quarante cinq  km de Yaoundé, sur un rocher de cette localité du Nyong et So’o, Région du Centre, Cameroun, tend à s’effacer de la mémoire collective des populations de la ville qui semble résolue à oublier l’histoire tragique qui s’y rapporte.

Les nouvelles générations, notamment celle des années deux milles, ne connaît pas ce pseudonyme de la ville de Mbalmayo; encore moins sa signification. 

Le mot  » Mvimli » tire son origine des événements tragiques de la période d’occupation européenne ( allemande puis française), actualisées dans le livre Ville Cruelle d’ Alexandre Biyidi Awala, journaliste et écrivain, natif du département du Nyong et So’o. Cette ville chargée d’histoire a été plus récemment marquée par la fusillade des condamnés à mort du coup d’état manqué du six avril mil neuf cent quatre vingt  et six.Alexandre Biyidi Awala, de regretter mémoire, naît à  Akom Etam ( traduction française: rocher de l’eau), situé à dix km de wimli, et vit les affres de la période de l’occupation.  Dans ses ouvrages qu’il publie sous le pseudonyme Mongo Béti il dénonce les dérives de la politique coloniale de l’époque, notamment les désagrément sur les termes des échanges commerciaux entre les vendeurs et les colons acheteurs qui fixaient les prix à leur gré, et les soulèvements populaires qui se terminaient par des fusillades ou des assassinats….Les descendants de survivants de cette période coloniale racontent que “a la descente de l’actuelle sous-préfecture, en face de la délégation du ministère de l’agriculture, il y’ avait deux poteaux sur lesquels on fusillaient les rebelles, et les condamnés à mort, et qu’il y a eu tellement de sang versé à Mbalmayo a cette époque là.

Aujourd’hui les habitants de la ville de Mbalmayo semblent avoir tourné cette page cruelle de son histoire et se préoccupent de sa situation économique qui se dégrade chaque jour d’avantage. La ville fut autrefois le chantre d’une activité économique bourgeonnante autour d’un grand marche de cacao et de café, et grand centre des dépôts de bois des sociétés forestières. Aujourd’hui l’instabilité des prix du kilogramme du café ou du cacao, et la fermeture des sociétés forestières ont considérablement dépeint sur la ville. Les nouveaux débouchés sur le marche de l’emploi et les reconversions professionnelles ne sont pas évidents. 
Qu’a cela ne tienne, la ville des rochers a conserve sa beauté antique, qui se dessine autour de ses atouts humain et naturel. La grande carrière qui supplante la ville de Mbalmayo offre une vue panoramique unique. On voit que Mbalmayo est entourée de rochers serpentés par le fleuve Nyong qui divise la ville en deux : Oyack, et New-town où est construit le nouveau pont de la ville.
L’ancien pont qui se situe entre Oyack et Nkong-si constitue désormais un monument historique au regard de son âge. Il a été construit à l’époque d’occupation de la République Fédéral Allemagne (RFA);  il reste ouvert à la circulation des piétons,  des motocyclistes et des véhicules de six tonnes. 
Les eaux du Nyong qui en outrent les rochers regorgent toujours du Kanga, un poisson très apprécié des populations locales, et qui est devenu une spécialité culinaire de la région. Il se consomme bien dans un met traditionnel communément appelé  » Ndomba Kanga ». Et la vie continue….

http://christophenyemeck.blogspot.com/2018/08/cameroun-wimli-ou-rocher-de-la-mort.html

Merci de réagir avec un émoticône et de partager l'article
Love
Haha
Wow
Sad
Angry
You have reacted on "CAMEROUN: « Wimli » un pseudonyme tragique de l..." A few seconds ago
  • 9
    Partages

A lire aussi

fr Français
X