LOU JING : AFRO-CHINOISE, PARTICIPE A UNE EMISSION TELE, ET MET LA QUESTION DU RACISME EN CHINE A LA UNE

  • 19
    Partages

282261_588226524535204_981400544_nLou Jing, jeune chinoise de 20 ans, est métisse. Son père (inconnu) était noir, et sa mère est chinoise. Le père de Lou Jing, marine d’origine afro-américaine, aurait eu une aventure avec la mère de la jeune fille avant de regagner son pays, ignorant qu’elle était enceinte de lui. La jeune fille, candidate à une sorte d’American Idol locale (Let’s Go! Oriental Angel), a déclenché une avalanche de réactions racistes sur le web chinois, et où il apparaît que sa couleur…je vous laisse imaginer la suite.

Sur le web, parmi les multiples réactions, la plupart des internautes chinois évoquent le fait que Lou Chin Lou Jing est quand même arrivée 5e à Shangaï, et que si racisme il y avait eu, elle n’aurait pas atteint ce rang. Toujours selon ces internautes, Lou Jing a commencé à être attaquée sur le Net, après que sa mère ait révélé avoir trompé son ex-mari, adultère dont Lou Jing serait le résultat. N’empêche, quelle que soit l’excuse avancée, difficile de ne pas voir que derrière les attaques qu’elle a subi, c’est la couleur de Lou Jing (et dont la supposée communauté à laquelle elle renvoie) qui était indexée. De même, les attaques semblaient augmenter en puissance au fur et à mesure que Lou Jing avançait dans l’émission. De là à dire que les présumées révélations d’adultère de sa mère n’ont été qu’un prétexte pour que le racisme des uns s’exprime, on n’en n’est pas loin.

Cet incident est à mettre en parallèle avec le récent voyage d’Obama en Chin, et la ferveur qu’il suscite auprès des jeunes Chinois. Bizarre, d’apprécier un président afro, mais d’insulter une Chinoise noire de peau, en estimant qu’elle n’est pas à sa place dans une émission qui a lieu dans SON pays (juste au cas où, il convient de se rappeler que Lou Jing est Chinoise, pas par adoption, mais de naissance). En parcourant le Web chinois (les sites en anglais parce que le mandarin et moi, hum pardon !), je n’ai pas pu m’empêcher de faire un autre parallèle, la ruée de la Chine en Afrique noire. Il n’est plus rare dans une capitale africaine de voir des Chinoises vendre des beignets dans la rue, ou des jeunes Chinoises vendre leurs charmes à ces messieurs (comme quoi, même avec dix bureaux, une femme qui se présente, c’est toujours bon à prendre chez nous).

Les grands médias chinois ont clairement dénoncé le racisme des internautes. Oui, le fait que Lou Jing ait été l’une des cinq finalistes de Shangaï prouve qu’une partie de la population a vu en elle plus qu’une couleur de peau. Mais, si la Chine aspire à occuper le rang de challenger des Etats-Unis, il faudrait plus que de simples prises de parole et dénonciations publiques. Il faut éduquer cette Chine qui ose encore traiter de contre-nature un enfant né d’une Chinoise et d’un noir. La Chine aurait vraiment intérêt à éduquer cette population-là sur le respect dû aux autres. Mais bon, connaissant la faculté de l’Afrique à se faire respecter… pardon, à tout supporter et à se faire allègrement marcher sur les pieds, nothing will be done to expect some respect I presume.

Autre excuse pour dire qu’il n’y avait aucune attaque raciste dans l’affaire Lou Jing : la jeune fille elle-même dans plusieurs interviews, dit s’être rendue compte qu’elle était noire, en participant à l’émission. Lou Jing avoue n’avoir pas souffert de racisme dans son enfance et adolescence, à part quelques questions parfois un peu osées sur sa couleur. Et là, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : face à ces questions qu’elle évoque, Lou Jing ne voyait pas que sa couleur n’était pas la plus partagée, et n’a pas cherchée à en savoir plus sur elle ? Hum ! Là encore, je me suis dite, chacun est libre de vouloir faire des enfants métis, mais, encore faut-il que nous parents soyons moins égoïstes, et apprenions à ces enfants qui ils sont. Obama est ce qu’il est aujourd’hui (confiant en ces différentes identités) en partie grâce à l’éducation que lui a fournie sa mère blanche. Qu’a fait la mère de Lou Jing pour éduquer sa fille dans la connaissance de cette autre identité sienne ? dans un pays où la limitation des naissances conduit à ce qu’on sait, on peut saluer l’acte de la mère de Lou Jing, qui a gardé sa grosse jusqu’au bout. Mais, pourquoi se contenter de pleurer quand sa fille lui a posé des questions sur son père ? Lou Jing affirme l’avoir fait une seule fois, et n’avoir jamais recommencé. Et pour reparler de la couleur de Lou Jing et du fait qu’elle ne s’est rendue compte qu’elle était noire qu’à 20 ans (ah ma fille toi aussi !) ([« When I was young, I didn’t really know I was different from other people. It was only after entering the competition that I realized I was different from others. » (Quand j’étais jeune, e ne savais vraiment pas que j’étais différente des autres gens. C’est seulement après avoir rejoint la compétition que je me suis rendue compte que j’étais différente des autres))], je n’ai pas résisté à l’envie de mettre ce commentaire d’un internaute anonyme sur un des multiples sites visités :

« Why only after competition did she realize her different? Did she get color skin after entering the competition? Who support her to become one of 30 contestants in a national competition? » ((Pourquoi seulement après la compétition qu’elle a réalisée qu’elle était différente? A-t-elle obtenu sa couleur de peau après l’entrée dans la compétition?))

Pour en revenir à ceux qui avancent que n’ayant pas connu de racisme plus jeune, Lou Jing ne peut pas aujourd’hui évoquer cela, doit-on leur rappeler que souvent, en tant que minorité, on vous demande en général de rester dans votre coin et de ne pas faire de vague. Dès lors que vous montez en puissance, les ennuis se pointent. On peut imaginer que Lou Jing, inconnue, vivait sa petite vie, mais au fur et à mesure qu’elle montait dans l’émission, la haine de certains enflait. D’ici à ce qu’elle soit la gagnante nationale, non mais ! Et pourquoi a-t-elle atteint le rang qui fut sien (5e) ? Pardi, encore heureux que dans un pays de un milliard d’individus, tout le monde ne soit pas dans la mouvance « pas d’enfants métis car nous risquons de perdre notre culture ».

Mon père, cet afro-américain, surtout pas cet africain ?

Le meilleur pour la fin. Selon de nombreux commentaires sur le cas Lou Jing, la jeune fille et sa mère auraient dit en substance que son père était afro-américain, pas africain. Ah, évidemment, ça fait une sacrée différence ! Lou Jing a démenti cette assertion, mais si elle a vraiment tenu ces propos, que Dieu nous préserve, le monde devient fou : une métisse afro-chinoise qui découvre subitement qu’elle est noire (de peau) après son passage dans une émission télé, un fait divers qui met au centre de la place un sujet tabou en Chine (racisme, notamment anti-noir), et une « victime » qui elle-même trouverait plus honorable d’avoir un père afro-américain que 100% africain ? Bon, j’arrête là avant d’avoir un mal de tête.

Source: Culturefemme.com

Laissez un commentaire!

  • 19
    Partages