CAMEROUN: Pharmacopée traditionnelle: Mebala un remède du paludisme

Photo: Mebala
  • 7
    Partages
Mebala signifie en langue Ewondo remède, très apprécié dans les régions du Centre, du Sud et de l’Est Cameroun  un breuvage contre les ravages causés par le paludisme.

                           Photo: Mebala

Le paludisme qu’il soit sous sa forme simple ou grave  d’après les statistiques est  la première cause de morbidité chez les enfants diagnostiqués et  sur  cinquante deux pour cent des cas de consultation des enfants de moins de cinq ans montrent qu’ils souffrent du paludisme.

La virulence de cette maladie causée par la piqûre de moustique entrain la mort de vingt quatre pour cent des patients dans les formations sanitaires; aussi trente pour cent des cas d’hospitalisation et la première source de dépense des ménages camerounais.

Breuvage dont les ingrédients issus des plantes sont disponibles localement comme les fruits de citrons vendus dans les marchés de la ville et ailleurs et d’autres ingrédients qui sont dans des villages voisins.

 » L’ Ekouk nom local d’une écorce d’un arbre médicinal; ingrédient principal qui compose le Mebala ;  épluché sur des arbres au village d’Abang à six kilomètres du carrefour Sangmélima [capitale départementale, région du Sud Cameroun], » Pascaline fille de la dame qui fabrique Mebala rencontrée le vingt quatre juillet deux mille dix huit à Abang .

La sève de l’ Ekouk de couleur blanche a un goût amère;  pour Pascaline c’est avec cette écorce que les laboratoires pharmaceutiques  fabriquent  le comprimé de la Quinine.

D’après un personnel de la santé à Yaoundé la possibilité de rencontrer l’écorce de la Quinquina à Abang et dans la région du Sud Cameroun est réelle.

C’est la sève de l’écorce du quinquina ou d’ Ekouk qui donne au  Mebala  une couleur blanche; après une  fermentation de trois jours.

 » Dans une marmite on introduis de l’eau, du jus de citron et l’écorce d’Ekouk, pendant trois jours, en suite on recueille le liquide [ Mebala]; qu’on filtre avant d’introduire dans des bouteilles en plastique ou en verre  » Pascaline 

La prise de ce médicament est buccale et quotidienne, deux à trois fois par jours. Les enfants de moins de  sept ans boivent le médicament dans un godet et les adultes dans un gobelet de zéro virgule vingt cinq centilitre.

Le traitement va de trois jours à deux semaines. Il est important d’après Pascaline de terminer le traitement; parce que  «   Certaines personnes après deux jours arrêtent le traitement, pour des raisons personnelles. Mais je dis que ce n’est pas une bonne chose. »

Pour la maman de Pascaline l’objectif est de soigner des personnes et non se faire de l’argent. Cette femme du troisième âge ajoute qu’elle a reçu ce don gratuitement.

Au marché Japon en Mbalmayo les femmes qui vendent les écorces d’arbres médicinaux et celles qui achètent reconnaissent l’efficacité du  Mebala .

https://christophenyemeck.blogspot.com/2018/08/cameroun-pharmacopee-traditionnelle.html?view=magazine

 

Laissez un commentaire!