La foi bahá’íe et le principe de l’unité raciale

  • 1
    Partage

La Foi bahá’íe est la plus jeune des religions mondiales indépendantes. Son fondateur, Bahá’u’lláh (1817-1892), est pour les bahá’ís le plus récent des messagers de Dieu, dans une lignée dont les origines se perdent dans la nuit des temps et où s’inscrivent Abraham, Moïse, Bouddha, Krishna, Zoroastre, Le Christ et Mahomet.

Au coeur du message de Bahá’u’lláh, il y a la conviction que l’humanité ne forme qu’une seule race et que le moment est venu pour elle de s’unir en une société mondiale. Dieu, affirme Bahá’u’lláh, a mis en marche des forces historiques qui, renversant les barrières traditionnelles de races, de classes, de croyances et de nationalités, donneront naissance, en temps voulu, à une civilisation universelle. Le principal défi pour les peuples de la terre est d’accepter leur unité et de favoriser la marche vers l’unification.

Le principe de l’unité raciale

Les principes de l’égalité et de l’unité raciale sont au coeur de l’enseignement baha’i. Notre communauté s’efforce de créer une civilisation mondiale inspirée par les principes fondamentaux de l’unité de l’humanité et de la réalisation de celle-ci dans la diversité. Ces principes impliquent d’une part la reconnaissance de la valeur et de l’importance de chaque être humain et de sa contribution à la société, indépendamment de sa race, sa couleur ou de son origine ethnique ou culturelle. Pour les baha’is, tous les êtres humains sont égaux devant Dieu. Cette conviction les amène à reconnaître l’égalité de toutes les races et à s’efforcer d’éliminer toutes les formes de discrimination et de préjugés raciaux. Selon l’enseignement baha’i:

toute discrimination visant une race qui est fondée sur son infériorité sur le plan social, son immaturité politique ou son infériorité constitue une violation flagrante de l’esprit qui anime la foi de Bahá’u’lláh…

La seule discrimination tolérable serait une discrimination qui ne s’exercerait pas contre mais en faveur d’une minorité, raciale ou autre.

Les principes de l’unité de la race humaine et de son unité dans la diversité amènent, d’autre part, à mettre l’accent sur le développement de l’unité des êtres humains de toutes races, couleurs et origines ethniques.

Les enseignements baha’is donnent d’ailleurs le conseil suivant:

« Fermez vos yeux aux différences raciales et accueillez tous les êtres humains dans un esprit d’unité. »

Étant donné l’importance qu’attachent les baha’is au principe de l’unité des êtres humains, chaque baha’i cherche d’abord, tout en étant fier de son propre héritage racial, ethnique et culturel, à reconnaître et à promouvoir les liens humains et spirituels qui unissent la grande famille de l’humanité, une famille qu’enrichit la diversité raciale et culturelle de ses membres.

Les efforts des baha’is visant à promouvoir l’unité raciale

Les baha’is et les communautés baha’ies du monde entier s’efforcent de mettre ces principes en pratique. Dans l’enseignement que dispensent les communautés baha’ies dans plus de 100 pays, les principes de l’unité et de l’égalité raciale sont inculqués aux enfants qui prennent ainsi conscience des questions de discrimination et de préjugés raciaux. Partout dans le monde, les communautés baha’ies ont coopéré avec les programmes de l’Organisation des Nations Unies visant à éliminer la discrimination raciale. Elles ont participé aux conférences et séminaires relatifs aux droits de l’homme et elles ont organisé dans leurs localités respectives des cérémonies à l’occasion de la Journée des droits de l’homme et de la Journée de l’unité raciale.

Les principes qui inspirent les activités quotidiennes des baha’is et de leurs communautés témoignent aussi du profond attachement des baha’is au principe de l’unité de la race humaine. Des individus de toutes les races œuvrent constamment et librement au sein des communautés baha’ies locales et nationales pour réaliser l’harmonie et la concorde universelles.  Les élections baha’ies ne donnent lieu a aucune campagne électorale et chaque baha’i est invité à voter au bulletin secret pour les personnes qui lui paraissent les mieux qualifiées sans considération de race, ce qui explique la diversité raciale des membres des organes dirigeants des communautés baha’ies. De plus, chaque baha’i a la possibilité, en vertu du principe baha’i de la consultation de tous les membres, de faire entendre sa voix et d’être écouté avec attention. Enfin, la diversité raciale et culturelle de la Communauté internationale baha’ie – qui comprend des représentants de nombreuses populations autochtones – atteste la réalisation concrète du principe de l’égalité et de l’unité raciale au sein de la communauté mondiale des baha’is. A l’heure actuelle, plus de 2 000 tribus et groupes ethniques sont représentés dans plus de 100 000 communautés implantées dans les 165 pays indépendants où vivent des baha’is.

Bref, les baha’is ont considérablement progressé dans la voie de la réalisation de l’objectif énoncé dans le Programme de 1973 pour la Décennie de la lutte contre le racisme et la discrimination raciale qui vise à promouvoir « les droits de l’homme et les libertés fondamentales pour tous, sans distinction d’aucune sorte fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, en particulier en éliminant les préjugés raciaux, le racisme et la discrimination raciale… ». Ils ont en outre contribué à la « campagne d’information [visant à] supprimer les préjugés raciaux » que le Programme recommandait de « poursuivre énergiquement » au début de la Décennie.

L’importance de l’enseignement spirituel

Les multiples activités des baha’is en faveur de l’égalité et de l’unité raciale constituent toutes la manifestation d’un seul objectif fondamental: promouvoir l’unité raciale grâce à l’élimination des préjugés raciaux.

Les baha’is reconnaissent que la discrimination raciale ne peut être éliminée que par la suppression des préjugés raciaux et surtout par l’extirpation de ces préjugés à leur source même: le cœur des hommes. Pour les baha’is, ces préjugés sont un problème spirituel qui appelle une solution du même ordre. Les préjugés ne peuvent être éliminés que grâce à un éveil spirituel éveil qui est suscité d’une part par la recherche autonome de la vérité et d’autre part par un enseignement et des conseils éclairés. Pour éliminer les préjugés raciaux, il faut donc un enseignement véritablement spirituel dont le but est de promouvoir cet esprit d’analyse qui est le seul moyen d’effacer les stéréotypes raciaux tout en inculquant au cœur et à l’esprit des hommes le principe fondamental – qui est aussi la vérité de l’unité organique de l’humanité. Cet enseignement spirituel doit commencer dès les premières années au cours desquelles se façonne la personnalité de l’enfant, avant même le début de la scolarité. En outre, cet éveil spirituel doit être aussi encouragé chez l’enfant non seulement à l’école mais aussi dans sa cellule familiale, dans son foyer et dans sa communauté.

Programme modèle portant sur l’unité de l’humanité

La Communauté internationale baha’ie estime qu’un premier pas important dans la voie de l’établissement d’un enseignement spirituel et universel consisterait à élaborer et à appliquer dans chaque pays un programme universel, adapté à toutes les cultures et reposant sur l’unité organique de l’humanité. Ce programme doit être inspiré par la reconnaissance du fait que l’étude du problème de la discrimination raciale n’est pas suffisante pour éliminer les préjugés raciaux; c’est-à-dire aussi que l’élimination des préjugés raciaux requiert la prise de conscience, dès le plus jeune âge, des liens humains et spirituels fondamentaux qui unissent les peuples de races, couleurs et origines ethniques différentes. L’aspect pratique de ce programme tient au fait que ces liens ne sont pas seulement théoriques. Il s’agit de liens bien réels et ce programme peut intégrer le dernier état des connaissances dans le domaine des sciences biologiques, sociales, anthropologiques, économiques et politiques qui attestent la réalité de l’unité et de l’interdépendance des êtres humains.

Concrètement, nous proposons que ce programme modèle porte notamment sur l’étude des aspects suivants:

  • L’unité biologique de la race humaine, en tant qu’espèce humaine unique, dont les différences physiques et intellectuelles entre les races s’expliquent par des facteurs qui tiennent à l’évolution, à l’histoire et à l’environnement étant donné que toutes les races possèdent les mêmes caractéristiques humaines et biologiques fondamentales et les mêmes aptitudes inhérentes au progrès intellectuel;
  • Les besoins, désirs et émotions fondamentaux qui sont communs à toute l’humanité;
  • La recherche que mènent tous les êtres humains pour trouver leur identité;
  • L’institution universelle de la famille qui est la cellule de base de la société;
  • L’aspiration universelle à la participation et l’appartenance à une communauté plus vaste et le développement d’un sens d’identité culturelle;
  • L’interdépendance sociale, économique, culturelle et politique de tous les peuples;
  • Les aspirations et la quête spirituelles de chaque être humain par la voie de la religion.

Pour l’étude de chacun de ces aspects, les différences culturelles peuvent être analysées et considérées comme les diverses expressions et manifestations des mêmes caractéristiques et besoins universels. Outre l’examen de ces questions de fond, le programme que nous proposons pourrait aussi porter sur les thèmes suivants:

  • Le fait que les préjugés raciaux sont dus à l’incapacité de percevoir les liens qui unissent tous les peuples;
  • L’importance des contacts avec les peuples de toutes les races, en vue de supprimer les préjugés et de faire comprendre les liens communs qui existent entre les êtres humains;
  • Les différentes formes de manifestation des préjugés raciaux dans la vie quotidienne;
  • L’action entreprise par l’Organisation des Nations Unies et les normes qu’elle a déjà adoptées dans le domaine des droits de l’homme.

Pour la Communauté internationale baha’ie, il est permis d’espérer que l’élaboration et l’application d’un programme portant sur l’unité de la race humaine et s’adressant aux enfants dès leur plus jeune âge permettrait d’éliminer les préjugés raciaux et de progresser dans la voie de la réalisation des objectifs de la première Décennie de la lutte contre le racisme et la discrimination raciale, objectifs qui doivent être reconsidérés dans un esprit neuf et avec une détermination nouvelle. C’est sur la base de leurs principes et de l’expérience concrète qu’ils ont acquise dans le domaine de la promotion de la cause de l’unité raciale, que les baha’is sont convaincus que les attitudes des hommes peuvent changer et qu’il est possible d’éliminer les préjugés raciaux et le fléau social de la discrimination raciale qu’engendrent ces préjugés grâce à la reconnaissance de l’unité organique des peuples de toutes races et de toutes couleurs. Nous espérons sincèrement que la présente Conférence partagera notre optimisme et notre détermination.

Toutes les citations de la présente déclaration sont extraites des enseignements baha’is.

SOURCE: https://www.bic.org/statements/racisme

[amazon_link asins=’2296094465,0877431728,2872030441,2738489397,B016AOANKQ,2849241938,B01JK42K8Q,B014AD125O’ template=’ProductCarousel’ store=’afrikhepri-21′ marketplace=’FR’ link_id=’e4c5c5ef-7e50-11e8-a18c-c5fd7ad36ca5′]

Laissez un commentaire!

  • 1
    Partage