L’éducation de l’enfant au point de vue de la science spirituelle

  • 33
    Partages
 

Rudolf Steiner: La vie moderne propose de nombreux problèmes que nos aïeux croyaient résolus. Elle remet à l’ordre du jour d’innombrables revendications. Quel bouillonnement de question diverses dans l’univers à l’heure actuelle : la question sociale, le féminisme, les questions d’éducation et de pédagogie, les questions de droit, d’hygiène, etc.. On a recours aux moyens les plus divers pour les élucider. Le nombre est infini de ceux qui, munis d’une formule quelconque, surgissent pour résoudre telle ou telle question, ou pour contribuer du moins à sa solution. Toutes les nuances du tempérament humain s’accusent tour à tour : les radicaux, aux allures révolutionnaires ; les modérés, respectueux de l’ordre établi, aspirant à le régénérer par l’évolution ; et les conservateurs, émus de la plus légère atteinte portée aux institutions et aux traditions. Autour, de ces points cardinaux de l’opinion se groupe le nombre infini des convictions intermédiaires.

En apportant une certaine clairvoyance à l’examen de la vie, nous ne pourrons, en présence de semblables phénomènes, réprimer ce sentiment : l’homme contemporain ne dispose pas, le plus souvent, des ressources suffisantes pour l’accomplissement de sa tâche. Les tentatives abondent qui voudraient réformer la vie sans la connaissance réelle de ses principes. Toutefois ceux qui projettent d’influencer l’avenir ne devront pas limiter leur étude à la surface de la vie. Ils devront en explorer les régions profondes.

Toute la vie humaine ressemble à une plante qui contient pas seulement ce qu’elle offre à nos yeux, mais encore un état futur qu’elle cache au tréfonds de son être. La contemplation d’une plante, déployant ses premières feuilles, nous annonce l’éclosion proche de fleurs et de fruits. Et de ces fleurs et de ces fruits, cette plante recèle déjà les germes. Mais comment l’observation réduite au seul aspect de la plante saurait-elle déterminer la forme future de ces organes ? L’étude de la nature même de la plante est la condition indispensable de cette enquête.

De même la vie humaine recèle les germes de son avenir. Mais seule la connaissance de la nature cachée de l’homme permet de concevoir cet avenir. Il est vrai que ce genre de recherches sourit peu à nos contemporains. Ils s’attachent à la surface et croient perdre pied en pénétrant dans les domaines inaccessibles à l’observation extérieure. À vrai dire, l’observation de la plante est incomparablement plus simple. L’homme sait que telles plantes ont souvent porté des fruits. Mais la vie humaine est un fait unique. Les fleurs qui pareront son avenir ne se sont jamais manifestées. Cependant dans l’homme ces fleurs sont en germe, comme celles d’une plante à l’étape des feuilles. …

Laissez un commentaire!