Pas de peuple réduit en esclavage, pas de peuple élu, pas de terre promise par Dieu

Pas de peuple réduit en esclavage, pas de peuple élu, pas de terre promise par Dieu
5 (100%) 1 vote

Les Hébreux étaient des Égyptiens adorateurs du dieu Aton. C’est ce qu’ont découvert deux chercheurs français. Une hypothèse pressentie, au siècle dernier, par Champollion.

Cette découverte fera du bruit. Elle agace, déjà, le milieu scientifique – historiens et archéologues -, et trouble le monde religieux. Le bruit court que les agents de Steven Spielberg en ont eu vent outre- Atlantique et que le grand cinéaste pourrait porter à l’écran « Les secrets de l’Exode », l’ouvrage de deux chercheurs hébraïsants (1).

Les intuitions de Sigmund Freud

Que nous disent Messod et Roger Sabbah? Ce que le Lotois Jean-François Champollion avait, bien avant eux, probablement pressenti – il est mort trop tôt pour aller au bout de ses convictions. Ce que le psychanalyste Sigmund Freud avait, il y a soixante ans, géniale intuition, soupçonné en évoquant, dans ses écrits, l’hypothèse d’une transmission aux Hébreux, par Moïse l’Egyptien, de sa propre religion, celle du dieu Aton. Messod et Roger Sabbah vont plus loin encore en soutenant que tous les Hébreux sont des descendants des anciens Egyptiens.

Ils s’appuient d’abord sur un constat: il n’y a aucune preuve archéologique de l’existence de ces Hébreux tels qu’ils sont décrits dans la Bible. Pour la plupart des savants, ils seraient vaguement assimilés, faute de mieux, aux « Apirous », peuple semi-nomade aux contours flous. Aussi s’interroge-t-on depuis des lustres: comment une population ayant vécu près d’un demi-millénaire en Egypte, forte de près de deux millions d’âmes, a-t-elle pu fuir le pays, l’armée du pharaon à ses trousses, puis s’installer en « Terre Promise », alors administrée par l’Egypte, sans qu’aucune trace ne subsiste ni de leur long séjour, ni de leur exode? Pas de trace non plus d’Abraham. Inconnu au bataillon pour les scientifiques. Pas d’inscription, pas de récit, rien dans les temples, rien sous le sable du désert.

L’obscur pharaon Aï

Nos deux chercheurs fondent ensuite leur hypothèse sur une troublante étude comparative des écritures, l’hébraïque et les hiéroglyphes. Dans le tombeau de Toutankhamon, ouvert en 1923, figuraient des inscriptions rédigées en hiéroglyphes insolites, certaines lettres ressemblant à s’y méprendre – forme, prononciation, valeur symbolique – à l’alphabet hébreu. La coïncidence, à l’époque, n’émut personne. Pas plus que celle-ci: sur un mur du tombeau, le double « cartouche (la signature gravée) d’un obscur pharaon, Aï, dont le nom, en hiéroglyphes, ressemble à celui, dans la Bible araméenne, de Dieu, prononcé Adonaï (Aton-Aï). Et, à l’entrée de la salle du trésor, gardant la tombe, couché sur un coffre, le chien Anubis (ou Anapi): en hébreu, « Nabi » signifie « gardien de la loi ». Chien et coffre étaient recouverts d’un tissu sacré rappelant le châle de prière des Hébreux. Le coffre à brancards, lui, pourrait s’apparenter à l’ « Arche d’Alliance » telle qu’elle est décrite dans la Bible.

Arguant de ces similitudes – il y en a bien d’autres -, les frères Sabbah ont relu de fond en comble les textes. Ils en ont déduit que la langue hébraïque était issue des hiéroglyphes, stylisés. Et, dès lors, tout s’est éclairé: les énigmes de la Bible, les noms aux consonances étranges parce qu’étrangères, les personnages, l’Histoire.

Remontons 3350 ans en arrière. Akhet-Aton, capitale de l’empire d’Egypte – connue aujourd’hui sous le nom de Tell El Amarna -, est la ville du pharaon Akhénaton (« Je suis le soleil vivant ») et de la reine Nefertiti. C’est une cité d’or et de lumière, située au nord de l’actuelle Assiout, sur le Nil, c’est la cité sainte du dieu Aton, le « dieu unique », créateur du ciel et de la terre. Akhénaton a rompu, en effet, avec les divinités du panthéon égyptien, il y règne en maître absolu. Quand il meurt, Aï, qui n’est encore que grand prêtre – plus tard, il sera pharaon sous le nom du « Divin Père Aï » -, prend les rênes du pouvoir, assurant la régence en attendant que Toutankhamon (il n’a que huit ans) grandisse.

Alors, tout s’effondre: le culte ancestral d’Amon, dieu multiple, est rétabli, c’est le retour à l’orthodoxie. Aï et Toutankhamon vont faire en sorte que soit effacé tout vestige de cet Akhénaton de malheur qui laissait le reste du pays sombrer dans la misère, et de ce dieu Aton qui proclamait que les hommes étaient égaux et que seule la méchanceté les différenciait!

La ville, cet éden (s’agit-il là du biblique « paradis perdu »?) va être rapidement désertée, avant d’être, ultérieurement, totalement détruite. Tout le monde est chassé: les prêtres d’Aton, les « Yadoudaé », qui vont former le royaume de Juda, les scribes, les notables, l’élite et, avec eux, le petit peuple, « la tourbe nombreuse » dont parle la Bible, le futur Israël (en égyptien, « fils de Râ et de Dieu ») qui entrera en conflit avec Juda.

Dans leurs bagages, ils emportent leur foi monothéiste – la première de l’histoire humaine -, leurs traditions. Après des années d’errance et de querelles, ces « Egyptiens » vont adopter leur écriture « hébraïco- hiéroglyphique » et conserver le souvenir de l’âge d’or. Aï a fait d’une pierre deux coups: il s’est débarrassé de ces encombrants monothéistes et les bannis lui servent de « zone tampon » contre les Hittites, l’ennemi du nord!

Chassés du « paradis »

Episode annexe de ce grand départ, la fuite, vers le sud, de la police pharaonique composée de Nubiens, les « Medzaï » (« Fils d’Aï »). Au Kenya, note- t-on, les Masaï se réclament aujourd’hui d’un dieu unique, évoquent leur âge d’or, au nord, et portent des ornements qui ne sont pas sans rappeler les symboles sacrés de l’Egypte ancienne…

Bien des siècles après cette épopée, nous disent Messod et Roger Sabbah, les scribes, lors de l’exil à Babylone, ennemi juré de l’Egypte, vont rédiger un texte, la Bible, maintes fois remanié, où ne figure plus cette lointaine et gênante origine égyptienne, où les noms sont maquillés. Inventé donc, Abraham, inventée sa naissance en Mésopotamie!

Sarah, c’est Nefertiti

Et tout concorde, pour nos deux chercheurs: la chronologie des pharaons, leurs vies, leurs actions, la Bible et l’histoire égyptienne. Abraham (« Ab-Rah-Am », père du dieu Râ et Amon)? C’est Akhénaton lui-même: d’un côté l’Abraham biblique à qui Dieu parle, qui rejette le polythéisme et égorge le bélier en lieu et place de son fils Isaak (le pharaon Semenkharé, en égyptien Saak- Ka-Râ?); de l’autre Akhénaton, qui converse avec Aton, rompt avec les divinités, sacrifie le bélier (Amon). Sarah, c’est la belle Nefertiti, Agar, c’est Kiya, la seconde épouse. Moïse (« Mésés »)? C’est Ramsès Ier, homme de guerre, impulsif. Aaron? C’est Horemheb, général puis pharaon. Joseph? C’est Aï: l’un et l’autre ont été enterrés en « pharaons d’Egypte » et leurs momies ont disparu…

Pas de peuple réduit en esclavage, pas de « peuple élu », pas de terre promise par Dieu: si elle les a étourdis – on le serait à moins -, cette découverte n’a pas fait chanceler la foi de Messod et Roger Sabbah, issus d’une lignée de rabbins: ils assurent être toujours croyants.

[amazon_link asins=’2253154997′ template=’ProductCarousel’ store=’afrikhepri-21′ marketplace=’FR’ link_id=’d8a6be47-710d-11e8-90a7-9d8d0f68c369′]

SOURCE: http://www.ladepeche.fr/article/2000/11/26/87133-on-a-decouvert-le-message-cache-de-la-bible.html

Philippe BRASSART

Merci de réagir avec un émoticône et de partager l'article
Love
Haha
Wow
Sad
Angry
You have reacted on "Pas de peuple réduit en esclavage, pas de peup..." A few seconds ago
  • 22
    Partages

A lire aussi

fr Français
X