Pour une révolution des consciences

  • 11
    Partages

Il fut un temps où…
Les fils de l’Homme étaient lents à la parole et maîtrisaient leur langue pour qu’elle ne les condamne pas. Ils étaient prompts en action caritative pour que le zèle de la main droite puisse apporter à la main gauche une bonne récolte. Ils aplanissaient leurs sentiers, labouraient leurs champs et fertilisaient leurs terres pour que leurs jours soient fructueux.

Les fils de l’Homme étaient purs et revêtaient une parure d’or éprouvée par le Feu Divin.
Ils brandissaient l’épée flammigère et ne laissaient pas la peur corroder leur âme ni émousser leur esprit.
Les fils de l’Homme avaient connaissance de la Loi et étaient épris de justice.
Sans être avare ni prodigue, ils gardaient, en toutes choses, la juste mesure.
Ils savaient se détourner des ignominies et des iniquités en revêtant le manteau de l’humilité.
Ils savaient mesurer leur soif et soupeser leur courroux.

Les Africains retrouveront le pan de leur âme spoliée et vendue en esclavage. Ils seront libérés des chaines de la domination et de l’inconscience.

Lorsqu’une révolution culturelle, psychologique, et mentale aura été faite, la Monade renaîtra en Afrique, lavée de ses scories:
La famine et la misère se dissoudront
Alors le monde connaîtra un bouleversement et un changement profond des consciences.
Le jour arrive, et il est proche car
La chrysalide arrive à maturité et libérera bientôt le papillon.

Le bourgeon sort de sa dormance et donnera bientôt une fleur.
Le temps arrive … il est déjà là
Car, pour l’esprit, un jour est comme mille années
Agissons donc, aujourd’hui pour les siècles et les siècles à venir…

Par Matthieu Grobli

Laissez un commentaire!

  • 11
    Partages