RANAVALONA III : DERNIERE REINE DE MADAGASCAR

  • 19
    Partages

553604_472939912730533_1202709043_nNée le 22 novembre 1861 à Amparibe (ancien nom de la capitale :Antananarivo) la princesse Razafindrahety plus connu sous le nom de reine Ranavalona III fut la dernière reine de la dynastie Merina à avoir reigner sur Madagascar avant la prise de possession de l’île par l’empire colonial Français.

Razafindrahety devient reine de Madagascar en 1883, à la mort de la reine Ranavalona II sa belle-mère. Son mari le prince héritier Ratrimoarivony meurt peu de temps après sa mère dans des circonstances mystérieuse. A la suite du décès de son mari, Razafindrahety fut couronnée à 22 ans reine Ranavalona III de Madagascar. À son intronisation, l’île est déjà menacée par une invasion des forces coloniales Française. Une guerre civile s’installa de 1883 à 1885, les malgaches ne supportant pas l’invasion des colons sur leur île, mais très vite la révolte est maîtrisée par les colons Français.
Les colons, prétextant leur venue sur l’île pour l’aider à se moderniser furent surpris de voir le gouvernement de la reine moderniser le pays avec rapidité et efficacité afin de montrer que l’île de Madagascar était un Etat civilisé et indépendant. Pour freiner l’élan de modernisation de l’île, les colons firent bombarder les ports des villes du nord et de l’est de l’île et s’emparèrent de Tamatave.
Sans vouloir négocier un quelconque départ et une limitation de l’occupation de l’île, la marine coloniale s’empare de Diego-suarez et proclame l’île de Madagascar un protectorat Français malgré le désaccord de la reine Ranavalona et du premier ministre. La politique étrangère et les finances sont sous le contrôle de l’état Français. Ce traité imposé et fragile ne garantie nullement la paix et oblige Madagascar à payer une indemnité à la France.
Pour l’exécuter, le gouvernement malgache contracte un emprunt auprès du Comptoir Nationale d’Escompte de Paris (CNEP), les revenus des douanes de ses six principaux ports (Tamatave, Majunga, Fénérive, Vohémar, Vatomandry et Mananjary) y sont gagés. Des immenses concessions sont cédées aux français : exploitation forestière, extraction de cuivre dans le pays, concession aurifère dans le Boina. Les revenus insuffisants des taxes ne permettent pas au gouvernement, de payer l’emprunt contracté au CNEP, pour y remédier le pouvoir colonial les obligent à multiplier les taxes et augmenter les corvées des habitants de l’île.
Malgré plusieurs tentatives pour se débarrasser de l’emprise colonial sur le pays, le gouvernement de la reine Ranavalona III ne parvient pas à se débarrasser des envahisseurs et l’invasion totale du pays se termine en 1895 sous le commandement du Général Duchesne, l’armée Française neutralise les soldats de la reine et s’empare de la capitale le 30 septembre 1895. Le premier ministre fut destitué de ses fonctions et remplacer par un collaborateur avec l’empire colonial. Le 6 août 1896 Madagascar est proclamée « colonie Française » à l’assemblée nationale. La reine Ranavalona gardera un pouvoir illusoire pendant quelques mois avant de se faire arrêté par surprise dans la nuit du 28 février 1897, par le général Gallieni. Elle et toute sa famille seront envoyé en exil à l’île de la Réunion puis en Algérie où elle y meurt le 23 mai 1917.

Acheter ce livre:

Laissez un commentaire!

  • 19
    Partages