Published On: mar, Mai 16th, 2017

ALCHIMIE POÉTIQUE

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_43613Sortie du silence disgracieux de l’oubli, ma plume chevaleresque se reprend à vibrer, en ce nouvel envol en pays de mots et de symboles. Sans rature ni faux-semblant, je désire formuler ce transport si vif et si naturel qui m’anime sous tous les contours de sa nudité, sans aucune allusion superfétatoire.

Cet exercice littéraire, plein de noblesse et de grâce, placé sous le double signe de la reconnaissance et de la renaissance me tenait à cœur, car il retrace brièvement un parcours et précise les influences multiples qui sont les siennes, attestant par là même, s’il en était encore besoin, cette vérité antique: Ex nihilo nihil [1].

A qui dois-je cet élan nouveau qu’on reconnaît à mon écriture depuis peu, à la suite de mon «J’Accuse…!» révélateur, et cette prodigieuse renaissance poétique inespérée qui se fait ici jour, si ce n’est à Josette Neisius, cette muse personnifiée. Sous ses bonnes grâces, j’ai réalisé que la perfection littéraire est moins à rechercher en son propre sein – en la maîtrise de sa dimension technique – mais bien plus dans le silence de la méditation, le rapport à son moi fondamental, suscitant ainsi la mélodie unique et inimitable que l’Âme susurre à l’âme. En effet, c’est le cas de le dire sans prétention aucune: «je est un autre»[2].

 Par ailleurs, l’expression de cette gratitude prend tout son sens, d’autant plus que cette poétesse, ici à l’honneur – à travers un chapelet nouveau de ses derniers plus beaux vers – est le vecteur de ce regain d’intérêt renouvelé pour la poésie: Amour de mes amours d’adolescent, que je délaissais peu après au profit de dame philosophie. Et pourtant l’équation du choix n’était point de mise: Logos et Poésie se peuvent supporter mutuellement… étant tous deux les modes d’être d’un seul et unique esprit-viril.

 Voici qu’en cette heure propice, je reçois de ses mains d’amazone, le flambeau de la Poésie originelle qui se veut avant tout Liberté, car seul un esprit libre est à même de création, d’authenticité! Muni de cette flamme sacrée, il va s’en dire que tout écrivain véritable plane au dessus de la littérature mécanique et de ses propres perspectives: «Maintenant je suis léger, maintenant je vole, maintenant je me vois au-dessous de moi, maintenant un dieu danse en moi »[3].

 

                                                                               Albert Aoussine

 

 

1 – Ex nihilo nihil, « rien ne naît de rien ». 

 

2 – Quand Rimbaud, dans une lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871 s’exclame «je est un autre» il professe une conception originale de la création artistique: le poète ne maîtrise pas ce qui s’exprime en lui, pas plus que le musicien, l’œuvre s’engendre en profondeur… Rimbaud poursuit: «J’assiste à l’éclosion de ma pensée: je la regarde, je l’écoute…»

 

3 – Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra: LIRE ET ÉCRIRE.

 

     Avant-propos N°2 

 

    Nullement habituée à ce style d’écriture, je laisserai la part belle aux émois, à relater naturellement ma rencontre avec Albert Aoussine, impossibilité d’égaler les qualités de rédaction préfacière uniques de ce personnage.

 

  Un univers nous séparait, y compris géographique, distances qu’internet abolit aisément.

 

  Très vite m’est apparu un personnage intéressant, curieux, ouvert à tout élément permettant l’évolution intellectuelle ainsi que l’accomplissement, la réalisation de soi.

 

  Un échange de « bons procédés » crée d’emblée une complémentarité évoluant en un sentiment sincère, des émotions vraies, souvent incompréhensibles pour autrui. Mais qu’importait puisque nous étions emportés dans un univers de créativité littéraire.

 

  De ma passion poétique d’un jadis… ne demeuraient que de rares textes relégués, passé oublié. Mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté, la ténacité d’Albert qui, de par ses encouragements, ses mots beaux, m’amenait à reprendre la plume et à donner libre cours à l’émotion, au ressenti. De sa foi naît «Aurore Poétique ».

 

  Son potentiel déjà évident lors de notre rencontre, au fur et à mesure de ses avancées, éclata littéralement, ouverture certaine à la vie, affinant considérablement son regard en une objectivité vibrante. Observatrice dans l’ombre, m’apparaissait un soleil d’écriture, regardant évoluer, s’épanouir Albert. Ses écrits se révélaient enfin dans ce qui m’était apparu au fil de nos conversations, confirmant les valeurs réelles de cet écrivain, car incontestablement Albert Aoussine est un grand écrivain ce que confirmeront plus encore ses livres prochains, déjà en cours d’élaboration.

 

  L’être nouveau apparu, surprenant ses amis de longue date, évolue sereinement, conscient de son cheminement, laborieux parfois, conscient surtout qu’aucune barrière dorénavant ne pourra entraver sa démarche assurée sur le chemin de la vie.  

 

                                                                                                               Josette Neisius

 

 

I- Poèmes de Josette Neisius

 

MON EXIL

 

En ces instants de silence

Soleil, vent, pluie

Rythment les langueurs.

 

Mon retrait à l’universelle folie,

Mon rejet à l’ignorance,

Guident plus encore la progression

A l’impalpable

A l’âme divine

Qu’est chaque homme.

 

La marche, mon avancée

En cette terre ignorée

Qu’abreuve chaque pas à pas,

M’éloigne de ténébreuses

Ombres qu’éblouit hélas,

Le nouvel éclat.

 

Aveugles aux couleurs vraies,

Sourds aux chants mélodieux

D’une nature,

D’elle vous n’en percevez

Qu’une complainte sinistre,

Un sanglot sempiternel,

Suppliques d’une mourante.

 

Terne vous semble mon existence,

Trop calme chaque éveil,

Eternelles et lassantes

Journées que n’agite nul aléa

Vous effraient, vous qu’animent seuls

 

Le rejet du bonheur,

La fureur de la haine,

La course effrénée aux inutiles vents.

 

Je chemine sans hâte

Sur l’étendue désertique, silencieuse

D’une contemplative méditation ,

Libre d’un passé ennemi

Vous menant au pire désespoir,

Vous égarant plus encore

Dans l’égrènement d’un temps.

Illusoire quête d’une éternité,

L’âme pourtant vous révèle

Sous le linceul blanc

De votre croyance.

 

Que s’écoule en rides profondes

Le rimmel de votre aveuglement,

Priez à genoux vos effigies,

Vos icônes figées en grimaces,

Martyrs demain vous serez.

 

Vous scandez la paix

Avides que vous êtes de combats.

 

Assoiffés de sang

Vous vous égarez encore

En courses perdues,

La pierre de l’ultime lapidation

N’atteignant que votre dérisoire ego!

 

Et criant à l’injustice

Dans le rôle sublime

De l’innocente victime,

Et qu’importe le bourreau

Heureux vous voilà,

Jouant le mélodrame

De votre misérable vie.

 

 

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Membres récents

Articles du site

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

CHATROOM

New to chatroom?
Not a member? Please sign up.
Please login to chat
Please login to chat
Please login to chat

Membres récemment actifs

Illustration du profil de MBAMBA SEPPOU

Recherchez et achetez un produit!

Méta