CRIMES RITUELS : LES INITIEES DU NDJEMBE OMYENE SE DEMARQUENT

ndjembe

Les «crimes rituels» n’en finissent plus de faire couler encre et salive, tant leurs victimes sont nombreuses et de nature diverses. Bien souvent, les rites initiatiques et traditionnels sont assez souvent accusés d’être les instigateurs de ces pratiques barbares. C’est à cet effet que les praticiennes du rite initiatique «Ndjembè Omyènè», More...

by Kouami Nb.t Yamssou Alsankara | Published 5 jours ago
Logo_Mbog
By Afrikhepri On dimanche, février 7th, 2016
0 Comments

QU’EST-CE QUE LE MBOG?

Les Bassa-Mpoo-Bati, un peuple du Sud du Cameroun, appellent le Mbog strito sensu« Mbog Liaa ». Le terme « liaa » signifie en français la pierre, la roche ou encore le rocher. En somme « Mbog Liaa » More...

kachina-etoile-bleue-couverture-543po
By Afrikhepri On jeudi, janvier 28th, 2016
0 Comments

COSMOGONIE DES HOPIS

Les Hopis sont une tribu d’indiens qui vivent en Arizona (États-Unis), sur de hauts-plateaux désertiques. Leur nom signifie les pacifiques. Leurs anciens sont des chefs spirituels porteurs de la sagesse More...

CIMG3060
By Afrikhepri On jeudi, janvier 21st, 2016
0 Comments

COSMOGONIE CHEZ LES DOGONS

Amma, dieu créateur, omnipotent et immatériel, lance le système planétaire, boulettes de terre transformées en étoiles que les femmes, par la suite, cueilleront au ciel pour les remettre à leurs enfants. More...

ascension
By Afrikhepri On vendredi, janvier 8th, 2016
0 Comments

LE SAVOIR MYSTIQUE AFRICAIN DE L’ECOLE KI-MUNTU

L’école Ki-muntu est une école issu de la pensée  traditionnelle primordiale multi-dimensionnelle transmise depuis la nuit des temps par les êtres de lumières et les maîtres ascensionnés (Ba-Nkulu). Le More...

doki
By Afrikhepri On lundi, janvier 4th, 2016
0 Comments

LA MYTHOLOGIE DES DOGONS

Avant le commencement des choses apparaît Amma. Plus tard , les femmes les cueilleront dans le ciel pour les remettre à leurs enfants et ceux-ci les transperceront d’un fuseau et les feront tourner Amma , More...

155030_561622310537848_419609022_n
By Afrikhepri On samedi, janvier 2nd, 2016
0 Comments

DJEKI-LA-NJAMBE INONO: INTRODUCTION A LA FIGURE DU HEROS

Avant-Dire : Djèki-la-Njambé Inono est le nom du héros dont nous allons maintenant parler. « Le mot Jèki, note Bekombo Priso, signifierait la puissance prodigieuse attestée chez le vainqueur, le triomphateur; More...

donga7
By Afrikhepri On vendredi, janvier 1st, 2016
0 Comments

LE DONGA, L’ART MARTIAL NÈGRE DES BRAVES GUERRIERS SURMA D’ETHIOPIE

Le Donga est une Lutte traditionnelle africaine que l’on retrouve chez les peuples Surma d’Éthiopie. L’un des principes de cette lutte qualifié d’art martial des samouraïs noirs, est que nul ne perd, More...

le kikumbi
By Afrikhepri On vendredi, décembre 25th, 2015
0 Comments

LE RITE KIKUMBI OU L’INITIATION AU MARIAGE

Le Kikumbi est un rite initiatique répandu chez les peuples bantous répartis au Gabon, en République Démocratique du Congo, et à la république populaire du Congo. A Pointe-Noire précisément, en république More...

10312669_1541713609401046_8504457655060415182_n
By Afrikhepri On vendredi, décembre 25th, 2015
0 Comments

KI-NDOKI : SCIENCE SACREE MULTI-DIMENDIONNELLE DE LA TRADITION KONGO

L’Ecole initiatique d’Elévation de Consciences propose à ses membres la science sacrée multi-dimentionnelle, le KI-NDOKI, issu de la tradition de l’école kongo. Cette science sacrée est More...

Suivez-nous!

Aimez la page!

51ktNUrhxFL._Rouage essentiel du nouvel ordre mondial, la Chine ne peut se comprendre sans son histoire sociale, intellectuelle et politique. Oeuvre d’une vie, résultat de cinquante années de recherches et référence indépassable, le livre de John Fairbank déploie le long récit de l' »empire du milieu » des cultures paléolithiques à nos jours. Scrutant les origines d’une civilisation vieille de 4 000 ans. l’auteur donne les clés de lecture d’une culture toujours fantasmée, pour le meilleur et pour le pire, par les Occidentaux. Il fallait la hauteur de vue et tout le talent de conteur de Fairbank pour éclairer les tendances à long terme et les réalités contemporaines qui façonneront le futur de la Chine et celui du reste de la planète.

Acheter le livre:

La Vérité est un royaume sans chemin… Le seul moyen de l’atteindre est de (re) naître en son sein.

« Pour avoir la capacité d’unir les cœurs pour effacer les rancœurs, nul besoin de chercher les erreurs de l’autre et l’accabler, nul besoin de le stigmatiser car pour une paix authentique, il faut savoir se réconcilier avec soi-même pour pouvoir pardonner à autrui.La réconciliation est un chemin de croix personnel où chacun des protagonistes atteint le dépassement de l’ego (reconnaissance de ses propres fautes) pour atteindre le pardon effectif. »

« La paix est un océan de placidité qui n’est perturbé ni par les vents impétueux ni par les multiples courants marins: il demeure sans vague ni houle comme l’être connaissant l’ataraxie. »

« Nous devons circoncire nos cœurs pour pouvoir circonscrire nos rancœurs » »

« L’Homme bridé par le joug d’une obédience devient un fauve affamé près à bondir sur sa proie. »

« L’adversité a transpercé d’une lance mon cœur, de cette blessure jaillit un fleuve d’Amour. »

« Lorsque l’inextricable s’impose par un enchevêtrement sauvage, il est préférable de trancher d’un coup de lame le nœud Gordien plutôt qu’essayer de le dénouer. »

« Le relais d’informations fausses par les médias fait croire a notre subconscient que cette information est vraie et nous finissons par l’accepter telle quelle: la répétition de cette désinformation est un instrument de manipulation des masses. Elle aboutit a l’acceptation d’une pensée unique totalement erronée devenue par le commun des mortels, critérium de vérité. »

« Dans la guerre, l’Homme devient un aliéné dont la violence n’a de limite que celle de son imagination. »

« Mieux vaut connaître la pauvreté qu’être sous le joug de l’oppresseur car la plus grande richesse des Hommes c’est leur liberté »

« Le vrai est devenu faux, le noir est devenu blanc, le mensonge est devenu vérité…Sommes-nous devenus tous daltoniens? »

« La Justice (dans son sens générique) doit être l’instrument de la Vérité et non instrumentalisée par les politiques…c’est la Loi fondamentale que tout un chacun doit internaliser pour que la paix règne effectivement dans la consciencecollective et qu’elle se manifeste dans le monde (extérieur). »

« Le serpent ne peut grandir que s’il se débarrasse de son ancienne peau (mue) »

« Nous sommes tous pétris de la même quintessence, mais ce qui différencient les êtres sur le chemin probatoire de l’existence, ce sont les choix qu’ils font:On détermine la valeur d’un Homme par sa capacité de résilience face aux épreuves de la vie et par l’intensité de son auréole de vertus ».

« Les maitres du monde sont comme des tonneaux percés…Ils nous font croire qu’ils sont remplis de vertus, mais en définitive, ne pouvant juguler leur incontinence, ce sont des pulsions de mort qu’ils déversent sur les autres ».

« Le plus grand malheur pour un Homme est de ne rien faire car l’échec est porteur d’un grand enseignement et la réussite nous transporte dans la joie alors que l’inaction nous prive de facto de tous ces bienfaits »

«L’Homme bridé par le joug d’une obédience devient un fauve affamé près à bondir sur sa proie ».

«Le Scarabée Sacré a roulé sa bouse, puis, il y a introduit son œuf, sa larve s’est nourrie de la boule d’excréments…mais, après plusieurs mues, la larve est devenue aussi adulte (un Scarabée Sacré) ».

« Si l’adversité nous frappe et nous transperce d’une lance le cœur et que de cette blessure jaillit un fleuve de compassion et de tolérance, alors nous serons capable de pardonner »

« Lorsque l’inextricable s’impose par un enchevêtrement sauvage, il est préférable de trancher d’un coup de lame le nœud Gordien plutôt qu’essayer de le dénouer. »

« Le mot n’est pas la chose, les bonnes intentions ne sont pas les actes. »

« La liberté ne se donne pas en cadeau…la liberté ne se gagne pas avec un glaive… la liberté vient un jour nous surprendre alors qu’épuisés (après une longue lutte psychologique), nous nous reposons paisiblement sous un arbre. »

« L’Amour non partagé est comme un immense trésor gardé jalousement dans un coffre-fort inaccessible alors que le partager lui donnerait beaucoup plus de valeur. »

Pour l’existant, l’authentique religion doit reposer sur une bienfaisance, une tolérance et un respect à chaque instant, en pensées, en parole, et en actes. »

« La régression est le chemin privilégié de l’arbre généalogique de l’évolution.Évoluer c’est reculer pour mieux sauter »

« L’histoire de l’indépendance de l’Afrique ressemble à l’allégorie de l’esclave affranchi qui voyant ses chaînes enlevées se croit libre alors qu’il est toujours emprisonné dans une cage intangible: celle du conditionnement. »

« L’authentique religion consiste dans l’Amour pour tous les Hommes, dans la Vérité, la Tolérance et la Fraternité »

« Ne plie l’échine que pour prendre ton impulsion et bondir tel un lion »

« Évite les excès de mondanités et de passions car elles ne pourront étancher ta soif »

« Prends le temps d’analyser ton passé si tu veux progresser »

« Ne mange pas trop afin de ne pas, étant rassasié, tomber dans la paresse »

« Que ton radieux visage brille de l’Amour que tu as pour ton prochain »

« Que la médisance s’écarte d’au milieu de toi pour faire place à la louange »

« Que ton cœur soit prompt au pardon et lent à la colère »

« Prends connaissance de la Loi divine, car sans elle, tu ne sauras ce qui est juste »

« Sans être avare ni prodigue, tu dois, en toutes choses, garder la juste mesure »

« Respecte l’Obédience juste mais révolte-toi contre le Tyran perfide même s’il se nomme Démocratie »

« Ne considère pas le caractère éphémère de la vie car pour l’esprit, un jour est comme mille années »

« Ne te livre pas entièrement à l’étranger car tu ne connais ses desseins »

« N’oublie jamais que tu n’es qu’un grain de sable dans un désert aride, qu’une goutte d’eau dans une mer tumultueuse »

« Scelle le sceau de l’alliance avec le sang de ton sacrifice expiatoire »

« Garde la Foi lorsque la brume est devant tes yeux et que l’horizon n’existe plus »

« Ne regarde pas les erreurs d’autrui avec mépris et arrogance mais plutôt comme un enseignement à méditer »

« Fais preuve de tolérance et de compréhension à l’égard des autres car toi, n’aurais-tu pas voulu une oreille attentive à tes plaintes? »

« Que ta main droite soit zélée pour les bonnes œuvres afin que la gauche puisse en récolter les fruits »

Par Matthieu Grobli

dew1Dans les régions chaudes et sèches du monde, collecter suffisamment d’eau de pluie pour les cultures peut être difficile. Une autre source potentielle de l’eau pour la collecte, cependant, peut être la rosée. Roots Up a conçu une serre pour justement recueillir cette rosée à Gondar, en Ethiopie, dans le cadre d’un plan visant à aider les agriculteurs locaux avec des solutions low-tech.

L’eau recueillie est, bien sûr, destinée à l’arrosage des cultures contenues dans la serre. Elle peut, cependant, être utilisée comme eau potable si nécessaire. Comme la tour de bambou Warka Water, la serre Roots Up utilise des matériaux de base et est simple à construire.

La serre est installée dans une fosse creusée dans le sol et est construite en utilisant du bambou d’origine locale, une feuille de polycarbonate, une feuille bioplastique, des cordes et un réservoir d’eau de citerne. Elle peut être construite par des personnes non qualifiées avec de simples outils de base et prend environ cinq jours pour être achever.

La feuille de polycarbonate forme les parois pyramidales de la serre, comme une tente, et peut être ouverte au sommet. La feuille plastique biologique est mise en place comme un entonnoir dans le centre de la serre et dirige l’eau dans un réservoir. L’eau du réservoir est alors utilisée pour l’irrigation des cultures.

La serre fonctionne en piégeant l’air chaud et humide pendant la journée et s’assurer qu’il circule plutôt que d’être perdu. Lorsque la température extérieure descend dans la soirée, la partie supérieure de la serre est ouverte, permettant à la rosée de se former sur la feuille bioplastique et coule dans le réservoir d’eau. Cette configuration permet également la collecte de l’eau de pluie.

Selon Root Up, la quantité d’eau qui peut être recueillie varie en fonction du niveau d’humidité dans l’atmosphère. On dit que dans la région de Gondar, l’humidité est d’environ 50 % pendant la saison sèche et on estime que jusqu’à 200 litres d’eau par jour peuvent être récoltés.

dew2

Roots Up recueille des fonds pour son projet low-tech via une campagne de financement participatif sur Indiegogo. L’organisation espère que le premier prototype de la serre sera construit en Juin, après quoi elle a l’intention de déployer ses solutions low-tech à Gondar. Une formation sera offerte à partir de Septembre avec un objectif de 10 nouvelles serres construites d’ici Novembre.

http://www.roots-up.org/

https://www.indiegogo.com/projects/roots-up-for-self-sufficient-farming-communities–2

 

Coca-Cola est la marque la plus précieuse dans l’histoire, et « Coca-Cola » est le deuxième mot le plus reconnu au monde après « bonjour ». Cependant, la boisson elle-même est un poison absolu au métabolisme humain. Coke est très acide, ce est seulement un point de plus sur l’échelle de pH que l’acide de la batterie. Par conséquent, il peut nettoyer les surfaces équivalentes à et souvent mieux que de nombreux nettoyants ménagers toxiques.

C’est moins cher et plus facile d’acheter un Coca-cola  dans certains pays du tiers monde que d’accéder à l’eau potable. Coke utilise la « propagande de relations publiques » pour convaincre les consommateurs et des nations entières que ce est une «société de l’environnement », alors qu’en réalité elle est liée à la pollution, des pénuries d’eau, et la maladie.

Les personnes qui consomment des boissons gazeuses telles que Coca-Cola ont une augmentation de 48% en attaque cardiaque et risque d’AVC, par rapport aux personnes qui ne buvaient pas du tout les sodas ou ne les boivent pas tous les jours. Une étude publiée dans la revue  pneumologie  révèle que la consommation de boissons gazeuses est également associée à des poumons et des troubles respiratoires comme l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

La carbonatation dans Coke provoque la perte de calcium dans les os grâce à un processus en 3 étapes:

  1. La carbonatation irrite l’estomac.
  2. L’estomac « guérit » l’irritation de la seule façon qu’il sait. Il ajoute que l’antiacide à sa disposition: calcium. On obtient ce à partir du sang.
  3. Le sang, maintenant basse sur le calcium, reconstitue son approvisionnement à partir des os. Se il ne le faisait pas, la fonction musculaire et le cerveau serait gravement compromise.

Mais, l’histoire ne se arrête pas là. Un autre problème avec la plupart coke est elle contient également de l’acide phosphorique (pas la même que la carbonatation, qui est le dioxyde de carbone mélangé avec de l’eau). L’acide phosphorique provoque également un tirage vers le bas sur le magasin de l’organisme du calcium.

Donc le Coca-cola adoucit vos os (en fait, les rend faibles et fragiles) de 3 façons:

  1. La carbonatation réduit le calcium dans les os.
  2. L’acide phosphorique réduit le calcium dans les os.
  3. La boisson remplace une solution contenant du calcium, comme le lait ou d’eau. Le lait et l’eau ne sont pas excellentes sources de calcium, mais ils sont des sources.

Cancer de l’œsophage était très rare il ya deux générations – maintenant, il est commun. Le mécanisme de base fonctionne comme suit:

  1. Les dommages mécaniques aux cellules est un énorme facteur de risque de cancer. Ce est pourquoi les particules d’amiante, par exemple, causer le cancer du poumon.
  2. Toutes les boissons gazeuses causent le reflux acide (l’acide de l’estomac se levant par la soupape de l’œsophage). Ce est plus prononcé lorsque le corps est horizontale (comme dans le sommeil), mais le volume de Coca-Cola et les boissons gazeuses consommée aux États-Unis signifie que le reflux acide est bien au-delà du point de danger. Chaque fois que vous ingérez une boisson gazeuse, vous allez obtenir des éructations et d’acide dans l’œsophage. Comment ce est trop? La recherche ne dit pas où la limite est-elle ne montre que la plupart d’entre nous sont loin, loin, loin devant elle.
  3. tomach acide dissout les tissus – ce est son but. La muqueuse de l’estomac ne se étend pas dans l’œsophage, de sorte que le bas œsophage est endommagé par l’acide beaucoup plus fréquemment chez les utilisateurs de boissons gazeuses que les utilisateurs non de boissons gazeuses. Il en résulte une augmentation radicale de mutations cellulaires, et aussi d’un niveau beaucoup plus élevé de radicaux libres.

20 utilisations pratiques du coca-cola

Coke agit comme un nettoyant acide. La quantité d’acide dans de la soude est assez pour porter loin à l’émail de vos dents, ce qui les rend plus sensibles à la pourriture. Dans les tests effectués sur les niveaux d’acidité de soude, certains d’entre eux ont été trouvés à des niveaux aussi bas que 2,5 PH. Pour mettre cela en perspective, considérer que l’acide de la batterie a un pH de 1 et de l’eau pure a un pH de 7.

Voici 20 bonnes raisons de ne plus consommer cette boisson qui se révèle être un vrai poison :

1. Enlève les taches de graisse sur les vêtements et les tissus

2. Enlève la rouille, les méthodes incluent l’utilisation de tissu trempé dans le Coca, une éponge ou même une feuille d’aluminium. Desserre également les boulons rouillés.

3. Enlève les taches de sang sur les vêtements et les tissus.

4. Nettoie les taches d’huile sur un plancher de garage, laissez tremper la tache, puis lavez à grande eau.

5. Tue les limaces et les escargots, l’acide les tue.

6. Nettoie les casseroles brûlées, laissez-le Coca tremper dans la casserole, puis rincez.

7. Détartre une bouilloire (même méthode qu’avec les casseroles brûlées)

8. Nettoie les bornes de la batterie de la voiture en versant une petite quantité de Coca sur chacun d’eux.

9. Nettoie votre moteur ; les distributeurs de Coca ont eu recours à cette technique pendant des décennies.

10. Rend les pièces de monnaie brillantes ; les tremper dans Coca, elles ne seront plus du tout ternes.

11. Nettoie le coulis : versez du Coca sur le plancher de la cuisine, laissez agir quelques minutes, puis essuyez.

12. Dissout une dent ; Utilisez un récipient hermétique … cela prend un certain temps, mais ça fonctionne.

13. Enlève le chewing-gum des cheveux ; faire trempette dans un petit bol de Coca-Cola, laisser quelques minutes.

14. Enlève les taches de porcelaine vitrifiée.

15. Vous avez une piscine sale ? Ajoutez deux bouteilles de 2 litres de Coca , cela efface la rouille.

16. Vous pouvez supprimer (ou faire disparaître) la couleur de vos cheveux en versant du Coca 0 dessus.

17. Enlève les taches de marqueur sur la moquette et les tapis. Mettez du Coca, lavez et nettoyez à l’eau savonneuse.

18 . Nettoie les WC ; verser autour de la cuvette, laissez pendant un certain temps, rincez et c’est propre.

19 . Du Coca et une feuille d’aluminium apporteront du Chrome pour une haute brillance .

20 . Enlève les bandes de peinture sur les meubles en métal . Faire tremper une serviette dans le Coca et le poser sur la surface peinte.

Maintenant, pouvez-vous imaginer l’action du coco-cola dans votre organisme? 

Après 10 minutes: le sucre contenu dans un verre de Cola peut provoquer une «grève» dévastateur sur le corps. La cause étant l’acide phosphorique qui inhibe l’action de sucre.

Après 20 minutes: Un saut dans les niveaux d’insuline dans le sang se produit.

Après 40 minutes: L’ingestion de caféine est enfin terminé. Les élèves de l’œil sont en expansion. La pression artérielle augmente parce que le foie dispose plus de sucre dans le sang. Les récepteurs de l’adénosine deviennent bloquée empêchant ainsi la somnolence.

Après 45 minutes:  Le corps soulève la production de l’hormone de la dopamine, qui stimule le centre du plaisir du cerveau. Comme pour la réaction crée héroïne.

Après 1 heure: L’acide phosphorique se lie le calcium, le magnésium et le zinc dans le tractus gastro-intestinal, qui suralimente le métabolisme. La libération de calcium dans l’urine a lieu.

Après plus de 1 heure: effets diurétiques de la boisson entre dans « le jeu ». Le calcium, le magnésium et le zinc sont éliminés hors du corps, qui sont une partie d’os, ainsi que le sodium. A ce moment nous pouvons devenir irritable ou modérée. La quantité totale d’eau, contenu dans un coca cola, est éliminé par l’urine.

Lorsque ayant une bouteille de Coke froid et profiter de sa fraîcheur indéniable sommes-nous conscients de ce produit chimique « cocktail » nous mettons dans notre corps? L’ingrédient actif de Coca-Cola est l’acide phosphorique. En raison de son acidité élevée, citernes utilisés pour le transport du produit chimique doivent être équipés avec des réservoirs spéciaux conçus pour des matériaux hautement corrosifs.

Ayons un regard sur «l’anatomie» de l’un des produits les plus annoncés de « Coca-Cola Co.» – Coca-Cola Light sans caféine. Cette boisson contient Aqua gazéifiée, E150d, E952, E951, E338, E330, arômes, E211.

Aqua gazéifiée – ce est de l’eau pétillante. On agite la sécrétion gastrique, augmente l’acidité du suc gastrique et provoque flatulence. L’eau du robinet filtrée est ce qui est principalement utilisé.

E150d – ce est colorant alimentaire obtenu par la transformation du sucre à des températures précises, avec ou sans ajout de réactifs chimiques. Dans le cas de Coca-Cola, le sulfate d’ammonium est ajouté.

E952 – cyclamate de sodium est un substitut de sucre. Cyclamate est un produit chimique synthétique, a un goût sucré, qui est 200 fois plus sucré que le sucre, et est utilisé comme édulcorant artificiel. En 1969, il a été interdit par la FDA, car elle, ainsi que la saccharine et l’aspartame, a causé le cancer chez les rats.

E950 – acésulfame de potassium. 200 fois plus sucré que le sucre, contenant de la méthyl-éther. Elle aggrave le fonctionnement du système cardio-vasculaire. De même, il contient de l’acide aspartique qui peut également provoquer un effet excitant sur ​​notre système nerveux et en temps il peut mener à la dépendance. Acésulfame est mal dissoute et ne est pas recommandé pour une utilisation par les enfants et les femmes enceintes.

E951 – aspartame. Un substitut de sucre pour les diabétiques et est chimiquement instable à des températures élevées, il se décompose en méthanol et la phénylalanine. Le méthanol est très dangereux car ne 5-10ml peut provoquer la destruction du nerf optique et une cécité irréversible. Dans les boissons chaudes et douces, l’aspartame se transforme en formaldéhyde qui est un cancérogène très forte. Les symptômes d’empoisonnement d’aspartame comprennent: perte de conscience, des maux de tête, de la fatigue, des étourdissements, des nausées, des palpitations, gain de poids, irritabilité, anxiété, perte de mémoire, vision floue, des évanouissements, des douleurs articulaires, la dépression, l’infertilité, la perte d’audition et plus encore. L’aspartame peut aussi provoquer des maladies suivantes: tumeurs cérébrales, MS (sclérose en plaques), l’épilepsie, la maladie de Graves, la fatigue chronique, la maladie d’Alzheimer, le diabète, la déficience mentale et la tuberculose. Plus tard, cette substance a été initialement illégale en raison de ses dangers, mais a de nouveau été rendue légale dans unemanière suspecte.

E338 – acide phosphorique. Cela peut provoquer une irritation de la peau et les yeux. Il est utilisé pour la production de sels d’acide phosphorique de l’ammoniac, le sodium, le calcium, l’aluminium et également dans la synthèse organique pour la production de charbon de bois et des bandes de films. Il est également utilisé dans la production de matériaux réfractaires, céramique, verre, engrais, détergents synthétiques, médecine, travail des métaux, ainsi que dans les industries du textile et du pétrole. Il est connu que l’acide orthophosphorique interfère avec l’absorption de calcium et de fer dans l’organisme qui peut provoquer une fragilisation des os et l’ostéoporose. D’autres effets secondaires sont la soif et les éruptions cutanées.

E330 – acide citrique. Il est largement utilisé dans les industries pharmaceutiques et alimentaires. Les sels d’acide citrique (citrates) sont utilisés dans l’industrie alimentaire comme des acides, des conservateurs, des stabilisants, et dans les domaines médicaux – pour la conservation de sang.

Arômes – additifs aromatiques inconnus

E211 – benzoate de sodium. Il est utilisé dans la production de certains produits alimentaires à des fins anti-bactériennes et anti-fongiques. On le trouve souvent dans les confitures, jus de fruits et yaourts aux fruits. Il ne est pas recommandé pour une utilisation par les asthmatiques et les personnes qui sont sensibles à l’aspirine. Une étude menée par Peter Piper de l’Université de Sheffield en Grande-Bretagne, a constaté que ce composé provoque des dommages importants à l’ADN. Selon Peter, le benzoate de sodium, qui est un composant actif dans des agents de conservation, ne détruit pas l’ADN, mais le désactive. Cela peut conduire à une cirrhose et des maladies dégénératives comme la maladie de Parkinson.

Coca-Cola est indéniablement un produit très utile. La clé est de ne pas le boire mais de l’utiliser à d’autres fins!

SOURCE: http://www.collective-evolution.com/2013/09/22/what-happens-to-our-body-after-drinking-coca-cola/

41EA8Tt8rSL._SX317_BO1,204,203,200_Les Toltèques

Il y a des milliers d’années, à travers tout le Sud du Mexique, les Toltèques étaient connus comme des femmes et hommes de connaissance. Les anthropologues les ont décrits comme une nation ou une race, mais en réalité c’était des scientifiques et des artistes formant une société vouée à explorer et préserver la connaissance spirituelle et les pratiques des anciens. Maîtres (naguals) et étudiants se réunissaient à Teotihuacan, l’ancienne cité des pyramides située au-delà de Mexico City, connue comme le lieu où l’Homme devient Dieu.
Au fil des millénaires, les naguals ont été contraints de dissimuler la sagesse ancestrale et de la préserver dans l’ombre. –Ce texte fait référence à l’édition Relié .

Présentation de l’éditeur

Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le  » rêve de la planète « , basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

rae-zang-arthur_0001_840x77014176155847212r8vArthur Zang a terminé en juin 2012 l’assemblage de 30 exemplaires du Cardio Pad grâce au soutien financier de l’Etat camerounais (fait suffisamment rare en Afrique pour ne pas être noté et applaudi). En effet, le gouvernement camerounais a octroyé 20 millions de Francs CFA (30 500 euros) à cet ingénieur pour concrétiser une partie de son projet.

Après s’être rendu en Chine pour y acquérir les composants nécessaires à la fabrication de son invention, Arthur Zang a réussi à assembler 30 Cardio Pad à Yaoundé, au Cameroun. Les électrodes équipées d’un Bluetooth et qui seront connectées à la poitrine des patients ont également été fabriquées. Ce dispositif est important car il permet la transmission des fréquences cardiaques au Cardio Pad. Arthur Zang et son équipe doivent maintenant parvenir à connecter le Cardio Pad au réseau de téléphonie mobile des opérateurs ayant une licence au Cameroun : MTN et Orange.

On notera, entre autres, la qualité du design du Cardio Pad qui a été réussi. Ceci prouve que la jeunesse africaine peut allier performance, ergonomie et esthétisme dans son travail.

Arthur Zang est un Jeune ingénieur en génie informatique, de nationalité camerounaise, qui a développé une tablette tactile (Cardio Pad) à usage médical. Il a été formé au Cameroun à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP) de Yaoundé.

C’est en effectuant son stage académique à l’Hôpital Général de Yaoundé, en 2010, qu’Arthur Zang prend conscience de la difficulté qu’ont les camerounais à accéder aux soins liés au cœur. En effet, il y aurait environ une quarantaine de cardiologues pour environ 20 millions de camerounais. Or, ces cardiologues sont souvent localisés dans les villes de Yaoundé et Douala ; donc pas toujours aisément accessibles, surtout pour les patients qui habitent dans les localités éloignées des grandes villes. C’est en partant de cette réalité que ce jeune ingénieur de 24 ans (en 2011) va penser à concevoir le Cardio Pad.


De façon pratique, le patient est connecté à des électrodes placées sur son cœur; lesquelles sont connectées à un module appelé Cardio Pad Acquisition Mobile (CAM) qui permet, via une interface Bluetooth, de transmettre le signal cardiaque au Cardio Pad, après numérisation du signal. On peut ensuite lire les battements de cœur, la fréquence cardiaque, ainsi que les intervalles entre chaque battement qui s’affichent sur le Cardio Pad, etc. Toutes ces données sont ensuite stockées dans un fichier, puis envoyées sur le Cardio Pad du cardiologue via un réseau de télécommunication mobile.

La mobilité et le stockage des données que confère le Cardio Pad sont deux des atouts majeurs de l’invention. En effet, le cardiologue pourrait ne pas être à l’hôpital, mais recevoir instantanément les résultats d’un patient, faire le diagnostic et administrer le traitement adéquat via son Cardio Pad. C’est de la télémédecine.

Pour parvenir à ce résultat, ce brillantissime inventeur a dû concevoir un système d’acquisition, de traitement et de transmission du signal cardiaque via un réseau de téléphonie mobile (GSM pour l’instant). Mais il a également fallu qu’il développe un logiciel (Mobile Cardio OCG) qui permet d’acquérir, d’amplifier et de filtrer les fréquences cardiaques d’un malade. N’ayant pas de formation avancée en électronique, Arthur Zang a dû s’inscrire dans une université indienne pour suivre, à distance, des cours d’électronique numérique et de systèmes embarqués. C’est à la fin de cette formation qu’il a pu concevoir la tablette tactile Cardio Pad sur le plan électronique. Il a dû commander les composants en Chine pour un coût évalué à environ 600 000 F CFA (environ 1000 Euros). Après l’assemblage des différents composants, Arthur Zang a ensuite installé son système d’exploitation et ses logiciels.

Le Cardio Pad est constitué d’un écran tactile LCD de 10 pouces. Toutefois, son inventeur prévoit différentes tailles en fonction des usages (7, 8 et 9 pouces).

Si ce n’est pas encore fait, espérant qu’Arthur Zang a entamé le processus d’obtention de son Brevet auprès de l’OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle) et/ou de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) afin de protéger son invention. En effet, les inventeurs africains doivent également vivre de leurs inventions !

SOURCE: http://www.kumatoo.com/french/arthur_zang.html

La vaste majorité des malaises et maladies que nous rencontrons dans notre société moderne sont engendrés par des excès. Les substances qui ne sont pas correctement métabolisées s’accumulent dans l’organisme et nuisent à la santé. Il est essentiel de modérer les portions que l’on ingère ainsi que de maintenir un ‘feu’ digestif suffisant afin de bien digérer la nourriture.

La prévention des maladies consiste donc principalement à éviter les excès et à maintenir une bonne digestion.

Allumer et maintenir le feu digestif

Outre l’importance de manger des portions raisonnables, une bonne façon de métaboliser correctement la nourriture consiste à stimuler l’appétit, la sécrétion de salive et de sucs gastrique au moment des repas. Pour ce faire, il est possible de consommer des breuvages ou des aliments possédant une saveur amère et/ou piquante.

Substances piquantes : La saveur piquante réchauffe le feu digestif, stimule la salivation et les sécrétions gastriques. On favorise ce type d’apéritif pour les individus dont la condition est dite ‘froide’, ou bien stagnante. À éviter en cas de problème inflammatoire aigu.

Exemples de toniques digestifs piquants :

Substances amères : Dès que le goût amer est ressenti en bouche, l’organisme répond en sécrétant de la salive et des sucs gastriques. De plus, les substances amères tonifient le foie et stimulent ses fonctions, ce qui contribue grandement à éliminer les toxines et les excès de chaleur. Rafraîchissantes, les plantes amères conviennent davantage aux conditions dites ‘chaudes’ et aux inflammations qu’aux conditions ‘froides’ ou aux individus chétifs et émaciés.

Exemples de toniques digestifs amers :

 

Avant ou après les repas ?

Il convient de prendre des toniques digestifs à divers moments, selon différentes situations. On peut consommer les substances apéritives avant les repas si notre appétit est faible, pendant ou après le repas si notre estomac est sensible ou encore après repas si l’on a trop mangé ou que la nourriture semble stagner, nous a alourdi. Les individus aux prises avec un appétit excessif et qui souhaitent contribuer à leur désintoxication devraient consommer des toniques amers après le repas seulement.

Plantes médicinales toniques des organes d’élimination

Les principaux organes d’élimination sont le foie (l’organe de détoxification par excellence), les reins, les intestins, les poumons et la peau. Tonifier les organes d’élimination à l’aide d’exercices, d’une nourriture saine et de plantes médicinales permet de nettoyer l’organisme en douceur et d’éliminer les surplus de toxines.

D’autre part, certaines plantes médicinales ont des propriétés spécifiques (voir ci-dessous) qui nous permettent de se détoxiquer de façon exceptionnelle, encore plus en profondeur.

Voici comment fonctionnent les plantes médicinales toniques des principaux organes d’éliminations :

Toniques du foie : Ces plantes soutiennent les fonctions hépatiques. Le foie s’occupe de dégrader les toxines et les hormones en circulation pour ensuite expulser les déchets par la bile, via l’intestin. La qualité de la bile a une énorme influence sur la santé et les fonctions de l’intestin. Une bonne cure de désintoxication comprend toujours des toniques hépatiques.

Exemples de toniques du foie :

  • Achillée millefeuille
  • Bardane
  • Calendule
  • Cataire
  • Chardon-Marie
  • Pissenlit
  • Réglisse
  • Schizandra
  • Senné

Toniques des reins : Les reins filtrent le sang, notamment l’acide urique qui s’y trouve, ce qui contribue grandement à alcaliniser et à purifier l’organisme. Généralement, les toniques des reins augmentent aussi la quantité d’urine, ce qui aide à éliminer les toxines.

Exemples de toniques des reins :

  • Aigremoine
  • Ortie
  • Pissenlit
  • Persil (racine)
  • Prêle
  • Réglisse
  • Verge d’or
Plantes médicinales spécifiques à la désintoxication

Altératives

Les plantes altératives nettoient l’organisme et purifient les milieux interstitiels, agissant jusqu’à l’intérieur des cellules. Elles vont chercher les toxines aux confins de l’organisme et les remettent en circulation dans le sang pour qu’elles puissent être éliminées. Pour faciliter le processus et éviter ce que l’on appelle « la crise de guérison », il est recommandé de s’assurer du bon fonctionnement des organes d’élimination et de les utiliser en compagnie de plantes toniques du foie et des reins. On les emploie notamment pour les problèmes chroniques où les toxines sont un facteur important, ainsi que pour prévenir les maladies graves.

Exemples de plantes altératives : Bardane, Calendule, Ortie, Pensée sauvage, Plantain, Stellaire, Trèfle Rouge.

Chélatrices

Ces plantes se lient aux métaux lourds et les rendent hydrosolubles afin qu’ils soient éliminés par l’urine. Elles détoxifient l’organisme de façon très spécifique.

Exemples de plantes chélatrices : Aloès, Bardane, Chlorelle, Coriandre fraîche (feuille), Lierre terrestre, Sélénium (oligo-élément disponible sous forme de supplément), Spiruline.

Lymphatiques

La lymphe, est le liquide issu du sang et dans lequel baignent les cellules. Les globules blancs abondent dans les ganglions du système lymphatique pour nettoyer la lymphe avant qu’elle ne retourne au sang. Certaines plantes travaillent à fluidifier la lymphe afin de faciliter sa circulation et celle des globules blancs.

Exemples de lymphatiques: Aunée, Calendule, Gaillet, Molène.

Prébiotiques

Les aliments et les plantes prébiotiques favorisent la croissance et la santé de la flore intestinale. La flore intestinale achève la digestion, élimine certaines toxines et protège les muqueuses contre l’inflammation, ce qui prévient la réabsorption de toxines éliminées par l’intestin. Les fibres retrouvées dans les fruits, les grains entiers et les légumineuses ont généralement une action prébiotique.

Exemple de prébiotiques : Aunée, Bardane, Choucroute, Miso, Pissenlit, Tempei, Topinambour.

L’importance des fibres dans la désintoxication

Consommer davantage de fibres rend toujours la désintoxication plus efficace. Même si le foie parvient à éliminer les toxines et à les expulser via la bile, une bonne partie sera réabsorbée par les parois de l’intestin, surtout si la flore intestinale n’est pas en bonne santé. En plus d’entretenir la flore intestinale par leur action prébiotique, les fibres capturent mécaniquement une partie de ces toxines et assurent qu’elles seront escortées hors de l’organisme.

Il est recommandé de consommer quotidiennement de 30 à 40 g de fibre, voir de 50 à 60 g en désintoxication. Le citoyen moyen en Amérique du Nord n’en consomme que 12 g par jour. Lorsque la flore intestinale est débalancée (dysbiose), s’il n’y a aucunes fibres dans l’alimentation, 46 à 99 % de la bile sera réabsorbée.

En terminant

Une cure de désintoxication aux plantes médicinale dure en moyenne un mois, selon les dosages, la puissance des plantes utilisées et la condition de chaque individu. Soyez réguliez, laisser le temps aux plantes de faire leur effet, mais en même temps n’en abusez pas, ou vous pourriez épuiser vos organes en exagérant le traitement.

N’oubliez pas que les activités physiques et les exercices de respiration jouent un rôle de premier plan dans la désintoxication. Il existe des exercices qui affectent spécifiquement certains organes ou certains processus biologiques, notamment en yoga.

Désintoxiquer l’organisme

Acheter un produit detox

51988SP052L._Je compte voir encore mon vieux nègre de Grand-Oncle qui, je suppose, va mourir un de ces quatre matins et il faut que j’aie de lui des mémoires concernant mon aïeul.  » L’aïeul, évoqué dans cette lettre de Pouchkine, n’est autre qu’Abraham Hanibal arraché de sa terre natale au nord de l’actuel Cameroun, et arrivé en Russie à l’âge de huit ans en 1704. Hanibal devint le fils adoptif puis le collaborateur du tsar Pierre le Grand. En 1723, il accède au grade de capitaine de l’armée française. Il devint ensuite sous le règne de l’impératrice Élisabeth, l’une des plus importantes personnalités de l’empire russe. Marié à Christine-Régine de Schoëberg, issue de la noblesse suédoise, il aura sept enfants dont l’un, Joseph, sera le grand-père de Pouchkine. La contribution d’Abraham Hanibal au développement technique et militaire de la Russie du XVIIIe siècle est considérable. Il fut général en chef de l’armée impériale russe, directeur général des fortifications et chef du corps des ingénieurs. Il écrivit en 1726 un volumineux ouvrage de géométrie et de fortifications destiné aux élèves ingénieurs. C’est lui qui introduisit l’enseignement de l’architecture civile dans les écoles d’ingénieurs militaires de Russie.

Acheter le livre:

aime_cesaire_palcy_redDiscours prononcé le 26 février 1987 (USA)
La Négritude, une révolte nécessaire contre le sentiment européen de supériorité
 La Négritude résulte d’une attitude active et offensive de l’esprit.
Elle est sursaut, et sursaut de dignité.
Elle est refus, je veux dire refus de l’oppression.
Elle est combat, c’est-à-dire combat contre l’inégalité.
Elle est aussi révolte. Mais alors, me direz-vous, révolte contre quoi ? Je n’oublie pas que je suis ici dans un congrès culturel, que c’est ici, à Miami, que je choisis de le dire. Je crois que l’on peut dire, d’une manière générale, qu’historiquement la Négritude a été une forme de révolte d’abord contre le système mondial de la culture tel qu’il s’était constitué pendant les derniers siècles et qui se caractérise par un certain nombre de préjugés, de pré-supposés qui aboutissent à une très stricte hiérarchie. Autrement dit, la Négritude a été une révolte contre ce que j’appellerai le réductionnisme européen.
Je veux parler de ce système de pensée ou plutôt de l’instinctive tendance d’une civilisation éminente et prestigieuse à abuser de son prestige même pour faire le vide autour d’elle en ramenant abusivement la notion d’universel, chère à Léopold Sédar Senghor, à ses propres dimensions, autrement dit à penser l’universel à partir de ses seuls postulats et à travers ses catégories propres. On voit et on n’a que trop vu les conséquences que cela entraîne : couper l’homme de lui-même, couper l’homme de ses racines, couper l’homme de l’univers, couper l’homme de l’humain, et l’isoler, en définitive, dans un orgueil suicidaire, sinon dans une forme rationnelle et scientifique de la barbarie.
Mais, me direz-vous, une révolte qui n’est que révolte ne constitue pas autre chose qu’une impasse historique. Si la Négritude n’a pas été une impasse, c’est qu’elle menait autre part. Où nous menait-elle ? Elle nous menait à nous-mêmes. Et, de fait, c’était, après une longue frustration, c’était la saisie par nous mêmes de notre passé et, à travers la poésie, à travers l’imaginaire, à travers le roman, à travers les œuvres d’art, la fulguration intermittente de notre possible devenir.
Tremblement des concepts, séisme culturel, toutes les métaphores de l’isolement sont ici possibles. Mais l’essentiel est qu’avec elle était commencée une entreprise de réhabilitation de nos valeurs par nous-mêmes, d’approfondissement de notre passé par nous-mêmes, du ré-enracinement de nous-mêmes dans une histoire, dans une géographie et dans une culture, le tout se traduisant non pas par un passéisme archaïsant, mais par une réactivation du passé en vue de son propre dépassement.
Littérature, dira-t-on ?
Spéculation intellectuelle ?
Sans aucun doute. Mais ni la littérature ni la spéculation intellectuelle ne sont innocentes ou inoffensives. Et, de fait, quand je pense aux indépendances africaines des années 1960, quand je pense à cet élan de foi et d’espérance qui a soulevé, à l’époque, tout un continent, c ’ e s t v r a i , j e p e n s e à l a Négritude, car je pense que la Négritude a joué son rôle, et un rôle peut-être capital, puisque cela a été un rôle de ferment ou de catalyseur.
Que c e t t e reconquête de l’Afrique elle-même n’ait pas été facile, que l’exercice de cette indépendance nouvelle ait comporté bien des avatars et, parfois, des désillusions, il faudrait une ignorance coupable de l’histoire de l’humanité, de l’histoire de l’émergence des nations en Europe même, en plein XIXe siècle, en Europe et ailleurs, pour ne pas comprendre que l’Afrique, elle aussi, devait inévitablement payer son tribut au moment de la grande mutation.
Mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel est que l’Afrique a tourné la page du colonialisme et qu’en la tournant elle a contribué à inaugurer une ère nouvelle pour l’humanité tout entière.

 

TRIUM-Global-Executive-MBA-alum-Swaady-Martin-Leke-HEC-12-HEC-Paris-2013Swaady Martin-Leke, ancienne directrice de General Electric au sud du Sahara, lance sa marque de thé de luxe, Yswara. La première boutique ouvre le 6 août à Johannesburg.

À seulement 35 ans, Swaady Martin-Leke n’a pas traîné. Entrée comme auditrice en 2001 chez General Electric, la Franco-Ivoirienne en est devenue la directrice pour l’Afrique subsaharienne dès 2009, travaillant à Paris et Nairobi, avant de poser ses valises à Johannesburg. Sous sa direction, les revenus africains du géant américain sont passés de 20 millions à 300 millions de dollars (environ 250 millions d’euros) par an.

Créneau

« Je suis née en Côte d’Ivoire, j’ai grandi là-bas et au Liberia avant de devoir m’exiler. Mais j’ai toujours eu envie de revenir créer une entreprise mettant en valeur le savoir-faire local », raconte celle qui s’est fait remarquer au sein de General Electric par son plaidoyer pour les marchés subsahariens et pour un management africain et féminin dans les multinationales.

« L’idée de m’investir dans la fabrication et la distribution de sachets de thé est venue pendant mon MBA. J’étudiais comment les grandes marques françaises de luxe comme Louis Vuitton ont su préserver et industrialiser leurs produits culturels. Je me suis mise à chercher un créneau où il est possible de garder la valeur ajoutée en Afrique.

Grande amatrice de thé, j’ai naturellement pensé à cet univers », explique-t-elle. « J’ai étudié la stratégie de groupes comme le français Mariage Frères, spécialisé dans les variétés de thés dits gourmets, absents des échoppes du continent, et j’y ai vu un segment porteur », poursuit-elle, persuadée de l’augmentation du nombre de clients africains aisés attirés par ce produit luxueux, local… et à forte marge (60 % du prix du sachet).

Après avoir déniché des producteurs rwandais et malawites de qualité, la fondatrice d’Yswara a trouvé un partenaire industriel performant en Afrique du Sud. En cinq ans, elle espère atteindre un chiffre d’affaires annuel de 4 millions à 6,5 millions d’euros.

La particularité de Yswara n’est pas seulement son image de luxe. En plus du fait que tous les produits estampés Yswara soient 100% africains, ils représentent aussi par leur noms plusieurs régions différentes et leur histoires. Ainsi les différentes collections de thé transportent avec elles différents aspects de culture et histoire.

Par exemple la collection «African Kingdoms» (royaumes africains) met en avant les monarchies locales de la période précoloniale. La collection «African Queens» (reines africaines) associe une reine africaine à chaque type de thé. C’est l’essence même de l’Afrique qui se diffuse à travers les produits Yswara. Ses bougies portent chacune le nom de capitales africaine, ainsi de Dakar à Nairobi en passant par Harare, Swaady espère faire plonger ses clients au coeur de l’Afrique à l’heure du thé car «chaque bougie sent comme une ville africaine».

SOURCE: http://www.yswara.com/

http://lentrepreneuriat.net/content/swaady-martin-leke-livoirienne-du-luxe

Le livre des Esprits est le titre de l’ouvrage fondateur du spiritisme. Il est le résultat du travail de synthèse d’Allan Kardec qui le mit en forme et le publia pour la première fois à Paris, le 18 avril 1857. Il contient une introduction à la doctrine spirite, ainsi que 1018 questions posées aux « Esprits » accompagnées de leurs réponses. Depuis sa sortie, Le livre des Esprits est continuellement réédité, par divers éditeurs, dans de multiples langues. Les formats publiés en français vont des luxueuse éditions reliées en cuir au livre de poche.

L’historique du livre
En 1847, aux U.S.A., la singulière aventure des soeurs Fox remit à la mode une croyance ancestrale, celle de la communication avec les défunts. Un courant de pensée appelé Spiritualisme, ainsi des expériences de tables tournantes se répandirent en Amérique, puis dans toute l’Europe. En France, un instituteur lyonnais nommé Léon-Hippolyte-Denizard Rivail, s’intéressa aux nouvelles découvertes de son temps, tel que l’hypnose, le magnétisme et les expériences de communication avec l’au-delà. En 1853, Hypolite Rivail expérimenta le phénomène des tables tournantes et se lança dans une étude méthodique du monde des esprits. Au cours d’une séance, un esprit lui apprit que dans une vie antérieure, au temps des celtes, il se nommait Allan Kardec. Rivail décida alors d’adopter ce patronyme et de rassembler dans un ouvrage de multiples messages sérieux provenant des esprits, afin d’en tirer un enseignement moral. Ce fut l’objet du Livre des Esprits.

Les auteurs du livre
Allan Kardec ne se présente pas comme l’auteur du livre, mais comme celui qui l’a mis en forme : « Les principes contenus dans ce livre résultent soit des réponses faites par les Esprits aux questions directes qui leur ont été proposées à diverses époques et par l’entremise d’un grand nombre de médiums, soit des instructions données par eux spontanément à nous, ou à d’autres personnes sur les matières qu’il renferme »[4].

Parmi les Esprits cités comme auteurs de ce livres, les noms suivants sont mentionnés par Kardec : Saint Jean l’évangeliste, Saint Augustin, Saint Vincent de Paul, Saint Louis, L’Esprit de vérité, Socrate, Platon, Fénélon, Franklin, Swedenborg …

Le contenu du livre
Composé de questions et réponses qui vont de : Qu’est-ce que Dieu ? (question n°1), à : Le règne du bien pourra-t-il jamais avoir lieu sur la terre ? (question n°1018), le livre des Esprits aborde les thèmes suivants :

1ère partie : Les causes premières
1) Dieu
2) Eléménts généraux de l’univers
3) Création
4) Principe vital

2ème partie : Le monde des Esprits
1) Des Esprits
2) Incarnation des Esprits
3) Retour de la vie corporelle à la vie spirituelle
4) Pluralité des existences
5) Considérations sur la pluralité des existences
6) Vie spirite
7) Retour à la vie corporelle
8) Emancipation de l’âme
9) Intervention des Esprits dans le monde corporel
10) Occupation et missions des Esprits
11) Les trois règnes (minéral, végétal, animal)

3éme partie : Les lois morales
1) Loi divine et naturelle
2) Loi d’adoration
3) Loi du travail
4) Loi de reproduction
5) Loi de conservation
6) Loi de destruction
7) Loi de société
8) Loi du progrès
9) Loi d’égalité
10) Loi de liberté
11) Loi de justice, d’amour et de charité
12) Perfection morale

4ème partie : Espérance et consolation
1) Peines et jouissances terrestres
2) Peines et jouissances futures

Les ouvrages complémentaires
Allan Kardec réalisa les cinq livres fondamentaux du spiritisme : 1) Le livre des Esprits (1857), 2) Le livre des médiums (1861), 3) L’Evangile selon le spiritisme, 4) Le Ciel et l’Enfer et 5) La Genèse selon le spiritisme.



Acheter le livre ici:

hommes-de-tous-les-continentsHomme de lettres et homme politique ivoirien.

Auteur prolifique, Dadié a l’avantage d’avoir livré à la postérité des œuvres du champ de la nouvelle, du roman, de la poésie, du théâtre et de l’essai. Parallèlement à une production littéraire féconde, il est doublement prix littéraire d’Afrique noir (Patron de New York, 1965 et La ville où nul ne meurt, 1968). Sa poésie, militante, se caractérise par une démarche elliptique et une appropriation décomplexée de son statut d’homme noir, comme en témoignent les vers :

Bernard Dadié – Tu dors

La nuit est bien silencieuse.

Tu dors

Et je veille.

Tu rêves sans doute

Et moi j’égrène nos souvenirs

Et t’écoutant respirer.

La nuit est bien silencieuse.

Tu dors

Et je veille sur notre amour.

Je remue nos songes qu’ensevelissent les jours

Je les tire de l’oubli pour les hisser sur le pavois,

J’ai retrouvé nos larmes d’enfants

La nuit est bien silencieuse.

Je suis le vieux guetteur

Qui monte la garde sur les remparts.

Je sais comment on prend une ville,

Je sais comment on perd un cœur.

Tu dors

Et je veille

Je suis le ciseleur des nuits étoilés,

L’orfèvre des Jours.

J’ai pour messagers les aurores,

Et l’arc-en-ciel des heures calmes.

Du temple de mon Dieu,

N’approche aucune odeur de sang

Nul sanglot de femme.

Je suis le vieux guetteur

Qui monte la garde sur les remparts.

La nuit est bien calme

Et tu dors…

Les hommes ont effeuillé mes songes

Je n’avais pas, pour paraître devant eux

Ma robe de lin,

Ils me demandaient un parchemin.

Je n’avais qu’un bouclier de guetteur.

Le jour point

Et, nous retrouverons demain dans le jardin

En poussières d’argent sur le rosier

Nos rêves d’enfants.

Je suis le vieux guetteur

Qui monte la garde sur les remparts,

J’ai dans les yeux, les aurores des temps anciens

Et dans la tête, la chanson des temps futurs.

Source : http://bengricheahmed.over-blog.com/article-bernard-dadie-104617661.html

crane de cristalUn crâne de cristal est une représentation en cristal de roche d’un crâne humain. La popularité de ce type d’art débute au XIXe siècle parmi les amateurs d’antiquités mésoaméricaines précolombiennes.

Considérés comme représentatifs des cultures aztèque et maya, les exemplaires les plus prestigieux sont le  » crâne de Paris  » (Musée de l’Homme) et le  » crâne de Londres  » (British Museum), qui feront l’objet de nombreux articles et dont le prêt sera souvent sollicité. Par ailleurs, ces objets attirent dès le début du XXe siècle les amateurs d’ésotérisme, qui leur prêtent une origine surnaturelle, ainsi que des pouvoirs de guérison physique et spirituelle.

Le plus remarquable est celui de l’explorateur britannique Frederick Albert Mitchell-Hedges (1882-1959), découvert selon ses dire par sa fille adoptive, Anna Mitchell-Hedges, en 1924 dans les ruines d’un temple de la cité maya de Lubaantun au Belize ( Honduras britannique)

Ensemble, ils découvrirent une étrange sculpture de cristal de roche en forme de crâne féminin dans les ruines d’une ancienne Cité Maya.

En dehors de l’absence des sutures crâniennes, c’est une reproduction quasi parfaite d’un crâne humain féminin. Il pèse 5 kg . Il est composé de deux morceaux, la mâchoire inférieure s’ajustant exactement à la partie supérieure.

Certaine de son authenticité, Anna accepte de confier le crâne à une équipe de scientifiques spécialisés dans la cristallographie de la société Hewlet-Packard. Après 6 mois de tests, les conclusions tombent :

* Il est constitué d’un quartz naturel extrêmement pur et rare : du dioxyde de silicium piézo-électrique anisotrope.

* Les deux parties qui le composent proviennent du même bloc de quartz.
Il ne porte aucune trace d’usinage ni d’instrument quelconque, même microscopique. Il est donc impossible à dater car le cristal ne vieillit pas.

* Quand il est éclairé par le dessous, la lumière jaillit par ses orbites.

* Quand il est frappé à l’arrière par les rayons du Soleil, un faisceau lumineux intense, susceptible de mettre le feu à la végétation, jaillit des orbites, du nez et de la bouche.

* Sa fabrication manuelle, si elle avait été possible, aurait nécessité au moins 300 années de travail en continu. Avec la technologie moderne au diamant, il aurait fallu plus d’une année, sans toutefois être certain de pouvoir parvenir à un résultat rigoureusement identique.

Anne Mitchell-Hedges et son Crâne de Cristal

13-cranes-de-cristalLa légende dit que si les 13 crânes qui se trouvent tout autour de la planète sont réunis, ils vont révéler un secret à l’humanité. Le cristal de quartz se trouve dans nos ordinateurs et téléphones, ce qui pourrai confirmer que ces crânes sont des appareils de stockage d’information .

Jusqu’à ce jour on a decouvert 7 crânes qui ont été authentifiés et qui sont apparus mystérieusement, deux d’entre eux ont été prêtés par leur propriétaire pour être analysés. Ils ont été confiés au laboratoire de Hewlett Packard et au British Museum mais ce dernier n’a pas voulu communiquer ses observations

Selon une vieille légende indienne, il existe 13 crânes de cristal, dont on raconte qu’ils parlent ou qu’ils chantent. Ces crânes, dit-on, renferment d’importantes informations sur les origines de l’humanité, sur sa finalité et son Destin… Un jour, si l’on en croit ces prophéties ancestrales, tous les crânes de cristal seront réunis pour que l’humanité puisse accéder à la sagesse collective. Si l’homme continue a prendre à la Terre sans rien lui rendre en échange, le quatrième monde ou cinquième soleil, qui doit prendre fin le 21 décembre 2012, sera le dernier.

Ceci nous ramène au Calendrier Maya mais également à la mythique Cité de l’Atlantide.

Channeling de Carole Wilson

« Vous cherchez à connaître les origines de ce réceptacle que vous appelez « le crâne de cristal »… Je vous dirai qu’il a été façonné il y a de nombreux milliers d’années par des êtres d’une intelligence supérieure… Il a été formé par une civilisation qui a précédé ceux que vous appelez les « Mayas ». Â de nombreux égards notre niveau de civilisation était, « à l’époque » comme vous dites, très en avance sur celle que vous avez aujourd’hui…
Ce réceptacle contient les esprits de beaucoup et les esprits d’un seul… Il n’a pas été fait par des moyens que voue appelez « matériels ». Il a été moulé dans sa forme présente par la pensée. Les pensées et la connaissance sont cristallisées dans ce réceptacle… Ce réceptacle est cristallisé au moyen de la pensée… Ainsi l’information a été cristallisée dans ce réceptacle…

Nous avons placé une forme de pensée en langage pur dans ce crâne…
Une grand part du monde que nous avons créé, nous l’avons créé avec l’esprit. L’esprit créé la matière. Vous comprendrez cela et la technologie du cristal sera offerte en plus amples détails à ceux qui la comprennent… car le cristal est une substance vivante et l’on peut infuser l’esprit dans la matière…

Ce réceptacle a été cristallisé parce que vous, dans la troisième dimension, vous avez besoin de voir, d’entendre et de toucher… Sa forme permet plus aisément à l’esprit de s’attacher à l’esprit, sans passer par ce que vous appelez la personnalité… Mais vous respectez la personnalité, la tête, l’enceinte de votre cerveau… aussi cette forme de réceptacle a-t-elle été conservée pendant de nombreuses ères… La vie terrestre de ce réceptacle est de 17000 ans… Il s’est transmis de génération en génération, il a été poli avec du sable et du crin… et nul mal ne viendra à lui.

Vous cherchez des informations sur les autres réceptacles de l’esprit… Il y aura d’autres réceptacles découverts… car ils sont nombreux… car toute la connaissance n’a pas été donnée à un seul homme et à un seul esprit… Chacun des réceptacles contient l’information sur l’endroit où sont les autres…

Nous pourrions vous en donner un là où nous avons laissé des marques sur la terre [certains se sont demandé s’il ne s’agissait pas des lignes de Nazca au Pérou, encore qu’il y ait évidemment bien d’autres possibilités]… et haut dans la montagne… Il y en aura un bleu dans la région que vous appelez « Amérique du Sud »… Un autre sera découvert quand la civilisation perdue que vous appelez « Atlantide » émergera pour vous… et nous pourrions vous presser d’explorer le lit de l’océan… nous pourrions vous presser d’explorer les découvertes faites dans la région que vous appelez « Bimini »… Mais nous vous guiderons… nous vous montrerons ce que vous appelez un « temple »… C’était une région de communication entre la Terre et d’autres systèmes (solaires ? dimensionnels ? NDONCT)… Quand tous les réceptacles seront réunis vous serez les gardiens d’une merveilleuse connaissance… La lumière et le son seront la clef ; quand se produira la bonne vibration (le changement de pôle annoncé par tant d’autres ? NDONCT), vous aurez l’information que vous désirez… Mais le temps n’est pas encore venu… Il en est quelques-uns qui n’ont pas encore reçu de forme… et d’autres qui demeurent sous le fond de l’océan… Mais vous ne les trouverez pas tous « dans ce temps » comme vous dites… Il serait trop dangereux pour l’homme d’avoir cette information… trop tôt dans son évolution… car l’humanité cherche encore à dépasser la destruction originale de notre époque.

Le réceptacle a reçu cette forme pour encourager l’esprit à l’unité et réduire votre désir de séparation (NDONCT : l’orientation spirituelle vers le Service-Envers-Soi ?)… Votre esprit cherche la séparation… Nous avons voulu vous léguer la notion d’unité, mais votre esprit ne cherche que la séparation. Comme vous dites, « ce que vous cherchez, vous le trouvez ». Et déjà le processus de séparation a commencé.(…) Vous avez un désir de séparer qui mènera à votre propre destruction. (…) Il y a beaucoup de violence sur votre planète. Violence contre les hommes, violence contre la nature… violence contre la Terre.

Nous comprenons que vous soyez en quête des débuts de l’humanité. Nous voulons vous dire que vos propres origines ont été pensées dans leur forme et que vous devez diriger vos yeux vers le haut et non vers le bas. Il y aura de nombreuse découvertes dans le sens de cette reconnaissance au cours des 5, 10, 15 prochaines années… Et les origines de ce que vous appelez votre civilisation se situent à plus de 15000 ans avant la reconnaissance de l’Atlantide. Car il reste encore bien des signes de notre civilisation sous vos océans. Déjà il y a eu les découvertes près de Bimini. Mais il y en aura bien d’autres au cours des 5, 10, 15 prochaines années, qui vous indiqueront la bonne direction… Il y aura d’autres découvertes en Amérique du Sud, en Australie et en Egypte. Dans ce que vous appelez vos déserts, vous trouverez de grandes connaissances. Mais vous trouverez des traces de notre civilisation sur la plupart de vos continents et il y en a beaucoup sous vos mers, spécialement sous les océans que vous appelez « Atantique » et « Indien » et sous ce que vous nommez la « mer morte ». Là, tout près de la surface de votre terre, et proches d’être découverts, il y a des vestiges de noter civilisation… Ces découvertes causeront beaucoup de désaccords, cependant elles seront nécessaires pour réduire l’esprit de séparation.

Mais beaucoup de ces découvertes ne seront pas permises dans ce temps. Nous ne pouvons autoriser que celles qui ne causeront pas trop de trouble dans vos esprits. Nous sommes venus sur votre Terre d’un monde différent. Nous sommes venus d’autres dimensions. Nous sommes venus pour connaître. Il nous fallait connaître la densité. Celle que nous avions à l’origine n’avait rien de la densité ce que vous appelez « un corps ». La vie sur ce plan terrestre était primitive dans sa forme, mais nous avons pris la forme physique qui vous est reconnaissable. Nous ne cherchions qu’à connaître la densité matérielle et à apporter le savoir et la lumière. Mais nous ne nous sommes pas confinés dans un seul « lieu géographique », comme vous dites. Ils étaient nombreux, et beaucoup de nos vestiges et de nos enseignements restent encore à découvrir au sein de vos masses terrestres et océaniques.

Mais ils sont encore nombreux parmi vous, ceux qui cherchent à savoir où nous trouver dans votre univers. Pourtant vous vous accrochez à l’idée que nous sommes de la 3ème dimension et vous ne parvenez pas à comprendre que nous venons d’autres dimensions, au-delà de votre relativité rudimentaire de l’espace-temps.

Nous pourrions vous dire que l’essence du temps est une illusion. En fait, le temps a été créé par une intelligence supérieure comme une forme de contrôle sur le cerveau et une fonction de l’image du corps. C’est une garantie contre la corruption de la matière, mais en essence, il est non existant. La pensée existe indépendamment du corps et du cerveau, mais le temps est la création de la matière. La pensée est intemporelle. Le mécanisme du temps n’a été introduit que dans le métal ordinaire et matériel, non dans la pensée ou dans l’esprit, pour vous confiner dans la 3ème dimension et dans le périmètre de cette petite planète que vous appelez « Terre ». Nous voudrions vous inciter à explorer avec sincérité et compréhension ce que l’esprit est capable de comprendre et non ce à quoi le cerveau est réduit. Vous êtes attachés au temps comme au nombre.

Nous vous disons que les nombres et le temps n’ont aucune profondeur. Ils sont simplement programmés dans le mental ordinaire comme garde-fou pour vous retenir dans le temps et dans l’espace. Ils ne sont pas vraiment une fonction de l’esprit, amis plutôt du cerveau. Et ils sont en réalité une dysfonction du cerveau qui vous relie aux paramètres physiques du monde tridimensionnel. Les relativités que vous appelez « nombres », « temps » et « espace » sont une fonction du cerveau qui se rattache uniquement à la troisième dimension. Cet esprit actuel vous garde prisonniers du temps et de l’espace, de la matière, du monde physique que vous nommez réalité. Mais l’illusion du temps doit encore perdurer un moment. Comprenez-vous ?

Nous sommes venus vous mettre en garde car la séparation est déjà entamée. La destruction commence à se mettre en place. L’esprit de séparation a assuré son emprise et des choses graves se sont déjà produites. Car vous avec votre savoir primitif, vous avez mis en branle quelque chose que vous ne pouvez plus maîtriser. Ce sont vos scientifiques qui ont commencé à jouer avec les ondes sonores et lumineuses de votre atmosphère et avec ce que vous appelez « les particules » (NDONCT : la bombe atomique ressemble à cette description). Vous aurez remarqué que, maintenant de nombreux rayonnements destructeurs frappent votre planète. Il y aura d’autres destructions liées à l’atmosphère, aux changements météorologiques et climatiques, et il y aura aussi des mouvements de vos blocs continentaux.

Nous voulons vous dire que votre civilisation a grossièrement méconnu l’utilisation de la lumière, du son et de la matière. C’est pourquoi vous n’avez découvert que ce qui est le plus près de vous. Mais en ce moment même vos scientifiques et vos gouvernements jouent avec des jouets qu’ils ne comprennent pas. Ils jouent avec la lumière et le son, et avec ce que vous nommez « particules » et « radiations », et ils feront pleuvoir des désastres. Mais comme la réaction n’est pas immédiate, comme elle ne vous touche pas directement, vous continuez encore et encore jusqu’à ce que cette planète soit détruite.
Ainsi que nous l’avons dit, votre esprit actuel ne cherche que la séparation. Vous avez un désir de séparer qui vous mènera à votre propre destruction. Car c’est ce même esprit qui a causé le Déluge et la destruction antérieure de nombreuses terres. Mais le processus de destruction a déjà commencé. Et nous sentons déjà l’influence de cette séparation dans notre monde.

Pour l’instant, vous n’en avez pas conscience car c’est de votre propre fait. Mais nous vous le disons : votre Terre connaîtra de grands changements…
Le corps même de votre planète changera, ainsi que le temps et tout ce que vous connaissez aujourd’hui de votre Terre. Il y aura des changements sur cette Terre dans les formes humaines et animales, et dans cette forme que vous nommez  » végétation « , celle que vous nommez  » blocs continentaux  » et celle que vous nommer  » atmosphère « .
Ce sera un désastre de grande ampleur. Mais, en essence, votre  » désastre « , comme vous l’appelleriez, a déjà commencé. Vous verrez beaucoup de morts parmi ce qui vit sur votre planète. Vous verrez que ce qui croient dans le sol entraînera de grands changements et vous verrez que ce qui se nourrit du sol connaîtra de nombreuses morts.. Vous verrez des destructions dues à ce que vous appelez  » radiation  » et vous découvrirez une grande pestilence dans ce qui vole aujourd’hui sur votre planète. Il y aura des éruptions et des perturbations de votre climat, et une grave séparation des atmosphères. Vous aurez de grand vent… Et votre bétail mourra en grand nombre. Vos eaux monteront plus haut qu’elle ne devrait et vos terres s’enfonceront sous les vagues. Les continents disparaîtront et les mers et les océans s’élèveront.
Il y aura une grande rupture de la Terre… De l’intérieur de la Terre.

Le champ magnétique basculera et bascule déjà maintenant. La Terre s’ouvrira et ses entrailles se répandront à sa surface et dans l’atmosphère. L’atmosphère entre déjà dans un état de pollution dangereux. Voilà ce que vous faites sur Terre avec vos énergies négatives.

Et c’est pourquoi nous vous avons laissé ces réceptacles, il y a de cela  » longtemps  » dans votre temps, quand nous avons compris que beaucoup avait oublié l’intention originale de leur incarnation dans cette dimension physique. Quand nous avons compris que l’esprit de séparation étendrait son emprise et qu’il iy aurait une grande catastrophe sur cette Terre, nous avons choisi de retourner à notre dimension originale. Et nous avons laissé derrière nous des héritages nos esprits. Nous savions qu’il y aurait ceux qui savent et qui cherchent, et que leur progression spirituelle les guiderait sur cette voie. Nous savions qu’à cause du désastre qui frapperait cette planète, certains seraient nécessaires pour faire appel à leur mémoire réincarnée, pour guérir, pour conseiller et pour aimer un monde devenu fou, un monde sans connaissance, un monde sans espoir où les feux de la destruction régneraient.

Mais quand le temps viendra, le devoir de tous ceux qui cherchent la connaissance spirituelle sera d’instruire les autres au moment où la Terre basculera sur son axe. Dans ce réceptacle et les autres que nous vous avons laissés, il y a ce dont vous aurez besoin.
Notre savoir, cristallisé ici, sera partagé quand le moment viendra. Il a été prévu que, par ses réceptacles, les esprits d’un seul seraient activé et se présenteraient d’eux-même lorsque votre Terre en aurait besoin. Et c’est ce qui commence à se produire,  » en ce temps  » et  » en ce lieu « , comme vous dites. Nous sommes ici pour vous révéler ce qui est… Ce qui sera… Et qui a déjà commencé, un grand changement dans le sein de votre mère la Terre. Nous vous pressons de faire connaître à l’humanité les choses que nous vous avons à vous offrir dans l’espoir que l’holocauste pourra être réduit. Car si ce qui est donné ne peut plus maintenant être changé, ces effets peuvent encore être grandement atténués ».

Channeling de Carole Wilson en touchant le Crâne de Cristal de Anne Mitchell-Hedges… 1990

 » La tradition maya nous enseigne que, lorsque  » le treizième Crâne de Cristal  » sera découvert, le  » Secret de la Vie  » sera révélé.

Or, en 2003, et ce, grâce à des documents d’origine  » templiste  » datant du XIIIème siècle, j’ai été le témoin oculaire de l’invention-découverte d’un  » Crâne de Cristal  » enfoui en Terre provençale. Ces documents appartiennent à un groupe de personnes qui forment un cercle très secret, et je suis tenu à la plus grande réserve quant à leur identité. Jusqu’à présent, pour diverses raisons, cette information ne circulait qu’au travers du philtre restreint de ce cénacle. Cependant, suite à certaines récentes découvertes, le temps semble venu de la partager avec un plus large public.

Il est important de savoir que le crâne découvert récemment est bien  » LE TREIZIÈME « . Effectivement, depuis sa découverte, de très importantes révélations au niveau de la géographie sacrée de notre planète, initiées avec des enseignements d’Entités Stellaires, ont été offertes en évidence. Cette géographie sacrée fait apparaître qu’un vaisseau vibratoire/merkaba a intégré la Terre provençale, il y a de cela de très nombreux siècles, et par effet de proximité, il a provoqué une induction initiatique générant un  » effet Génésis « , ainsi que l’installation programmée d’une grille christique conscientisée par le travail spirituel de cœurs oeuvrant pour que le Plan de Lumière s’établisse sur notre Terre Mère, (ce qui pourrait expliquer la venue en Provence de la grande Initiée Sainte Marie-Madeleine.)

Tout laisse à penser qu’un Plan intemporel a été préparé par des Initiateurs issus d’univers parallèles, et cela en vue de sa réalisation durant l’Ère du Verseau, d’où la teneur des prophéties des Mayas, peuple initié qui devait sans aucun doute connaître cette véritable « Révélation de l’Apocalypse ».

Raymond Spinosi

Selon Raymond Spinosi, qui se rend régulièrement à Carcassonne pour participer aux travaux d’étude du crâne, celui-ci possède des propriétés subtiles très particulières permettant d’influencer à distance tous les autres crânes de cristal ; c’est ce qui l’a conduit à affirmer qu’il s’agit bien du treizième crâne, du « Crâne Maître ».

Son équipe de travail a commencé à mettre au point une technique s’appuyant, entre autres, sur l’influence de certaines constellations susceptibles d’influencer avantageusement les qualités médiumniques des participants réunis autour du crâne, qui semble lui-même bénéficier des apports cosmiques de ces configurations.

Lors de la dernière réunion (avril 2005), des fluides subtils ont commencé à se manifester à travers le crâne, et tous les membres de l’équipe sont profondément convaincus qu’à terme, le message consigné dans ce récepteur intemporel par des Êtres très évolués, sera à même d’être révélé.

Raymond ajoute que, depuis qu’il a participé à la découverte de cette merveille prodigieuse, de très heureux bouleversements spirituels sont intervenus dans son existence, et que des mémoires stellaires ont commencé à émerger du plus profond de sa conscience ancestrale…

SOURCE:http://angelsplace.perso.sfr.fr/CranesCristal.htm


Chasseurs de légendes [ Les 13 crânes de cristal ] par LPDE

La sortie d’Hunger Games remet la dystopie au goût du jour. Thème récurrent au cinéma, elle permet aux cinéastes de se pencher sur les dérives de notre présent à travers le prisme du futur. Des visions toujours très pessimistes où l’espoir n’est pourtant jamais très loin. Retour sur des films d’anticipation à prendre plus ou moins au sérieux.

Hunger Games 2

HUNGER GAMES de Gary Ross (2012)
Injustement comparé à Twilight, Hunger Games tient plus d’un croisement entre Battle Royale et Running Man version teen movie. A Panem, le Capitole fait régner la tyrannie grâce à ses jeux du cirque, les Hunger Games. Tous les ans, 24 ados (entre 12 et 18 ans) sont choisis au hasard dans chacun des 12 districts pour s’entretuer sous l’œil des caméras. Quand sa petite sœur est désignée, Katniss décide de prendre sa place. A l’instar des adaptations ciné de Twilight ou d’Harry Potter, celle du passionnant Hunger Games devrait faire un carton. Du totalitarisme aux dérives de la télé réalité en passant par la mythologie, la trilogie de Suzanne Collins (vendu à 30 millions d’exemplaires à travers le monde) peint un futur bien noir où une jeune fille élevée à la dur pourrait bien mettre le feu aux poudres. Déjà belle et altière dans Winter’s Bone et X-Men : le commencement, Jennifer Lawrence réitère dans le rôle de l’entêtée Katniss, aidée par deux jeunes acteurs prometteurs : Liam Hemsworth (petit frère de Chris Hemsworth) mais surtout Josh Hutcherson (vu dans Voyage au centre de la Terre 2).

time out

TIME OUT d’Andrew Niccol (2011)
Dans un monde où l’on arrête de vieillir à 25 ans mais où il faut gagner du temps pour rester en vie, Will Salas (Justin Timberlake) décide de faire sa petite révolution après avoir reçu un siècle d’un centenaire suicidaire. Après Bienvenue à Gattaca, et The Truman Show, Andrew Niccol signe son troisième film d’anticipation. Mais avec cette allégorie de la crise économique, le réalisateur déçoit. Le film n’est pas à la hauteur d’une formidable idée de base complètement sous-exploitée. On a connu Niccol plus inspiré. Si Time Out reste en surface là où Bienvenue à Gattaca était nettement plus abouti, on le regarde sans déplaisir. Notamment grâce à une troupe de jeune acteurs parfaits et plein d’avenir (Cillian Murphy et Vincent Kartheiser en tête).

les fils de l'homme

LES FILS DE L’HOMME d’Alfonso Cuaron (2006)
Adaptation du roman homonyme de P. D. James (1993), Les fils de l’homme a été présenté en compétition officielle lors de la 63ème Mostra de Venise où Alfonso Cuaron (Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban, Y tu mama tambien) a remporté le prix de la Lanterne Magique. Dans un monde où l’on ne parvient plus à procréer, une jeune femme tombe enceinte. L’enfant devient l’objet de toutes les curiosités. Thriller aussi sombre que pessimiste, il se dégage pourtant des Fils de l’homme une profonde humanité. Dans ce film d’anticipation post apocalyptique, le nouveau-né est attendu comme le messie. L’enfant n’y a jamais été aussi roi.

minority report

MINORITY REPORT de Steven Spielberg (2002)
Adaptation de la nouvelle de l’auteur de science-fiction Philip K. Dick (Blade Runner, Total Recall) publiée en 1956, Minority Report était un des derniers projets de Stanley Kubrick. Sur une idée de Tom Cruise, Steven Spielberg s’en empare et décide de réaliser le film pour rendre hommage à son ami. En 2054 à Washington, trois femmes extra-lucides prédisent des futures infractions à la « Précrime ». Mais quand elles renvoient à John Anderton (Tom Cruise) sa propre image tuant un parfait étranger, le chef de la police devient la cible de ses propres troupes et plus particulièrement de Danny Witwer (Colin Farrell), agent du Ministère de la justice venu évaluer le système pour l’étendre à tout le pays.

Equilibrium

EQUILIBRIUM de Kurt Wimmer (2002)
2070. Dans un monde où l’émotion est réprimée par la prise quotidienne de Prozium, John Preston (Christian Bale) travaille au service du dirigeant suprême connu sous le nom de père. Son job : bannir les rebelles de la ville. Mais un jour, le policier brise sa dose et manque de temps pour s’en procurer. Submergé par des sensations inconnues, il décide d’en savoir plus sur ce nouveau ressenti. Inspiré notamment du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, Equilibrium est l’éducation émotionnelle d’un homme reclus dans une société devenu insensible (l’art, trop subversif, est banni, et les autodafés multiples). Sous ses airs de pseudo Matrix, le film de Kurt Wimmer est avant tout une mise en garde contre l’état fasciste. Tourné à Berlin, l’architecture austère directement inspirée de l’ère hitlérienne confère au film une atmosphère inquiétante. Encore méconnu, Christian Bale ne sera révélé au grand public que deux plus tard dans Batman Begins (2004) mais joue déjà les justiciers.

matrix

MATRIX d’Andy et Larry Wachowski (1999)
Pour Andy et Larry Wachowski tout ce qui nous entoure est illusoire et n’est qu’une création de la « matrice » : monde réel dans lequel les machines ont pris le pouvoir et utilisent les êtres humains comme source d’énergie. Autant inspirés par Alice au pays des merveilles que par la mythologie grecque et les mangas japonais, les réalisateurs bâtissent un univers unique aux niveaux de lecture aussi complexes que nombreux. Keanu Reeves incarne Néo, libérateur de l’humanité selon le chef des rebelles Morpheus et véritable super-héros (manteau en guise de cape, capacité de voler, et vision exceptionnelle… certains lui prêtent des traits communs avec Superman). L’acteur dut avec le reste des comédiens subir un entraînement drastique aux arts martiaux pendant six longs mois en amont du tournage qui dura 118 jours. Œuvre culte dès sa sortie, Matrix sera suivi de deux suites quasi inutiles (Matrix Reloaded et Matrix Revolutions sortis en 2003).

Bienvenue a Gattaca

BIENVENUE A GATTACA d’Andrew Niccol (1997)
Premier long-métrage du réalisateur néo-zélandais Andrew Niccol, Bienvenue à Gattaca aborde à l’instar du Meilleur des Mondes d’Aldoux Huxley, l’eugénisme. Cette recherche d’une perfection génétique empêche Vincent (Ethan Hawke) d’accéder à son rêve de voyager dans l’espace. Grâce au patrimoine génétique de Jérôme (Jude Law), il parvient à déjouer les lois de Gattaca. Qualifié de thriller noir avec des idées, Bienvenue à Gattaca se révèle aussi intelligent que divertissant. Devenu quasi spécialiste des films d’anticipation, Niccol en réalisera deux autres : le très bon The Truman Show en 1998 et Time Out (voir supra) dont on aurait aimé en dire autant. Avec son premier film, le cinéaste a sans doute mis la barre trop haute.

Demolition man 2

DEMOLITION MAN de Marco Brambilla (1993)
Cryogénisé en 1996 après avoir raté l’arrestation de son pire ennemi, le criminel Simon Phoenix, le sergent John Spartan se réveille en 2032. Dans cette civilisation « pacifique » où les interdits sont multiples (sexe, alcool, cigarettes et grossièretés sont prohibés), il est le seul à pouvoir arrêter Phoenix, libéré avant lui. En pleine gloire, Sylvester Stallone fait mouche dans cette comédie policière hilarante. Mais on lui préfère Wesley Snipes (qui remplace Jackie Chan qui ne voulait pas incarner un méchant). L’acteur est tordant dans la peau de Phoenix. A leurs côtés, la pimpante et encore peu connue Sandra Bullock (avant Speed) incarne le lieutenant Lenina Huxley dont le non nom fait évidemment référence au roman Le meilleur des mondes et à son auteur Aldous Huxley

Total Recall 2

TOTAL RECALL de Paul Verhoeven (1990)
Hollywood cherchait à porter la nouvelle We can remember it for you wholesale, de Philippe K. Dick (Blade Runner, Minority Report) depuis 1975. Mais face à l’échec de Dune de David Lynch au box-office, Dino de Laurentiis qui voulait faire de Total Recall un « Aventuriers de l’arche perdue » sur Mars perdit tout enthousiasme. Arnold Schwarzenegger en profita pour s’emparer du projet et s’associer au réalisateur Paul Verhoeven. Délire ou réalité ? Le film explore la question à travers l’histoire d’un ancien agent amnésique qui part sur la planète Mars en 2048 à la recherche de son énigmatique passé. Possède-t-il toute sa tête ou est-il en plein rêve? Sa femme Lori (Sharon Stone avant Basic Instinct du même Verhoeven) est-elle réelle ou l’objet de son imagination ? Jamais le film ne répond directement à la question laissant le public à ses réflexions. Aujourd’hui culte, un remake réalisé par Len Wiseman (Underworld) sortira cette année avec Colin Farrell dans le rôle titre.

retour vers le futur 2

RETOUR VERS LE FUTUR 2 de Robert Zemeckis (1989)
Cinéma en (vrai) relief, skate-board volant (le désormais mythique Overboard), blouson option séchage ou chaussures qui s’auto-lacent… Bienvenue en 2015. Dans trois ans finalement. Retour vers le futur II n’aura réussi à prédire que le ciné 3D. Quoique des scientifiques sont proches de donner une réalité à la planche sans roulette. Dans un premier temps, on aurait plutôt envie d’y être en 2015. C’était sans compter une faille spatio-temporelle qui transforme Hill Valley en ghetto bling bling dirigé par un Biff Tannen mafieux et libidineux. Après le succès du premier volet, Robert Zemeckis tourne deux suites dans la foulée. Si le troisième opus envoie Marty jouer les John Wayne aux fins fonds du Far West, le second se penche sur notre futur proche. Sous ses airs de film d’anticipation, Retour vers le futur II nous prédit un avenir peu radieux. La technologie a beau être à la pointe, délinquance et corruption règnent.

running man

RUNNING MAN de Paul Michael Glaser (1987)
Los Angeles, 2019. Des détenus sont sélectionnés pour participer au jeu télé du moment: « The Running Man ». Le but : s’affronter jusqu’à la mort. Adaptation du roman d’anticipation homonyme de Stephen King (publié sous le pseudo de Richard Brachman en 1982), Running Man rapporte l’indifférence du public vis à vis des dérives des médias. Un thème d’actualité traité avec les armes du passé : la référence aux jeux romains est claire. Les candidats sont appelés « gladiateurs » et combattent sur des chars au sein d’une arène. Paul Michael Glaser (si si le Starsky de Starsky et Hutch) accuse la télévision de brider les esprits en leur servant de la soupe voyeuriste à longueur de journée. Ou comment dénoncer la télé-réalité avant mais qu’on y ait songée.

1984

1984 de Michael Radford (1984)
Adaptation du roman bien connu de George Orwell, 1984 sort dans l’indifférence générale mais plaît aux puristes qui louent sa fidélité (le happy end de l’adaptation de 1956 par Michael Anderson avait fortement fait polémique). Dans un monde contrôlé par Big Brother, pseudo chef spirituel qui manipule les esprits, le fonctionnaire Winston Smith commet le monstrueux crime de tomber amoureux. Le couple tente de s’échapper. Mal leur en prend. Pamphlet politique, 1984 dresse le portrait d’une société déshumanisée par un Etat policier. L’oppression inhibe leur conscience, plus personne n’a alors l’idée de se rebeller. Dernier film de Richard Burton (il lui est d’ailleurs dédié), 1984 a quelques connexités avec le roman Le meilleur des mondes (paru en 1932). Une influence qui s’explique facilement. Aldoux Huxley n’était autre que le professeur de français de George Orwell.

Blade runner

BLADE RUNNER de Ridley Scott (1982)
Adaptation de la nouvelle Do Androids Dream of Electric Sheep ? de Philip K. Dick, Blade runner est également très influencé par le film noir. Le col de son imperméable relevé sous une pluie battante, Harrison Ford a des airs d’Humphrey Bogart quand il traverse ce Los Angeles sale et grouillant surplombé de gratte ciels oppressants. Tandis que Sean Young est clairement l’incarnation de la femme fatale, une créature mystérieuse et vénéneuse que James Ellroy ne renierait pas. En 2019, une nouvelle race d’esclaves (des humanoïdes appelés les replicants) est déclarée hors la loi après un massacre d’être humains. Le Blade Runner, Rick Deckard, est chargé de les éliminer. En dépit de son échec au box-office, le film devient culte et introduit l’univers tout en anticipation de K. Dick au cinéma. Il est même nommé meilleur film de science fiction de tous les temps par 60 scientifiques en 2004 pour le journal The Guardian (juste devant 2001, L’Odyssée de l’espace).

Mad Max

MAD MAX de George Miller (1979)
Dans une Australie ravagée par une guerre nucléaire, les survivants se disputent les derniers bidons d’essence. Divisé par cette ruée vers l’or noir, le pays est de plus miné par une violence sans précédent. Motards hors la loi contre policiers, la route devient infréquentable. C’est pourtant le chemin que devra emprunter Mel Gibson pour venger sa famille. Il est Mad Max, personnage aussi « chaud » et solaire que le paysage post apocalyptique qui l’entoure. L’acteur dans son premier grand rôle est instantanément starisé. Le succès du film finit par donner naissance à une trilogie sait-on jamais visionnaire. Mad Max a longtemps été le film le plus rentable de l’histoire du cinéma (avec un budget de 350 000$, il rapportera près de 100 millions $) avant d’être détrôné par Le projet Blair Witch en 2000.

l_a_ge_de_cristal

L’ÂGE DE CRISTAL de Michael Andreson (1976)
Adaptation du roman Logan’s Run de George Clayton Johnson et William F. Nolan, L’Âge de cristal avait remporté un large succès à l’époque ainsi que l’Oscar des meilleurs effets spéciaux (c’est le premier film à utiliser la technique de la « laser photography » pour figurer les hologrammes). Aujourd’hui, avec son ambiance kitsch, le film a des airs de charmante série B. En 2274 dans un monde supposé post apocalyptique, les hommes et les femmes ne vivent que de plaisirs. Mais ils sont également contraints de mourir à l’âge de 30 ans pour éviter la surpopulation. Suite à son succès, L’Âge de cristal sera décliné en séries et en comics. William F. Nolan donnera même naissance à quatre suites. Le dernier tome de la saga littéraire est paru en 2003.

soleil vert

SOLEIL VERT de Richard Fleischer (1973)
En 2022, dans un New York surpeuplé, les ressources naturelles sont épuisées. La population se nourrit grâce aux Soleils verts, de mystérieux carrés de nourritures tandis que les plus faibles se font euthanasier. Jusqu’à ce qu’un policier découvre l’horrible vérité. Adaptation du roman de Harry Harrison, Make Room ! Make Room ! (1966), Soleil vert est devenu un classique. Sous couvert de régler un problème de rationnement, les autorités commettent l’impensable. Une génération de spectateurs traumatisés plus tard, le thème est toujours d’actualité et achève de faire de Soleil vert un film malheureusement intemporel.

Publié par Tiffany Deleau

http://www.youtube.com/watch?v=-BZzirTcF6w

 

La doctrine secrète est Synonyme de « Doctrine Hermétique », de « Doctrine Ésotérique » et, dans leur sens authentique, de « Sciences Occultes ».
Cette expression a été attribuée dans l’Antiquité à l’ensemble des Enseignements ésotériques relatifs à la formation de l’Univers, à la structure et à la place de tous les êtres — notamment de l’homme au sein de ce dernier.

Ces Enseignements furent délivrés sous le nom de « Doctrine Ésotérique », « Doctrine Hermétique » ou « Doctrine Secrète » afin de distinguer celle-ci du courant transitoire des différentes écoles de pensées philosophiques ou scientifiques prévalant dans le monde et qui se s’attachaient pas — ou ne s’attachent pas — directement ou indirectement à elle.

Cette Doctrine est, quant à sa forme et à ses procédés de divulgation, aussi variable que l’Histoire des hommes mais quant à son fond, puisqu’elle enseigne les Lois Éternelles, elle est de la pérennité de l’Univers. C’est pourquoi les anciens Égyptiens l’appelèrent « la Doctrine du Ciel étoilé ».

Cet Enseignement était commun à tous les peuples issus de l’Atlantide et transmis en Inde d’où il rayonna sur tout l’Orient, en Chaldée, en Égypte et de l’Égypte en Grèce. Il véhiculait une Connaissance certaine et salvatrice car en elle gisaient — et gisent encore — les remèdes aux maux liés à la condition humaine :

le mystère de la vie et de la mort ;
la souffrance tant physique (maladie, torture) que morale ;
la misère et le manque permanent ou renouvelé ;
la dure nécessité d’un labeur pénible pour se procurer nourriture, toit et vêtement sur un environnement naturel qui reste à être maîtrisé par l’homme…
Toutes les grandes Religions se sont attelées à un encouragement de l’être humain pour que celui-ci puisse se libérer de sa condition terrestre ; qu’elles aient appelé ce cheminement « Rédemption », « Libération », « Remontée », etc. Elles se référaient à un état où les malheurs qui prévalent ici-bas, soumis à l‘impermanence de toute chose, étaient dépassés, vaincus.

Les Religions monothéistes ont insisté sur la notion de « chute » de l’âme humaine dans des conditions d’existence par trop denses (la matière qui structure notre monde terrestre) mais la Philosophie du Bouddha nous rappelle aussi cette même et triste réalité, nous demandant de sortir de la « ronde des renaissances » (réincarnations) et de mettre fin ainsi à la souffrance.

Toutefois, les Religions n’ont jamais révélé à l’Humanité cette Connaissance exhaustive de l’Univers et de l’être humain ainsi que des moyens devant être mis en œuvre pour accéder à cette Libération. Ces moyens constituent ce qui est appelé en Occident la Théurgie ou Magie Divine (en Orient, il s’agit du Tantrisme de la Main Droite). Bien mieux, quand quelques éléments de leur caste sacerdotale respective (prêtres, brahmanes, popes, etc..) eurent vent de cette Connaissance, ils firent tout pour l’occulter, la maudissant officiellement afin qu’aucune de leur ouailles — sur lesquelles ils voulaient détenir un pouvoir mental et moral absolu — ne leur échappât.

Nous devons déceler dans ces lignes aussi bien tous les efforts que la caste des brahmanes en Inde fit pour altérer les textes (et mieux piller, de la sorte, les veuves riches en les faisant brûler) que les exactions commises par les premiers « Pères » du christianisme qui s’acharnèrent à altérer sinon à détruire cet Enseignement Ancien. Cette destruction substitua au « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux », la devise qui allait gouverner les esprits jusqu’aux premiers pas de la Science Moderne : « Crois, sans chercher à savoir ». Étaient ainsi évitées des investigations très dérangeantes sur l’origine non seulement de certains dogmes du Christianisme (ou de textes sacrés de l’Hindouisme) mais aussi des Sacrements et du Cérémonial Théurgique de ce dernier.

Cette Connaissance exhaustive, donc, est le contenu de ce qui est appelé « La Tradition Ésotérique » ou « la Tradition Hermétique » ou encore « La Tradition Primordiale ».

Des hauteurs du Tibet où cette Connaissance des réalités humaines et universelles s’était enfermée et fut donc protégée de toute incursion malveillante, une porte s’ouvrit vers l’Occident à la fin du siècle dernier pour dissiper l’ignorance et permettre aux êtres de se resituer dans un Univers qu’ils méconnaissent.

Qu’une telle Connaissance pût exister fit sourire dédaigneusement les Occidentaux du siècle dernier ; nos contemporains sourient moins, car de nombreux Scientifiques se réfèrent à « La Doctrine Secrète » pour orienter leurs recherches et trouver ce qui y était « dit » en un certain langage était une réalité expérimentable.

Mais quelle est cette Connaissance que relate « la Doctrine Secrète » ?

« Issue du Nord de l’Inde, des centaines de milliers d’années avant J.-C., puis transmise à l’Égypte, à la Chaldée, et, comparativement de façon plus récente, en Grèce, la Connaissance des Lois Universelles régissant l’Univers (le Macrocosme) et l’homme (le Microcosme) ainsi que la mise en œuvre de celles-ci (donc les pratiques liées à l’ascèse fondant l’évolution harmonieuse de l’être) était dispensée dans des Temples auxquels pouvaient accéder tout homme et toute femme instruits et dont l’éthique intègre était solidement établie. »

« Cette Doctrine était secrète et seules les élites en bénéficiaient car les masses, encore incultes car soumises, pour la plupart, à un statut social inférieur empêchant toute instruction, devaient être préservées de toute utilisation destructrice de ce Savoir. Aussi, se manifestait-elle pour le peuple sous la forme d’une « religion », celle-ci n’étant que l’expression allégorique des Lois Universelles. En réalité cet Enseignement était unique et commun à tous les peuples mais il empruntait, pour se concrétiser, un symbolisme adapté à la nature propre des ethnies contactées. C’est pourquoi, sous des apparences multiples, la même Vérité était diffusée. »

« Ce fut cette Vérité qu’elle redéfinit sous l’ancien nom de « Théosophie » et dans ce même contexte nous détenons d’elle la synthèse la plus brillante qui fût jamais faite des Religions, des Mythes et de toutes les Écoles Philosophiques passées. L’universalité de la véritable Connaissance venait d’être démontrée. »

« A l’instar des Professeurs de la Sagesse Antique, elle s’attacha à recourir sans cesse au stade atteint, dans son siècle, par la Science et l’expression de la spiritualité générale afin de restaurer à nouveau la Philosophie et l’ascèse conduisant aux Mystères. »

Cet Enseignement diffusait, en conséquence, les fondements, non seulement de ce qui est devenu aujourd’hui la « Science Moderne », dans les multiples domaines de cette dernière, mais aussi de la constitution complexe des êtres et du principe essentiel qu’est, dans l’Univers, le phénomène de la Conscience. »

 « De cette exhaustivité résultait un pouvoir d’agir sur la matière ainsi que sur la structure subtile de l’être humain que la Science occidentale et les religions ignorent encore. »

« Toutefois, au cours des millénaires, la transmission de cette Doctrine secrète suivit deux voies divergentes :

  1. En Orient, elle survécut, dans un premier temps, dans les Écoles secrètes Védiques, au Nord de l’Inde —d’où elle fut originairement divulguée— et vers lesquelles s’acheminèrent, d’Égypte, de Grèce et d’Asie Mineure, dès la fin du IIème siècle de notre ère, des manuscrits précieux que les remous de l’Histoire occidentale s’apprêtaient à détruire. »
    « Elle se concentra, à partir du VIIème siècle, au Tibet. Ce fut le premier Roi Bouddhiste, Song Tsen Gam-po, qui fit venir de l’Inde, à cette époque, des manuscrits inestimables et sauva donc ceux-ci de la destruction devant frapper par la suite, en Inde même, de nombreuses traces écrites de l’Enseignement. Naropa, l’Instructeur Indien, légua, au XIIème siècle, d’autres manuscrits à Marpa le Traducteur qui les ramena au Tibet. Lorsqu’au XVème siècle, le Grand Tsong Kaparé forma le Bouddhisme Tibétain, cette Doctrine — dans toutes ses disciplines : Cosmogénèse, Anthropogénèse, Médecine, Astronomie, Astrologie, Théurgie, etc. — était déjà entièrement sauvée de l’obscurantisme qui était tombé sur le monde. Le Tibet allait préserver ainsi, dans le silence de ses Monastères inaccessibles, la Mémoire humaine. »
  2. En Occident: par le cours de l’Histoire, cette Connaissance Globale Antique devint éparse et s’occulta de plus en plus car son fondement le plus efficace, la Théurgie, constituait un instrument de destruction aux mains d’hommes à l’éthique peu sûre, qui avaient accès d’une façon ou d’une autre à ce Savoir particulier, — ce pouvait être la caste des prêtres elle-même. »
    C’est cette « École Arhat Transhimalayenne » qui, par l’intermédiaire de deux de ces Membres, livra ses Enseignements à l’auteur de « La Doctrine Secrète ».

C’est pourquoi aujourd’hui, nous avons là la révélation ésotérique la plus brillante et la plus authentique sur les Vérités éternelles exprimées dans toutes les Religions et Traditions occultes. Le Chef d’Œuvre le plus monumental de l’Occultisme.

Cinq faits prouvés par la Doctrine Ésotérique:

1 – La Doctrine Secrète n’enseigne pas d’Athéisme, sauf dans le sens qu’implique le mot Sanscrit « nâstika », rejet des « idoles », incluant tout dieu anthropomorphe. Dans ce sens tout occultiste est un Nâstika.

2 – Elle admet un Logos, ou un « Créateur » de l’Univers ; un « Demi-urgos » (Démiurge) dans le sens employé d’un architecte comme du « créateur » d’un édifice, bien que cet architecte n’en ait jamais touché une pierre, mais, qu’après en avoir donné le plan, il ait laissé tout le travail manuel aux maçons ; dans notre cas le plan fut donné par l’Idéation de l’univers, et le travail de construction fut laissé aux Légions de Puissances et de Forces intelligentes. Mais ce « Demi-urgos » n’est pas une Divinité personnelle, c’est-à-dire un Dieu extra-cosmique imparfait, mais seulement l’ensemble des Dhyân Chôhans et des autres Forces.

3 – Les Dhyân Chôhans ont un double caractère puisqu’ils sont composés :

Cela a pour résultat une série perpétuelle de manifestations physiques et d’effets moraux sur la terre pendant les périodes manvantariques, le tout étant soumis au Karma. Comme ce processus n’est pas toujours parfait et que, si nombreuses que soient les preuves qu’il puisse laisser voir de l’existence d’une Intelligence dirigeante cachée derrière le voile, il n’en montre pas moins des lacunes et des défauts et aboutit même très souvent à des insuccès évidents – il s’ensuit que ni la Légion collective (Démiurgos), ni aucune des Puissances actives, prises individuellement, ne sont adéquates aux honneurs divins ou à l’adoration.

Tous ont cependant droit au reconnaissant respect de l’humanité, et l’homme devrait toujours s’efforcer à aider l’évolution divine des Idées, en devenant, au mieux de ses capacités, un collaborateur de la Nature dans la tâche cyclique. Seul l’inconnaissable et l’incognoscible Kârana, la Cause sans Cause de toutes les causes, devrait avoir son sanctuaire et son autel sur le terrain sacré et à jamais inviolé de notre c?ur – invisible, intangible, non mentionnée, sauf par la « voix douce et calme » de notre conscience spirituelle. Ceux qui l’adorent devraient le faire dans le silence et dans la solitude sanctifiée de leur Ame, faisant de leur Esprit le seul intermédiaire entre eux et l’Esprit Universel, de leurs bonnes actions les seuls prêtres, et de leurs intentions pêcheresses les seules victimes expiatoires visibles et objectives offertes à la Présence.

Lorsque tu pries, ne sois pas comme sont les hypocrites? mais entre dans ta chambre intérieure, et après en avoir fermé la porte, prie ton Père qui est dans le secret.

Mathieu, VI, 5-5

Notre Père est en nous « en secret », notre Septième Principe qui est dans la « chambre intérieure » de notre perception de l’âme. Le Royaume de Dieu et du Ciel est en nous, dit Jésus, et non au-dehors. Pourquoi les Chrétiens sont-ils si aveugles en ce qui concerne la signification évidente des paroles de sagesse qu’ils se plaisent à répéter machinalement ?

4 – La matière est éternelle. C’est l’upâdhi, ou base physique, dont se sert le Mental Universel, Unique et Infini, pour établir sur elle ses idéations. C’est pourquoi les ésotéristes maintiennent qu’il n’y a pas de matière inorganique ou « morte » dans la Nature, la distinction qu’établit la Science entre les deux étant aussi peu fondée qu’elle est arbitraire et dépourvue de raison. Quoiqu’en puisse penser la Science – et la science exacte est une dame inconstante, comme nous le savons tous par expérience – l’Occultisme sait et enseigne différemment, comme il l’a fait de temps immémorial, depuis Manu et Hermès, jusqu’à Paracelse et ses successeurs.

Hermès Trismégiste, le Trois Fois Grand, dit :

Ô mon fils, la matière devient ; autrefois elle fut, car la matière est le véhicule du devenir. Devenir est le mode d’activité du Dieu incréé et qui prévoit. Ayant été douée du germe du devenir, la matière [objective] est enfantée, car la force créatrice la moule selon les formes idéales. La matière non encore engendrée n’avait pas de forme ; elle devient lorsqu’elle est mise en action.

La Vierge du Monde

A ceci, feu le Dr. Anna Kingsford, l’excellent traducteur et compilateur des Fragments Hermétiques, remarque dans une note en bas de page : « Le Dr. Ménard fait remarquer qu’en grec le même mot signifie naître et devenir. L’idée ici est que la matière qui compose le monde est dans son essence éternelle et qu’avant la création ou le ‘devenir’, elle est dans une condition passive et immobile. C’est pourquoi elle ‘fut’ avant d’être mise en action ; maintenant elle ‘devient’, c’est-à-dire qu’elle est mobile et progressive.

Et elle ajoute la doctrine purement Védântique de la Philosophie Hermétique, à savoir que « la Création est, par conséquent, la période d’activité [Manvantara] de Dieu, qui, selon la pensée Hermétique, [ou qui, selon les Védantins], a deux modes – l’Activité ou l’Existence, Dieu évolué (Deus explicitus), et Passivité de l’Etre [Pralaya], Dieu involué (Deux implicitus). Les deux modes sont parfaits et complets, comme le sont, pour l’homme, les états de veille et de sommeil. Fichte, le philosophe allemand, décrivait l’Etre (Sein) comme l’Unique que nous ne connaissons que par son existence (Dasein) en qualité de Multiple. Cette manière de voir est absolumment Hermétique. Les ‘Formes Idéales’? sont les idées archétypales ou plastiques des Néo-Platoniciens, les conceptions éternelles et subjectives de choses qui existent dans le Mental Divin avant la ‘création’ ou le devenir. »

Ou, comme dans la philosophie de Paracelse :

Tout est le produit d’un effort créateur universel? Il n’y a rien de mort dans la Nature. Tout est organique et vivant, et par conséquent le monde entier semble être un organisme vivant.

Franz Hartmann, Paracelse

5 – L’univers a été tiré de son plan idéal, maintenu durant l’Eternité dans l’inconscience de ce que les Védantins appellent Parabrahman. C’est pratiquement identique aux conclusions de la plus haute philosophie occidentale, « les Idées innées, éternelles et existantes en elles-mêmes » de Platon, maintenant reprises par Von Hartmann.

L’ »Inconnaissable » d’Herbert Spencer ne ressemble que faiblement à cette Réalité transcendantale, à laquelle croient les occultistes, et qui ne semble être souvent que la personnification d’une « force cachée derrière les phénomènes » – une Energie infinie et éternelle de laquelle tout procède, tandis que l’auteur de La Philosophie de l’Inconscient arrive (sous ce rapport seulement) aussi près de la solution du grand Mystère que le peut un homme mortel. Rares ont été ceux qui, que ce soit dans la philosophie ancienne ou médiévale, ont osé s’approcher de ce sujet, ou même en faire mention. Paracelse en parle par voie d’inférence et ses idées sont admirablement synthétisées par le Dr. F. Hartmann dans son Paracelse.

Tous les Kabbalistes Chrétiens comprenaient bien l’idée racine de l’Orient. Le Pouvoir actif, le « Mouvement Perpétuel du Grand Souffle », ne réveille le Kosmos qu’à l’aurore de chaque nouvelle Période, le mettant en mouvement au moyen des deux Forces contraires – la force centripète et la force centrifuge qui sont mâle et femelle, positive et négative, physique et spirituelle, qui forment à elles deux la Force Primordiale unique – et la rendent ainsi objective sur le plan de l’Illusion. En d’autres termes, ce double mouvement transporte le Kosmos du plan de l’Idéal Eternel dans celui de la manifestation finie, ou du plan nouménal dans le plan phénoménal.

Tout ce qui est, fut et sera, EXISTE éternellement, même les formes innombrables, qui ne sont finies et périssables que dans leur Forme objective, mais non dans leur Forme Idéale. Elles ont existé comme Idées, dans l’Eternité, et, lorsqu’elles disparaîtront, elles existeront comme reflets.

L’Occultisme enseigne qu’aucune forme ne peut être donnée à quoi que ce soit, par la Nature ou par l’homme, sans que son type idéal n’existe déjà sur le plan subjectif ; plus que cela, qu’aucune forme ou aspect ne peut entrer dans la conscience de l’homme, ou évoluer dans son imagination, sans exister déjà à l’état de prototype, au moins approximativement.

Ni la forme de l’homme, ni celle d’un animal, d’une plante ou d’une pierre, n’ont jamais été « créées », et ce n’est que sur notre plan qu’elles ont commencé à « devenir », c’est-à-dire à s’objectiver dans leur matérialité actuelle, ou à s’épandre du dedans au dehors, de l’essence la plus sublimée et la plus super-sensorielle jusqu’à son apparence la plus grossière. Par conséquent nos formes humaines ont existé dans l’Eternité comme des prototypes astrals ou éthrés, et c’est selon ces modèles que les Etres Spirituels, ou les Dieux, dont le devoir était de les amener à l’existence objective et à la vie terrestre, ont évolué les formes protoplasmiques des futurs Egos de leur propre essence. Après quoi, dès que cet upâdhi humain ou ce moule servant de base fut prêt, les forces terrestres naturelles commencèrent à travailler sur ces moules super-sensoriels qui contenaient, outre leur propre élément, ceux de toutes les formes végétales passées et de toutes les formes animales futures de ce globe. De sorte que la coque extérieure de l’homme passa par tous les corps végétaux et animaux, avant de revêtir la forme humaine.

SOURCE: https://explicithistoire.wordpress.com/2014/12/21/les-dessous-de-lhistoire-et-la-doctrine-secrete/

Acheter les livres ici:





En janvier dernier, Rosita Destival, guadeloupéenne descendante d’esclave, décidait, soutenue par le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), d’assigner en justice l’État français et demandait réparation pour crime contre l’humanité. Elle s’appuyait pour cela sur la loi n°2001-434 du 21 mai 2001, dite “Loi Taubira”, qui reconnait que la traite négrière et l’esclavage constituent un crime contre l’humanité.

Le 10 mai dernier, à l’occasion de la Journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage (la loi Taubira a été adoptée par le Sénat le 10 mai 2001), le CRAN annonçait qu’il assignait en justice la Caisse des Dépôts et Consignations lui demandant réparation pour s’être enrichie au XIXe siècle aux dépens d’Haïti, en profitant de crimes contre l’humanité : la traite négrière et l’esclavage.

L’esclavage a été définitivement aboli en France en 1848. On peut s’étonner que des actions en justice soient intentées en 2013, soit 165 ans après l’abolition. Mais n’est-il pas aberrant qu’il ait fallu attendre 2001 pour qu’une loi française reconnaisse que la traite négrière et l’esclavage sont des crimes contre l’humanité ?

La loi de mai 2001 représente un pas en avant, c’est indéniable, mais doit-on en rester là ?

Les descendants des victimes de la traite négrière et l’esclavage peuvent-ils obtenir des réparations ? Et si oui, de quelle nature ?

La question des “réparations” soulevée depuis plusieurs années, reste un sujet de dissension. Ainsi, la proposition de loi Taubira comportait un article 5 incluant un paragraphe concernant les réparations : « Il est instauré un comité de personnalités qualifiées chargées de déterminer le préjudice subi et d’examiner les conditions de réparation due au titre de ce crime ». Cet article fut abrogé en commission des lois et ce n’est qu’après suppression de la partie concernant les réparations que la loi fut votée à l’unanimité par l’Assemblée [1].

Malgré les actions menées en ce domaine depuis plusieurs années, les réponses apportées aux demandes de réparation ont peu évolué. C’est la raison pour laquelle le CRAN, qui souhaite qu’un débat intervienne sur cette question, s’est décidé à des actions judiciaires.

Que sont les réparations ?

En droit, les réparations se définissent comme des « dispositifs légaux, moraux, matériels, culturels ou symboliques mis en place pour indemniser après un dommage de grande envergure, un groupe social ou ses descendants, de manière individuelle ou collective » [2]. Des règlements internationaux prévoient des réparations en cas de dommages de grande ampleur : génocide, crime de guerre, crime contre l’humanité…. Ainsi, à la suite de la première guerre mondiale, la France a-t-elle obtenu des réparations de l’Allemagne à titre de dommages de guerre.

Le crime contre l’humanité est imprescriptible

Louis-Georges Tin [3], président du CRAN, s’oppose à l’idée que les réparations liées à l’esclavage soient indues car relatives à un fait trop ancien [4]. En droit français et international, un crime contre l’humanité est imprescriptible :

Loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964tendant à constater l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité : « Les crimes contre l’humanité, tels qu’ils sont définis par la résolution des Nations Unies du 13 février 1946, prenant acte de la définition des crimes contre l’humanité, telle qu’elle figure dans la charte du tribunal international du 8 août 1945, sont imprescriptibles par leur nature. »

Donc, demander réparation 165 ans après ne pose pas de problème d’un point de vue légal. Par ailleurs, L-G Tin rappelle qu’une des raisons de l’imprescriptibilité d’un crime contre l’humanité est qu’à cause de l’énormité des dommages causés, une longue période de temps est souvent nécessaire à la population qui en a été victime, pour se reconstituer et être capable de porter plainte. Il faut souvent attendre plusieurs générations. Et c’est bien le cas pour l’esclavage. Après l’abolition en 1848, la vie des affranchis travaillant dans les plantations a peu changé. Aucun moyen financier ne leur ayant été accordé, ils ont continué à être exploités et à travailler pour leurs anciens maitres pour des salaires de misère. Cependant, fait paradoxal, en 1849 des indemnités ont été versées aux propriétaires d’esclaves pour les dédommager de la perte de leur “outil de travail”… gratuit ! Ce sont les esclavagistes qui ont reçu des réparations… ! Pour les anciens esclaves, être “libre” était bien suffisant…

Abolition de l’esclavage à la Martinique le 23 mai 1848

Les réparations au niveau international

Ce sujet, peu débattu en France, a donné lieu à de nombreuses discussions au niveau international. Ainsi, lors de la troisième conférence mondiale sur le racisme organisée par les Nations Unies, qui s’est tenue à Durban (Afrique du Sud) du 31 août au 8 septembre 2001, les États ont reconnu que « l’esclavage et la traite des esclaves, en particulier transatlantique, constituent des crimes contre l’humanité ». Qu’ils sont les « principales sources et manifestations du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance » et que les « victimes de ces actes continuent à en subir les conséquences ».

Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée. Durban (Afrique du Sud) 
31 août – 8 septembre 2001

Article 13. 
Nous reconnaissons que l’esclavage et la traite des esclaves, en particulier la traite transatlantique, ont été des tragédies effroyables dans l’histoire de l’humanité, en raison non seulement de leur barbarie odieuse, mais encore de leur ampleur, de leur caractère organisé et tout spécialement de la négation de l’essence des victimes ; nous reconnaissons également que l’esclavage et la traite des esclaves constituent un crime contre l’humanité et qu’il aurait toujours dû en être ainsi, en particulier la traite transatlantique, et sont l’une des principales sources et manifestations du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, et que les Africains et les personnes d’ascendance africaine, de même que les personnes d’ascendance asiatique et les peuples autochtones, ont été victimes de ces actes et continuent à en subir les conséquences ; 
http://www.un.org/french/WCAR/durba…

Cependant, lorsqu’un certain nombre de pays africains ont demandé que des réparations soient versées par les États ayant participé à l’esclavage, les États européens se sont opposés à cette requête…

 Des réparations ponctuelles ont été mises en place aux Etats-Unis

Aux États-Unis, la question des réparations a été maintes fois soulevée : en 1865, lors de l’abolition de l’esclavage, des propositions de loi ont été déposées à ce sujet, mais le président Andrew Johnson (sudiste pro-esclavagiste) qui a remplacé Abraham Lincoln après son assassinat, s’y est férocement opposé [2]. Depuis cette date, de nombreuses actions ont été menées pour obtenir des réparations pour les descendants d’esclaves. Cependant, seules quelques actions en justice, individuelles, ont donné lieu à des indemnités.

Martin Luther King, favorable aux réparations liées à l’esclavage, rappelait que « l’esclavage était à la fois une privation de liberté et une privation de salaire [1]. Alors que les esclavagistes ont pu léguer une fortune à leurs descendants, les esclaves eux, n’ont pu léguer que leur misère. …Aucun amoncellement d’or, si gros soit-il ne sera suffisant pour compenser l’exploitation et l’humiliation subies par les Noirs d’Amérique au cours des siècles… Mais on pourrait cependant fixer le prix de ce “retard de gages”… Le remboursement des préjudices subis se traduirait par un vaste programme gouvernemental instituant des mesures de compensation. »

Plus récemment, la proposition de loi déposée pour la première fois en 1989 par le député démocrate John Conyers demandait que soit créée une Commission chargée d’évaluer la discrimination raciale et économique envers les Afro-américains consécutive à l’esclavage (les répercussions de l’esclavage et de la discrimination sur leur vie aujourd’hui), la légitimité de compensations, leur montant et leurs conditions d’éligibilité [1]. Cette loi, redéposée régulièrement depuis 1989, a toujours été repoussée. Cependant, la proposition de J. Conyers a le mérite d’avoir relancé régulièrement le débat dans la société civile.

En relation peut-être, une loi de transparence au sujet de l’esclavage a été votée en 2000 en Californie [1]. Cette loi obligeait les compagnies d’assurances désireuses de travailler avec l’État à révéler si elles avaient bénéficié par le passé de la traite négrière. Les recherches effectuées ont montré qu’effectivement, de nombreuses compagnies avaient vendu des couvertures assurantielles à des esclavagistes pour assurer la perte qu’ils subissaient lorsque des esclaves étaient blessés ou tués. Il s’agissait donc bien de profits issus de l’esclavage.

Les années qui suivirent, des textes similaires furent votés, dans d’autres États ou villes américaines, sans devenir une loi fédérale. En 2005, suite à la loi en vigueur à Chicago, la compagnie JP Morgan Chase, une des premières banques d’affaires mondiales, fut contrainte de reconnaitre que deux banques de Louisiane dont elle était issue, avaient possédé des esclaves entre 1830 et 1865. Des esclaves étant acceptés en guise de caution lors de la délivrance de prêts, la banque devenait propriétaire des esclaves lorsque des possesseurs de plantations se retrouvaient en défaut de paiement. Suite à cela, JP Morgan Chase a mis en place un programme de réparation de 5 millions de dollars, consistant en bourses d’études pour des jeunes afro-américains de Louisiane. De même, plusieurs banques américaines (Bank of America, Wachovia Corporation, Lehman Brothers…), convaincues d’avoir bénéficié de l’esclavage par le passé, ont mis en place des programmes de réparation.

Ces exemples montrent bien qu’il n’est pas aberrant de demander et d’obtenir des réparations pour les préjudices liés à l’esclavage même si de nombreuses années se sont écoulées depuis l’abolition de celui-ci.

Haïti, une Histoire particulièrement troublée

Pour comprendre pourquoi le CRAN a assigné en justice la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour s’être enrichie aux dépens d’Haïti, un rappel historique est nécessaire [5].

En 1776, l’île de Saint-Domingue a été séparée en deux parties, la partie orientale, colonie française et la partie occidentale, possession espagnole, plus vaste mais moins peuplée. Le milieu du 18e siècle fut une période de grande prospérité pour le Saint-Domingue français, premier exportateur vers l’Europe de café, sucre, indigo et coton. Le travail des esclaves, soumis à une oppression particulièrement sévère dans les plantations, a joué un rôle important dans cette accumulation de richesses.

En 1789, coexistaient dans la partie française de Saint-Domingue environ 25.000 Blancs : “Grands Blancs”, propriétaires de plantations, et “Petits Blancs”, bourgeoisie et peuple des villes, 25.000 Mulâtres ou Noirs libres et 400.000 Noirs esclaves. La Révolution française provoqua de profonds bouleversements dans l’île : opposition des grands propriétaires alliés de la noblesse, réclamations égalitaires des “Petits Blancs” et des “Libres de couleur”, insurrections d’esclaves. Il en résulta une guerre d’indépendance très violente à partir de 1791, avec intervention des armées anglaise et espagnole, et l’arrivée au pouvoir de Toussaint Louverture.

Quelques moments importants de la révolution haïtienne

• La Convention accorde la liberté aux Noirs en 1793 et l’égalité des droits politiques en 1794. 
• Le traité de Bâle en juillet 1795 redonne à la France la partie espagnole de Saint-Domingue. 
• Toussaint Louverture est nommé général en chef des troupes de Saint-Domingue par le Directoire, puis Gouverneur à vie en 1801. 
• Bonaparte voulant reconquérir l’île, envoie une flotte et 25.000 hommes commandés par le Général Leclerc qui attire Toussaint Louverture dans un guet-apens et le fait prisonnier en 1802 avant de l’envoyer en France où il mourra au Fort de Joux en 1803. 
• L’insurrection menée par Jean-Jacques Dessalines, lieutenant de Toussaint Louverture, devient générale. Les troupes françaises, décimées par la fièvre jaune, capitulent. 
• Le 1er janvier 1804, l’indépendance est proclamée. Dessalines est élu président et redonne à l’île son nom ancien d’Haïti. Il s’ensuivit une grande période d’instabilité et de rivalités, ayant à la fois un support ethnique et un support social puisque la grande majorité de la population, qui est noire, bien qu’affranchie, n’a pas de terres.

En 1825, la France reconnait l’indépendance d’Haïti mais « à condition que les habitants de la partie française de Saint Domingue versent la somme de 150 millions de francs destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité » (ordonnance du 17 avril 1825 signée par Charles X). Cette ordonnance est accompagnée de l’envoi dans les Caraïbes d’une flotte de 14 navires de guerre et le président d’Haïti, Jean-Pierre Boyer, est contraint d’accepter. Cette indemnité représente une charge écrasante pour la jeune république dévastée par les vingt années de luttes intestines. Elle sera ramenée à 90 millions de francs germinal (soit 6 années de recettes budgétaires de l’Etat haïtien) grâce au “Traité de l’amitié” signé en février 1838 avec Louis-Philippe. La partie orientale de l’île, ancienne colonie espagnole, refuse de participer au paiement de l’indemnité allouée aux anciens colons français et se sépare en 1844 pour reprendre ses frontières antérieures de 1776.

La Caisse des Dépôts et Consignations, institution financière publique, est désignée pour récolter le paiement de l’indemnité demandée à Haïti au nom de l’État français. Pour payer cette somme, le peuple haïtien a dû s’endetter jusqu’en 1946.

Depuis lors, les Haïtiens n’ont cessé de demander restitution de ce tribut dont le montant actualisé s’élève aujourd’hui à 21 milliards de dollars. Ainsi que le souligne Louis-Georges Tin : « Cas unique dans l’Histoire, ce furent les victimes de l’esclavage qui indemnisèrent les responsables de ce crime contre l’humanité. Suite au paiement de cette dette, Haïti a été durablement entrainé dans une spirale infernale de surendettement, d’appauvrissement et d’instabilité [6] . »

C’est pour cette raison que le CRAN a porté plainte le 10 mai 2013 contre la CDC, lui reprochant de s’être enrichie au XIXe siècle grâce a l’esclavage. En effet, le CRAN estime que si cet organisme a redistribué une partie des fonds aux anciens planteurs de Saint-Domingue, beaucoup d’entre eux ne purent obtenir réparation, et une partie de l’argent a été conservée. Les revendications du CRAN sont : « dans un premier temps, demander une expertise judiciaire pour évaluer le préjudice matériel et le montant des indemnités qui devraient être versées à un fond d’indemnisation des victimes haïtiennes. » Dans un deuxième temps, demander à la CDC « d’abonder à hauteur d’au moins 10 millions d’euros un fonds de dotation pour financer les recherches sur l’esclavage [7] ».

À propos de la dette d’Haïti [*] , en 2003, Christiane Taubira, alors députée de Guyane avait déposé une question écrite au ministre des Affaires Étrangères, Dominique de Villepin [8]. Elle y demandait qu’à l’occasion du bicentenaire de la république d’Haïti, la France « par un acte de grandeur » abroge « le traité du 18 février 1838 » et « restitue le tribut versé… L’équivalent de 6 années de recettes budgétaires de l’Etat haïtien pourrait servir de base d’évaluation. Cet acte de restitution devrait participer d’un nouvel élan dans l’environnement culturel et régional d’Haïti ». La réponse avait été négative au prétexte que « depuis le retour de l’ordre constitutionnel en Haïti en 1994, elle (la France) a octroyé 83 millions d’euros d’aide à ce pays… Malheureusement peu de résultats ont été enregistrés en termes de développement. La mauvaise gouvernance et la dégradation de la sécurité, liées à la grave crise politique actuelle, rendent particulièrement difficile, en l’état actuel des choses, une réelle coopération avec le gouvernement haïtien » !

 [9] Lorsque les réparations sont évoquées, on pense uniquement à des réparations financières individuelles pour les descendants d’esclaves. En fait, la demande du CRAN est beaucoup plus large et envisage différentes formes de réparations qui peuvent être complémentaires l’une de l’autre : individuelles ou collectives, financières, morales et foncières.

•Les réparations financières individuelles

Si le CRAN ne se borne pas à demander des réparations financières individuelles, il les estime justifiées. D’ailleurs, il a appelé tous les fils et filles d’esclaves à porter plainte et soutient toutes les revendications individuelles qui pourraient se présenter, comme il l’a fait en janvier 2013 pour Rosita Destival. Celle-ci peut prouver qu’elle était descendante d’esclaves car elle a retrouvé le certificat d’affranchissement daté de 1837, de ses ancêtres esclaves [10].

•Les réparations financières collectives

À qui demander des réparations ? — Aux entreprises qui se sont enrichies aux dépens de l’esclavage et de la traite négrière, et/ou aux États qui y ont participé. Les deux solutions peuvent être envisagées.

Comme cela a été fait aux États-Unis, il serait possible de déterminer en France quelles sont les entreprises qui ont bénéficié de l’esclavage. Il est bien établi que de nombreux ports français tels que Nantes, Bordeaux, La Rochelle, Le Havre… ont participé activement au commerce triangulaire [11] (voir ci-dessous) et les entreprises impliquées sont bien connues. À cette époque, le commerce des esclaves était légal et considéré comme un commerce “honorable”. Il a ainsi été possible, grâce aux registres de commerce, généralement bien tenus, d’établir de façon assez précise le nombre d’expéditions et d’évaluer le nombre d’esclaves déportés (voir le tableau page suivante).

Ainsi que le précise Louis-Georges Tin : « Bien sûr, les coupables sont morts depuis longtemps et la culpabilité n’est pas héréditaire mais les bénéfices engrangés du fait de la traite et de l’esclavage, eux ne sont pas morts. Ils ont été soigneusement engrangés et ont fructifié. Il existe encore en France des entreprises qui ont bénéficié de ce crime contre l’humanité. Il pourrait être demandé aux entreprises ayant bénéficié de l’esclavage de verser 1% de leur chiffre d’affaires au titre des réparations. Ces fonds versés à une fondation seraient consacrés à des actions sociales, éducatives vis-à-vis des descendants d’esclaves » [4].

•Les réparations morales

Réparation morale ne signifie pas repentance, ainsi que le précise L-G Tin : « Nous ne demandons pas de repentance qui est une notion morale et religieuse. Nous demandons des réparations qui ont une valeur juridique et politique » [2]. Comme le disait Aimé Césaire en 2005 : « Je veux penser en termes moraux plutôt qu’en termes commerciaux. » Aimé Césaire ne s’opposait pas aux réparations, mais ne voulait pas les voir réduites à leur aspect comptable car « L’action ne sera jamais terminée. C’est irréparable ». Le versement d’indemnités n’effacera pas le mal qui a été fait : « L’Occident doit faire quelque chose, aider les pays à se développer, à renaitre. C’est une aide qui nous est due, mais je ne crois pas qu’il y ait de note à présenter pour la réparation » [12].

Le commerce triangulaire [13]

La traite transatlantique des esclaves se faisait essentiellement par échanges de marchandises et non de monnaie.

Alors que dans l’Atlantique Sud, la traite se faisait en ”droiture” : Brésil – Afrique de l’Ouest – Brésil, dans l’Atlantique Nord, la traite européenne fonctionnait selon le schéma du “commerce triangulaire” : Europe, Afrique de l’Ouest, Amérique du Nord et centrale, Europe :

1• Des bateaux transportant des marchandises quittaient les ports européens pour l’Afrique de l’Ouest où ces produits étaient échangés contre des esclaves. À savoir que, contrairement à ce qui se dit souvent, les transactions avec les vendeurs d’esclaves africains ne se faisaient pas au moyen de “pacotilles”, mais avec des marchandises dont la valeur était reconnue par les deux partenaires de la transaction : tissus (50%), armes à feu, alcool, tabac, métaux en barre…

2• Les esclaves étaient transportés sur des bateaux négriers dans des conditions inhumaines jusqu’aux colonies américaines et européennes des Caraïbes et de l’Amérique du Sud, où ils étaient vendus sur des marchés d’esclaves. On estime aujourd’hui que le nombre d’Africains embarqués à bord des bateaux négriers européens est compris entre 12 et 13 millions. Sachant que parmi les esclaves proposés à la vente en Afrique, n’étaient achetés que les individus jeunes et en bonne santé, le nombre de victimes du fait de la traite, correspondrait à 4 à 5 fois le nombre de captifs embarqués. Une mortalité importante survenait pendant les 3 mois environ que durait le voyage transatlantique en raison du manque de nourriture et d’hygiène, des maladies, des mauvais traitements et des suicides. Le taux de mortalité en cours de voyage était de l’ordre de 15%…

3• Les bénéfices rapportés par la vente d’esclaves servaient à acheter les denrées produites dans les plantations par le travail des esclaves : sucre, tabac, rhum, café… qui étaient ensuite rapportées dans les ports européens et commercialisées.

JPEG - 82.8 ko

Les réparations morales sont en fait d’ordre mémoriel, par exemple, la création en France d’un musée de l’esclavage comme il en existe un depuis août 2007 à Liverpool (musée international). Actuellement, les quelques sites dédiés à la mémoire de l’esclavage sont : le mémorial de l’abolition de l’esclavage inauguré en 2012 à Nantes (photo ci-contre), le mémorial Cap 110 à Anse Caffard à La Martinique, le mémorial de Petit-Canal à La Guadeloupe et quelques plaques commémoratives ici ou là. Ainsi, le 23 mai dernier, à l’occasion de la journée à la mémoire des victimes de l’esclavage, deux monuments ont été inaugurés en hommage aux victimes de l’esclavage : un à Sarcelles (95), l’autre à Saint-Denis (93).

À Pointe-à-Pitre, préfecture de la Guadeloupe, le Mémorial ACTe (Centre caribéen d’expression et de la mémoire de la traite et de l’esclavage) est en cours de construction sur le site d’une ancienne exploitation sucrière et devrait être achevé fin 2014- début 2015. Ce projet ambitieux, soutenu par le ministre des Outre-Mer, Victorin Lurel, devrait donner lieu à un vaste complexe dédié à la mémoire, l’information, la connaissance et à la recherche historique sur la traite et l’esclavage.

JPEG - 10.1 ko
Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes

Par ailleurs, un Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CPMHE) a été créé en 2004 en application de la loi Taubira. Son président est nommé par le Premier Ministre. « Le CPMHE tient un rôle de conseil auprès du gouvernement sur les questions relatives à la recherche, l’enseignement, la conservation, la diffusion ou la transmission de l’histoire et des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ». [14]

D’autres types de réparations morales et éducatives ont été suggérés par le CRAN dans la lettre adressée au Premier Ministre en octobre 20122. Par exemple : « faire évoluer les programmes scolaires de manière à mieux prendre en considération les réalités coloniales et postcoloniales », « promouvoir les études et la recherche sur les questions coloniales et postcoloniales », « mettre en place des programmes de formation dans la police, la justice et l’armée afin de lutter contre la discrimination dont sont victimes les populations issues des anciennes colonies », « inviter les villes à identifier et à rebaptiser les lieux et bâtiments portant des noms de négriers »…

•Les réparations foncières

Pour le CRAN, « une réforme agraire dans les DOM-TOM pourrait aussi être envisagée visant à partager des terres appartenant à l’État ».

En accord avec cette suggestion, Christiane Taubira, ministre de la justice, déclarait le 12 mai 2013, dans un entretien au Journal du dimanche [15], être favorable à une politique foncière en faveur des descendants d’esclaves dans les DOM-TOM : « En Outre-mer il y a eu confiscation des terres. Ce qui fait que, d’une façon générale, les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier.

Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières. Il y a des choses à mettre en place sans expropriation, en expliquant très clairement quel est le sens d’une action publique qui consisterait à acheter des terres. En Guyane, l’État avait accaparé le foncier, ce serait facile. Aux Antilles, ce sont surtout les descendants des “maîtres” qui ont conservé les terres, ce serait plus délicat à mettre en œuvre ».

Louis-Georges Tin considère qu’il serait nécessaire de « mettre en place un véritable plan Marshall pour l’Outre-mer français afin que les indicateurs économiques arrivent au plus vite au niveau de ceux de l’hexagone. Il faudrait aussi mettre un terme aux pratiques agricoles toxiques dans les plantations héritées de l’époque coloniale, condamner les responsables et indemniser les victimes » [2].

Il apparait donc que cette demande de réparations dépasse largement le cadre des réparations financières individuelles. Elle s’intègre en fait aux revendications sociales, économiques et identitaires des populations des DOM-TOM descendantes d’esclaves.

Des opinions diverses

Le CRAN, par son action militante très active, se positionne comme le fer de lance de la demande de réparations liées à l’esclavage. Son action a eu comme résultante de susciter le débat. Jamais, avant ce mois de mai 2013, les réparations liées à l’esclavage n’avaient été aussi souvent évoquées, même si certaines des voix qui se sont fait entendre expriment uneJPEG - 9.4 ko vision un peu différente de celle du CRAN.

Pour Myriam Cottias [16], historienne et présidente depuis le 10 mai 2013 du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) : « Que la question des réparations soit posée, je le comprends, mais les enjeux sont beaucoup plus de travailler à lutter contre les représentations racialisées, racialisantes des personnes issues de l’esclavage. C’est un enjeu sociétal et politique beaucoup plus important » [7].

Déjà en 2012, Françoise Vergès, politologue réunionnaise et ex-présidente du CNMHE, exprimait des réserves : « Pour moi il est préférable que les réparations prennent la forme de politiques publiques : programmes de recherche, d’éducation, des manuels scolaires, des centres de documentation, en faisant attention aux populations les plus meurtries » [17].

JPEG - 4.3 ko

Pour Sudel Fuma, historien réunionnais : « La réparation matérielle, financière, est pour moi secondaire dans le sens où on ne pourra jamais indemniser individuellement tous les descendants d’esclaves. Je pense que c’est aussi une atteinte, et je parle à titre individuel, à ma dignité d’homme. Dans le sens où on ne rachètera jamais les souffrances de mes ancêtres. Et donc au niveau de l’État, la réparation doit se faire mais d’une autre manière : au niveau de l’éducation populaire. Il s’agit de mettre l’accent sur la connaissance, l’instruction, la culture… En rappelant que nous n’avons pas oublié nos ancêtres, en écrivant leur histoire, en réhabilitant ce passé. C’est donc une réparation morale… Je ne condamne pas le CRAN en particulier ou d’autres associations. Surtout pas. Au contraire, je crois que les demandes de réparation qu’ils font se comprennent car il y a eu les souffrances, les frustrations. Je dis aussi que leur action participe à la sensibilisation » [18].

Les demandes de réparations ont-elles une chance d’aboutir ?

Personne ne peut s’opposer décemment à des demandes de réparations morales, aussi est-il souvent plus facile de s’opposer aux réparations financières en soulignant la difficulté à démontrer, par des documents appropriés, le fait d’être réellement descendant d’esclaves.

Ainsi, François Hollande dans son intervention le 10 mai dernier, lors de la commémoration de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, insistait sur le devoir de mémoire en matière d’esclavage et il énumérait les sites dédiés à la mémoire de celui-ci. Cependant, il répondait négativement en ce qui concerne les réparations financières évoquant “d’impossible réparation” et estimant que « l’Histoire ne s’efface pas. Elle ne peut faire l’objet de transactions au terme d’une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir. Le seul choix est celui de la mémoire, de la vigilance et de la transmission ». [19]

En fait, cette distinction entre réparation morale et financière est très artificielle, car les réparations morales ont un coût, qu’il s’agisse de construire des monuments, d’encourager les recherches et les projets éducatifs. De même, les réparations financières ont une valeurmorale [2]. Ainsi, lorsque François Hollande a annoncé dans cette intervention que l’État apporterait sa contribution au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre (jusqu’à présent uniquement financé par la région Guadeloupe), il s’agit à la fois de réparations morale et financière. S’il est important que les Outre-marins disposent d’un lieu dédié à leur Histoire, on peut regretter cependant que ce musée n’ait pas été initié en métropole, où il est plus que nécessaire de faire connaitre aux métropolitains cette part de l’Histoire de France trop peu enseignée.

Que conclure sur les réparations liées à l’esclavage ?

• Que l’esclavage et la traite négrière aient été une abomination ? — Nul ne peut le contester. À ceux qui répondent que l’esclavage a toujours existé, on répondra que la traite négrière et l’esclavage transatlantique ont cependant des caractéristiques particulières. En effet, ils ne résultent pas d’un continuum historique, mais ont été froidement décidés pour des raisons économiques : se procurer une main d’œuvre à bon marché, plus résistante que les populations amérindiennes exterminées aux XVe et XVIe siècles.

Ce trafic est d’autant plus odieux qu’il s’appuyait sur une hiérarchie des races et sur le fait que les esclaves étaient considérés selon le Code noir de 1685 comme des « biens meubles ».

• Que les réparations soient justifiées ? — Oui, sans aucun doute.

• Sous quelle forme ? — Celles que les militants de ce combat pourront obtenir, qu’il s’agisse de réparations financières individuelles lorsque des descendants d’esclaves ont le courage d’aller en justice, ou collectives, lorsqu’il est possible de démontrer qu’une entreprise française s’est enrichie grâce à l’esclavage.

La construction d’un musée de l’esclavage ou au moins de salles permanentes d’exposition sur ce sujet au Musée du Quai Branly, par exemple, devrait être une évidence. Il en est de même pour l’encouragement de la recherche sur ce sujet.

Et nous conclurons avec Louis-Georges Tin : « La demande de réparation ne vise pas à renforcer la haine sociale. Dans les départements d’Outre-mer, ces questions sont encore source de colères… Plus de 160 ans après l’abolition, le contexte est toujours très tendu… Le sentiment d’injustice est fort, la domination coloniale, la domination raciale et la domination économique conjuguant leurs effets délétères. Mettre en place une logique de réparation permettrait de sortir par le haut de ce contentieux historique. Il faudrait un processus en trois temps : reconnaissance, réparation et réconciliation. La reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité a été obtenue par la loi Taubira. La réconciliation véritable, objectif final, ne pourra se faire sans réparation véritable » [2].

Acheter le livre esclavage et réparations

[1]De l’esclavage aux réparations, les textes clés d’hier et d’aujourd’hui. Textes réunis et présentés par Louis-Georges Tin. Éd. Les Petits Matins. 2013

[2]Esclavage et réparations. Comment faire face aux crimes de l’histoire…
Louis-Georges Tin. Éd. Stock 2013.

[3]Louis-Georges Tin est maître de conférences à l’Université d’Orléans

[4]Le 21 mars 2013, (journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale) Louis-Georges Tin, président du CRAN, exposait dans une conférence au musée du Quai Branly, le pourquoi des « réparations liées à l’esclavage ».
Cette conférence peut être écoutée sur le site internet du musée : www.quaibranly.fr – Université populaire du Quai Branly – Histoire de l’esclavage.

[5]Histoire de Haïti (Hispaniola) depuis l’arrivée des Européens.http://www.cosmovisions.com/ChronoH…

[6]Esclavage et réparations : le CRAN porte l’affaire en justice. Michael Hajdenberg.
http://www.mediapart.fr
10 mai 2013

[7]La caisse des dépôts poursuivie pour avoir tiré profit de l’esclavage.

[*]L’histoire “particulièrement troublée” de Haïti a déjà été évoquée ici (GR 1106) en février 2010, par Sophie Perchellet à propos de cette “dette odieuse” imposée à ce pays.

[8]http://questions.assemblee-national…

[9]Différentes sortes de réparations sont possibles

[10]http://www.le-cran.fr

[11]Atlas des esclavages. Traités, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours. Marcel Dorigny et Bernard Gainot. Éd. Autrement. Collection Atlas/Mémoires. 2010

[12]Nègre je suis, nègre je resterai. Aimé Césaire. Entretiens avec Françoise Vergès. Ed. Albin Michel 2005

[13]Atlas des esclavages. Traités, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours. Marcel Dorigny et Bernard Gainot. Éd. Autrement. Collection Atlas/Mémoires. 2010

[14]http://www.comitememoire-esclavage.fr

[15]Rendre leur terre aux esclaves. Bernard Bisson. http://www.lejdd.fr. 11 mai 2013

[16]Myriam Cottias est directrice de recherche à l’université des Antilles-Guyane.

[17]Esclavage : sang, dommages et intérêts. Michel Henry. Libération, 25 mai 2012.

[18]La réparation de l’esclavage ne devra pas être financière mais morale. Sudel Fuma.http://www.zinfos974.com
25 mai 2013

[19]Intervention du président de la République à l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage, et de leurs abolitions http://www.elysee.fr.

SOURCEhttp://www.economiedistributive.fr/Les-reparations-liees-a-l

483688_568391809852009_518768931_n-1Le grand père de Ramsès II, Ramsès Ier, n’était qu’un officier de char descendant d’affranchis étrangers du Delta (…) coopté par Horemheb pour lui succéder sur le trône d’Égypte. Séthi Ier, son fils, dut épouser une princesse de sang royal pour légitimer son pouvoir ; et pour se faire accepter du peuple, associa très tôt au pouvoir Ramsès II qui incarnait la légitimité par sa mère’ Sethi Ier et Ramsès II représentent officiellement ce type peul.

Ramsès II (Ouser Maat Rê est son nom Africain ) , fils de Séthi Ier hérite d’un royaume qui s’étend depuis des rives du Tigre et de l’Euphrate, à l’Est, à la Libye, à l’Ouest, au Soudan, au Sud et aux îles de la mer Égée, au Nord. Il finira à Qadesh la guerre qu’avait commencée son père contre les Hittites vers 1285 av JC, le poème intitulé « Penthaour » relate cette très grande victoire.

Le pharaon noir était le chef d’une armée comptant 20.000 hommes, (chars et infanterie inclus) divisés en quatre divisions nommées respectivement Amon, Prê, Ptah et Séthi. La division Prê sera anéantie par les Hittites qui espéraient par ce geste séparer Ramsès II du reste de ses troupes. Encerclé par une armée beaucoup plus puissante, Ramsès II aurait alors invoqué son père et Dieu, Amon, en ces termes : « Amon, que se passe t’il donc ? Un père oublie t’il son fils ? Je suis seul, absolument seul au milieu de barbares innombrables. Mes soldats m’ont abandonné en masse, je t’appelle, car je sais qu’Amon est plus puissant que des millions de soldats ». Amon lui aurait alors répondu : « En avant, en avant, je suis avec toi, moi ton père, moi le seigneur de la victoire, et j’aime le courage « .
Suite à cette victoire, la suprématie de Ramsès II sur les rois Hittites fut acquise on peut ainsi lire la lettre du roi Hittite Khatousil III s’adressant au roi de Qidi au sujet du pharaon Ramsès II : »Le grand Chef de Khati, (pays Hittite) mande au chef de Qidi: »prépare toi, que nous allions en Égypte. La parole du roi, (Ramsès II) s’est manifestée, obéissons à Ramsès. Il donne les souffles de la vie à ceux qui l’aiment : aussi toute terre l’aime, et Khati ne fait plus qu’un avec lui. »La Suprématie des Pharaons noirs sur L’Asie occidentale s’exprimait à travers de telles relations.

En effet s’il était impensable que Ramsès offrît sa fille à un roi hittite, le roi Khatousil III (indo-européen) donna sa fille aînée Nefertari au Pharaon Ramsès II( Nefertari était l’unique Reine blanche en Égypte jusqu’à la conquête du pays par les Perses en 525 Av-JC). En plus de cela, le Pharaon qui était considéré depuis la IVe dynastie comme le fils de Dieu était déifié dans toutes les régions d’ Asie Occidentale. D’où la représentation du Dieu hittite avec des traits égyptiens ou éthiopiens. « Les Hitites seront ainsi le seul peuple indo-européen qui ait adopté le système d’écriture hiéroglyphique et le fait n’est pas fortuit; il découle de la colonisation égyptienne dont la marque indélébile est encore visible au temps de Ramses II. »*

En plus d’être un grand guerrier, Ramsès II fut aussi un grand bâtisseur, on lui doit la construction de nombreuses statues à son effigie, la poursuite des travaux de rénovation de son père Séthi 1er, la restauration de la ville de Memphis, l’agrandissement des temples de Karnak, de Louxor, et d’Abydos (temple d’Osiris), la construction sur l’ancienne capitale Hyksos Tanis d’une ville nommée « Pi-Ramsès  » et de deux obélisques dont l’une se trouve actuellement Place de la Concorde à Paris. Il fera aussi construire son temple funéraire qu’il appellera « Ramesseum  » dans la vallée des rois

1) la momie de Ramsès II.

Lors de son retour de Paris en mai 1977, la momie du roi Ramsès II créa l’étonnement parmi les personnes qui l’avaient vu avant son départ en effet, elle leur était méconnaissable et beaucoup se demandaient si c’était la vraie momie de Ramsès II. Sa chevelure qui fut décrite comme étant roux soulève une question : comment les égyptiens qui détestaient et massacraient instantanément les personnes blond roux pouvaient-ils accepter d’avoir un pharaon ayant une telle couleur de cheveux ?

Dans son livre Civilisation ou Barbarie Cheikh Anta Diop nous précise l’origine de la couleur jaune de la momie de Ramsès II: » aujourd’hui encore même après l’irradiation qui a jauni la momie (qui était réellement noire avant l’opération comme j’ai pu le constater)…

2) l’esclavage du temps de Ramsès II

Il n’y a jamais eu selon bon nombre d’historiens, égyptologues d’esclaves en Égypte, il a été prouvé que le pharaon Ramsès II payait ses ouvriers.

4666392_6_4238_un-verre-de-vin_d96b628a42d3e280fa3b78c9b15aa8b0Sur un hectare des terres de la Petite Côte, les vignes du « Clos des Baobabs », fleurissent. Les premières vendanges ont eu lieu en avril dernier. Deux mois plus tard, les 5000 pieds plantés ont produit une soixantaine de bouteilles. « Un rosé structuré et sympathique à boire sans problème à l’apéritif », assure l’œnologue franco-sénégalais Mokhsine Diouf, un des associés de l’affaire. Objectif de la prochaine récolte : 500 bouteilles, rapporte lemonde.fr, qui a consacré un reportage à l’affaire.

Pour arriver à ce résultat, il a fallu dompter la nature hostile à ce genre de culture. Il fallait aller chercher l’eau à 180 mètres dans la nappe phréatique, recréer la dormance (cycle végétatif de la vigne), écarter les termites et autres parasites, lutter contre les singes, qui piquent les raisins. Un sacré boulot, qui n’a pas fait reculer Mokhsine Diouf et ses associés : François Normant, un informaticien débarqué au Sénégal en 2007, et Philippe Franchois, un assureur qui a travaillé pendant trente ans à Meursault avant de revenir dans son pays natal.

Le marché sénégalais du vin est évalué à 20 à 25 millions de bouteilles par an. Selon les études menées par Mokhsine Diouf, « on trouve 70 % de vins médiocres, mis en bouteille sur place, 20 % de vins moyens importés et 10 % de qualité, une niche qui peut grossir si on fait de la pédagogie ».

Mais conscient que dans un pays à majorité musulman, la consommation du vin reste une culture peu développée- quoique…-, le promoteur du « Clos des Baobabs » vise surtout, à terme, le marché international. « Il se consomme de plus en plus de vin dans le monde, et il y a de moins en moins de vignes. Les pays émergents ont une carte à jouer dans cette nouvelle donne », relève-t-il dans l’article que lui a consacré lemonde.fr.

Dans ce sens, après la Petite Côte, Mokhsine Diouf entend se déployer dans le futur vers le Nord du Sénégal. Il dit : « Une fois que j’aurai acquis de l’expérience, il faudra que je retourne à la terre ! Je souhaite élever de la vigne dans la région de Saint-Louis, qui présente l’intérêt d’être un peu plus fraîche, répond-il. Prendre son temps, c’est le secret de la réussite. »

Ce Saint-Louisien de 48 ans est né à Accra (Ghana). Fils de diplomate, il a quitté Dakar après l’obtention de son bac pour des études de sociologie à Montpellier. Son histoire avec le vin a commencé dans les années 1990. « Le vin est arrivé par hasard, se souvient celui que l’on surnomme le ‘griot des viticulteurs’. Je travaillais, comme étudiant, dans une entreprise de mise en bouteilles. »

Sa maîtrise en poche, il bifurque vers un BTS en commercialisation des vins et spiritueux, et suit parallèlement des cours d’œnologie et de viticulture. « Avec mon diplôme, j’ai sollicité un poste vacant au sein de l’entreprise qui correspondait à mon profil, mais la réponse a été ’niet’, raconte t-il. Parce que j’étais novice, sans doute, et que je ne faisais peut-être pas assez couleur locale… j’ai démissionné. »

Depuis, il a fait son chemin tout seul, en négociant les différentes étapes, jusqu’à la mise en place du « Clos des Baobabs » pour mettre en bouteille du vin « made in Senegal ». Qui inondera les palais des adeptes locaux et peut-être plus tard ceux des plus grands connaisseurs dans le reste du monde.

SOURCE: http://www.seneplus.com/article/du-vin-made-senegal

Religion (20)Quel est le plus gros mensonge des religions dites révélées ?

Certains diront que ce sont les plagiats et les emprunts massifs que les religions dites révélées ont fait a la spiritualité africaine
D’autres diront que leur plus gros mensonge c’est la falsification de l’histoire, etc..

Mais le mensonge le plus important des religions révélées n’est pas tout cela. Le mensonge des religions révélées réside dans un seul mot : LA RÉVÉLATION.

Qu’est ce qui fait la particularité des religions dites révélées ? Eh bien c’est la révélation. C’est pourquoi on les appelle religions dites révélées ou religions révélées.

Qu’est-ce que ces religions entendent par révélation ?

Par révélation, ces religions prétendent être les premières et les seules à connaitre et à avoir connu Dieu parce que celui-ci (c’est-à-dire Dieu) s’est révélé a ceux qui sont considérés comme les fondateurs de ces religions dites révélées (Mahomet, Jésus, etc..).
Elles prétendent aussi que avant elles, personne ne connaissaient Dieu dans ce monde, et qu’elles n’ont reçu ou copié leurs traditions religieuses chez personne si ce n’est Dieu lui même. C’est pourquoi les adeptes des religions révélées ont en général dans leurs tètes l’idée que tous ceux qui ne sont pas adeptes des religions révélées sont forcement des païens, kafir, idolâtres, bref, que tous ceux qui ne sont pas adeptes des religions révélées sont forcement dans des spiritualités négatives.

En résumé elles prétendent avoir l’exclusivité de la révélation connaissance de Dieu dans le monde, et que personne dans le monde ne connait Dieu si ce n’est eux. C’est pourquoi elles se donnent la vocation de convertir, d’évangéliser, ou d’islamiser, toute l’humanité entière, de gré ou de force (c’est-à-dire contre leur gré.

Or le problème est le suivant :

Comment les religions dites révélées peuvent prétendre avoir l’exclusivité de la révélation et de la connaissance de Dieu dans le monde, et que personne dans le monde ne connait Dieu, alors que les recherches historiques et scientifiques montrent que ces religions ne sont pas nées ( a ces époques reculées) sur la base d’une révélation divine, mais sur les bases de plagiats et d’emprunts massifs a la spiritualité qui avait la plus grande influence a ces époques reculées (spiritualité africaine de la période pharaonique) ?

Autrement dit comment les religions dites révélées (judaïsme christianisme, islam) peuvent prétendre avoir l’exclusivité de la révélation et de la connaissance de Dieu dans le monde, alors que les recherches historiques et scientifiques montrent que la révélation dont parlent ces religions est tout simplement le résultat d’un plagiat de la spiritualité africaine (pharaonique), et que ce fait la révélation devient alors un mensonge, un mythe, un canular religieux ?

Si( comme le montrent les recherches)les religions révélées sont le résultats de plagiats, alors la révélation dont parlent les religions révélées est un mythe, et le contenu du message religieux de ces religions (considérés comme étant le résultat d’un révélation divine), est un gros,gros mensonge.

Et Si( comme le montrent les recherches),les religions révélées sont le résultats de plagiats et d’emprunts a la spiritualité africaine, comment les adeptes des religions révélées peuvent dire que les africains et leur ancêtres ne connaissaient pas Dieu avant l’arrivée des religions (dites) révélées ?

A méditer