Partagez cette page!
0
Shares
0
0
0
Published On: mar, Nov 24th, 2015

DISCOURS DE MARCUS GARVEY

marcus-garvey-1Premier message de Marcus Garvey depuis la prison d’Atlanta, 10 Février 1925
J’ai le plaisir de vous apprendre que votre humble serviteur est aussi heureux de souffrir pour vous et notre cause qu’il est possible dans ces circonstances où je suis vicieusement outragé par un groupe de comploteurs en connivence, ne reculant devant rien pour vous humilier à travers moi dans le combat pour la vraie émancipation et la Rédemption Africaine.
Je suis convaincu que vous n’avez pas donné crédit aux mensonges vicieux des journaux blancs et ennemis et de ceux qui ont parlé en référence à ma reddition. Les menteurs ont comploté par tous les moyens pour faire croire que je n’étais pas prêt à me rendre à la cour.
Mon avocat m’a appris qu’aucun mandat ne serait lancé pendant dix ou quatorze jours, comme il est d’usage dans les cours de justice ; et cela m’aurait donné le temps d’honorer les engagements oraux que j’avais à Détroit, Cincinnati et Cleveland. Je n’avais pas quitté la ville depuis dix heures que déjà les menteurs répandirent la nouvelle que j’étais fugitif. C’étaient les nouvelles à faire circuler partout dans le monde pour démoraliser les millions de Nègres en Amérique, en Afrique, en Asie, dans les Antilles et en Amérique Centrale, mais les imbéciles doivent savoir dés maintenant qu’ils ne peuvent pas berner tous les Nègres en même temps.
Je ne veux pas écrire à ce moment quoi que ce soit qui vous mettrait en difficulté pour vous confronter à l’opposition de l’ennemi sans mon assistance. Contentons nous de dire que l’histoire de l’outrage formera un chapitre splendide dans l’histoire de l’Afrique rédimée, quand les hommes noirs ne souffriront plus jamais sous le talon des autres, mais auront une civilisation et un pays à eux.
L’affaire entière est une honte, et l’ensemble du monde noir le sait. Nous n’oublierons pas. Notre jour peut être dans cinquante, cent ou deux cent ans, mais regardons, travaillons et prions, car la civilisation de l’injustice est condamnée à s’effondrer et à amener la destruction sur la tête du méchant.
Les imbéciles croyaient qu’ils pouvaient m’humilier personnellement, mais là-dessus ils se sont trompés. Les minutes de souffrance sont comptées, et quand Dieu et l’Afrique reviendront et pèseront la rétribution, ces minutes seront multipliées par milliers pour les pécheurs. Nos amis Arabes et du Rif seront toujours vigilants, comme le reste de l’Afrique et nous même le seront. Soyez assurés que j’ai bien planté la graine du nationalisme Nègre qui ne peut pas être détruit, même par l’infamie petit jeu dont je fus la victime.
Continuez à prier pour moi et je serais toujours fidèle à mon devoir. Je veux que vous, peuples noirs du monde, sachiez que W.E.B. DuBois et cette organisation vicieuse qui haït les Nègres connue sous le nom d’Association pour l’Avancée des gens « de couleur » sont les plus grands ennemis que le peuple noir ait dans le monde. J’ai tant à faire des quelques minutes dont je dispose que je ne puis écrire en longueur là-dessus ou sur toute autre chose, mais méfiez vous de ces deux ennemis. Ne leur permettez pas de vous avoir avec des communiqués de presse, des discours et des livres salivants ; ils sont les vipères qui ont élaboré avec d’autres l’extinction de la race noire.
Mon travail ne fait que commencer, et quand l’histoire de ma souffrance sera achevée, alors les générations Nègres futures auront en mains le guide de la connaissance des « péchés » du vingtième siècle. Je crois dans le temps, et je sais que vous aussi, et nous attendrons patiemment pendant deux cent ans s’il le faut, pour faire face à nos ennemis à travers notre postérité.
Vous me réjouirez si vous en faites encore plus pour l’organisation que quand j’étais parmi vous. Épaulez ceux qui la font fonctionner. Aidez-les à bien faire, pour que le travail continue à s’étendre d’un pôle à l’autre.
Je lance aussi un appel de dernière minute pour le soutien de la Compagnie de Navigation et de Commerce de l’Étoile Noire (BLACK STAR LINE). Vous êtes priés de faire et d’envoyer vos dons afin de permettre aux directeurs de mener le travail avec succès.
Tout ce que j’ai-je vous l’ai donné. J’ai sacrifié ma maison et ma femme bien-aimée pour vous. Je vous la confie, pour que vous la protégiez et la défendiez pendant mon absence. C’est la petite femme la plus courageuse que je connaisse. Elle a souffert, s’est sacrifiée avec moi pour vous ; s’il vous plaît ne l’abandonnez pas en cette heure sinistre, quand elle se retrouve seule. Je l’ai laissée sans le sou et sans aide pour se confronter au monde, parce que je vous ai tout donné, mais son courage est immense, et je sais qu’elle tiendra bon pour vous et moi.
Quand mes ennemis seront satisfaits, dans la vie ou dans la mort je reviendrai à vous pour vous servir de la même manière que je vous ai servi avant. Vivant je serai le même ; dans la mort je serai une terreur pour les ennemis de la liberté Nègre. Si la mort a du pouvoir, alors comptez sur moi dans la mort pour être le vrai Marcus Garvey que j’aimerais être. Si je dois venir en tremblement de terre, ou en cyclone, ou en plaie, ou en pestilence, ou comme Dieu le veut, alors soyez sûrs que je ne vous abandonnerai jamais et ne laisserai jamais vos ennemis triompher sur vous. N’irai-je pas en enfer un million de fois pour vous ? N’hanterai-je pas la terre, comme le fantôme de Macbeth, pour toujours pour vous ? Ne perdrai-je pas le monde entier et l’éternité pour vous ? Ne pleurerai-je pas continuellement au marchepied du Seigneur Omnipotent pour vous ? Ne mourrai-je pas un million de fois pour vous ? Alors, pourquoi être tristes ? Réjouissez-vous, et soyez sûrs que si cela prend un million d’années, les péchés de nos ennemis visiterons la millionième génération de ceux qui nous entravent et nous oppressent.
Souvenez-vous que j’ai juré par vous et mon Dieu de servir jusqu’à la fin de tous les temps, l’effondrement de la matière et le fracas des mondes. Les ennemis pensent que j’ai été vaincu. Est-ce que les allemands ont vaincu la France en 1870 ? Est-ce que Napoléon a vraiment conquis l’Europe ? Si oui, alors j’ai perdu, mais je vous dis que le monde entendra parler de mes principes même deux mille ans après moi. Je suis déterminé à attendre ma satisfaction et la rétribution de mes ennemis. Observez mes ennemis et leurs enfants et postérité, et un jour vous verrez la rétribution s’installer chez eux.
Si je meurs à Atlanta mon travail ne fera que commencer, mais je vivrai, physiquement ou spirituellement pour voir le jour de la gloire de l’Afrique. Quand je suis mort enveloppez moi de la cape Rouge, Noir et Vert, car dans la nouvelle vie je me relèverai avec la grâce de Dieu et Ses bénédictions pour mener les millions jusqu’aux sommets du triomphe avec les couleurs que vous connaissez bien. Cherchez moi dans l’ouragan ou dans la tempête, cherchez moi tout autour de vous, car, avec la grâce de Dieu, je viendrai et amènerai avec moi les innombrables millions d’esclaves noirs qui sont morts en Amérique et dans les Antilles et les millions en Afrique pour vous aider dans le combat pour la Liberté, la Justice et la Vie.
La civilisation d’aujourd’hui est devenue ivre et folle avec ses pouvoirs, et par cela elle cherche à travers l’injustice, la fraude et le mensonge à broyer l’infortuné. Mais si je suis apparemment broyé par le système d’influence et de pouvoir corrompu, ma cause s’élèvera à nouveau pour harceler la conscience du perverti. Cela me satisfait et pour vous, je le répète, je suis content de souffrir et même de mourir. A nouveau, je le dis, réjouissez-vous, car de meilleurs jours sont à venir. J’écrirai l’histoire qui inspirera les millions qui viennent et je laisserai la postérité de nos ennemis comptabiliser avec la multitude pour les actes de leurs pères.
Avec les plus chères bénédictions de Dieu, Je vous quitte pour un moment.
0
0
0
0
Total
0

Commentez avec facebook svp

About the Author

- AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel en ligne qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, des vidéos, faire des commentaires pour corriger ou compléter et d'échanger des messages. AFRIKHEPRI est une plateforme d'échanges et de partages gratuite: Créez un compte ou connectez-vous à AFRIKHEPRI et faites-vous des amis en leur envoyant des messages etc...

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Partagez cette page!

0

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Suivez-nous!

Inscription au réseau

Cliquez sur Facebook, Linkedin ou Instagram
Linkedin Instagram

Ecrire/partager un article

Veuillez vous connecter pour publier un nouvel article.

*
*

Ils se sont inscrits déjà

Videos

cliquez sur « j’aime »

Venez chattez!

20 DERNIERS ARTICLES

Facebook Recent Comments

VOUS AIMEZ LE SITE? VOUS POUVEZ FAIRE DE FAIRE UN DON A AFRIKHEPRI. MERCI POUR VOTRE ENCOURAGEMENT

NOS 200 MEILLEURS ARTICLES

Méta

Partagez cette page!

Merci de partager cette page!

0
0
Total
0
Shares

footafricLa Coupe du monde de football 2010 se déroule dans le pays de Nelson Mandela et de l’apartheid. Le mythe de la réconciliation et de la naissance de la nation « arc-en-ciel » a fait long feu et aujourd’hui l’Afrique du Sud plonge dans la violence, la ségrégation sociale, la prostitution et le sida. Présentée comme une chance pour le pays, la Coupe du monde permet la militarisation de l’espace et l’occidentalisation forcée de l’économie tout en organisant le pillage des fonds publics au profit des grandes sociétés capitalistes. Dans ce développement de la « globalisation » économique qui vise à l’institutionnalisation d’un néocolonialisme, la Coupe du monde en Afrique du Sud est plus que jamais l’opium du peuple des townships, l’outil essentiel de son exploitation. Une nouvelle fois, le football, qui participe du processus de production capitaliste, se révèle être l’appareil de domination, de contrôle et d’aliénation des peuples. C’est l’éternelle histoire du foot à fric.

Commentez avec facebook svp

« House of One » entend unir les hommes et femmes de toutes confessions dans un lieu unique. Un beau projet, pour favoriser la compréhension de chacun et surtout apporter la tolérance et la paix dans un lieu qui ferait figure d’exemple si tout venait à se passer à merveille, comme l’espèrent les trois dignitaires qui en ont eu la brillante idée. 

Le rabbin Ben Chorin, l’imam Kadir Sanci et le pasteur Gregor Hohberg ont uni leurs efforts pour créer ce projet, qui entend mettre à l’unisson les attentes de chacun, dans le respect des uns et des autres. 

via house-of-one

Réunir en un même lieu trois cultes différents : un sacré pari !

Le nom de l’établissement « House of One » résonne en lui-même comme une belle promesse : en étant la Maison de l’un, devenir la maison de tous

L’accueil des fidèles dans cette bâtisse inter-religieuse, dont la construction est prévue à Berlin, se ferait par une seule et même entrée, histoire de mutualiser l’espace dès l’entrée et mettre à égalité tous les cultes. Ensuite, des escaliers divers conduiraient jusqu’à trois salles, représentant chacune un lieu de culte, quant aux salles en elles-mêmes, elles seraient de formes différentes mais de tailles égales. 

via house-of-one

Sur la bonne voie mais pas pour tout de suite

Pour l’instant, le projet a déjà récolté plus d’1 million d’euros de financement, via plus de1700 donateurs

On est encore loin des 43 millions d’euros de coûts estimés pour le financement du projet, mais il est bon de voir que l’initiative avance et prend petit à petit de l’ampleur. 

La présentation du projet en vidéo

Voilà à quoi devrait ressembler l’édifice

via house-of-one

Chaque personne qui le souhaite peut d’ailleurs participer en achetant des briques (10€ l’unité), c’est dans de petits dons que naissent parfois de grandes choses. 

Si ce projet vous plaît et que vous avez envie d’y contribuer, vous pouvez d’ailleurs le faire sur le site house-of-one.org

SOURCE:http://www.minutebuzz.com/societe–beau-projet-une-mosquee-eglise-synagogue-pourrait-bientot-voir-le-jour-/

Commentez avec facebook svp

614Au XVIe siècle, on attribue à cet esclave affranchi la résurrection de cinq personnes, dont celle d’un nourrisson mort dans un accident de carrosse. C’est l’histoire d’un dévot dont la dépouille, exhumée trois ans après sa mort, dégage une « odeur très suave » et est pratiquement intacte. Benoît le More, ou Benoît le Noir, deviendra le saint patron de Palerme, ville sicilienne où il mourra. Dans l’ouvrage Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle (MAT Éditions), Giovanna Fiume évoque ce Noir devenu l’idole de l’île méditerranéenne dès 1652. Né en 1524 (ou 1526, selon certains historiens) dans la maison d’un chevalier de San Fratello, Jérôme Lanza, fondateur d’un ordre franciscain, le fils d’esclaves mahométans convertis au catholicisme grandit dans 228la dévotion. Affranchi par son maître, il s’occupe des travaux manuels du monastère de Lanza. Peu de détails existent sur sa vie, mais on sait qu’il est cité en exemple par ses contemporains. « Bien que noir, il fut le Blanc de tous les barons spirituels de son temps », déclaraient-ils, lui attribuant la résurrection de cinq personnes, dont celle d’un nourrisson mort dans un accident de carrosse.

Canonisé en 1807, saint Benoît le More est célébré le 4 avril, et il est encore vénéré au couvent Santa Maria di Gesu de Palerme mais aussi par-delà les océans, notamment aux États-Unis, au Brésil et en Argentine

http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2674p154-064.xml4/usa-bresil-italie-histoirel-avant-garde-negre-xvie-siecle-saint-benoit-le-more.html

325


(Buste en bois du XVIe siècle représentant le saint patron de Palerme.)/ © Giovanna Fiume

2 – Benoît le More

Benoît le More (1526-1589), ou Benoît le Noir, Benoît l’Africain, Benoit l’Éthiopien, Benoît de San Fradello ou encore Benoît de Palerme, est un saint catholique italien fêté le 4 avril.
Fils d’un esclave chrétien d’origine yoruba ou éthiopienne, il naquit en 1526 dans le bourg de San Fratello, dit de San Fradello ou de San Philadelphio, près de Messine, en Sicile.420
Affranchi par son maître, Benoît devint berger et agriculteur. Il fut surnommé « Saint More » à cause de sa piété et de la couleur de sa peau.

Biographie
Pris sous la protection de Jérôme Lanza, noble fondateur d’une communauté d’ermites placée sous le patronage de saint François d’Assise et approuvée par Jules III en 1550, il rejoignit celle-ci et en fut élu supérieur à la mort de Lanza. En 1562, la communauté fut dissoute par Pie IV et Benoît entra comme convers au couvent des récollets de Sainte-Marie de-Jésus près de Palerme.
Bien qu’il n’en fût que le cuisinier, il en devint le supérieur pour trois ans en 1578, malgré lui et alors qu’il n’était qu’un frère lai ne sachant ni lire ni écrire. Il eut ensuite la charge des novices puis retourna à la cuisine tout en vivant dans un jeûne continuel. À sa mort le 4 avril 1589, il fut enseveli dans le caveau du monastère où de nombreux miracles se produisirent. Il en fut retiré dès 1611 pour être exposé à la vénération publique après que le sénat de Palerme l’eut choisi comme patron de la cité en 1602.

Béatification – canonisation
Il fut béatifié en 1743 par Benoît XIV et canonisé par Pie VII le 24 mai 1807.
Vénération
Récemment, le maire de Palerme, Orlando Leoluca, relança son516 culte en 1998 afin d’amener ses concitoyens à une vision moins étroite des relations interraciales. En 2000, son nom fut donné à une chaire créée par cette ville et par l’Unesco afin de promouvoir le dialogue interculturel et interreligieux.

Mais il est surtout vénéré au Brésil, où il est rangé dans la famille des « saints noirs » dont on trouve notamment les représentations dans l’église Notre Dame du Rosaire, à Salvador de Bahia. Assimilé à un orixá ou un vaudou, il a en outre été adopté par les cultes afro-brésiliens.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_le_More

Commentez avec facebook svp

Lundi investigation a diffusé un excellent reportage sur l’origine de la misère qui sévit en Afrique et plus particulièrement au Ghana.
Le système est simple : Le Fond Monétaire International (FMI) octroie des crédits aux états africains, les taux sont évidemment exorbitants, si bien que les gouvernements doivent privatiser dans tous les secteurs afin de rembourser (temporairement) la dette … Les secteurs touchés sont les hôpitaux, le système de santé en général, l’eau potable, l’extraction de minerais, de pétrole, etc …. Au Ghana, la quasi totalité de la production agricole part désormais à l’exportation et le pays importe du riz d’Amérique alors qu’il en exportait il y a seulement 10 ans, les agriculteurs Ghanéens ne comprennent plus le fonctionnement de leur propre pays !

Il y a aussi les entreprises étrangères qui ne sont pas soumises à une réglementation contraignante, si bien qu’elles polluent sans états d’âmes, déchargent leurs rebus sur les terres agricoles, tout est fait afin qu’elles soient le plus rentable possible et ce, au détriment de l’environnement et des populations locales.

C’est là qu’est la formidable arnaque du FMI, car la majorité de la population croient que le FMI vient en aide aux pays pauvres, mais, dans les faits, on observe exactement l’inverse …

SOURCE: http://www.notre-ecole.net/quand-le-fmi-fabrique-la-misere/

Commentez avec facebook svp

NOMS ANCIENS DU MESSIE EN MEDU NETJER ATTESTES AVANT LES RELIGIONS DU LIVRE ET REPRIS systématiquement comme tels par elles.

 I- Le mot grec Osiris vient du kamite AUSAR, qui a donné IUSAR, lequel est devenu IOUSAR, IOUSA. Puis la graphie ISA « L’Envoyé » du verbe proclamer la parole divine ISHA.

1-qui a donné YESHU en araméen. 

2-YEHOSHUA en langue hébraïque. 

3-ÎS en arabe.

4-IESOUS en grec. 

5-IESUS en latin. 

6-JÉSUS en français.

7-YESHUA en langue ékang.

 

II-Le terme mdw ntjr KRST (k3R3ST, Karast) « Celui qui porte l’Esprit de Dieu » (KA+RA)

2-a donné en grec CHRISTOS « oint ».

3-CHRISTUS en latin.

4-CHRIST en français.

5-NKORO BOT = le Rédempteur en ékang.

 

III-Le Terme mdw ntjr MESIA  » Celui qui est né pour donner la Vie ».

°1-a donné MASHIA’H en araméen.

2-MASHI’HA, MÂSHÎA en hébreu.

3-AL-MESIH en arabe.

4-MESOS en grec.

5-MESUS en latin.

6-MESSIE en français.

NB-En langue ékang OSHI = Celui qui est le Fleuve de vie.

 

IV-Le terme grec ISIS vient du Mdw ntjr MRT, MERIT, MERI (TA MERI, Terre Aimée)… MERI NETJER = L’AIMEE DE DIEU.

2-qui a donné MIRYAM ou MARYAM en araméen.

3- MARIM, MYRIAM ou MIRIAM en hébreu que l’on peut rapprocher de l’hébreu MARAH.4-MARYAM en arabe.

5- MARIA en grec, latin sanskrit. … 

6-MARIA en ékang. 

 

B-Ceci est le prologue d’un essai : De la Source occultée à la Source lumineuse de la Vie.

Ecrit par Grégoire Biyogo

Commentez avec facebook svp

Les Bassa-Mpoo-Bati, un peuple du Sud du Cameroun, appellent le Mbog strito sensu« Mbog Liaa ». Le terme « liaa » signifie en français la pierre, la roche ou encore le rocher. En somme « Mbog Liaa » veut dire le Mbog qui permet de bâtir, de travailler, de polir la pierre, la roche ou le rocher.

Le symbole de la pierre est présent dans toutes les cultures initiatiques du monde depuis toujours : une légende africaine soutient qu’il existe une vielle relique du continent noir dénommée « la pierre des ancêtres ». Quiconque la détient règne sur toute l’Afrique. NGOG LIPONDO ou la Roche trouée des Bassa-Mpoo-Bati demeure le totem de  cette communauté africaine. Dans la religion musulmane,  tout musulman en pèlerinage à la Mecque est tenu de faire neuf (09) tours autour de la pierre noire de la Kaaba alors que dans la Sainte Bible Jésus dit à Simon, fils de Jonas,  désormais je t’appellerai Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon église.

Cette pierre est la pierre d’achoppement ou la pierre à scandales des Alchimistes de l’Europe médiévale qui symbolise le  sexe et, surtout, le travail sexuel, le Mbog ou l’Alchimie, sans lequel on ne peut développer le pouvoir du Verbe créateur, les corps spirituels et l’Embryon d’Or. La sainte Bible nous donne à ce sujet de nombreux précieux conseils. Nous nous permettrons seulement d’en relever deux ici : « Saigner vos reins et allumer vos lampes » et « Le Seigneur sonde les reins et les cœurs » (Psaumes7-10, Gérémie11-20 et 17-10).

C’est dans ce sens que nous avons la profonde certitude que le message du Ngondo, la fête annuelle des Sawa (communautés Douala, Bassa et Mpoo de la ville de Douala et des environs) 1998 concerne le Mbog ou plus précisément  un Osiris. Il  dit clairement ceci : « une pierre précieuse d’une très grande luminosité, nantie d’une grande Sagesse, a été découverte au Cameroun en général et dans l’environnement Sawa en particulier. Cette pierre précieuse est terriblement convoitée par les religions, les confréries, les corporations, les sociétés secrètes, …du monde entier. De peur qu’elle ne soit trouvée en premier par les étrangers qui s’en accapareraient à coup sûr, les ancêtres demandent aux Sawa de s’unir pour pouvoir en profiter ». Cette pierre précieuse nantie d’une grande Sagesse et dont les étrangers risquent de s’accaparer n’est pas un être du règne minéral comme le croient les sages traditionnels du Ngondo mais un Homme de Lumière, porteur d’une très grande Sagesse ou Hou-Neter et appelé à devenir Osiris de Mbog quand il aura fini d’incarné en lui la Pierre philosophale des Alchimistes médiévaux. Il s’agit, soit d’un enfant de Lumière né en 1998 au Cameroun et surtout dans la région Sawa, soit d’un adulte résident dans cette partie du territoire de la République du Cameroun et devenu Disciple de Mbog au cours de cette année. Dans un cas comme dans un autre, il revient aux prêtres du Ngondo de le chercher et de le trouver comme les Rois Mages ont fait lors de la naissance de Jésus de Nazareth car il est appelé à devenir s’il ne l’est pas encore un Ndjèki la Ndjambè Inono des Sawa c’est-à-dire un Adepte de Mbog.

En somme, le Mbog stricto sensu ou « Mbog Liaa » est cette technique sacrée mille fois millénaire qui consiste dans  la connexion sexuelle de l’homme et de la femme accompagnée de la continence sexuelle ainsi que de la transmutation des énergies séminales en énergies créatrices et de la sublimation des énergies sexuellesIl a pour symbole l’Ankh en Egypte antique et en Afrique en général, un mortier dans lequel est planté un pilon ou une pirogue dans laquelle est introduite une pagaie. Son but est de permettre à tout individu volontaire et décidé d’incarner en une seule existence la Conscience divine, éternelle et universelle en lui c’est-à-dire de permettre aux Energies de Hou-Neter  de se projeter dans sa personnalité, de prendre place dans son corps physique à travers la naissance suivi du développement conscient, intime et méthodique de « Ida » et « Pingala », deux (02) canaux éthériques qui s’enroulent autour de la colonne vertébrale, du « Héka », un instrument éthérique qui traverse le canal médullaire, de « Hor-Neter », la force divine intérieure qui sommeille en chaque Homme et de l’Embryon d’Or dans son anatomie occulte dans le but de lui permettre de devélopper l’âme et l’esprit.

Ce but de Mbog Liaa est synthétisé par sa devise à savoir : Pureté absolue, Maîtrise parfaite des instincts et Désintéressement total. Jésus de Nazareth dira : Renies- toi toi-même, porte ta croix (sexuelle) et suis-moi alors que les gnostiques parlent des trois (03) facteurs de la Révolution de la Conscience que sont : Naître, Mourir et se sacrifier consciemment pour l’humanité souffrante.

La maîtrise parfaite des instincts ou le reniement  ou encore la mort de l’égo des gnostiques consiste dans la destruction totale des défauts psychologiques ou péchés des chrétiens, la transformation du Mbouh-bé  des Bassa-Mpoo-Bati en Mbouh-pubi ou la fabrication de l’âme cristallisée des gnostiques.

La pureté absolue ou le port de la croix (sexuelle) ou encore la deuxième naissance des chrétiens consiste dans la création des corps solaires des gnostiques ou des corps divins de la Bible sans lesquels on ne peut rentrer dans le royaume de Dieu. Cette opération qui est essentiellement sexuelle consistait en Egypte antique à transformer Apopi, le démon des désirs ou corps astral lunaire en Ka, le corps astral solaire ; Haï, le démon du mental ou corps mental lunaire en Ba, le corps mental solaire et Nebt, le démon de la mauvaise volonté ou corps astral lunaire en Ku, le corps causal solaire pour enfin incarner les corps de l’Esprit que sont l’Ankh et le Sahu.

Le désintéressement total ou suivre le Christ consiste dans le sacrifice conscient d’instant en instant pour l’humanité souffrante.

II- La Technique du Mbog:

Le travail du postulant du Mbog Liaa se déroule cependant en trois (03) étapes que symbolisent les trois (03) Rois Mages dans la sainte Bible :

1)- L’œuvre au noir ou le respect scrupuleux des préceptes de la Maât. Cette première étape prend fin avec l’incarnation non seulement de « Ida » et « Pingala » mais surtout du « Héka » dans son anatomie occulte à travers la réalisation avec succès des cinq (05)initiations du Feu.

2)- L’œuvre au jaune c’est-à-dire la sublimation des énergies séminales ou les huit (08)initiations de Lumière: tout en continuant de méditer intensément et surtout de faire la Mystique du corps, le postulant accepte de vivre la Traversée du désert biblique,l’épreuve de Liyep li Yèli des Bassa du Cameroun, l’étape du pauvre de l’Islam Soufi ou le Naufrage negro-pharaonique. Cette étape dont la fin marque la sortie du Royaume par l’initié s’appuie tant sur l’Alchimie sexuelle que sur  la Kabbale : elle  synthétise la première phase de l’incarnation dans la chair de l’initié des vingt et deux (22) arcanes majeures du Tarot négro-pharaonique à savoir:

 

ARCANE 1: LE MAGE

L’Arcane 1 est le Mage de la Kabbale. Il représente ce qui commence ; toute chose que l’on entame dans la vie pratique.

Dans la partie supérieure, les yeux représente les yeux du Père, l’infini, le caducée de Mercure, les huit kabirs qui gouvernent la planète, le saint Huit. Ils symbolisent les deux cordons ganglionnaires qui s’enroulent, ésotériquement, dans la moelle épinière et qui sont : Ida et Pingala, les Deux Témoins, les Deux Oliviers, les Deux Candélabres qui se trouvent devant le trône du Dieu de la Terre. Ces deux Témoins ont leur racine dans le sexe.

On voit le Mage de profil du côté droit, ce qui indique que c’est tout son côté droit qui est visible aux yeux du manifesté. Le serpent dressé sur le front indique un maître auto-réalisé. Le bâton de pouvoir tenu dans sa main gauche symbolise la moelle épinière et indique l’infini. Sa main droite pointe la terre, ce qui indique qu’il la domine par la science, qu’il faut monter en partant du bas, qu’on ne peut monter sans d’abord descendre, qu’il est nécessaire de descendre dans la Neuvième Sphère. Cette dernière est représentée de deux façons : la première, c’est le sexe, la pierre cubique ; la seconde, ce sont les neuf cercles, les enfers atomiques où l’initié doit descendre. Cela veut dire : descendre pour monter.

Sur son vêtement, le triangle pointé vers le haut représente les forces primaires réunies dans KETHER, le 1. Sur un côté, il y a une table qui représente les quatre éléments (terre, eau, feu, air), le plan physique. Les éléments sont pêle-mêle sur celle-ci : l’épée de pouvoir, le Lingam (organe sexuel masculin) ; un calice, qui représente d’une part le cerveau physique et d’autre part la Yoni (organe sexuel féminin) ; et la lune, qu’il faut convertir en soleil.

Sous la table l’ibis immortel, l’oiseau Phénix, le cygne Kala-Hansa, l’esprit Saint qui symbolise l’amour. Sa position sous la table indique que c’est au moyen du feu sacré du Troisième Logos qu’il faut mettre de l’ordre dans ces éléments désordonnés qui se trouvent sur la table.

Dans la partie inferieure, la pierre cubique, la pierre philosophale travaillée nous indique le travail à réaliser ; c’est la pierre cubique de Iésod, le sexe, la pierre d’achoppement et de scandale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE2 : LA PRETRESSE

L’Arcane 2 est la Prêtresse, la Science occulte, l’équilibre magique. Dans le domaine de l’Esprit, le Un est le Père qui est en secret, et le DEUX, la Mère divine, qui est le dédoublement du Père. Ainsi donc, chacun de nous possède son Père et sa Mère divine, qui sont très sacrés. Dans le Père et la Mère Kundalini, nous voyons les deux colonnes Iakin et Bohaz, celles qui soutiennent le Temple.

Dans l’être humain, la Mère cosmique prend la forme d’un serpent. Il y a deux serpents : le serpent tentateur de l’Eden, l’abominable organe kundartiguateur ; et le serpent d’airainqui guérissait les Israélites dans le désert, ou le serpent Kundalini. Ce sont les deux principes de l’univers : la vierge et la prostituée.

Il est évident que le nombre 2 se trouve à l’intérieur de l’organisme humain, qu’il est relié au 1, la volonté et au 2,l’imagination. La clé de tout pouvoir se trouve dans l’union de la volonté et de l’imagination en vibrante harmonie.

Dans les eaux de la vie apparaissent les deux colonnes du temple d’Isis : la blanche, Iakin et la noire, Bohaz. Chacune des deux comporte quatre échelons, qui représentent les quatre corps de péchés (physique, vital, astral et mental).

Au dessus, une Maitresse est assise entre deux colonnes plus grandes. Elle est à l’intérieur d’un temple, c’est pourquoi les colonnes sont inversées du côté où nous les voyons. En étant assise, elle indique son aspect passif ; dans l’Arcane 1, le Mage est debout, étant l’aspect actif. Elle montre son profil gauche, son aspect négatif.

Sur son giron, elle couvre à moitié de son vêtement un livre à moitié ouvert, indiquant par là qu’elle est la Sagesse, qu’elle enseigne la Kabbale. Sur sa poitrine, la croix ansée, symbole de la vie, du fondement, de Vénus, la croix Tau. La croix sur la poitrine nue signifie que son produit, le lait, constitue les vertus. Le serpent sur le front indique la Maîtrise.

Sur sa tête, les cornes du Taureau sacré Apis, époux de la Vache divine, symbolisent intérieurement le Père, et extérieurement, le Moi psychologique (nos défauts). Nous retrouvons également les attributs du Petit Veau ou kabir. Le cercle est le serpent qui se mord la queue ; il représente la Mère cosmique, la Vache sacrée. Le voile qui tombe sur son visage est le voile d’Isis. Il symbolise que les secrets de la Mère Nature sont occultes pour le profane, et que seul l’initié, après d’incessantes purifications et méditations parvient à les découvrir. Vous devez être vaillants et soulever le voile d’Isis ; notre devise gnostique est Théléma (volonté).

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 3 : L’IMPERATRICE

L’Arcane 3 est l’Impératrice du Tarot, l’Uranie-Vénus des Grecs, l’âme christifiée, la Mère céleste, la Mère divine, la Mère particulière de chacun de nous, la Mère de notre Etre qui doit piétiner l’Ego lunaire pour que resplendissent sur sa tête les douze facultés.

Pour créer, il faut trois forces primaires qui viennent d’en haut, du Père et existe dans toute la création : la force positive (l’Arcane 1 du Tarot, l’homme) ; la force négative (l’Arcane 2 du Tarot, la femme) et la force neutre (l’Ame christifiée) qui est le résultat de l’union sexuelle des deux. Le secret, c’est l’Arcane A.Z.F. qui transforme la Lune en Soleil et qui présente trois aspects : positif, négatif et neutre.

Dans la partie centrale apparait une femme couronnée de douze étoiles (1+2=3), qui représente les douze signes zodiacaux, les douze portes de la cité sainte, les douze clés de Basile Valentin, les douze mondes de système solaire d’Ors. Sur sa tête, une coupe, sur laquelle se dresse un serpent, symbole de la Maîtrise, qui est élevée. Elle a dans sa main droite un bâton de pouvoir, et elle tente avec sa main gauche d’atteindre la colombe, qui représente l’Esprit Saint. Son vêtement est solaire, tout indique que c’est l’âme christifiée, produit des Arcane 1 et 2. Elle est assise sur la pierre cubique déjà parfaitement travaillée.

Dans les eaux de la vie, on voit la lune (l’Ego lunaire) sous ses pieds, ce qui indique qu’il faut la piétiner pour la convertir en soleil.

Le 3 est le nombre du Troisième Logos, qui domine toute la Création ; c’est le rythme du Créateur.

Le 3 est également l’Impératrice, la lumière divine, la lumière en elle-même, la Mère divine. Elle correspond depuis le premier jour de la création à cette partie de la Genèse qui dit : « Dieu dit : Que la lumière soit, et la lumière fut. »

La Mère céleste dans le domaine matériel signifie production matérielle, et dans le domaine spirituel, elle signifie production spirituelle.

Le Ternaire, le nombre 3, est très important. C’est la Parole, la plénitude, la fécondité, la nature, la génération des trois mondes.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

 

ARCANE 4 : L’EMPEREUR

L’Arcane 4 est l’Empereur du Tarot, du front du quel surgit le serpent, symbole de la Maîtrise ; la couronne formée d’une vipère appartient à Isis, notre Mère divine particulière. Sur sa tête, un bonnet à quatre pointes, quatre angles, représente les quatre éléments, les quatre évangiles, les quatre Védas, les quatre points cardinaux, les quatre phases de la lune, les quatre âges, les quatre saisons de l’année, les quatre chemins (science, philosophie, art, religion). Lorsqu’on parle des quatre chemins, nous devons comprendre qu’ils ne forment qu’un seul : il s’agit du chemin resserré et étroit en lame de rasoir, le chemin de la révolution de la conscience.

Nous avons également sur le bonnet l’alambic, le récipient, les organes sexuels, le fourneau, le chakra Muladhara, la colonne spinale et le distillateur, le cerveau.

Il tient dans sa main droite le bâton de pouvoir. Il est assis sur la pierre cubique parfaitement travaillée, produit des arcanes précédents. A l’intérieur de la pierre, on retrouve le chat, le feu.

Dans les eaux de la vie se trouve le bâton de commandement, la colonne vertébrale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 5 :LE HIERARQUE

L’Arcane 5 est l’Hiérarque du Tarot avec son costume de guerre, tenant dans sa main droite le bâton de pouvoir. Il utilise le masque du chacal uniquement lorsqu’il officie, pour faire justice, ce qui symbolise l’extrême pitié et la suprême dureté de la Loi.

Dans les eaux de la vie se trouve la balance de la justice, ce qui indique que les mouvements, actions et réactions du corps physique sont basés sur l’énergie.

L’Arcane 5 est l’Hiérophante. C’est le pentagramme flamboyant, l’Etoile Flammigère, le signe de toute la puissance et de l’omnipotence divines. C’est le symbole ineffable du Verbe fait chair, l’étoile terrible des Mages.

Le pentagramme représente l’homme, le microcosme-homme qui, bras et jambes écartés, forme l’étoile à cinq pointes. Le pentagramme avec les deux pointes vers le bas représente Satan, il est utilisé dans la magie noire pour invoquer les ténébreux. Avec l’angle supérieur vers le haut, il représente le Christ interne de tout homme qui vient à ce monde, il symbolise le divin ; nous l’utilisons en magie blanche pour appeler les êtres divins.

L’Hiérarque de l’Arcane 5 est Anubis, le dieu (Neter) à la tête de chacal. Le temple d’Anubis est le temple des Seigneurs du karma. Anubis tient un livre du karma dans le sous monde. Chaque être humain a son livre de compte.

L’Arcane 5 représente le karma de l’initié. Nous devons savoir que le karma, en derrière analyse sert à vivre en chair et en os tout le drame de la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 6 : L’INDECISION

L’Arcane 6 est l’amoureux du Tarot. Il signifie la réalisation. L’être humain s’y trouve entre le vice et la vertu, entre la vierge et la prostituée, entre Uranie-Vénus et la Méduse. On se voit obligé de choisir l’un et l’autre chemin. Cet arcane s’appelle l’indécision parce que le disciple ne sait pas pour quel chemin choisir.

Debout dans les eaux de la vie, le disciple se trouve face à un triangle dont le sommet est pointé vers le bas. Son bras gauche se trouve placé par-dessus le droit. Tout cela signifie que le disciple est tombé, c’est pour cette raison qu’il ressent plus d’attirance envers la Méduse (le Moi psychologique) située à gauche. A sa droite se trouve une Maîtresse.

On voit sur cette lame, dans la partie supérieure, un dignitaire de la Loi, assis sur le triangle pointé vers le haut que forme l’arc, vise de sa pointe la tête de la Méduse, en accord avec l’axiome selon lequel « il faut décapiter la Méduse ».

Chaque personnage présente au néophyte un chemin ; le chemin de la gauche et le chemin de la droite. La flèche de la justice est pointée contre le chemin de la gauche.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 7 : LE TRIOMPHE

L’Arcane 7 est le Triomphe du Tarot, le char de guerre que la Monade a fabriqué pour pouvoir agir dans ce monde, pour travailler dans le domaine de la Vie. Il s’agit d’une monade déjà réalisée qui se manifeste par ses sept corps.

On voit sur cette lame, dans les eaux de la vie, deux sphinx, le blanc et le noir, qui tirent leur char ; ils symbolisent les forces masculines et féminines. Un guerrier, qui représente l’Intime, est debout sur son char de guerre, sur la Pierre cubique (le sexe) et entre les quatre piliers que constituent la science, l’art, la philosophie et la religion, dans lesquels il évolue. Les quatre piliers représentent aussi les quatre éléments, ce qui indique qu’il les domine.

Il porte dans sa main droite l’épée flammigère, et dans la gauche, le bâton de pouvoir. L’armure est la science divine qui nous rend puissants. Le guerrier doit apprendre à utiliser le bâton et l’épée, et il obtiendra ainsi une grande victoire. Notre devise est THELEMA.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 9 : L’ERMITE

L’Arcane 9 du Tarot est l’Ermite, la solitude. Cet arcane à un niveau plus élevé, est la Neuvième Sphère, le Sexe. Toute initiation blanche authentique commence par là. Dans la Neuvième Sphère, au centre de la Terre, au cœur même de celle-ci, se trouve le signe de l’infini, resplendissant. Ce signe a la forme de huit. Le signe de l’infini est le Saint Huit.On trouve également dans ce signe la représentation du cœur, du cerveau et du sexe du génie de la terre, Chamgam. La lutte est terrible, cerveau contre sexe et sexe contre cerveau ; et ce qu’il y a de plus douloureux, c’est la lutte cœur contre cœur.

Dans cet arcane, nous voyons dans les eaux de la vie, une lune qui monte. Dans la partie centrale, un viel ermite avance en tenant dans sa main gauche une lampe qui lui indique le chemin ; c’est la lampe de Thot Djéhouty, la Sagesse. Il s’appuie de sa main droite sur la canne des patriarches, qui représente la colonne vertébrale avec les sept églises.

L’ermite, prudent et sage, est enveloppé dans la cape protectrice d’Apollonius, qui symbolise la prudence. Derrière lui se dresse le palmier de la victoire.

Dans la partie supérieure, un soleil qui éclaire de ses trois rayons (indiquant les trois forces primaires) descend pour s’unir à la lune. La lune monte et le soleil descend ; cela indique que nous devons transformer la lune en soleil par la transmutation, convertir par l’arcane A.Z.F. les corps lunaires en corps solaires.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 8 : LA JUSTICE

L’Arcane 8 du Tarot est le Jugement. Le 8 est le nombre de Job, l’homme à la sainte patience. Le 8 est le nombre des épreuves et des douleurs, et on le représente par une épée, qui   correspond à l’aspect ésotérique.

Dans cet arcane, on voit dans les eaux de la vie, le serpent qui se mord la queue, formant le signe de la Mère cosmique,de l’infini (0, le zéro).

Une femme se trouve agenouillée sur un tumulus à trois marches, qui représente l’Arcane A.Z.F. (Eau plus Feu égale Conscience).

La femme tient dans sa main gauche l’épée de pouvoir pointée vers le haut, et dans sa droite, elle tient une balance en équilibre, pour indiquer l’équilibre qui doit exister entre le mental, le coeur et le sexe. Dans la partie supérieure apparait Ra (c’est un symbole pour représenter Ra différent des ailes).

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 10 : LA RÉTRIBUTION

L’Arcane 10 du Tarot est la roue cosmogonique d’EZECHIEL. Nous retrouvons dans celle-ci la bataille des antithèses : Hermanubis à droite, Typhon à gauche.

Dans la roue de l’antithèse, les deux serpents se combattent mutuellement. Elle renferme le secret de la connaissance. D’une source unique émanent les deux fleuves du paradis : l’un d’eux coule à travers l’épaisse forêt du soleil, arrosant la terre philosophale avec l’or de la lumière ; l’autre circule, ténébreux et trouble dans le royaume de l’abîme. La lumière et les ténèbres, la magie blanche et la magie noire, se combattent mutuellement. Eros et Antéros, Cain et Abel vivent à l’intérieur de nous mêmes dans une lutte intense jusqu’à ce que nous découvrions le mystère du Sphinx et que nous empoignions l’épée flammigère pour nous libérer de la roue des siècles.

Dans les eaux de la vie, nous voyons deux serpents : le positif, solaire, qui guérissait les Israélites dans le désert et le négatif, lunaire, le serpent tentateur de l’Eden, celui des corps lunaires, des corps de péchés.

Dans la partie du milieu, la roue de la fortune, du Samsara : la roue des morts et des naissances. Du côté droit monte Hermanubis en évolution. Et du côté gauche descend Typhon-Baphomet, en involution. Après les cent huit vies, la roue fait un tour complet : durant la montée, nous observons l’évolution à travers les règnes minéral, végétal, animal et humain. Lorsqu’elle descend, elle reprend le même chemin. Cette roue fait trois milles tours, suite auxquels l’Essence, après tant de purifications, retourne à l’Absolu, mais sans autoréalisation.

Dans la partie supérieure, le Sphinx en équilibre sur la roue, représente la Mère-Nature. Le Sphinx est l’intercesseur élémental de la bien-heureuse Déesse-Mère du Monde. Nous trouvons en lui la représentation des cinq éléments :

  • – EAU: le visage d’homme;
  • – AIR: les ailes d’aigle;
  • – TERRE: les pattes du bœuf;
  • – FEU: les griffes du lion;
  • – ETHER: la canne.

C’est seulement en éveillant la conscience que nous saurons si nous avons déjà involué et recommencé le cycle. Tant que nous n’avons pas dissous l’Ego, nous devons retourner. Pour se libérer, il est nécessaire de mourir.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 11 : LA PERSUASION

L’Arcane 11 du Tarot est la persuasion. On voit la pierre cubique dans les eaux de la vie. A l’intérieur de cette pierre, l’échassier, sur lequel se trouve la colombe de l’Esprit-Saint. Au centre, une femme ferme la gueule d’un lion furieux, ce qui montre qu’elle est         supérieure à la violence. Sa tête est couronnée et le serpent se dresse sur son front,  indiquant la Maîtrise.

Le lion est l’élément du feu, et représente aussi l’or. Anciennement, les chars des rois étaient tirés par des lions. Dans le symbolisme ésotérique, le char de guerre tiré par des lions, symbolise les corps solaires (la Ka, le Ba, le Ku, l’Ankh et la Sahu de l’Egypte antique).

L’hiéroglyphe de cet Arcane du tarot est aussi une belle femme couronnée du signe de l’infini, qui tranquillement, avec une sérénité olympique, ferme avec ses mains la gueule du lion furieux. Le trône des Rois divins était orné de lions en or massif. L’or potable signifie le feu sacré de Kundalini (l’Uraeus). Ceci nous rappelle Horus : OR. Nous devons transmuter le plomb de la personnalité en l’or de l’Esprit, et ce travail n’est possible que dans le laboratoire de l’alchimiste qu’est le sexe.

Lorsque le pigeon de l’alchimie est couronné, il se transforme en dieu (Neter) du feu et il ouvre alors de ses propres mains, la gueule terrible du lion furieux. L’or potable de l’alchimie est le feu sacré de l’Esprit-Saint (Uraeus). Sans cet or, le lien de la croix-homme et du triangle-esprit (Arcane 12) serait impossible.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 12 : L’APOSTOLAT

L’Arcane 12 du Tarot est l’Apostolat. Il représente les douze signes du zodiaque, les douze apôtres, les douze tribus d’Israël, les douze heures de cuisson de l’Alchimiste, les douze facultés, l’Hydrogène Si-12.

Dans les eaux de la vie, on le pentacle de Salomon, variante de l’étoile à six pointes. Les  trois pointes supérieures représentent les trois traitres d’Hiram Abif (le Christ interne) : Judas , Pilate et Caiphe c’est-à-dire respectivement Apopi, Haï et Nebt en Egypte antique. Au centre, deux colonnes ayant chacune neuf degrés représentant la Neuvième Sphère. Entre les deux colonnes, il y a un homme pendu par un pied, les mains liées. Ses pieds forment une croix et ses bras, le triangle inversé: la carte 12 du Tarot est l’Alchimie sexuel par laquelle l’homme doit s’unir au triangle-Esprit, au moyen du feu sexuel.

L’Arcane 12 entraîne beaucoup de souffrances, beaucoup de luttes. Sa synthèse est très belle, puisque 1+2=3, ce qui signifie production tant matérielle que spirituelle.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 13 : LA MORT

L’Arcane 13 du Tarot est l’Arcane de la Mort. La vie et la mort sont deux phénomènes d’une même chose. Cet Arcane renferme deux phénomènes :

  • 1. La mort de tous les êtres humains (représentation physique);
  • 2. La mort du point de vue ésotérique (représentation interne).

Dans cet Arcane, les gerbes de blé représentent le renouveau ; de même que les fleurs sont le commencement de la vie, le blé en est la fin.

Un dignitaire de la Loi fauche quelques poignées de blé ; celles-ci comportent de gros et de petits grains, qu’on appelleBoby-caldenos et qui représentent les Valeurs, le capital que chaque être humain porte dans ses trois cerveaux (intellectuel, émotionnel et moteur).

Celui qui porte de petits grains vit peu, mourant quelques jours ou quelques mois après sa naissance. On vit par tiers, et l’on meurt par tiers : celui qui gaspille son capital intellectuel tombe dans la folie. Celui qui gaspille son capital moteur finit pratiquement difforme, etc., … celui qui gaspille son centre émotionnel souffre de maladies de cœur. Cet Arcane est la carte de Judas Iscariote, qui représente la mort de l’Ego. La faux est le symbole funéraire des Anges de la mort.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 14 : LA TEMPERANCE

L’Arcane 14 du Tarot est la Tempérance. Dans les eaux de la vie, nous voyons trois fleurs, et sur celle du milieu, un serpent qui monte. Ces trois fleurs représentent : Sat,l’Intime ; Chit, la Bouddi, l’âme spirituelle ; Ananda, le manas, l’âme humaine. Les trois fleurs représentent également : le feu sacré, la matière première et le Mélange.

Au centre, un ange nous montre par son vêtement la triade et le Quaternaire (les quatre corps de pêchés). Sur le front brille un soleil à quatorze rayons, sept visibles et sept invisibles ; les visibles représentent les sept planètes et les invisibles les sept chakras.

L’ange tient deux coupes ou vases avec lesquels il mélange deux élixirs ; une coupe est en or et contient l’élixir rouge, l’autre est en argent et contient l’élixir blanc. Les deux produisent l’élixir de longue vie. Plusieurs Maîtres sont parvenus à l’immortalité : Babaji, Sanat Kumara, Paracelse, etc.

L’Arcane 14 convertit le pain et le vin en le sang du Christ ; par cette arcane, le pain et le vin se chargent d’atomes christiques qui descendent du soleil central.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

 ARCANE 15 : LA PASSION

L’Arcane 15 du Tarot représente le BOUC de MENDES,LUCIFER, etc. L’Alchimiste doit voler le feu au Diable. Quand nous travaillons avec l’arcane A.Z.F. nous volons le feu au Diable ; c’est ainsi que nous convertissons en dieux (Neterou), c’est ainsi que resplendit l’étoile à cinq pointes.

Les cornes se terminent en six pointes. L’Arcane 6 est le sexe et indique que le sexe renferme le libération par la chasteté, ou l’esclavage de l’Homme par la passion. Il existe une différence entre cet Arcane et l’Arcane 1: la main droite pointe vers le haut et la main gauche vers la terre.

Dans les eaux de la vie, on voit la représentation de Geburah (la loi). Au centre apparaît Typhon-Baphomet, tenant dans sa main gauche le bâton de commandement, et dans droite un serpent qui monte. Sa main droite est masculine et sa gauche est féminine. Ses seins indiquent qu’il est androgyne. Il recouvre sa sagesse d’un tablier, et de ce même tablier sort une queue. Le visage est difforme à cause des erreurs du passé. Le Baphomet a été représenté comme le laiton que l’humanité a actuellement noirci par sa dégénérescence. Nous devons blanchir le laiton, le Diable qui est l’entraineur psychologique et gardien des portes du sanctuaire afin que seuls puissent entrer les élus, ceux qui ont pu surmonter toutes les épreuves imposées par le Diable.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 16 : LA FRAGILITÉ

L’Arcane 16 du Tarot est l’arcane de la Tour Foudroyée, la Tour de Babel. Dans les eaux de la vie, on a le bâton du pouvoir, le bâton de commandement, et le cilice (fouet) qui représente la Fragilité. De chaque côté de ces symboles, les deux serpents, le positif et le négatif.

Dans la partie supérieure descend le rayon de la justice cosmique, détruisant la tour de Babel. Deux personnages sont précipités au fond de l’abîme, l’un à droite et l’autre à gauche ; ils tombent en formant le signe de l’étoile flammigère inversée avec leur bras, leurs jambes et leur tête vers le bas, symbolisant la chute des Boddisatwas ; la chute est causée par le sexe, par le vase de Thot Djéhouty renversé. C’est pourquoi Krumm-Heller disait : « Il faut lever la coupe bien haut » ; il faisait allusion au vin sacré.

Si nous additionnons kabbalistiquement les nombres de l’Arcane 16, nous obtenons 1+6=7 ; les sept degrés de pouvoir de feu ou la Kundalini, les sept échelons du mental. Si l’initié tombe, il est foudroyé par l’Arcane 16 et dégringole ces échelons.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

 ARCANE 17 : L’ESPERANCE

L’Arcane 17 du Tarot est l’Espérance. Nous avons dans les eaux de la vie, les deux triangles : le positif et le négatif. Dans la partie centrale, une femme arrose la terre avec deux élixirs (masculin et féminin) ; sur sa tête, une fleur de lotus indique le plein développement de ses chakras.

Dans la partie supérieure brille l’étoile de Vénus, à huit rayons, qui symbolise qu’après les initiations de feu viennent celles de lumières.

Le hiéroglyphe de l’Arcane 17 du Tarot est l’étoile rayonnante et la jeunesse éternelle. Dans cette arcane apparaît une femme nue entrain de répandre  sur la terre la sève de la vie universelle qui coule des deux vases, l’un d’or et l’autre d’argent.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 18 : LE CREPUSCULE

L’Arcane 18 du Tarot est lumière et ombre, magie blanche et magie noire qui se trouventreprésentés par le chien noir et le chien blanc, la pyramide noire et la blanche.

Dans les eaux de la vie, un scorpion à l’intérieur d’un triangle inversé indique qu’en renversant le vase de Thot Djéhouty, nous tuons la Mère divine comme le fait le scorpion.

Au centre, deux pyramides, l’une blanche et l’autre noire, symbolisent le positif et le négatif. Deux chiens ou loups, un blanc et un noir, hurlent à la Lune ; le blanc est positif et symbolise l’amitié, le noir est négatif et symbolise le Moi psychologique. Ils représentent la lutte terrible entre les forces ténébreuses et divines. La Lune en elle-même représente le sexe ; nous devons travailler avec la Lune pour la convertir en Soleil. Le chien représente également l’instinct sexuel, voila pourquoi c’est le chien qui nous mène jusqu’aux portes de l’Absolu.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 19 : L’INSPIRATION

L’Arcane 19 du Tarot est l’arcane de l’alliance et de la victoire. Dans les eaux de la vie, trois fleurs représentent les trois forces primaires. Au centre, un couple qui se tient à la main forme la clé Tau. Dans la partie supérieure, un soleil à 7 rayons brille au-dessus de leurs têtes, ce qui rappelle les sept degrés de pouvoir de feu.

Cet arcane nous enseigne qu’au moyen de la transmutation, nous atteignons la libération finale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 20 : LA RESURRECTION

L’Arcane 20 du Tarot est la Résurrection. Dans les eaux de la vie, une colonne symbolisel’édification ; la base de la colonne est la pierre cubique. Des deux colonnes, la blanche et la noire, seule subsiste la blanche, symbole de la purification.

Au centre s’échappe d’une momie un épervier à la tête humaine, qui vole vers les mondes de l’esprit et représente l’âme. Il est indubitable qu’en   éveillant la conscience, nous nous transformons en éperviers à tête humaine, pouvant voler librement dans l’espace étoilé. Sur la tête de l’épervier et de la momie, un symbole représente la glande pinéale, indice d’illumination.

L’âme de tout hiérophante de l’Egypte antique possède quatre corps : la momie, le Ka (corps astral), le Ba (corps mental), et le Ku (corps causal).

Pour qu’il y ait résurrection, il faut qu’auparavant il y ait mort ; sans elle, il n’y a pas de résurrection. Qu’il est beau de mourir d’instant en instant ! Ce n’est qu’avec la mort qu’advient le nouveau.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 21 : LA TRANSMUTATION

L’Arcane 21 est le Fou du Tarot ou la Transmutation. Dans la partie supérieure, nous voyons une lune blanche et une lune noire, les antithèses.

Au centre, un mage tient le bâton des patriarches d’une main, et la croix ansée ou Tau de l’autre, il se trouve debout sur un crocodile qui ouvre la gueule dans l’attente de le dévorer.

Le crocodile est Seth, le Satan, le Moi psychologique, le Moi-même, qui attend toujours celui qui se laisse tomber, pour le dévorer. Le mage empoigne vaillamment la croix Tau (l’Arcane A.Z.F.) pour se défendre.

Le mage se trouve couvert d’une peau de tigre. Indubitablement, le chien et le tigre se trouvent ésotériquement associés dans le même travail de la mort mystique. Le chien est le feu sexuel, l’instinct érotique qui se trouve  à la racine même de notre système séminal. Le tigre est différent, et cela les chevaliers-tigres le savent, ces jaguars qui luttent contre l’Ego et qui, tels d’authentiques félins de la psychologie révolutionnaire, se sont jetés contre eux-mêmes, contre leurs propres défauts psychologiques.

Réellement, la sagacité et la fierté du tigre sont nécessaires pour tuer la responsabilité humaine et faire resplendir dans l’homme le dragon de sagesse des sept serpents, symboles du décapité.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 22 : LE RETOUR

L’Arcane 22 du Tarot est la couronne de viele retour à la lumièrel’incarnation de la Vérité en nous. L’Apocalypse dit : « Sois fidèle jusqu’à la mort et je te donnerai la Couronne de la Vie ».

On voit dans les eaux de la vie la croix swastika, qui symbolise le chakra Muladara, aux quatre pétales.

Une femme qui représente la Vérité, joue de la harpe ; elle joue de la lyre sexuelle à neuf cordes jusqu’à trouver la note-clé. Dans la partie supérieure, les quatre dieux (Neterou) de la mort : Mestha, Hapi, Douamout et Kebhsennouf représentent les quatre éléments : Terre, Eau, Feu et Air, les quatre animaux mystérieux de l’Alchimie sexuelle.

Au-dessus des quatre dieux de la mort, nous retrouvons le serpent sacré qui illumine la sphère de Ra, réservée à l’adepte osirien, fils de la lumière.

La Sagesse éternelle et universelle enseigne trois étapes que doit passer toute personne qui travaille dans le Mbog (la Forge ardente de Vulcain) : la Purification ou l’Initiationl’Illumination ou l’Adeptat et la Perfection. Dans la vielle Egypte des pharaons, à l’intérieur de la Maçonnerie occulte, ces trois sentiers sont : ApprentisCompagnons ou Adeptes et Maîtres.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

3)- L’œuvre au Blanc c’est-à-dire le développement de l’Embryon d’Or ou la transformation totale du Mbouh-bé en Mbouh-pubi à travers la réalisation des neuf (09)premiers travaux d’Hercule. Cette étape constitue la seconde phase de l’incarnation dans la chair du postulant des vingt et deux (22) arcanes majeures du Tarot négro-pharaonique.

Le Mbog strito sensu dont le promoteur en Egypte antique est Thot Djéhouty (Thot Hermes Trismégiste selon les Grecs) est  la voie directe, royale ou rapide de Hou, la Sagesse éternelle et universelle. Il conduit le sage à l’illumination parfaite en une seule existence. Les sages de l’Europe médiévale lui ont donné le nom de « Alchimie », terme qui vient selon le maître Samaèl Aun Weor (www.institutgnostique.com/fondateur) du mot latin « Alchimia », latinisation du terme arabe « Al Kímiyâ », lui-même emprunté du mot grec « Khêmia » qui veut dire en français : Magie des Noirs  et qui dérive de l’égyptien ancien « kem» ou noir  en français ; les musulmans Soufis, celui de « la Voie de l’illumination » ; les hébreux et autres kabbalistes, celui de « la Voie du char » ; les gnostiques, la « Voie en lame de rasoir » ou la « Voie des Alchimistes-Kabbalistes » ; les yogi hindous, celui de « la Voie du mystique » ; les Chinois, celui de « Tchang » ; les Tibétains, celui de « la Voie rapide du Tantrisme » ou de « Yoga tantrique ».

III- Les Membres du Mbog:

L’acquisition du Mbog Liaa se déroule en trois (03) phases : la Purification ou l’Initiation, l’Illumination ou l’Adeptat et la Perfection ou la Maîtrise.

A- L’Initiation ou la Purification regroupe les Apprentis ou les Disciples de Mbog c’est-à-dire les Africains du continent ou de la diaspora qui sont entrain de vivre les étapes préliminaires de l’œuvre solaire. Ces derniers  ont choisi de façon irrévocable le camp de la Lumière à travers le combat qu’ils mènent pour réveiller en eux-mêmes intimement « Hor-Neter » à travers la  séménisation du cerveau ou de cérébralisation du sémen.

Les Apprentis de Mbog sont entrain de vivre intimement l’épreuve du Naufrage négro-pharaonique après avoir développé avec succès le « Héka », dans le but de développer l’Uraeus de l’Egypte négro pharaonique ou le Serpent d’airain biblique c’est-à-dire le Serpent ou le Feu Kundalini des Asiatiques. Ils se sacrifient totalement et consciemment pour l’humanité souffrante et travaillent sous les ordres des Shemsou-Hor. Leur ordre de préséance est le droit d’aînesse. Ils se caractérisent par :

–  L’engagement ferme dans ANKH-X (X est le nom de la communauté d’origine ou d’adoption du disciple);

–  L’abandon volontaire du superflu et la recherche constante de la connaissance du Neter-Neterou par extinction de la connaissance individuelle en Lui ;

–  La réalisation d’une vie par l’intégration du sacré dans tous les plans de l’existence et l’opposition déterminée aux Adeptes de Seth-Neter, les forces négatives internes et externes ;

–  La pratique intérieure et extérieure permanente des préceptes cardinaux de Neith-Neter, la Divine Mère Cosmique et Universelle à savoir : la promotion, la vulgarisation et la diffusion de la fraternité, la solidarité, la convivialité, la participation créatrice, l’action et la vie communautaires ainsi que le sens du partage entre les enfants d’Iset-Neter, la Divine Mère Individuelle et Intérieure, du monde entier ;

Les Apprentis de Mbog ont pour emblèmes :

–  L’Ankh en or;

–  La chéchia ou le foulard noirs.

Les Disciples de Mbog ont en charge :

–  La promotion et la vulgarisation partout dans le monde de l’accession à la vie intérieure à travers la recherche permanente de l’éveil de Hor-Neter, du Héka et/ou de Ida et Pingala ;

–  La diffusion en Afrique et dans le monde d’un message de tolérance, de paix, d’ouverture et d’acceptation de l’autre tel qu’il est à travers le respect de toutes les Sagesses, de toutes les religions qui ne sont en fait que les formes différentes de la Religion c’est-à-dire le lien entre l’individu et le Neter-Neterou ;

–  L’animation permanente de ANKH-X.

B- L’Illumination ou l’Adeptat concerne les Adeptes ou les Compagnons de Mbog c’est-à-dire les  « Shemsou-Hor », sont les Africains du continent ou de la diaspora qui sont entrain d’incarner Hou-Neter en eux-mêmes à travers le développement conscient, intime et méthodique de l’Embryon d’Or dans le but de fabriquer l’âme et l’esprit.

Les Shemsou-Hor cherchent à permettre à Hou-Neter à s’incruster dans leurs personnalités respectives : ils sont entrain de vivre intimement l’une des neuf (09) étapes de l’œuvre de Hor-Neter liées respectivement aux planètes de l’Alchimie (Mbog) à travers les travaux d’Hercules. Les Adeptes de Mbog dédient entièrement leur vie à l’humanité souffrante. Ils sont de neuf (09) ordres à savoir : Les Shemsou-Hor des Neterou des planètes Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Ils se caractérisentpar :

–  La nécessité ou le devoir de devenir véritablement Homme c’est-à-dire les Maîtres de Hou ou Osiris à travers la réalisation de l’humain, le développement des facultés transcendantes qui permettent l’accession à des pouvoirs par quoi se manifeste et se magnifie la personnalité humaine dans ce qu’elle a de plus élevé et qui, chaque jour, par une ascèse sage et mesurée dépouille l’Essence divine de tout ce qu’elle recèle de bas et d’impur et les dirigent vers les voies des plus hautes réalisations ;

–  La rencontre régulière du Neter-Neterou par la Foi, l’œil intérieur qui permet de voir Dieu à travers sa création c’est-à-dire les Neterou ;

–  Le silence ou la réalisation ou béance de tout discours.

Les Shemsou-Hor ont pour emblèmes :

Les Shemsou-Hor travaillent sous les ordres des Osiris de Mbog. Ils ont en charge de :

L’ordre de préséance des Shemsou-Hor est le suivant : les Adeptes de Mbog du Neter de la planète Neptune, ceux du Neter de la planète Uranus, ceux du Neter de la planète Saturne, ceux du Neter de la planète Jupiter, ceux du Neter de la planète Mars, ceux du Neter de la planète Soleil, ceux du Neter de la planète Vénus, ceux du Neter de la planète Mercure et ceux du Neter de la planète Lune.

C- La Maîtraise ou la Perfection concerne les Osiris ou les Maîtres de Mbog c’est-à-dire les Gardiens des Mystères ou « Bot (aa) ba bi Hou » des Bassa-Mpoo-Bati. Le« Wsir de Mbog » est un Africain du continent ou de la diaspora qui a développé l’Embryon d’Or car il a incarné «  Hou-Neter » ou la Conscience divine, éternelle et universelle en lui-même. Il peut poursuivre ses purifications dans l’Absolu à travers les trois (03) derniers travaux d’Hercule. Il  y en a quatre (04) types:

  1. Les Osiris immergés intimement dans Hou-Neter, la Vie qui palpite dans chaque atome et chaque soleil ou la Conscience divine, éternelle et universelle ;
  2. Les Osiris immergés intimement dans Noun-Neter, l’Océan primordial,
  3. Les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Atoum-Neter, le Père tout puissant ou l’Etre de tous les Etres ;
  4. Les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Ra-Neter, le Christ cosmique.

Les Maîtres de Mbog se caractérisentpar :

–  Le détachement volontaire des contingences matérielles et sexuelles : ils se sacrifient complètement et consciemment pour l’humanité souffrante.

–  La recherche de la lumière pour la lumière, la science pour la science, l’art pour l’art ;

–  L’élévation jusqu’à l’extase, jusqu’à la connaissance des plus hauts pouvoirs par quoi se manifeste et se magnifie la personnalité humaine dans ce qu’elle a de plus élevé.

 

Les Maîtres de Mbog ont pour emblèmes :

–  L’œil d’Horus les ailles déployées ;

–  L’Uraeus et le Scarabée sacré ;

–  La chéchia ou le foulard et la cape rouges pourpres ;

–  L’Ouas, le Djed, l’Ankh et le Héka en or ainsi que le Nekhakha, le fouet de la volonté.

Les Maîtres de Mbog ont en charge :

L’ordre de préséance des Wsir de Mbog est le suivant : les Osiris immergés intimement dans Hou-Neter, les Osiris immergés intimement dans Noun-Neter, les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Atoum-Neter et les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Ra-Neter.

SOURCE: http://www.lafondationdafrique.org/index.phpoption=com_content&view=article&id=49&Itemid=60&lang=fr

Commentez avec facebook svp

abyssinieLe plateau escarpé au centre de l’Ethiopie a permis à une succession de royaumes chrétiens de résister pendant des siècles aux invasions qui bouleversèrent la Corne de l’Afrique. L’histoire de cette région, connue en Egypte antique sous le nom de « pays de Pount », fut ponctuée de coups d’Etat, d’assassinats et d’intrigues de palais.

Le royaume d’Axoum Les premiers habitants de l’Ethiopie étaient apparentés aux populations de la Nubie. Au Ier millénaire avant notre ère, des émigrants du Yémen s’installèrent entre les rivages de la mer Rouge et le lac Tana. Une de leurs tribus, les Habashas, donna son nom à l’Abyssinie et le royaume d’Axoum finit par s’imposer.
Axoum était la plus grande puissance de la région quand son roi, Ezana (320-342 après J.-C.), se convertit au christianisme. Les Axoumites dominèrent la mer Rouge et firent des expéditions en Arabie. Ils eurent des relations fructueuses avec l’Extrème-Orient.

En 1504, le royaume d’Aloa, avant-dernier des royaumes chrétiens de Nubie, dut céder devant la pression musulmane. Seule résista l’Abyssinie, réfugiée dans son repaire montagneux. Mais les troupes d’invasion commandées pat l’imam Gragne et renforcées pat l’arrivée des Turcs en mer Rouge dévastèrent la région. L’empereur Claudius demanda alors l’aide des Portugais dont les caravelles venaient d’entrer dans l’océan Indien. A l’issue des combats, les troupes de l’imam Grange durent quitter le territoire et les Portugais s’installèrent en Abyssinie.

Fasilidas

En 1632, le clergé copte souleva la population abyssinienne, contraignant le négus (roi) Sousneyos à abdiquer et à expulser les jésuites portugais.
Son fils Fasilidas (1632-1667) se fit construire une capitale, à Gondar, au nord du lac Tana. En diplomate habile, il noua des relations avec les Turcs, devenus les maîtres de la Méditerranée, et avec le grand Mogol dont l’autorité s’étendait sur la plus grande partie de l’Inde.
Fasilidas et ses successeurs enrichirent Gondar de palais édifiés et décorés par des artisans indiens et arabes.

Ménélik

C’est Ménélik, roi du Choa, une province au sud du lac Tana, qui édifia l’Ethiopie moderne.
Reconnu comme négus en 1889, il bâtit un empire en annexant plusieurs régions de la Corne de l’Afrique et en construisant Addis-Abeba (la « nouvelle fleur »), une nouvelle capitale, loin de l’Abyssinie et de ses intrigues.
Il meurt en 1913 en ayant tout tenté pour éviter à son empire d’être colonisé.

Acheter le livre:

Commentez avec facebook svp

277033_267391063285420_1070881228_n

Avant qu’ils aient mis le pied en Afrique, ils avaient déjà entendu parler de sa gloire et de    sa civilisation extraordinaire. Philippe II de Macédoine, comme tous les mégalomanes guerriers criminels typiques d’Europe, avait décidé, en tant qu’homme le plus puissant d’occident, de conquérir l’Egypte, la civilisation africaine la plus avancée de cette époque. Heureusement, il fut tué en menant une autre de ses innombrables guerres [Note d’Africamaat : il semblerait qu’il fut assassiné par son propre fils Alexandre avec la complicité de son épouse]. Malheureusement, son fils Alexandre, que seul un esprit tordu peut appeler le grand , a décidé de réaliser le rêve de son père et a finalement conquis l’Egypte. Quand les Européens sont entrés en Afrique pour la première fois [Note d’Africamaat : on peut noter quelques rares infiltrations européennes en Afrique précédant Alexandre] et ont vu la civilisation gigantesque que nos ancêtres avaient méthodiquement acquise, conservée et préservée pendant des millénaires, ils ont été hypnotisés. Ils ont été émerveillés par son organisation, son opulence, son style, son architecture, sa créativité, son intelligence, bref, tout, et plus particulièrement, sa richesse gigantesque.

Aujourd’hui, dans les médias occidentaux, nous sommes inondés par la propagande « d’une Afrique pauvre », mais les Européens connaissaient et connaissent toujours l’immense richesse de l’Afrique. En fait, c’est précisément à cause du génie des Africains et de leur richesse énorme qu’ils ont été asservis dans un premier temps.

Les Européens étaient envieux et ont voulu posséder l’Afrique car ils avaient aussi honte.

C’est à ce moment-là que le crime qu’ils commettraient plus tard au 15ème siècle lors de la découverte du Nouveau Monde, allait commencer à prendre forme dans leurs esprits. Une des choses qui m’a frappé quand j’ai étudié la civilisation de l’Egypte ancienne était le nombre de fois où le mot « honte » apparaissait dans les écritures de nombreux voyageurs européens en Egypte. Ce mot revient comme un leitmotiv dans leurs écritures. Même Jean-François Champollion qui a déchiffré les hiéroglyphes sur le Rosetta Stone a eu honte quand il a visité le tombeau des pharaons dans la vallée des rois et qu’il a vu les différentes races dessinées. Voilà ce qu’il a dit :

« On y trouvait aussi les Egyptiens et les Africains représentés de la même manière, ce qui ne pouvait être autrement. Mais les Namou (les asiatiques) et les Tamhou (les races européennes) offrent d’importantes et curieuses variantes …. …. Enfin, et j’ai honte de le dire, puisque notre race est la dernière et la plus sauvage de la série. Les Européennes de ces époques reculées, il faut être juste, ne faisaient pas trop belle figure dans ce monde. Il faut entendre ici tous les peuples de race blonde et à peau blanche, habitant non seulement l’Europe, mais aussi l’Asie, leur point de départ. »

Au cours de ces dernières années, il y a eu de nombreuses conversations autour de la fin de la civilisation occidentale , et nous avons tous entendu des politiciens de droite et d’extrême- droite occidentaux pleurer la perte des valeurs occidentales.

Mais qu’est-ce que la civilisation occidentale ?

Quelles sont exactement les valeurs occidentales ? Si vous avez voyagé à travers l’Europe comme je l’ai fait, vous verrez des villes fortifiées, des forts militaires, des canons, des pistolets, des fusils, toute sortes d’épées et de statues de héros de guerre. Bref, vous verrez tout un arsenal d’armes de guerre. A mon avis, la guerre n’est pas ce que la plupart des gens imaginent quand ils pensent à la civilisation. Cela peut surprendre beaucoup de personnes mais l’Occident n’a jamais eu de civilisation si vous excluez la guerre de cette définition. Alors d’où l’Occident a-t-elle pris son architecture, ses lois, sa religion, ses idées de droits de l’homme, ses valeurs, etcetera ? Elle les a reçus de l’Afrique. Avant de visiter l’Afrique, l’Occident n’avait aucune idée de ces choses.

En effet, les Européens passaient tout leur temps sur la planète à développer des armes de plus en plus dangereuses pour faire la guerre, pendant que les Africains étudiaient l’univers, les changements de saisons, inventaient la littérature, les arts, l’architecture, les mathématiques, l’écriture, le calendrier, la médecine, priaient leurs Dieux, momifiaient leurs morts, se préparaient à la vie après la mort, inventaient même la perruque dont tant de femmes noires se parent encore aujourd’hui. Bref, ils construisaient ce que nous considérons aujourd’hui comme étant la civilisation.

Quand les Européens ont vu la splendeur de l’Afrique, ils se sont sentis incompétents, humiliés, inférieurs, parce qu’ils n’avaient rien construit de comparable en Europe, hormis des armes de guerre.

Par conséquent, devenus envieux, ils ont commencé à conspirer afin de conquérir l’Afrique et asservir les Africains. Et c’est exactement ce qu’ils ont fait. Ainsi ce qui fut promu comme étant la civilisation occidentale pendant les 500 dernières années, n’est rien d’autre que la civilisation africaine qu’ils ont simplement confisquée et proclamée comme étant la leur. Aujourd’hui, l’Occident est à l’apogée de sa puissance mais continue toujours de faire la guerre, de semer la mort et la destruction sur son passage. L’Irak est un exemple récent, et peut-être l’Iran sera le suivant. L’idée que M. Bush peut ramener la paix au Moyen Orient est ridicule. Comment un peuple guerrier peut-il ramener la paix sur la planète ? Cependant, l’Occidental préfère maintenant laisser les autres races s’entretuer tandis qu’il se contente de leur fournir tout l’armement qui leur est nécessaire afin d’amasser les profits résultant de leursmorts, particulièrement des morts africains qui, malheureusement, ont attrapé le virus guerrier de l’Occident après les avoir côtoyés pendant des siècles. A tel point que les Rwandais ont exterminé 4 millions de leurs concitoyens en l’espace de seulement trois mois.

Comme beaucoup de personnes ne savent pas que l’Occident a revendiqué la civilisation de l’Afrique comme sa propre civilisation, elles restent souvent perplexes face aux contradictions qu’elles voient dans la société occidentale. Ainsi, elles ne peuvent comprendre, par exemple, comment l’esclavage et les droits de l’Homme peuvent coexister côte à côte.

Mais quand vous comprenez que l’un vient d’Europe (l’esclavage) et l’autre, d’Afrique (les droits de l’Homme), il n’y a absolument plus aucune contradiction.

En outre, comme ces personnes ne croient pas réellement en de tels concepts, elles ne manifestent qu’un intérêt de pure forme. Vous souvenez-vous que les Européens tenaient un livre dans leurs mains, dans lequel il était clairement indiqué : « Tu ne tueras point », en même temps qu’ils frappaient et tuaient nos ancêtres ? Pire, les bateaux sur lesquels ces derniers ont voyagé à travers l’océan Atlantique, avaient des noms bibliques , tels que « Le bon bateau de Jésus » , « Jean le Baptiste » et même « Cadeau de Dieu » … Aujourd’hui, M. Bush parle de Dieu et lâche des bombes qui tuent femmes et enfants dans le même souffle. C’est exactement ce que firent ses aïeux (les pères fondateurs) quand ils ont exterminé les Amérindiens , premiers habitants du continent américain. [Note d’Africamaat : En réalité, les premiers habitants d’Amérique étaient des Nègres. Les fouilles au Brésil l’ont prouvé (Pedra Furada : 50 000 ans avant notre ère).]

Cette dichotomie peut être observée dans bien des secteurs de la société occidentale, parce que

les Occidentaux ont simplement juxtaposé leur culture de va-t-en-guerre à la civilisation africaine et ont promu cette dernière comme la leur.

Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi il y a tant d’injustice et d’exploitation d’une part, et de fausse philanthropie de l’autre, à travers le monde. Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi il y a tant d’organisations humanitaires et chrétiennes partout en Afrique, apparemment toutes travaillant pour sortir les Africains de la pauvreté, alors que les Africains n’ont toujours pas accès à l’eau potable, et que leurs conditions ne font qu’empirer, maintenant vous savez pourquoi. La prochaine fois que les pays du G8 se réuniront et commenceront à s’extasier sur leur intention de sortir les Africains de la pauvreté, rendez-vous un grand service : éteignez votre télévision.

L’éducation de l’enfant noir a provoqué une grande peur parmi les Européens parce qu’ils connaissaient le génie des peuples qu’ils avaient asservis.

Qu’auraient-ils pu enseigner aux enfants africains dont ils avaient dérobé l’héritage ? Pour commencer, ils ne pouvaient certainement pas permettre aux enfants noirs et blancs de rivaliser sur le même plan, parce que les enfants blancs auraient été humiliés par la brillance des Africains. Le problème a uniquement été résolu quand la population blanche minoritaire a compris que c’était eux qui devaient décider des informations à transmettre ou retirer dans l’éducation de leurs étudiants noirs , d’autant plus que les blancs avaient le monopole dans l’écriture et la publication des livres, des manuels scolaires et d’autres matériels que les noirs allaient lire. Par conséquent, ils décidèrent simplement de donner à nos enfants une éducation d’une qualité inférieure. Le professeur Wilson dit que l’éducation de l’enfant noir n’a jamais été, et ne pourra jamais être, la même que celle de l’enfant blanc , parce que ce dernier doit apprendre comment gouverner et dominer les autres , tandis que l’enfant noir doit apprendre comment servir et obéir , d’où le rôle double du système éducatif occidental. Malgré toutes les belles paroles sur l’égalité, la déségrégation et le fameux slogan de M. Bush aux USA, « Aucun enfant oublié », le système éducatif en Occident n’a pas changé du tout depuis le temps de l’esclavage et continue à s’assurer que les enfants africains reçoivent une éducation inférieure par rapport aux enfants blancs. Pour maintenir ce système hiérarchique ils ont inventé toutes sortes de stratégies de façade, comme les tests d’aptitude intellectuelle, l’éducation spéciale, une hiérarchie entre les écoles, etc. En bref, ils continuent à enseigner à nos enfants comment être serviable et obéir, ce que rejettent évidemment nos jeunes garçons. En fait, c’est l’enseignement même que nos enfants reçoivent dans le système scolaire qui détruit leur estime et leur volonté de réussir, ce qui est exactement le but recherché. Par conséquent, ils perdent tout intérêt pour l’école, se retrouvent confrontés à de grandes difficultés, et finalement, ils abandonnent et deviennent des délinquants.

Cette crainte d’être humilié par les Africains est toujours très forte aujourd’hui. C’est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de Blancs abandonnent certaines professions et sports où le peuple noir se dirige, et pourquoi ils sont si hésitants encore à laisser entrer des Noirs dans certaines professions. Quand les Noirs entrent dans un secteur d’activité, les Blancs donnent l’impression que ce n’est vraiment pas très important. Cependant, ce comportement est simplement un mécanisme d’autodéfense qu’ils adoptent pour éviter les sentiments d’inadéquation, d’infériorité et la douleur d’être surpassé pas les Africains , autrement dit, les mêmes sentiments que leurs ancêtres ont ressenti il y a tant de siècles, quand ils ont rencontré des Africains pour la première fois.

Enseigner aux enfants africains leur passé glorieux aurait été contre-productif à cause de cette peur de l’Occident d’être humilié par les Africains, par conséquent ils ont décidé de déformer l’histoire tant africaine que mondiale en la falsifiant.

 

Par exemple, beaucoup de personnes sont aujourd’hui ignorantes du fait que la civilisation égyptienne précède de milliers d’années, celle de Rome, parce qu’elles ont faussement été présentées comme contemporaines ,alors que la civilisation romaine n’était même pas née au moment où on arrêtait de construire les pyramides en Egypte autour de la 14ème Dynastie.

Pire, la plupart des gens ne savent toujours pas qu’il y a plus de pyramides au Soudan qu’en Egypte , ou que c’est là où se trouve l’origine de ce style d’architecture En fait, la civilisation de Nubie (le Soudan) précède celle d’Egypte. Puisque la plus grande partie de notre peuple est inconsciente de l’importance du Soudan dans notre histoire, la catastrophe annoncée que représente le futur barrage Kajbar , les laisse totalement indifférents. Ce barrage, comme le barrage d’Aswan en Egypte , effacera pour toujours toute l’histoire antique de l’Afrique au Soudan , rendant ainsi inaccessible cette connaissance aux générations futures d’Africains.

Aujourd’hui, à cause de ces distorsions, le peuple noir est totalement ignorant de sa véritable histoire.

Au lieu d’enseigner aux enfants africains que leurs ancêtres, les anciens Egyptiens, étaient les vrais bâtisseurs de la civilisation, (les pyramides, les obélisques et les temples en restent la preuve aujourd’hui), ils leur apprirent que ce furent les Grecs et les Romains. Au lieu de dire qu’Imhotep l’Egyptien, était le père de la médecine , ils leur apprirent que ce fut Hippocrate. Au lieu de parler des premières universités fondées par leurs ancêtres à Tombouctou et à Djenné au Mali , on leur a appris que les Africains étaient un peuple avec une tradition uniquement orale qui ne connaissait rien à l’écriture. Au lieu de leur parler de la grande civilisation Shona du Zimbabwe , qui a construit une ville plus grande que Londres, ou le génie artistique de la civilisation Nok de Nigeria , on leur a dit que leur patrie était un continent « sombre », où leurs ancêtres primitifs, erraient dans les jungles sauvages du matin jusqu’à soir, pratiquant le cannibalisme , et qu’heureusement, Dieu a envoyé des bons et gentils chrétiens européens (Tarzan) pour les civiliser et leur apprendre la parole de Dieu et les sauver d’eux-mêmes. Pour enfoncer le clou,

ils ont inventé une hiérarchie raciale avec les blancs en haut et les Africains en bas, et l’ont justifié en disant qu’ils étaient un peuple « élu de Dieu »

et donc supérieur , que Dieu leur avait donné un « terrain débordant de lait et de miel », ( l’Afrique ), tandis que nos ancêtres étaient des païens, adorateurs du diable, que Dieu lui-même avait maudit, et, par conséquent, qu’ils méritaient d’être leurs esclaves. Ces mensonges vicieux continuent à être crus par des millions de gens, aussi bien noir que blanc aujourd’hui, et sont l’une des raisons du racisme effréné et chronique dans nos sociétés .

Aujourd’hui, l’Occident continue à promouvoir le génie africain comme le leur.

Par exemple, les Africains ont inventé la musique rock et le rap , mais c’est Elvis Presley que l’on a nommé le roi du rock ’n’ roll, tandis qu’Eminem est le premier rappeur à gagner un Oscar. De même, Bill Gates est devenu un nom très connu et un millionnaire. Mais, sans le génie de deux scientifiques africains , Mark Dean et Philip Emeagali, l’ordinateur ne serait pas devenu accessible à la plupart des gens sur la planète aujourd’hui

Voilà comment le lavage de cerveau et la mauvaise éducation des Africains et leurs enfants ont commencé en Occident et continuent de nos jours. Si leur plan a réussi, c’est parce qu’ils savaient que pour réussir ils devaient viser les enfants africains à un très jeune âge. Ils savaient, comme nos ancêtres, que « le comportement désiré en âge adulte est ce que l’on transmet depuis l’enfance » . C’est pourquoi depuis le début de l’esclavage, ils les ont privés de leurs noms et de leurs langues à la naissance. De plus, afin de soumettre les Africains à leur autorité, ils ont également utilisé la religion pour terroriser les enfants africains en leur enseignant l’histoire factice de la bible, plagiée du mythe égyptien d’Osiris, comme fait historique. Cette histoire leur a promis une vie de souffrance (l’enfer) s’ils étaient désobéissants envers leur maître (maître ici fait référence à l’esclavagiste, et non pas un être suprême comme tant de personnes noires croient par erreur), mais la richesse céleste après la mort s’ils obéissaient (le paradis).

La vraie tragédie est que cette histoire africaine déformée, que des générations d’enfants noirs ont été forcées d’apprendre par cœur, continue à être apprise littéralement par des millions d’Africains autour du globe, qui passent leur vie à attendre que ce « Superman » de l’antiquité nommé Jésus descende des cieux et les délivre des scélérats. L’ironie tragique est qu’aujourd’hui, ce sont des Africains, c’est-à-dire les victimes, qui continuent à perpétuer cette religion étrangère, imposée à nos enfants pendant l’esclavage. Ils sont les plus fanatiques, contrairement à la plupart des descendants de leurs oppresseurs, qui eux, ont depuis longtemps arrêté de croire en ce mythe. Les réparations ne peuvent jamais compenser les dommages incalculables que ce mythe a créé dans les vies de millions d’Africains, qui ont littéralement mis leur vie en suspens dans ce monde, parce qu’ils croient sincèrement que seule la mort est le commencement de leur vrai vie dans l’au-delà.

Voilà pourquoi leur machine de propagande doit persuader les noirs de continuer à croire en la fantaisie de la Bible, à croire que les Blancs sont supérieurs, que la civilisation occidentale est meilleure que celle de l’Afrique , qu’ils doivent se battre dans les guerres illégales menées par l’Occident, que l’Afrique est un continent sans avenir, que l’Afrique est pauvre, que la pauvreté, l’injustice et l’exploitation ont toujours existé dans le monde, que l’Afrique aura une explosion démographique (le surpeuplement) et mourra du sida (la dépopulation) en même temps (équation illogique), que les Africains doivent travailler dur pour promouvoir les intérêts occidentaux , ainsi que toutes les fausses croyances trop nombreuses pour être mentionnées ici. Voilà pourquoi leur média nourrit nos enfants 24 heures par jour avec des renseignements négatifs, conçus pour saper leur énergie, détruire leur confiance, intensifier leurs sentiments d’infériorité et de haine envers leurs semblables, et augmenter leur admiration pour les occidentaux. Le but est de faire de chaque enfant africain , un Michaël Jackson. Voilà la stratégie de destruction du psychisme africain que l’Occident a mis en place. Voilà pourquoi il est important que les parents africains et notre communauté comprennent ces forces négatives qui travaillent à détruire nos enfants, dans le but de retarder la libération de l’Afrique et de ses enfants.

C’est aussi la raison pour laquelle ils nous traitent de la façon la plus méprisable.

Nous souffrons de la plus mauvaise santé, vivons dans les conditions les plus horribles imaginables, nous sommes le groupe le plus méprisé et nous ne menons pas notre vie comme elle devrait être vécue. C’est pourquoi les chrétiens noirs disent souvent qu’ils « ne sont que des voyageurs » sur cette terre. Que dire d’autre quand on voit la vie que la plupart des noirs mènent dans ce monde ? Les Occidentaux par contre, vivent confortablement, mangent à leur faim, jouissent d’une bonne santé, apprécient la vie et vivent longtemps des jours heureux. Bref, ils sont vivants tandis que nous sommes morts, parce qu’ils nous ont tués. Mais nous pouvons être ressuscités en les effaçant de nos esprits de la même manière qu’ils ont effacé l’histoire africaine du nôtre. C’est ce que le Professeur Kamau Kambon essayait de faire comprendre quand il a dit, il y a deux ans, que

« la solution au problème de l’homme noir est l’extermination du Blanc. »

Beaucoup de personnes, dans leur ignorance, ont cru qu’il voulait parler de l’extermination physique des blancs. Il est ridicule de penser cela puisque l’Occident a des armes qui peuvent annihiler chaque personne africaine de la planète. Il est évident que ce qu’il a voulu dire, c’était que les noirs , pour sortir de leur état comateux, de morts vivants, pour profiter pleinement de la vie et vivre heureusement sur la terre, doivent tuer les blancs mentalement, métaphoriquement, en remplaçant leurs mensonges par la vérité.

Les Occidentaux n’admettront jamais volontiers la vérité parce qu’ils ont trop à perdre. Ils devraient admettre le vol de la civilisation africaine, le génocide des Africains et l’invention des mensonges. Mais, admettre soulèverait trop de questions. Par exemple, si la Bible est fiction, qui sont donc ses auteurs réels ? Est-il vrai que Shakespeare est l’un des auteurs de la bible, et que c’est pour cela qu’il est connu comme le plus grand écrivain de tous les temps.

S’il n’y a aucun peuple élu, qui sont les gens en Israël qui prétendent être des Juifs ?

Pourquoi ont-ils été placés là ? Pourquoi les Etats-Unis les défendent-ils si obstinément ? Quel est le but réel du pape ? Quels renseignements cachent-ils au Vatican ? Qu’ont-ils fait avec les documents pris en Afrique ? Qu’est-il vraiment arrivé pendant la deuxième guerre mondiale ? Pourquoi l’Eglise a-t-elle protégé des néo-nazis de l’Allemagne ? Cela soulèverait d’autres questions plus récentes, telles que : Qui a vraiment détruit les tours jumelles et le Pentagone, le 11 septembre aux USA ? Pourquoi ont-t-ils été détruits ? Qui est Ben Laden ? Pourquoi ont-ils été incapables de le trouver, même sérieusement malade ? Existe-t-il vraiment ? Pourquoi l’Occident a-t-elle menti au sujet de la guerre au Koweït ? Pourquoi a-t-on fait croire au monde que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive en Irak, alors qu’il n’en avait pas ? Pourquoi Saddam Hussein a-t-il été attaqué et tué ? Pourquoi harcèlent-ils maintenant l’Iran ? Que cachent-ils ? Qui peut nous dire la vérité ? C’est à ces questions, et un million d’autres encore, que l’Occident n’a vraiment pas envie de répondre au monde après 500 ans de mensonges.

Commentez avec facebook svp

34611_111425522240655_648052_nLes archéologues qui s’évertuent depuis plusieurs décennies à élucider les conditions d’émergence de la civilisation de l’Egypte pharaonique à la fin du cinquième millénaire ( Fred WENDORF , Bruce WILLIAMS , Damiano APPIA ) sont désormais unanimes pour souligner le rôle décisif joué par la Nubie préhistorique dans les principales mutations technologiques qui ont conduit à l’élaboration des premières institutions socio-politiques en Haute-Egypte précisément à Abydos , Nekhen jusqu’au célèbre NOME de Ta Seti.

C’est dans ce contexte qu’est apparue , plusieurs générations avant le PHARAON-UNIFICATEUR NARMER (-3300 ), la fameuse dynastie des SHEMSOU HOR (  » SUIVANTS D’HORUS  » ) à laquelle l’humanité entière est redevable des premières innovations historiques significatives ( Royauté divine , écriture hiéroglyphique , architecture monumentale , calendrier astronomique , codes juridiques…).

Le noyau dur de ce peuplement pré-dynastique était représenté par les ANOU dont Flinders PETRIE et AMELINEAU ont étudié minutieusement les vestiges archéologiques.On ne saurait trop insister sur les similitudes troublantes entre les cultures préhistoriques de la NUBIE au cinquième millénaire et celles de la RÉGION DES GRANDS LACS AFRICAINS du Bassin du Congo aux confins de l’Afrique du sud actuelle.

Il faut ajouter à ces données archéologiques surabondantes les éléments de convergences remarquables tirés de la comparaison entre les principaux foyers de l’art rupestre en Afrique.Dans un ouvrage intitulé  » LES PHÉNICIENS DE L’ODYSSÉE  » , le géographe Victor BERARD a mis l’accent avec force détails sur les INFLUENCES CULTURELLES MAJEURES subies au deuxième millénaire par les PREHELLENES en général et les CRÉTOIS en particulier de la part des NUBIENS et des ANCIENS EGYPTIENS qui étaient de l’aveu unanime des auteurs et témoins grecs de l’Antiquité des mélanodermes caractérisés ( cf HERODOTE , Euterpe , Livre II , 104 ).

De fait , la période préhellénique de l’histoire de l’Europe a été volontairement obscurcie par les historiens européens actuels qui cherchent à minimiser les rapports étroits qui existaient entre les CIVILISATIONS NEGRO-AFRICAINES que sont la NUBIE et l’EGYPTE PHARAONIQUE d’une part et les PREHELLENES d’autre part.Il ne s’agissait pas de simples relations commerciales comme le pensait Jean VERCOUTTER ( cf  » L’EGYPTE ET LES PREHELLENES  » ) mais d’un apport massif de la NUBIE et de l’EGYPTE ANTIQUE dans les domaines de l’architecture , des arts , de la navigation et même de la religion.

C’est ce legs des CIVILISATIONS NEGRO-AFRICAINES qui explique l’essor et la prépondérance en Europe des PREHELLENES jusqu’à la tragédie de l’invasion barbare et de la destruction de la civilisation mycénienne par les DORIENS.Il ressort de l’examen des sources historiques disponibles que la civilisation crétoise elle-même a subi l’influence décisive de la civilisation égypto-nubienne dès la fin de l’Ancien Empire jusqu’à l’invasion des  » PEUPLES DE LA MER  » au douzième siècle avant notre ère ( cf Cheikh Anta DIOP  » CIVILISATION OU BARBARIE  » ).

Seule cette perspective historique permet de clarifier le fameux  » MYTHE DE L’ATLANTIDE  » rapporté par PLATON en le rapprochant de l’explosion volcanique de SANTORIN , île située dans les Cyclades.Les INDO-EUROPÉENS proprement dits ne connaîtront une promotion relative qu’au cours de la période semi-légendaire qui coïncide avec l’apparition des ÉPOPÉES HOMÉRIQUES consignées respectivement dans l’ILIADE ( composé entre -800 et -750 ) et l’Odyssée ( composée à la fin du VIII ème siècle avant notre ère ).CES ÉPOPÉES ÉTAIENT TRANSMISES ORALEMENT ET CE N’EST QU’AU VIème SIÈCLE QUE PISISTRATE FIXERA PAR EXEMPLE L’ILIADE PAR ECRIT.

De la même façon , c’est l’influence directe de l’EGYPTE sur LA GRECE D’ASIE MINEURE et en particulier la Cité d’IONIE qui permet de comprendre l’introduction en Europe de la PHILOSOPHIE que THALES DE MILET au terme de son périple studieux auprès des détenteurs égyptiens de la  » SCIENCE SACRÉE  » tentera d’acclimater en Grèce.Toutes les spéculations philosophiques abusivement attribuées par le truchement du prétendu  » MIRACLE GREC  » aux PRÉSOCRATIQUES ont été d’abord empruntées à l’EGYPTE avant d’être interprétées , transformées, dénaturées au fil du temps.La fameuse  » TRADITION ANTIQUE  » à laquelle PLATON et XENOPHON se réfèrent de façon ostentatoire pour expliquer l’irruption de l’argument de la réminiscence et partant de la notion de l’immortalité de l’âme dans la pensée de SOCRATE ( cf LE PHEDON ) est rattachée explicitement à l’EGYPTE qui en serait la source originelle.Ainsi , THALES , ANAXIMANDRE , ANAXIMENE , PYTHAGORE , HERACLITE , PARMENIDE , EMPEDOCLE , ANAXAGORE , PLATON , ZENON D’ELEE , ARISTOTE etc sont tous redevables à l’EGYPTE ANCIENNE des connaissances philosophiques qui ont fait leur réputation dans le CÉNACLE DES PENSEURS ILLUSTRES.Au cours de l’antiquité tardive , l’EUROPE ne manquera pas de puiser de nouveau à ALEXANDRIE les savoirs nécessaires à sa régénération.

Outre les différents courants théologiques et philosophiques qui se rattachaient directement à cet  » INVENTAIRE ACHARNE DE LA SAGESSE MILLÉNAIRE DES BORDS DU NIL  » ( cf Luciano CANFORA  » LA DESTRUCTION DE LA BIBLIOTHÈQUE D’ALEXANDRIE  » ) , les sciences connaîtront un essor considérable à cette époque comme en témoigne entre autres la captation des connaissances astronomiques égyptiennes par ARISTARQUE DE SAMOS à partir de 350 avant notre ère.

Le moment est venu pour les AFRICAINS et les AFRO-DESCENDANTS partout dans le monde de suivre collectivement la recommandation capitale du Professeur Cheikh Anta DIOP formulée dès 1973 :  » On doit dire aux générations qui s’ouvrent à la recherche : armez-vous de science jusqu’aux dents et allez arracher sans ménagement des mains des usurpateurs le bien culturel de l’Afrique dont nous avons été si longtemps frustrés  » ( cf Préface à L’AFRIQUE DANS L’ANTIQUITÉ : EGYPTE PHARAONIQUE- AFRIQUE NOIRE  » de Théophile OBENGA ).

ECRIT PAR Professeur  Jean-Charles Coovi Gomez

Commentez avec facebook svp

Le Coran est le livre sacré de l’islam pour les Musulmans, qui le considèrent reprendre verbatim la parole de Dieu. La tradition musulmane le présente comme le premier ouvrage rédigé en langue arabe, avec le caractère spécifique dans l’islam d’inimitabilité dans la beauté et dans les idées. Le Coran regroupe les paroles d’Allah, « révélations » faites au prophète, messager de l’islam Mahomet (محمد, Muḥammad, le loué) par l’archange Gabriel (جبريل, Jibrîl), suivant la tradition musulmane pour laquelle il a été révélé à Mahomet à partir de 610-612 jusqu’à sa mort en 632. Le Coran est parfois appelé simplement al-kitâb (le livre) ou adh-dhikr (le rappel).

Acheter le Coran:

Commentez avec facebook svp

11914861_10207317732000998_2232683069102548040_nCatalyseur de nos émotions, l’autre est l’élément déclencheur de nos désirs, le révélateur de notre insuffisance, le stimulus activateur de notre intellect, artefact qui nous fait revenir à la vie consciente lorsque nous nous égarons trop dans la nébuleuse de l’imaginaire.
Il symbolise cette rose des vents que nous devons utiliser pour nous repositionner dans le plan réel du système existentiel dans lequel nous vivons et qui renferme le couple antithétique inhérent à toute chose.
Attirance-répulsion, amour-haine, lumière- ténèbres, bonheur-souffrance, vie-mort… ne sont elles pas des choses opposés mais pourtant unies intrinsèquement par la plus parfaite des communions ?
Alors pourquoi l’autre ne pourrait-il pas vivre en harmonie avec moi ?
Pétrifié par le fait que l’autre puisse devenir une pierre achoppement et un rocher de scandale, nous nous enfermons dans la sphère de l’isolement, nous cachons nos sentiments derrière une tour d’ivoire ou encore nous construisons une cuirasse d’airain aux allures impénétrable, mais il nous sera impossible d’empêcher notre pensée de voyager librement par delà l’espace et le temps et d’engendrer des âmes-formes.
Notre conscience individuelle fait partie intégrante de la conscience collective.
Bien que notre âme-groupe soit maculée de tâches sombres et sa belle figure scarifiée d’erreurs, la lie ne reste-elle pas au fond du récipient ?
La mémoire des peuples demeure dans les annales du monde comme gravée à jamais sur des plaques inaltérables.
D’aucuns essayeront de la falsifier et tenteront de récrire l’histoire de nos ancêtres sur des palimpsestes mais ils buteront ineffablement sur la marche du temps qui révélera aux yeux du monde leur imposture et consumera ce voile de facétie car la vérité est immarcescible et c’est elle qui rentera témoignage aux hommes au moment opportun.

Lorsque les mentalités auront évolué, lorsque la conscience humaine sera pleinement épanouie et constituera une bonne terre pour recevoir la semence de la vérité alors toutes choses seront dévoilées et la vérité triomphera du mensonge.
Lorsque la roue de la fatalité aura achevé sa dernière ronde et que les captifs d’antan deviendront les rois et que leurs bourreaux auront pris leur place de martyrs dans un ultime cycle karmique, alors l’émergence de la Loi de l’équilibre établira l’harmonie entre les nations.
Il ne sera plus question d’inégalités entre les races, entre les nations et entre les individus car nous aurons compris que nous provenons tous d’une même quintessence, que nous appartenons à une même conscience collective et que nous partagerons donc le même héritage.

L’esclavage, la colonisation, le système de castes, et toutes sortes d’inégalités seront abolis et les différences de cultures, de races, de langues, de religions ou même d’idéologies deviendront consubstantielles à l’évolution de l’humanité.
Le temps arrive où les immigrés, les déportés, les exilés, les orphelins, les rebuts ne se feront plus refouler aux portes ni même mépriser à cause de leurs différences car l’étranger sera celui qui dans le soliloque quotidien de son existence n’aura pas appris à se connaître.

Matthieu Grobli

Acheter ce livre:

Commentez avec facebook svp

christiane-taubira-290x217Discours devant l’assemblée nationale du 18 Février 1999  

Economiste, ethnologue, ancienne directrice général de la Confédération caraïbe et députée, Christiane Taubira propose en 1999 que  l’esclavage et la traite soient qualifiés de crimes contre l’humanité. Cette demande marque une étape essentielle de l’histoire des rapports entre la France et ses anciennes colonies, 150 ans après l’abolition de l’esclavage. Christiane Taubira demande que soit envisagé la possibilité d’une réparation matérielle pour les département d’outre mer ( DOM ), première victimes de l’esclavage et de la traite. Cette demande est refusée en commission des lois, mais la proposition  de loi est adoptée à l’unanimité des députés présents…

« [….] Le sujet dont nous sous sommes emparés n’est pas un objet froid d’étude. Parce qu’il s’écoulera encore quelques temps avant que la paix et la sérénité ne viennent adoucir la blessure profonde qu’irrigue une émotivité inassouvie, parce qu’il peut être rude d’entendre décrire par le menu certains aspects de ce qui fut une tragédie longue et terrible parce que l’histoire n’est pas une science exacte […] Ce rapport n’est pas une thèse d’histoire […]
Il n’est pas le script d’un film d’horreur, portant l’inventaire des chaînes, fers, carcans, entraves, menottes et fouets qui ont été conçus et perfectionnés pour déshumaniser. Il n’est pas non plus un acte d’accusation, parce que la culpabilité n’est pas héréditaire et parce ce que nos intentions sont pas de revanche. Il n’est pas une requête en repentance parce que nul n’aurait l’idée de demander un acte de regret profond et sincère à la République laïque, dont les valeurs fondatrices nourrissent le refus de l’injustice. Il n’est pas un exercice cathartique, ( qui libère psychologiquement de ce qui est refoulé, traumatisant ou oppressant ) parce que les arrachements intimes nous imposent de tenaces pudeurs. Il n’est pas non plus une profession de foi, parce que nous avons encore à ciseler notre cri de foule. Pourtant nous allons décrire le crime, l’œuvre d’oubli, le silence, et dire les raisons de donner nom et statut à cette abomination. Dès le début, l’entreprise fut marquée par la férocité. Quinze année ont suffi pour faire totalement disparaître d’Haïti ses premiers habitants, les Amérindiens. Alors qu’on en dénombrait 11 millions le long des Amériques en 1519, ils n’étaient plus que 2,5 millions à la fin du XVI ème siècle. Elle fut rapidement justifiée : elle relevait de la mission civilisatrice, visait à sauver des êtres sans âme, cherchait à rassurer le rachat de certains. Elle était légitimée par la prétendue malédiction de Cham. (référence au second fils de Noë et à sa descendance, ancêtres selon la Bible des peuples noirs d’Afrique qui furent maudits) […] La traite et l’esclavage furent extrêmement violents. Les chiffres qui prétendent les résumer sont d’une extrême brutalité.
En 1978, un bilan exhaustif de la traite et de l’esclavage pratiqués par la France à été établit. Elle apparaît comme la troisième puissance négrière européenne. Elle a donc pratiqué la traite, ce commerce, ce négoce, ce trafic dont les seules mobiles sont l’or, l’argent, les épices. Elle a été impliquée après d’autres, avec d’autres, dans l’esclavage qui transforme l’homme en captif, qui en fait une bête de somme et la propriété d’un autre.
Le code noir,(sous le règne de Louis XIV, ce Code promulgué en 1685, régentait le statut de l’esclavage dans les colonies françaises et la vie des esclaves noirs dans les îles. Il entérinait (ratification juridique qui rend valide (un acte) de fait la pratique du commerce triangulaire) qui a séjourné dans le droit français pendant près de deux siècles, stipule que l’esclave est un meuble et que l’esclave affranchi doit un respect singulier à ses anciens maître, aux veuves et aux enfants. Le commerce triangulaire a duré quatre siècles, puisque les premiers navigateurs ont atteint le cap Bojador en 1416, sur le Rio de Oro ( Partie méridionale du Sahara ). Il est vite apparu que les Amérindiens allaient être décimés de façon impitoyable, par l’esclavage, les mauvais traitement, le travail forcé, les épidémies, l’alcool, les guerres de résistance.Le père dominicain Bartholomé de Las Casas, qui se proposait de les protéger, a suggéré l’importation massive d’Africains, réputés plus robustes.
Quinze à trente millions de personnes, selon la large fourchette des historiens, femmes, enfants, hommes, ont subi la traite et l’esclavage et probablement, au bas mot, soixante-dix millions, si nous retenons l’estimation qui établit que pour un esclave arrivé aux Amériques, quatre ou cinq ont péri dans les razzias, sur le trajet jusqu’à la côte, dans les maisons aux esclaves de Gorée, DE Ouidah, de Zanzibar et pendant la traversée.
Le commerce triangulaire a été pratiqué à titre privé ou à titre public pour des intérêts particuliers ou pour la raison d’Etat. Le système esclavagiste était organisée autour de plantations domaniale (droit qui fait partie d’un domaine ou qui appartient au domaine public ) plus prospère ou aussi prospère que celles du clergé et de colons privés. Pendant très longtemps, jusqu’en 1716 les compagnies de monopole ont écarté l’initiative privée (notamment le Compagnie des indes occidentales, créée par Colbert en 1664, puis la compagnie du sénégal en 1674. Mais le développement de l’économie de plantation, en plain siècles  des Lumière, à nécessité l’ouverture de ce monopole. Les lettres patentes (marine attestation de l’état sanitaire d’un navire en partance ) du 16 janvier 1716 ont autorisé les ports de rouen, de saint-Malo, de la Rochelle,de Nantes et de Bordeaux à pratiquer le commerce de la traite, contre vingt livres par tête de Noir introduit dans les îles et une exonération de la taxe à l’importation […] Cette violence et cette brutalité expliquent très probablement, pour une large part, le silence qui tend à se rapprocher et à aboutir à une concordance des pouvoirs publics, qui voulaient faire oublier et des descendants d’esclaves, qui voulaient oublier. Pourtant nous savons le partage des responsabilités. […] Nous sommes ici pour dire ce que sont la traite et l’esclavage, pour rappeler que les siècles des Lumières a été marqué par une révolte contre la domination de l’Eglise, par la revendication des droits de l’homme, par une forte demande de démocratie, mais pour rappeler aussi que, pendant cette période , l’économie de plantation a été si florissante que le commerce triangulaire a connu son rythme maximal entre 1783 et 1791. Nous sommes là pour dire que si l’Afrique s’enlise dans le non développement, c’est aussi parce que des générations de ses fils et des ses fils lui ont été arrachées; que si la Martinique et la Guadeloupe sont dépendante de l’économie du sucre, dépendantes de marchés protégés, si la Guyane a tant de difficultés à la maîtriser ses richesses naturelles ( en particulier le bois et l’Or ), si la Réunion est forcée de commercer si loin de ses voisins, c’est le résultat direct de l’exclusif colonial; que si la répartition des terres est aussi inéquitable, c’est la conséquence reproduite du régime d’habitation.
Nous sommes là pour dire que la traite et l’esclavage furent et sont un crime contre l’humanité; […] Cette inscription dans la loi, cette parole forte, sans ambiguïté, cette parole officielle et durable constitue une réparation symbolique, la première et sans doute la plus puissante de toutes. Mais elle induit une réparation politique en prenant en considération les fondements inégalitaires des sociétés d’outre mer liées à l’esclavage, notamment aux indemnisations en faveur des colons qui ont suivi l’abolition. Elle suppose également une réparation morale qui propulse en pleine lumière la chaîne de refus qui a été tissée par ceux qui ont résisté en Afrique , par les marrons ( Esclaves en fuite )  qui ont conduit les formes de résistance dans toutes les colonies, par les villageois et les ouvriers français, par le combat politique et l’action des philosophes et des abolitionnistes.
Elle (cette inscription dans la loi ) suppose que cette réparation conjugue les efforts accomplis pour déraciner le racisme, pour dégager les racines des affrontements ethniques, pour affronter les injustices fabriquées. Elle suppose une réparation culturelle, notamment par la réhabilitation des lieux de mémoire.[…] Mais nous allons cheminer ensemble dans notre diversité, parce que nous sommes instruits de la certitude merveilleuse que si nous sommes si différents, c’est parce que les couleurs sont dans la vie et que la vie est dans les couleurs, et que les cultures et les desseins, lorsqu’ils s’entrelacent, ont plus de vie et plus de flamboyance. […] Léon Gontran Damas (1912-1978), poète guyanais et député socialiste de la Guyane, Co-fondateur du mouvement de la négritude avec Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor : hurlait son ressentiment : «  je me sens capable de hurler pour toujours contre ceux qui m’entoure et qui m’empêche à jamais d’être un homme « 

Commentez avec facebook svp

70717687_000_CV_1_000Sommes-nous africains ? Qu’est-ce que l’Afrique ? De cette double interrogation, née au XVIIIe siècle dans la diaspora africaine déportée aux Amériques, a émergé un vaste mouvement intellectuel, politique et culturel qui a pris le nom de panafricanisme au tournant du XXe siècle. Ce mouvement a constitué, pour les Africains des deux rives de l’Atlantique, un espace privilégié de rencontres et de mobilisations.
De la révolution haïtienne de 1791 à l’élection du premier président noir des États-Unis en 2008 en passant par les indépendances des États africains, Amzat Boukari-Yabara retrace, dans cette ambitieuse fresque historique, l’itinéraire singulier de ces personnalités qui, à l’image de W.E.B. Du Bois, Marcus Garvey, George Padmore, C.L.R. James, Kwame Nkrumah ou Cheikh Anta Diop, ont mis leur vie au service de la libération de l’Afrique et de l’émancipation des Noirs à travers le monde. Mêlant les voix de ces acteurs de premier plan, bientôt rejoints par quantité d’artistes, d’écrivains et de musiciens, comme Bob Marley ou Miriam Makeba, la polyphonie panafricaine s’est mise à résonner aux quatre coins du « monde noir », de New York à Monrovia, de Londres à Accra, de Kingston à Addis-Abeba.
Les mots d’ordre popularisés par les militants panafricains n’ont pas tous porté les fruits espérés. Mais, à l’heure où l’Afrique est confrontée à de nouveaux défis, le panafricanisme reste un chantier d’avenir, insiste Amzat Boukari-Yabara. Tôt ou tard, les Africains briseront les frontières géographiques et mentales qui brident encore leur liberté.

Acheter le livre:

Commentez avec facebook svp

644707_582258871798636_226908940_n

Le meurtre du jeune Noir Trayvon Martin, tué par balle par un patrouilleur-citoyen en Floride, a suscité un intense débat aux États-Unis. Le tireur George Zimmerman, plaidant la légitime défense, a dans un premier temps échappé à toute accusation avant que l’indignation de la population, les multiples manifestations et l’attention médiatique soulevée par l’affaire ne poussent la justice américaine à accuser Zimmerman de meurtre non prémédité. »

(Los Angeles) Trayvon Martin, 17 ans, a été tué à 20 mètres de sa maison, en Floride, par un homme qui disait avoir des «doutes sur ses intentions». La police ne compte pas arrêter le tueur, qui affirme avoir agi en vertu d’une loi controversée sur la légitime défense.

«J’appelle pour signaler la présence d’un gars vraiment suspect, confie une voix d’homme au répartiteur du 911. Il marche sous la pluie et regarde autour de lui. Il a l’air drogué… Il s’agit d’un individu mâle, de race noire…»

George Zimmerman, 28 ans, était assis à bord de sa voiture à Sanford, banlieue d’Orlando, quand il a passé cet appel au 911, le 26 février dernier. Quelques minutes plus tard, et contre les recommandations du répartiteur, Zimmerman est sorti sous la pluie à la poursuite de l’individu.

Trayvon Martin, 17 ans, revenait du dépanneur avec un sac de Skittles et un thé glacé Arizona dans la poche de son manteau. Il allait finir de regarder la partie de basketball NBA All-Star avec son père et était à 20 mètres de la maison quand Zimmerman est arrivé à sa hauteur.

Un affrontement a éclaté. Des voisins ont dit avoir entendu un coup de feu. Trayvon Martin est mort, face contre terre, une balle de pistolet semi-automatique 9 mm dans le dos.

Après une brève enquête, la police de Sanford a laissé partir Zimmerman, qui dit avoir tiré par légitime défense sur Martin, qui n’était pas armé. Zimmerman, qui est blanc, s’était autoproclamé gardien de son quartier de Sanford, frappé par des vols au cours des derniers mois. Il avait passé 46 appels au 911 depuis janvier 2011.

L’affaire a soulevé l’indignation aux États-Unis. Les parents de Trayvon Martin, un élève exemplaire qui n’a jamais eu affaire à la justice, ont récolté plus de 450 000 signatures dans une pétition en ligne pour que des accusations soient déposées contre Zimmerman. Les parents ont aussi demandé au FBI de faire enquête.

La loi Bush

La tâche s’annonce difficile: en 2005, le gouverneur de la Floride de l’époque, Jeb Bush, a promulgué la loi «Défendez votre territoire» (Stand Your Ground) https://fr.wikipedia.org/wiki/Stand-your-ground_law , qui stipule que les gens armés n’ont pas à tenter de fuir un affrontement avant d’utiliser leur arme et d’invoquer la légitime défense. Depuis, 17 États américains ont adopté des lois semblables.

Ladd Everitt, directeur des communications de la Coalition to Stop Gun Violence, organisme situé à Washington, estime que la loi floridienne ouvre la porte à des abus.

«Cette loi donne de la latitude aux policiers, qui peuvent décider de boucler une affaire et de ne pas faire d’enquête approfondie, a-t-il dit en entrevue, hier. C’est une loi extrêmement dérangeante, et ça encourage une escalade de la violence.»

En soirée, hier, le Caucus noir du Congrès a demandé au département de la Justice de faire enquête sur la mort de Trayvon Martin. «Ce dossier compromet l’intégrité de notre système de justice et crée un précédent horrible, écrit le président du Caucus, le représentant démocrate Emanuel Cleaver. Trayvon avait une famille, des amis et un avenir, et tout cela est perdu en raison de la couleur de sa peau.»

Photo : Trveor Martin, élève exemplaire de 17 ans, a été tué par un de ses voisins qui le trouvait «louche». Le tueur n’est accusé de rien à cause d’une loi américaine permettant la légitime défense.

Source : http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201203/20/01-4507264-une-loi-qui-donne-le-droit-de-tuer.php

Commentez avec facebook svp

Bussa était un barbadien qui a mené la plus grande révolte d’escBussalaves en 1816 connu sous le nom de rébellion de Bussa. Bussa est né en Afrique de l’ouest, et il est dit qu’il était soit Igbo ou Akan. Il a été capturé, vendu à des britanniques puis amené à la Barbade vers la fin du XVIème siècle. Il n’y a pas beaucoup d’archives restées à son sujet, vu que les maîtres ne prenaient pas la peine de garder des détails de leurs esclaves. Les archives montrent qu’il travaillait en tant que garde, dans la plantation d’un certain Bayley à Saint Philip peu avant la rébellion. Sa position en tant que garde de plantations lui aurait donné certains privilèges, plus de liberté par rapport aux autres esclaves et lui aurait permis de planifier facilement la rébellion. La rébellion de Bussa a commencé le 12 avril 1816. Elle a été parmi les trois grandes révoltes d’esclaves qui ont eu un impact comme tel sur le public aux Antilles britanniques dans les années qui ont précédé l’émancipation. La rébellion de Bussa a été suivie par la rébellion de Demerara en Guyane et par une plus grande rébellion en Jamaïque de 1831-1832.

Les rébellions d’esclaves dans les Antilles britanniques étaient réparties en deux catégories, en fonction de leurs buts, de leur ampleur et du peuple qui se révoltait, il y avait celles qui étaient organisés au tout début par des esclaves venus d’Afrique qui s’organisaient en fonction de leurs ethnies et de leurs traditions, et les deuxièmes rébellions qui étaient organisées par les créoles (peuples nés dans les colonies) et très peu d’africains. Donc vu que Bussa était né en Afrique mais la majorité de ces adeptes étaient créoles, sa rébellion était classée dans la deuxième catégorie.
La rébellion de Bussa a été planifiée par lui-même, et plusieurs de ses collaborateurs dont Washington Franklin, Nanny Grigg, et plusieurs artisans et domestiques. La rébellion était planifiée dans certaines plantations sucrières y compris la plantation de Bayley où elle a commencé. Vers février 1816, il était décidé que la rébellion ait lieu en avril de la même année. Bussa a dirigé tous les combattants pour la liberté, le mardi 16 avril. Il a commandé plus de quatre cents combattants et a perdu la vie durant la bataille. Ses troupes ont continué la guerre jusqu’à ce qu’elles ne soient battues par les forces armées britanniques. La rébellion n’a pas eu l’impact souhaité mais eu un effet considérable sur l’avenir de la Barbade.

Bussa reste populaire et une figure emblématique dans l’histoire de Barbade. En 1985, soit 169 ans après sa rébellion, la statue de Bussa, appelée aussi la statue de l’Emancipation, a été dévoilée au grand public à Haggat Hall à Saint Michael (sur la photo). Par une loi votée au Parlement, Bussa a été nommé parmi les dix héros nationaux de la Barbade, en étant, par ordre chronologique, le tout premier.

Commentez avec facebook svp

735090_570438402980683_969197683_nDe son nom africain, Mmadi-Make est né en 1721 au nord du Nigeria actuel. Enfant, il est échangé contre un cheval. Il est éduqué par Angelina, sa riche maîtresse sicilienne qui le surnomme André. Il apprend notamment les Mathématiques, l’Italien, le Latin, l’Allemand, le Tchèque, le Français et l’Anglais.

En 1732, il est baptisé sous le nom d’Angelo et vendu au gouverneur impérial, le prince de Sicile Johann Goerg Christian von Lobkowitz (1686-1755) dont il devient valet de chambre.
En 1755, après le décès du général Lobkowitz, il se retrouve à Vienne comme précepteur du prince Franz Josef Wenzel du Liechtenstein (1696-1772). En 1764, il l’accompagne à Francfort. La même année, il gagne beaucoup d’argent en jouant le « Pharaon » en Allemagne, qu’il investit dans les mines de cobalt de Stryia dans le sud-est de l’Autriche.

Libéré, il s’installe dans le centre-ville viennois et/ou dans le Roussau. Le 6 février 1768, il épouse en secret Magdalena Christiani, née von Kellermann, la veuve d’Harrach’schen, sœur du général français François Etienne Kellermann (1770-1835), général de Napoléon et duc de Valmy et secrétaire d’Anton Christiano. Le mariage est enregistré à Dompfarre St. Stephan sous une dispense spéciale du cardinal de Vienne, Christoph Bartholomäus Anton Migazzi (1714-1803).

En 1783, il est initié à la Franc-maçonnerie dans la Loge, la « Vraie harmonie (Zur wahren Eintracht ) » qui réunit l’élite aristocratique viennoise sur recommandation du Très Grand Maître Ritter von Born. Il se lie d’amitié avec notamment les virtuoses de la musique, W. A. Mozart (1756-1791) et Joseph Haydn (1732-1809), surnommés «Les Frères Terribles».
Devenu Grand Maître de cette loge, sous le nom de Massinissa, célèbre roi Amazigh de Numidie (238 av. J-C.-203 av. J-C), il lui imprime une rigueur scientifique. Ruiné en 1783 à cause des dettes, il meurt à Vienne le 21 novembre 1796.

Son corps est offert à l’Empereur François II qui le fait empailler et exposer dans son musée avec trois autres corps noirs (une fillette de six ans et un jardinier) et toutes sortes d’animaux exotiques empaillés par le sculpteur académique, Franz Thaler.
Les démarches de sa fille Joséphine, épouse de l’ingénieur militaire Ernst von Feuchtersleben pour l’enlever du musée et l’enterrer dignement se soldent par un échec. Elle meurt en 1801.

Son fils Eduard, travailla comme sous-directeur de la Compagnie de Sel de Bad Aussee dans l’état de Stryia, souffrant parfois des moqueries de ses compatriotes en raison de ses origines africaines. Le 31 octobre 1848, durant la révolution autrichienne, une grenade ravagea le musée impérial.
Il a inspiré W. A. Mozart pour le personnage du « maure Monostatos » dans « La Flûte enchantée ». Son buste en plâtre trône au Musée Anton Rollett à Baden, à 32 Km de Vienne.

Voici ce qu’écrit de lui, Henri Jean-Baptiste dit l’Abbé Grégoire (1750-1831) qui lui consacra un chapitre dans « De la littérature des nègres » : « Quoiqu’Angelo Soliman n’ait rien publié, il mérite une des premières places entre les Nègres qui se sont distingués par un haut degré de culture, par des connaissances étendues, et plus encore par la moralité et l’excellence de son caractère, Il aurait présenté toute la délicatesse de la vertu unissant un jugement sain, relevé par des connaissances étendues et solides, il possédait six langues, l’italien, le français, l’allemand, le latin, le bohémien, l’anglais, et parlait surtout avec pureté les trois premières ».

Son histoire est connue grâce aux articles de Monila Firla et surtout à l’ouvrage de Wilhelm. A. Bauer, A. Soliman, Der Hochfürstlische Mohr, W. Sauer (Hg), 1922.

Source : http://forumechangeafrique.blogspot.fr/

Commentez avec facebook svp

41UC5Ht7DSL._On a longtemps cru que Dieu était brésilien, tant la nature a pourvu ce pays-continent de ressources et d’agréments, et la géographie a joué un rôle important dans sa construction comme nation. Laboratoire précoce d’un intense métissage et de la mondialisation, le Brésil fascine. Cordialité, futebol, carnaval, samba, culte du corps, sensualité, plage… pour les clichés positifs. Déforestation de l’Amazonie, formidables écarts sociaux, violence et insécurité… pour le volet négatif. Simplificatrices, ces représentations disent en réalité trop peu de la complexité de la grande nation tropicale que seule éclaire l’histoire. Avec, depuis le bois-brésil qui lui a donné son nom, une succession d’activités motrices qui ont aménagé le territoire et attiré le peuplement, un processus singulier d’accession à l’indépendance, le maintien original de la forme impériale jusqu’en 1889 et un esclavage à grande échelle, ailleurs sans équivalent, le Brésil constitue un univers à part en Amérique latine. Depuis peu puissance émergente, il occupe désormais une position enviable sur les scènes économique et diplomatique mondiales et fait figure de futur géant de ce siècle.

Acheter le livre:

Commentez avec facebook svp

Tony HansberryTony Hansberry a seulement 14 ans, mais il a déjà accompli quelque chose, que très peu de personnes de n’importe quel âge ont réussi à faire. Tony a inventé un nouvel acte médical qui peut être utilisé pour réduire des complications chirurgicales dans des hystérectomies.
Hansberry a été interné l’été dernier à l’Université du Centre de la Floride d’Enseignement de Simulation et Recherche de Sécurité à Hôpital Shands à Jacksonville. C’était là qu’il a répondu à un appel d’une amélioration au point d’endo, qui est une technique utilisée pendant des hystérectomies. Le futur docteur a inventé son concept en seulement deux jours.
Hansberry est un étudiant de première année à Darnell Cookman, à Jacksonville, à l’école Florida Magnet pour les étudiants doués qui sont intéressés par la médecine. Il est le fils d’une infirmière et d’un pasteur. Le but suprême de ce jeune kamit est de devenir un neurochirurgien.
Sans surprise, la recherche révolutionnaire de Tony lui a valu une invitation à se présenter lors d’une conférence médicale à l’Université de la Floride, où il a captivé un public de médecins et de chirurgiens.

Source : http://www.blackimpression.com/tony-hansberry

Commentez avec facebook svp

9782954315805-medecine-chinoise_gAborder la médecine chinoise, c’est comme entrer dans un autre univers.

C’est comprendre que notre vision du monde, notre perception du corps et de l’esprit, notre approche de la maladie sont radicalement différentes de l’approche chinoise.

Il nous faut donc nous glisser dans la pensée chinoise, suivre les méandres du qi (l’énergie) dans le corps de l’homme et de son environnement, afin de comprendre qu’un déséquilibre du qi engendre la maladie, et qu’un rééquilibrage amène la guérison.

Acheter le livre:

Commentez avec facebook svp

Une figure, la Fleur de Vie, exprime l’importance que les Africains de la période antique reconnaissaient à la géométrie et l’avantage qu’elle offre pour l’étude et l’explication de la Création. Le plus anciennement attestée sur l’une des parois du temple d’Osiris à Abydos, la Fleur de Vie représente les premiers mouvements réalisés par le démiurge au Temps de la Création. Cette figure naît d’une graine constituée de sept (7) cercles successifs et s’achève avec un ensemble homogène de 19 cercles identiques. L’intersection des cercles donne à voir une forme remarquable que la littérature nomme Vesica Piscis. Ce symbole fut particulièrement apprécié des pythagoriciens. 

Osiris, Asaré.

 La Vesica Piscis, aussi appelée mesure du poisson, est une figure géométrique formée par l’intersection de cercles identiques (de même diamètre). Elle est omniprésente dans la Fleur de vie et montre un rapport de longueur par la hauteur égal à la racine carrée de trois (3), c’est-à-dire 1,732. Cette valeur est appelée la constante de Theodoros.

 Théodoros ou Théodore de Cyrène est un pythagoricien du Cyrénaïque qui vécut vers 450 av. l’E.E. Disciple de Protagoras, il fut le précepteur de Socrate et de Platon. On lui attribue généralement d’avoir eu l’idée de la construction de la spirale dite escargot, celle dont le déploiement aura permis d’obtenir les racines carrées de tous les nombres entiers.La constante de Théodoros, c’est-à-dire la racine carrée de trois (3), correspond à l’exact rapport de 265 par 153. Le nombre 153 fut considéré comme un nombre sacré par les pythagoriciens. Cette sacralité tourne autour du chiffre trois (3), trinité originelle omniprésente dans les cosmogonies africaines. On peut premièrement voir que le nombre 153 est constitué de trois chiffres. Ensuite, la somme de ces trois chiffres est égale à 9 . Le nombre 153 est le premier nombre cubique car la somme des chiffres qui le composent, élevé au cube, est égal au nombre lui-même; autrement dit : 1*1*1 + 5*5*5 +3*3*3 = 153. Ce nombre présente encore de nombreuses propriétés remarquables; ce qui l’aura distingué aux yeux des mathématiciens de la période antique. Archimède en a fait une constante dans l’approximation qu’il propose du calcul de la quadrature du cercle. Le problème du calcul de la quadrature du cercle est un problème éminemment kamite déjà présent dans le papyrus Rhind, copie d’un original rédigé vers 2000 av. l’E.E., à une époque où la Grèce n’existait pas dans l’Histoire. Comme le note Bernard Bettinelli dans un article consacré aux recherches d’Archimède, ce dernier tombe « par hasard » sur le rapport 265 par 153, approximation par fraction continue de racine carrée de trois, sans jamais dire comment il y parvient. 

La Fleur de Vie.

Le « hasard » d’Archimède a déjà fait l’objet d’un commentaire chez Paul Ver Eecke qui rappelle qu’ « en effet, si le traité de la méthode mécanique, récemment mis au jour, est venu nous révéler le secret de quelques-unes des plus belles découvertes du grand géomètre (Archimède), il n’a cependant soulevé qu’un coin du voile qui recouvre la genèse du grand nombre de propositions, lesquelles, démontrées par une double réduction à l’absurde, supposent malgré tout une notion préalable, obtenue par des moyens sur lesquels Archimède a gardé le silence, ou atteinte par des voies que nous suivons encore de nos jours, mais  sur lesquelles il aurait effacé soigneusement la trace de ses pas » (Cité par C. A. Diop in Civilisation ou Barbarie, p.293.).

 

B. Bettinelli, Archimède et la Quadrature du cercle. Le nombre 153 est omniprésent dans l’approximation qu’aurait établie Archimède.

 Quoiqu’il en soit, on remarque l’omniprésence de la valeur 153 dans le calcul approximatif de la quadrature du cercle. On verra que cette donnée remarquable par son association au chiffre trois entre aussi dans l’épisode de la Pêche Miraculeuse attribuée au personnage de Jésus.

Ce nombre apparaît dans l’Évangile de Jean (chap. 22, v. 11) comme étant le nombre de poissons miraculeusement pris sur ordonnance de Jésus. Or, l’histoire accorde à Pythagore le même épisode de la pêche miraculeuse; Jamblique et Porphyre, auteurs de biographies de Pythagore, rapportent en effet que Pythagore aurait prédit le nombre de poissons qu’allaient ramener des pêcheurs et qu’après vérification il se trouva que ce nombre correspondait exactement à la prédiction du philosophe grec, soit 153 poissons. « Amis, leur dit-il, écrit Jamblique, voulez-vous parier avec moi que je puis vous révéler à l’avance, le nombre exact des poissons que vous venez de capturer ? »(Jamblique, vie de Pythagore). Le poisson est une allusion certaine à la Vesica Piscis, « la mesure du poisson », donnée élémentaire rentrant dans le calcul de la quadrature du cercle.

 

Spirale de Théodore de Cyrène ou Escargot.

Au nombre des miracles accordés au personnage de Jésus, on trouve également l’épisode de la multiplication des pains. Ce « miracle » se trouve en relation immédiate avec Osiris et la Fleur de Vie. L’une des locutions pour désigner Osiris est « le pain qui donne vie »comme le rappelle Le Livre des Deux Chemins traduit par André Fermat. Le pain consacré à la liturgie osirienne était de forme circulaire, comme l’attestent ceux qui ont été retrouvés lors de fouilles en Égypte. Le rituel osirien du pain et du vin préfigure l’eucharistie des Chrétiens. « L’examen du mythe et du rituel d’Osiris qui précède, écrit Georges Frazer, peut suffire à prouver que, sous l’un de ses aspects, le dieu était une personnification du blé, dont on dit qu’il meurt et revient à la vie chaque année. À travers toute la pompe et l’auréole dont les prêtres plus tard revêtirent son culte, la conception d’Osiris comme dieu du blé ressort clairement dans la fête de sa mort et de sa résurrection » (Cité par C.A. Diop in L’Unité culturelle…, p.57). Dans le Livre de la Sortie à la Lumière du Jour, il est explicitement dit d’Osiris (formule 273-274, n°397) : « Tu es le Père et la Mère des hommes, ils vivent de Ton Souffle, ils mangent la chair de Ton Corps ». Frazer évoque cet aspect de la religion égyptienne lorsqu’il écrit (in Le Rameau d’or, Tome 2, p. 458) : « Quand on reprenait ces effigies après une année ou un intervalle plus court, on trouvait que le blé avait jailli du corps d’Osiris et on saluait ceci comme un présage, ou plutôt la cause, de la croissance des récoltes. Le dieu du blé produisait le blé lui-même, il donnait son propre corps pour nourrir le peuple et il mourait pour que son peuple pût vivre ». Un passage (30B) du Livre de la Sortie à la lumière du jour révèle: « Qu’il lui soit donné du pain et du vin qui ont été émis en présence d’Osiris, et il sera pour toujours semblable aux Suivants d’Horus » (Murdoch and Acharya, Christ in Egypt, p.291.).

Pain « égyptien »

Osiris, identifié au Dionysos des Grecs, au Bacchus des Romains, cultive la première vigne.Le vin, fruit de la vigne, est le sang d’Osiris. Frazer le confirme (Le Rameau d’or, Tome 2, p.469) : « Des cantiques adressés à Osiris contiennent des allusions à cet aspect important de sa nature. On dit dans l’un d’eux que le monde verdit et croît triomphalement grâce à lui; un autre déclare : Tu es le père et la mère du genre humain; il vit de ton souffle, il se nourrit de la chair de ton corps. (…)Selon une légende, il apprit aux hommes à faire grimper la vigne sur des échalas, à émonder le feuillage superflu et à extraire le jus des grappes de raisin. Dans le papyrus de Nebséni, rédigé vers 1550 avant Jésus-Christ, Osiris est représenté dans un sanctuaire au toit duquel pendent des grappes de raisin ; et dans le papyrus du scribe royal Nekht, nous voyons le dieu sur un trône devant un étang et sur les bords de cet étang une vigne luxuriante chargée de grappes qui touchent le visage vert du dieu assis ».

Le début du récit miraculeux de la Bible varie en fonction des évangiles. Néanmoins, qu’il s’agisse de pains ou de poissons, on compte sept unités au départ. Ces 7 unités font référence aux sept cercles de la Graine de Vie qui, en se multipliant, laisseront douze paniers, soit douze autres cercles, formant l’image complète de la Fleur de Vie, (7+12 =19).

Vesica Piscis dans le Christianisme. Le rapport avec l’appareil génital feminin est indéniable. 

Pourquoi le pain et le poisson ? Le pain et le poisson sont des allusions interchangeables dans le récit miraculeux, c’est la raison pour laquelle on trouve tantôt cinq pains et deux poissons, et tantôt sept pains, dans les récits canoniques du Christianisme. La relation entre le pain et le poisson doit être établie de la manière qui suit : Dans la langue grecque, l’épi de blé se dit arista. Ce mot, dans la langue grecque, est aussi employé pour désigner l’arête de poisson et l’arête d’un triangle. C’est donc bien de géométrie que découle les allusions consacrées au pain et au poisson pour illustrer la construction de la Fleur de Vie. En outre, ce rapport entre également dans le choix du poisson comme symbole du Christianisme. En effet, l’épi de blé, consacré à Osiris, est semblable dans la forme à une arête de poisson et porte le même nom dans la langue grecque. D’une manière générale, toutes les plantes consacrées à Osiris, à savoirle palmier, le laurier, le saule, l’olivier, le buis, etc., présentent des rameaux identiques dans la forme à celle d’une arête de poisson. Ces plantes restent vertes peu importe les saisons (la couleur verte, avec la couleur noire, est une couleur consacrée à Osiris); et produisent des huiles végétales aux vertus « miraculeuses », d’où la notion d’oint premièrement attribué à Osiris et repris par la tradition chrétienne relative au personnage de Jésus. Ces plantes rentrent toutes, de manière exclusive, dans la célébration chrétienne de la Fête des Rameaux. L’Origine africaine est indéniable. « C’est celui-ci (Osiris) quidécouvrit le laurier, note Diodore de Sicile, et tous les hommes en couronnent particulièrement ce Dieu. Il attribue la découverte du lierre à Osiris et le consacrent à ce Dieu, tout comme les Grecs pour Dionysos. Et en égyptien le nom du lierre, dit-on, est plante d’Osiris et s’il a été préféré à la vigne pour les dédicaces c’est parce qu’elle perd ses feuilles tandis qu’il reste vert tout le temps; les anciens ont agi de même avec d’autres plantes attribuant le myrte à Aphrodite et le laurier à Apollon (version grecque d’Horus, le fils d’Osiris) » (cité par Jean-Philippe Omotunde in Les Racines Africaines…, p.178). Aussi, « La branche de palmier ou la palme, écrit Auguste Wahlen, désignait indistinctement la fécondité ou la durée des empires, parce que cet arbre dure longtemps et fructifie jusqu’à la mort; elle désigne la victoire dans la main d’un héros ou d’un martyr. Les Égyptiens consacraient le palmier à Osiris et à Isis, ils en coiffaient ordinairement leurs dieux, ainsi que les prêtres qui les représentaient » (Auguste Wahlen, Nouveau Dictionnaire de la Conversation…, p 13). Arétologies est le nom donné aux textes liturgiques consacrés à Isis. La littérature donne le nom d’arétè au récit d’une manifestation soudaine et miraculeuse, à l’exemple des récits relatifs aux miracles d’Isis et Osiris.

Amenhemhat Dibombari

Commentez avec facebook svp