Partagez cette page!
0
Shares
0
0
0
Published On: dim, Oct 18th, 2015

LE ROYAUME DU BENIN

benin_royaume

Sur le pourtour du golfe de Guinée, la forêt a empêché la formation de grands empires. Mais à partir du XVIe siècle, l’établissement de comptoirs commerciaux européens sur les côtes a favorisé l’essor de cités marchandes grâce à leur artisanat, et même, pour certaines, grâce à l’esclavage.

Le travail des métaux

Avec plus de 130 habitants au km2, le sud du Nigeria est une des régions les plus peuplée d’Afrique. La culture organisée de l’igname depuis 6500 ans semble avoir favorisé cette forte densité de population.
C’est dans le petit village de Nol, sur le plateau central, qu’on a trouvé de superbes têtes de terre cuite datant de 500 ans avant notre ère ainsi que des vestiges du travail du fer.
Ces connaissances en métallurgie ne cessèrent de s’améliorer pour aboutir à la confection de masques en bronze ou en laiton, véritables oeuvres d’art.

La cité d’Ifé

La ville d’Ifé, au sud-ouest du Nigeria, aurait été fondé il y a plus de 1000 ans, par les Yoroubas, venus du lac Tchad sous la conduite du roi Odoudoua. Après la fondation d’Ifé, ses fils seraient partis chacun de son côté pour créer les cités de Bénin, Oyo et Owo.
Il y eut souvent des conflits entre ces cités, mais toutes reconnaissaient Ifé comme leur centre religieux et culturel. Ifé était placée sous l’autorité de l’ « oni », un roi-prêtre qui présidait aux rituels de la fêtes des ignames.

Les cités de Bénin et Oyo

Bénin, au sud-est d’Ifé, entre dans l’histoire au Xe siècle.
Ses « obas » (rois) en font un Etat centralisé qui bénéficie de l’affaiblissement d’Ifé et de l’arrivée des Portugais à la fin du XVe siècle.
L’oba s’entoure de nombreux artisans qui exécutent des commandes faites pour l’aristocratie portugaise. En contrepartie, les Portugais aident l’oba à régler ses conflits avec les voisins.
Sous l’influence portugaise, le Bénin se lance dans la culture du palmier à huile et dans la traite des esclaves.

A Oyo, l’ « afalin » (roi) ou « compagnons des dieux » était secondé par son fils aîné dans la conduite des affaires de l’Etat. Pour éviter que celui-ci ne tente un coup d’Etat après la mort de son père, sept « oyomesis », des dignitaires chargés de faire respecter la tradition, veillaient à ce qu’il suive son père dans la tombe.
Les oyomesis finirent par prendre goût au pouvoir mais les luttes internes et les incursions du Dahomey voisin sonnèrent le glas d’Oyo qui sombra dans le désordre.

Le royaume du Dahomey

Des émigrants d’Oyo seraient à l’origine du royaume du Dahomey, au sud de l’actuel Etat du Bénin.
Sa capitale, Abomey, dont le nom signifie « enceinte fortifiée », a été édifiée au milieu du XVIIe siècle pour servir de place forte.
L’Etat était très structuré et le palais soumis à une étiquette rigoureuse.
Le roi ne s’adressait jamais au peuple à voix haute. Il communiquait avec lui par l’intermédiaire du « mêhou », époux de sa seconde fille, qui devait avoir la même apparence physique que lui.

0
0
0
0
Total
0

Commentez avec facebook svp

About the Author

- AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel en ligne qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, des vidéos, faire des commentaires pour corriger ou compléter et d'échanger des messages. AFRIKHEPRI est une plateforme d'échanges et de partages gratuite: Créez un compte ou connectez-vous à AFRIKHEPRI et faites-vous des amis en leur envoyant des messages etc...

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Partagez cette page!

0

A propos d’Afrikhepri

AFRIKHEPRI est un réseau socio-culturel qui permet à ses utilisateurs de publier des articles, de faire des commentaires mais aussi d'échanger des messages...

Suivez-nous!

Inscription au réseau

Cliquez sur Facebook, Linkedin ou Instagram
Linkedin Instagram

Ecrire/partager un article

Veuillez vous connecter pour publier un nouvel article.

*
*

Ils se sont inscrits déjà

Videos

cliquez sur « j’aime »

Venez chattez!

20 DERNIERS ARTICLES

Facebook Recent Comments

VOUS AIMEZ LE SITE? VOUS POUVEZ FAIRE DE FAIRE UN DON A AFRIKHEPRI. MERCI POUR VOTRE ENCOURAGEMENT

NOS 200 MEILLEURS ARTICLES

Méta

Partagez cette page!

Merci de partager cette page!

0
0
Total
0
Shares

Les reines guerrières d’Egypte

Les reines guerrières Égyptiennes étaient Ahotep, et Arsinoé II & III, et toutes celles qui étaient descendantes de la Maison Royale de Kush. Elles régnaient sur l’Egypte et commandaient leurs armées et leurs flottes navales pendant l’ère de la civilisation Romaine. En ce qui concerne Ahotep, pour preuve de la haute considération dans laquelle elle était tenue, son fils Ahmosis dit d’elle, dans sa stèle de Karnak : « Celle qui a accompli les rites et pris soin de l’Égypte. Elle a veillé sur ses troupes et les a protégées. Elle a ramené ses fugitifs et rassemblé ses déserteurs. Elle a pacifié la Haute Égypte et a chassé les rebelles. »

Les reines guerrières nubiennes

Une des plus grandes reines guerrieres de l’Antiquité etait Majaji, qui dirigait le groupe ethnique des Lovedu qui faisait partie de l’Empire Kushite pendant les longs siecles ou les Kushites etaient en guerre contre Rome. L’Empire cessa d’exister en 350 AD quand Méroé, le centre de pouvoir de Kush, tomba après les nombreux assauts des Romains. Armée d’un bouclier et d’une lance, Majaji commandait ses guerriers dans des batailles. Elle serait  tombée dans la cite de Méroé qu’elle a défendu jusqu’à la mort.

Elle était dans la lignée des reines Ethiopiennes et des leaders militaires, dont l’une d’elle était Candace, aussi une descandante de Kush. La première Candace, a dirigé une armée dont les guerriers montaient des éléphants. Elle a stoppé l’invasion d’Alexandre Le Grand en Ethiopie en 332 avant JC. En 30 avant JC, Candace Amanirenas a vaincus une invasion de Patronius, un gouverneur Romain d’Egypte et a saccagé la ville de Cyrène. En 937 AD Judith, une reine (juive?) Falasha, a attaqué Axum, la capitale sacrée d’Ethiopie, tuant tous les habitants de cette ville y compris les descendants de Salomon et la Reine de Saba.

Les reines guerrières Haoussa

Au cours du 10e et 11e siecles les cités-états Haoussa (Nigéria moderne) etaient dirigées par les Habé, des reines guerrieres: Kufuru, Gino, Yakumo, Yakunya, Walzana, Daura, Gamata, Shata, Batatume, Sandamata, Yanbamu, Gizirgizir, Innagari, Jamata, Hamata, Zama et Shawata. Des siecles plus tard Aminatou, la fille de la reine Turunku du Songhai, au milieu du Niger, a dirigé l’Empire Haoussa de 1536 a 1573. Elle a étendu sa nation jusqu’aux frontières de la côte Atlantique, elle a fondé des cités et a personnellement dirigé une armée de 20 000 soldats dans des batailles.

Nandi, etait la mère guerrière de Shaka Zulu. Dans la société patriarcale Zoulou, Nandi est d’abord rejetée parce que mère non mariée. La culture matriarcale étant encore vivace, elle réussit à faire monter son fils sur le trône, et à restaurer la place des femmes dans la société. Elle s’est battue contre les commerçants esclavagistes et a éduqué son fils à être guerrier. Quand il est devenu roi, il établit un régiment composé strictement de femmes qui souvent se battaient dans les premières rangs de son armée.

Llinga, etait une reine guerrière du Kongo, armèe d’un axe, un arc, et une épée elle s’est battue contre les Portugais en 1640. Les femmes guerrieres étaient commun au Kongo où la confédération de Monomotapa avait établit ses bases d’armées de femmes.

Kaipkire, une leader guerrière des Héréro, au Sud-Ouest de l’Afrique au 18e siecle, a dirige son peuple en bataille contre les commercants esclavagistes Britaniques. Il existe des documents qui relatent les femmes Héréro en combat contre les soldats Allemands jusqu’en 1919.

Mantatisi, la reine guerrière des Batlokoas, au debut du 18e siecle, s’est battue pour préserver les terres de son ethnie pendant les guerres entre Shaka Zulu et Matiwane. Elle a réussit a protéger l’heritage des Batlokwas, bien que son fils, qui est devenu roi à sa mort, fut vaincu par Mahweshwe.

Madame Yoko a dirigé et a commandé une armée de 14 groupes ethniques de la confédération Kpa Mende la plus large au 19e siecle en Sierra Leone. En ce temps là, au moins 15% des toutes les ethnies de la Sierra Leone étaient dirigées par des femmes, aujourd’hui environ 9% des femmes sont des dirigeants.

Menen Leben Amede était l’Empresse d’Ethiopie. Elle a commandé sa propre armée et a agit en régente pour son fils Ali Alulus. Elle a été blessée et fut capturée au cours d’une bataille en 1847. Son fils l’échangea contre une rançon et elle continua à régner jusqu’en 1853.

Nehanda (1862-1898) etait une prêtresse de Mashona, une nation du Zimbabwe. Elle est devenue un leader militaire pour son peuple quand les Britaniques ont envahis son pays. Elle dirigea un bon nombre d’attaques reussies conte les Anglais mais elle fut capturée et exécutée.

Taytu Betul (1850-1918), etait une Empresse d’Ethiopie. Pendant ses 14 ans de règne, elle a établi la capitale moderne d’Addis Ababa, elle diriga des troupes en bataille et négocia des traités de paix. Elle prit sa retraite de la vie public après la mort de son mari.

Yaa Asantewaa (1850-1921) la Reine Mere d’un des états Asante du Ghana, dirigea son armée dans des batailles continuelles contre les Britaniques jusqu’à ce qu’elle fut capturée.

Mukaya, la leader des Luba, peuple de l’Afrique centrale dont la nation s’étendait le long de la forêt équatoriale de la République Démocratique du Congo au nord de la Zambie, a mené,vers la fin du 19e siècle des guerriers en bataille contre les ethnies ennemies et des factions rivales. Initialement elle se battait au côté de son frère Kasongo Kalambo. Après qu’il fut tué au cours d’une bataille elle a assumé seule le contrôle de l’ Empire et de l’armée.

Seh-Dong-Hong-Beh, était une femme leader des Amazones de Dahomey sous le Roi Gezo. En 1851 elle a dirige une armée de 6 000 femmes contre la forteresse de Egba de Abeokuta. Parce que les Amazones étaient armées de lances, de flèches, et d’épées alors que les Egba avaient les cannons des Européens, 1 200 Amazones seulement ont survécu aux batailles. En 1892, le Roi Behanzin de Dahomey (aujourd’hui le Benin) était en guerre contre les colons Francais à cause de litiges commerciaux. Il diriga une armée de 12 000 troupes, y compris les 2 000 Amazones, en bataille. Quand des troupes Françaises tentèrent de traverser une rivière stratégique, malgré que l’armée Dahoméenne ne soit seulement équipée que de fusils, les Amazones leur ont infligé des dommages sérieux, alors que les Français avaient des revolvers et des cannons. Elles se sont engagées dans des combats de corps a corps avec les survivants, forçant l’armée Française vers la fuite. Des jours plus tard les Francais ont trouvé un pont, ils ont traversé la rivière et vaincu l’armée du Dahomey après une bataille féroce. Les Amazones ont brulé les champs, les villages, et les cités plutôt que de les laisser tomber aux mains des Français.

SOURCE: http://matricien.org/geo-hist-matriarcat/afrique/heroine/guerrieres/

Acheter le livre:



Commentez avec facebook svp

« Ceci n’est pas qu’un simple produit. C’est un mouvement social ! » peut-on lire sur le site de la SALt, une lampe révolutionnaire capable de fonctionner grâce à de l’eau salée.

À l’origine, le concept fut pensé et réalisé par Aisa Mijena, un ingénieur local, pour venir en aide aux populations des Philippines. Dans cette région du monde, la population se disperse dans plus de 7 000 îles et la plupart d’entre elles n’ont pas accès à l’électricité. Nombre d’habitants doivent ainsi recourir à des générateurs au kérosène particulièrement polluants ou à des bougies avec un risque d’incendie réel. Il était donc nécessaire de trouver une source de lumière écologiquement saine couplé à une source d’énergie abondante. Les motivations sont pratiquement les mêmes que pour le développement de la GravityLight, cette lampe à gravité dont nous vous parlions récemment, excepté que la SALt ne nécessite qu’un peu d’eau de mer…

sustainable-alternative-lighting-858x644

Cette source alternative de lumière ne nécessite donc qu’un verre d’eau et deux cuillères de sel pour fonctionner. De quoi pouvoir s’éclairer pendant 8 heures avant de remplacer la solution. Dans le cas d’une utilisation quotidienne, il faut néanmoins remplacer l’anode tous les 6 mois. En effet, le procédé repose sur le principe de cellule galvanique, procédé connu depuis plus de 200 ans. La réaction électrochimique provoquée par l’eau salée au contact de la cellule génère un courant électrique suffisant pour activer des ampoules à LED. La solution saline produite est cependant sans danger autant pour l’utilisateur que pour l’environnement. Ainsi, il n’y a aucun matériel toxique ou susceptible de produire un incendie dans l’appareil.

Une solution d’urgence en cas de catastrophe naturelle

Selon les Nations Unies, les Philippines sont classées 3ème parmi les régions du monde où les désastres naturels sont les plus fréquents. Lors du passage d’un typhon ou après une tremblement de terre, l’accès à l’eau et à une source, même limitée, d’énergie est vital. Il est possible de brancher un smartphone à cette lampe pour avoir assez de courant pour communiquer avec les services d’urgence, mais la simple lumière peut s’avérer tout autant utile. S’il est préférable d’utiliser de l’eau et du sel, l’appareil fonctionne également avec de l’eau de mer (dont la composition n’est pas exactement pareille). Des atouts qui en font une invention vraiment efficace pour ceux qui en ont besoin tout en ayant un impact écologique minime.

Pour l’instant la SALt est produite en petite quantité et destinée aux ONG et aux associations humanitaires. À la vue de l’enthousiasme du public pour l’invention, les concepteurs envisagent de la rendre disponible pour tous un jour prochain. À suivre…

salt-1


Source : salt.ph / mymodernmet.com / mrmondialisation

Commentez avec facebook svp

414uvd10PqL._Saviez-vous que… pratiquement toutes les études qui affirment l’innocuité de l’aspartame ont été financées par l’industrie, l’approbation de ce produit est due à des procédés dignes de la mafia, il peut être meurtrier pour les diabétiques, il existe des milliers de plaintes concernant l’aspartame qui font état de maladies multiples – dépressions, désordres neuro-dégénératifs, troubles intestinaux graves, problèmes de vue, rhumatismes, sclérose en plaques, lupus, Alzheimer, coma, cancer, tumeurs, prise de poids. Pourtant ce produit se trouve, scandaleusement, à portée de main dans les rayons de nos supermarchés. Il représente un chiffre d’affaires colossal. Ce qui explique sans doute le reste… Lisez et vous saurez…

ACHETER LE LIVRE

Commentez avec facebook svp

tumblr_m94i4qSRIv1rw8y18o1_1280Bookman Duty

Né à la Jamaïque, Dutty Bookman est esclave de l’habitation Turpin dans la plaine du Nord de Saint-Domingue (actuel Haïti). Dans la nuit du 14 août 1791, au Bois-Caïman, lieu reculé de l’habitation Lenormand de Mézy, ce prêtre vaudou organise une cérémonie pour un grand nombre d’esclaves. Un cochon noir est sacrifié et les assistants boivent son sang afin de devenir invulnérables.
Dutty Boukman – ?-1791 (Haïti/Saint-Domingue)
Boukman ordonne alors le soulèvement général.

Celui-ci a lieu la nuit du 22 août et dure une dizaine de jours.

Les révoltés enflamment les habitations.

Boukman, accompagné de 200 autres esclaves, s’avance jusqu’au Cap-Français. Il périt au combat, à la tête de ses troupes. Pour faire mentir l’idée qu’il était invulnérable, les colons exposent sa tête au Cap.

D’autres chefs succèdent à Bookman, ses lieutenants Jean-François et Biassou, ainsi que Toussaint, qui ne s’appelle pas encore Louverture.

La révolte de Bookman ouvre la voie à la Révolution haïtienne qui conduira à l’indépendance le 1er janvier 1804. Haïti sera le premier Etat “noir” indépendant qui proclame dans sa Constitution l’égalité de tous, quelle que soit la couleur de peau.

– EXTRAIT DU « SERMENT AU DIEU DES ANCÊTRES » PRONONCE PAR HOUGAN DUTTY BOUKMAN ZAMBA AU COURS DE LA « CÉRÉMONIE DU BWA KAY MAN » QUI S’EST DÉROULÉE AU MORNE ROUGE DANS LA NUIT DU 14 AOÛT 1791:

« Ô Dieu des Ancêtres qui créa la terre et qui créa le soleil qui nous inonde de sa lumière. Ô Dieu qui porte les océans, qui provoque le rugissement du tonnerre.Ô Dieu qui a des oreilles pour entendre , toi qui es caché derrière les nuages , qui nous montre notre cheminement originel , tu vois à quel point le Blanc nous fait souffrir. Le Dieu de l’homme blanc lui commande de commettre des crimes.Mais notre Dieu qui est si bon , si juste , si vrai nous ordonne à présent de nous venger de toutes les souffrances endurées.C’est lui qui dirigera désormais nos armes et nous conduira à la victoire.C’est lui qui dorénavant nous aidera et nous protégera.Mais il exige que nous rejetions définitivement l’image hideuse du Dieu de l’homme blanc qui est si perfide et si cruel.Écoutez mes frères la voix triomphante de la liberté qui chante et résonne dans nos cœurs à jamais purifiés ».

Jean Jacque Dessaline grand patriote d'Haïti-EXTRAIT DE LA PROCLAMATION DE L’ INDÉPENDANCE D’AYITI PAR LE GÉNÉRAL EN CHEF JEAN- JACQUES DESSALINES LE 1er JANVIER 1804:

« Généraux , et vous chefs , réunis ici près de moi pour le bonheur de notre pays , le jour est arrivé , ce jour qui doit éterniser notre gloire , notre indépendance.S’il pouvait exister parmi nous un coeur tiède , qu’il s’éloigne et tremble de prononcer le serment qui doit nous unir. Jurons à l’Univers entier , à la postérité , à nous-mêmes , de renoncer à jamais à la France et de mourir plutôt que de vivre sous sa domination ; de combattre jusqu’au dernier soupir pour l’Indépendance de notre pays. Et toi , peuple trop longtemps infortuné , témoin du serment que nous prononçons , souviens- toi que c’est sur ta constance et ton courage que j’ai compté quand je me suis lancé dans la carrière de la liberté pour y combattre le despotisme et la tyrannie contre lesquels tu luttais depuis quatorze ans.Rappelle- toi que j’ai tout sacrifié pour voler à ta défense : parents , enfants , fortune , et que maintenant je ne suis riche que de ta liberté; que mon nom est devenu en horreur à tous les peuples qui veulent l’esclavage , et que les despotes et les tyrans ne le prononcent qu’en maudissant le jour qui m’a vu naître; et si jamais tu refusais ou recevais en murmurant les lois que le génie qui veille à tes destins me dictera pour ton bonheur , tu mériterais le sort des peuples ingrats.Mais loin de moi cette affreuse idée ; tu seras le soutien de la liberté que tu chéris et l’appui du chef qui te commande.Prête donc entre mes mains le serment de vivre libre et indépendant , et de préférer la mort à tout ce qui tendrait à te remettre sous le joug.Jure enfin de poursuivre à jamais les traîtres et les ennemis de ton indépendance ».

Commentez avec facebook svp

Clément ShalaClément Shala, un Congolais de la République Démocratique du Congo (RDC) a mis au point un électro-brasero qu’il a inventé à partir des pièces de récupération. Le moteur est fait à partir des pièces récupérées dans les radios cassettes et CD. Ce moteur fait fonctionner un ventilateur qui active la combustion de la braise, elle même composée de résidus de charbon que personne n’utilise. Le moteur est alimenté par 2 piles électriques usagées.

Jusqu’à maintenant, la majorité des Congolais cuisinaient au charbon de bois, un combustible hors de prix pour la majorité des congolais et surtout très peu écologique. Comme le dit l’auteur du braséro, son invention permet de limiter l’abattage d’arbres pour une année.

Pour le moment, aucune aide de l’état congolais n’est venu encourager cet inventeur et une production industrielle n’est pas pour demain à moins que les Africains et surtout de la diaspora ne mettent la main à la poche pour aider ce valeureux enfant de Kemet (Afrique). Plusieurs exemplaires du braséro ont déjà été vendus sans aucune publicité au coût de 15 € soit 9839,35 Fcfa, un mois de charbon de bois pour le Congolais moyen.

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=RKeA9UkIVhs&feature=share

Commentez avec facebook svp

ndjembeLes «crimes rituels» n’en finissent plus de faire couler encre et salive, tant leurs victimes sont nombreuses et de nature diverses. Bien souvent, les rites initiatiques et traditionnels sont assez souvent accusés d’être les instigateurs de ces pratiques barbares. C’est à cet effet que les praticiennes du rite initiatique «Ndjembè Omyènè», sont montées au créneau, à travers un communiqué, pour s’en démarquer.

Certainement pour éloigner leur rite ancestral du spectre de la confusion avec des pratiques d’un autre âge consistant à dépecer et à récupérer certaines parties du corps humain à des buts fétichiste, les femmes initiées du rite traditionnel «Ndjembè Omyenè» ont produit, via le quotidien Gabon Matin, le mercredi 29 mai 2013, un communiqué pour lever tout équivoque.

Considéré depuis ses origines comme le rite de passage entre le statut de jeune fille et celui de «femme accomplie», le rite initiatique «Ndjembè Omyènè» figure nécessairement dans la nébuleuse indexée depuis l’apparition du phénomène des crimes dits rituels. Il n’est plus rare, en effet, que des cadavres soient enregistrés dans les temples traditionnels. L’alibi est toujours que ces personnes décèdent à la suite de processus initiatiques ratées. Mais, selon certains observateurs, cet argument ne cache rien d’autre que des meurtres déguisés, les dépouilles mortelles n’ayant, parfois, pas pu être transportées ailleurs. Nombreux pensent qu’il en a été ainsi de la découverte, le mardi 28 mai 2013 dans des buissons au PK 8, une banlieue de Libreville, du corps d’une jeune dame de 32 ans, sans vie. Comme de nombreux autres corps de jeunes femmes retrouvés ce derniers mois, elle avait un pieu enfoui dans l’appareil génital.

À travers leur communiqué, les adeptes du Ndjembè Omyènè soutiennent ne pas se livrer à ces pratiques sordides, alors que d’aucuns soutiennent mordicus que ce rite est associé à une mystérieuse «société magique» ou démoniaque dont la vie et certaines parties du corps humain sont prisées comme ingrédients pour la fabrication de puissantes amulettes.

Face à ces accusations, la coalition des femmes initiées au Ndjembè Omyènè s’est insurgée : «Nous femmes du rite Ndjembè Omyènè, dénonçons et condamnons énergiquement ces abominations». Le collectif n’a pas manqué de se désolidariser de certains «initiés» pervertis qui useraient de la vie humaine pour le bien de leurs «patients». Ainsi, ne se reconnaissant pas dans «ces pratiques odieuses, diaboliques, rétrogrades et inimaginables», les «héritières» de la connaissance ancestrale des «vertus premières des plantes» et de la «magie des éléments de la nature» ont soutenu, dans leur communiqué, que la pratique du Ndjembè Omyènè est noble et sain et qu’à contrario, les crimes rituels sont «des pratiques qui ont en réalité pour dessein de salir et de honnir la noble tradition et partant de jeter le discrédit sur les valeureuses prêtresses et autres femmes initiées du rite».

Pour ces initiées, le Ndjembè Omyènè fait partie des «rites initiatiques pour maintenir l’équilibre, l’ordre dans la société ainsi que la paix au sein de leur communauté respective» et non de ceux dont le but principal est l’ascension sociale de quiconque nécessitera leur intervention. Par ailleurs, ont-elles tenu à rappeler, «le Ndjembè n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais un motif d’ascension matérielle ; mais plutôt et pour toujours une voie d’éducation sociale et d’élévation spirituelle».

Commentez avec facebook svp

songhai_empireLes royaumes vassaux de l’empire du Mali n’attendaient qu’une occasion de prendre leur revanche. Ce que fit le petit royaume de Gao, qui donna naissance au plus grand empire que la région eut connu jusqu’à provoquer la convoitise du lointain roi du Maroc.

Sonni Ali

En 1464, Sonni Ali monta sur le trône du petit royaume de Gao, chez les Songhaïs, établi sur le Niger en aval de Tombouctou.
Ce souverain constitua une cavalerie et une flotte de 400 bateaux, puis se lança à l’assaut de Tombouctou, qui fut vaincu en 1468.
Cinq ans plus tard, la flotte de Djenné assura la domination de Sonni Ali sur tout le delta intérieur du fleuve.
Surnommé « Ali le Grand », il favorisa le commerce, créa une administration centralisée et prit l’habitude de rédiger des actes officiels.

Askia Mohamed

Son fils fut un piètre successeur et n’opposa aucune résistance à la prise du pouvoir par Mohamed Sylla, le chef de l’armée appelé ensuite « Askia Mohamed ». Ce coup d’Etat, fomenté par les lettrés de Tombouctou, devait relancer l’islamisation de la région, trop lente à leurs yeux.
Askia Mohamed étendit les limites de son empire et favorisa le développement des cités commerciales.
C’est sous son règne que Tombouctou atteignit sa plus grande renommée intellectuelle et commerciale. Il a laissé l’image d’un grand bâtisseur et d’un homme profondément religieux.

Tombouctou

Tombouctou tiendrait son nom de Bouctou, une vieille femme chargée de garder un puits où les caravaniers venaient faire boire leurs chameaux.
Située sur la route la plus courte pour aller du Soudan au Caire et dans le monde arabe, la cité ne cessa de prospérer tant sous la domination des Maliens que sous celle des Songhaïs.
Avec Djenné au Sud, elle était la plaque tournante des échanges entre les céréales produites dans l’empire et le sel du désert passé sous le contrôle des Askias.
Cette richesse permettait d’entretenir nombres d’écoles musulmanes en relation avec les universités du Maroc et d’Egypte.

La fin de l’empire Songhaï

Fasciné par le prestige de Tombouctou et la richesse supposée des Askias, Al-Mansour, le sultan du Maroc, se lança à la conquête de l’Empire Songhaï.
Askia Daoud résista vainement et la guerre civile dévasta le pays qui s’enfonça dans l’anarchie. Les gouverneurs marocains nommés par le sultan furent appelés « Armas » par la population à cause des armes à feu qui avaient assuré leur victoire. Puis les sultans se désintéressèrent du Soudan, trop éloigné de chez eux.

Commentez avec facebook svp

« Que signifie le concept de « Se djodjoe dji », c’est-à-dire « l’état de droit » ? Quelle est la réelle définition du concept de Maât ? Cet ouvrage met en exergue la Tradition Kamit dans son ensemble en fournissant les outils et les solutions concrètes pour une édification du Dunamefe, l’État Kamit Moderne, à travers le cadre de l’Uhem Mesut (Renaissance). Cet État Moderne organisera notre Société comme Espace de libertés, de prospérité matérielle, de responsabilité politique, d’inventivité, de sciences, de techniques et de spiritualité.

 « L’Afrique doit s’unir », comme l’a prédit le Wosadjefo Kwame Nkrumah, et elle doit le faire suivant ses propres principes, ses propres fondements qui sont ici exposés.

 « Par conséquent, il n’y a qu’un seul salut : c’est la connaissance directe ! Et aucune paresse ne pourra nous dispenser de cet effort. Il faudra absolument acquérir la connaissance directe. »

Nunlonla Cheikh Anta Diop

 En effet, seule la connaissance directe permet de nous éloigner des élucubrations d’une prétendue historie qui se veut « officielle » et dont on n’a rien à tirer si ce n’est l’avilissement. C’est en ce sens qu’on comprend très bien l’assertion suivante :

 « L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au nord et au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité. »

Fari Lumumba »

  Avec Duname, plongeons à la redécouverte de nos Racines, de notre véritable Histoire telle que consignée par notre Tradition riche de plus de 101.961 ans de Modernité avant Lumumba. Découvrons les origines de la création de l’Univers, les origines de l’Être humain, l’organisation de nos Sociétés à travers la Maât et l’Ubuntu, notre principe du Vivre-ensemble. Le mot UBUNTU se retrouve dans plusieurs de nos langues avec quelques variantes ici et là. Voyons ce que veut dire UBUNTU afin que chacun puisse retrouver un équivalent dans sa langue. Desmond Tutu dit ceci à propos de UBUNTU : 

« le mot Ubuntu […] exprime le fait de se montrer humain. Lorsque nous voulons faire connaître tout le bien que nous pensons de quelqu’un, nous disons : « Yu, u nobuntu », « Untel a de l’ubuntu »; ce qui signifie qu’il est tout à la fois généreux, accueillant, amical, humain, compatissant et prêt à partager ce qu’il possède. C’est aussi une façon de dire: « Mon humanité est liée inextricablement à la vôtre » ou « Nous appartenons au même faisceau de vies. » Nous avons un principe: « Un être humain n’existe qu’en fonction des autres êtres humains. » C’est assez différent du « Je pense donc je suis ». Cela signifie plutôt: « Je suis humain parce que je fais partie, je participe, je partage. » Une personne qui a de l’ubuntu est ouverte et disponible, elle met les autres en valeur et ne se sent pas menacée s’ils sont compétents et efficaces, dans la mesure où elle possède une confiance qui se nourrit du sentiment qu’elle a d’appartenir à un ensemble, et qu’elle se sent rabaissé quand les autres sont rabaissés, humiliés, torturés, opprimés ou traités comme des moins que rien. » (Dans son livre: « Il n’y a pas d’avenir sans pardon » p. 38 à 39)

 En clair, on dit de quelqu’un qu’il a l’Ubuntu lorsque l’expression de son humanité est en équilibre avec celle des autres. Ubuntu vient également de Muntu qui veut dire « être humain », féminin ou masculin. De Muntu, au singulier, on a Bantu au pluriel et qui signifie les « êtres humains ». Cet état d’esprit, l’Ubuntu, est alimenté par un ensemble de valeurs morales cardinales généralement admises dans nos sociétés. Sans ces valeurs, il n’est pas possible d’incarner l’Ubuntu. Ces valeurs étaient rassemblées, depuis les temps anciens, au sein du concept de Maât. Maât en tant que principe d’action dans tous les domaines d’activités humaines: morale, spirituelle, philosophique, politique, etc. D’ailleurs, le professeur Obenga nous apprend que Maât se retrouve sous les appellations « Moyo » au Kongo, « Ma » chez les Ngaka, « Mye » chez les Fang, « Mya » chez les Mpongwe, « Mo » chez les Yoruba, « Ma » chez les Haussa, « Mat » chez les Mada, « Mat » chez les Nuer, etc. (voir dans l’ouvrage: « A Companion to African Philosophy » de Kwasi Wiredu, p.48)

  Hungan Ga Amouna

Commentez avec facebook svp

Dernier volume de l’autobiographie de Maya Angelou, écrivaine et militante afro-américaine, publié en France quelques mois après sa mort, Lady B constitue une magnifique déclaration à sa mère.

Maya Angelou a raconté son extraordinaire vie et son parcours hors du commun dans son autobiographie révolutionnaire.

Considérés aujourd’hui comme des classiques de la littérature afro-américaine (sur les 6 volumes, 4 sont traduits en français : Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, Tant que je serai noire, Un billet d’avion pour l’Afrique et Lady B), ses écrits ont élargi les horizons de la mémoire collective américaine.

Maya-Angelou-et-sa-mere-Vivian-Baxter

Maya Angelou et sa mère, Vivian Baxter.

« Il arrive fréquemment qu’on me demande comment je suis devenue qui je suis. Comment, née noire dans un pays de Blancs, pauvre dans une société où la richesse est admirée et recherchée à tout prix, femme dans un environnement où seuls de grands navires et quelques locomotives sont désignés favorablement par l’emploi du pronom féminin, comment suis-je devenue Maya Angelou ? » (Lady B, p.9).

Lady B, sa mère, répond en grande partie à la question. L’amour de Vivian Baxter « l’a influencée, formée, libérée ». Dans cet ultime récit, l’auteure, élevée pendant dix ans chez sa grand-mère maternelle en Arkansas avec son frère, raconte ce qui fut vécu comme un abandon et le long cheminement vers la réconciliation avec cette femme qui la récupère à l’âge de 13 ans.

D’anecdotes en anecdotes, de sa plume fluide et intuitive, résolument moderne, Maya Angeloutisse les sentiments d’amour entre elles et lui attribue sa réussite. Car c’est Lady B, cette femme à la beauté saisissante et à la générosité débordante qu’elle ne pouvait appeler maman, qui sera présente quand Maya aura un fils à 17 ans ou quand elle commencera à écrire.

De mère en fille, l’amour aidera à « atteindre des sommets insoupçonnés et à se hisser hors d’abîmes insondables ».

Le clip  » Harlem Hopscotch  » sorti récemment aux Etats-Unis reprend un poème de Maya Angelou.

Maya Angelou, figure emblématique des droits civiques pour les Noirs

Écrivaine, poète, actrice, danseuse et enseignante, Maya Angelou est une figure importante du Civil rights movement (Mouvement des droits civiques aux États-Unis).

Née en 1928 à Saint Louis et élevée à Stamps en Arkansas, état du sud où sévit la ségrégation, Maya Angelou expérimente très tôt la discrimination raciale qu’elle raconte dans le premier volume de son autobiographie Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage (1969). Elle ne cessera dès lors de lutter pour mettre à terre les inégalités.

Dans Tant que je serai noire (1981), elle relate comment elle rejoint Harlem, épicentre de l’activité intellectuelle des Noirs Américains ainsi que sa rencontre avec le militant sud-africain Vusumzi Make, proche de Nelson Mandela, dont elle deviendra la compagne. Elle se lie aussi avec Malcom X et Martin Luther King. Elle dirigera d’ailleurs la section new-yorkaise de l’association de ce dernier. C’est à sa mort qu’elle se met à écrire, poussée par l’écrivain James Baldwin. Au fil des années, Maya Angelou est devenue un personnage incontournable de la vie artistique et politique américaine.

En 2010, Barack Obama lui décerne la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile aux États-Unis. En 2013, elle reçoit le National Book Foundation pour « service exceptionnel rendu à la communauté littéraire américaine ». Elle meurt en mai 2014.

Sarah Gastel

SOURCE: http://www.africavivre.com/coups-de-coeur-a-lire/romans/lady-b-de-maya-angelou-un-lumineux-hommage-a-la-mere.html

Acheter le livre ici:

Commentez avec facebook svp

blackfamilyreading
On dit souvent pour ‘dissimuler quelque chose à un Noir, il faut le mettre dans un livre’. C’est une manière de dire que les Noirs ne lisent pas ou plutôt n’ont pas l’habitude de lire des livres. Il était impossibe pour nos parents de nous transmettre le goût de la lecture car eux-même n’avaient pas reçu cet héritage, hormis quelques uns qui avaient étudiés dans les écoles coloniales. Il est important de rappeler qu’après la décolonisation, aux alentours des années 60-70, une grande majorité d’Africains était illettrée ou disons plutôt ne parlait pas les langues occidentales. Aussi, contrairement aux Afro-américains qui ont assimilé les habitus (manières d’être) des Euro-américains, tel que la possession d’une bibliothèque à la maison, beaucoup d’ Africains sont encore réfractaires à la lecture.  Car celle-ci est souvent considérée comme un «truc des Blancs». Une perte de temps.

Il n’est pas obligatoire d’aimer lire des livres. Par contre, si vous êtes parents, il est certain que vous souhaitez ce qu’il y a de mieux pour vos enfants. Vous désirez que ces derniers réussissent à l’école et s’épanouissent personnellement. Donc si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour les aider, vous ne pourrez pas faire l’économie de la lecture. 

– La lecture et l’imagination –

Lire des livres aux enfants permet de développer et de stimuler leur imagination.
Dans son ouvrage l’enfant de 6 à 11 ans, le Dr Gilles-Marie Valet nous apprend ceci :
«  L’école apprend à lire, mais n’enseigne pas le goût de lire. Or, on connaît l’importance de la lecture dans le développement intellectuel, cognitif et affectif de l’enfant, particulièrement après 6 ans, où la curiosité sexuelle cède la place à la curiosité générale. La lecture apporte des réponses, mais plus encore, stimule l’envie, de comprendre, cultive la mémoire et l’imagination, celles qui donnent le pouvoir de rêver et surtout d’élaborer des solutions nouvelles […] C’est essentiellement en dehors de l’école que se cultive le plaisir de la lecture. Or, communiquer le goût de lire ne va pas de soi. Cela tient à la fois de la transmission et de la transgression. On sait la part de l’héritage des parents : lorsque ces derniers aiment lire ou tiennent simplement le livre ou les écrivains en bonne estime, ils favorisent l’intérêt que leur enfant peut leur porter. Parce qu’il aura pris l’habitude et le plaisir d’écouter les histoires, le soir au coucher par exemple, il aura plus tard envie de parcourir à son tour ses propres livres »(1)
-Qu’est-ce que l’imagination ?-
L’imagination est cette faculté de notre esprit grâce à laquelle nous sommes capable de visualiser des images dans notre tête, de voir un aperçu de notre avenir, de nos créations. C’est les yeux de l’esprit. Elle nous permet de transcender nos limites et croire à l’impossible car tout ce que l’esprit humain peut voir et concevoir en son imagination, il peut le réaliser. 
Mbuta Nsaku Kimbembe, auteur et spécialiste de la tradition kongo, écrit ceci à propos de l’imagination :
« C’est un mouvement qui se manifeste essentiellement dans la tête d’un individu. Tout être humain imagine, rêve et désire des choses.Ce mouvement est tellement fort qu’il donne une sorte d’écran situé à la limite des mondes visibles et invisibles, où viennent se projeter des images. L’imagination reçoit et enregistre beaucoup de choses qu’on essaie d’exprimer, de décrire ou de réaliser. Avant toute réalisation (création), un mouvement interne se produit. » (2)
Dans un livre formidable intitulé Qui lit petit, lit toute la vie, la romancière Rolande Causse apporte une explication capitale sur l’importance de l’imagination chez les enfants :
« C’est dans l’imaginaire que l’enfant ira chercher les éléments de ses fantasmes et de ses rêves. Et cet imaginaire, c’est l’imagination qui vient l’enrichir : si l’on compare l’imaginaire à un grenier, l’imagination serait l’échelle qui permet d’y accéder ou en redescendre. Sans elle, pas de vie possible.
Pour les enfants, le livre est donc extrêmement important, qui vient faire fonctionner, fructifier et enrichir l’imagination, et les albums illustrés jouent un rôle bénéfique en les nourrissant de leur beauté esthétique et de leur force inconsciente. Chaque livre est pour eux une petite dramaturgie dans laquelle ils trouvent des éléments de construction de leur personnalité et de leur sociabilité.
L’imagination est cette faculté humaine qui permet de mener sa vie,de réfléchir, de penser, d’inventer, de créer. Présent dans le domaine de la recherche, scientifique, philosophique, elle y joue un rôle important. Mais elle est comme un muscle : si elle n’est pas en mouvement, si elle ne fonctionne pas, elle s’étiole. L’imagination s’entretient, se stimule, s’amplifie. La pensée l’entraîne dans une activité sans cesse renouvelée. Faire fonctionner l’imagination des enfants et – ce à tous les âges – est indispensable. Les histoires qui leur sont lues « débloquent », délient et actionnent l’imagination qui se nourrir aussi du mystère des contes.» (3)
Concernant le pouvoir des contes, et notamment les contes traditionnels africains, voici une interview très intéressante d’Oumar Nianankoro Diarra. 
«Les contes, c’est une école qui forme l’individu. Les contes éveillent l’intelligence de l’enfant»
Pour les parents Africains qui souhaitent initier leur enfants à la lecture mais ne savent pas comment s’y prendre, le livre de Rolande Causse est intéressant. Vous y trouverez des conseilles avisés…
A propos de l’imagination…
 
Dans le film The Magic of Belle Isle, Morgan Freeman, interprétant le rôle de Monty Wildhorn, un écrivain, dit de l’imagination qu’elle est  « La force la plus puissante jamais mise en disposition de l’humanité ».
Si c’est par l’imagination que l’homme est capable d’inventer et d’accéder à son pouvoir créateur, et que celle-ci se développe grâce à lecture, alors parents Africains, en offrant des livres à vos enfants, en leur lisant des contes, vous aller peu à peu stimuler leur imagination et développer leur intelligence. Cela les aidera plus tard dans leur vie et surtout durant leur scolarité. 
Beaucoup d’enfants naissent avec des dons et talents incroyables, et la lecture, parce qu’elle stimule l’imagination et la créativité, leur sera d’une grande aide pour exprimer pleinement leur potentiel ; mais également pour rêver.

Voila pourquoi, d’après moi, les Africains doivent lire des livres à leurs enfants, et éveiller en eux le goût de la lecture.– Lire des livres tous les soirs aux enfants –
Tous les soirs, quand je suis disponible, je consacre 10 à 15 min pour faire la lecture à mes petites sœurs avant qu’elles aillent se coucher. Si vous avez des enfants en bas-âges, Rollande Causse Rappelle ceci :

Je leur lis des contes, des histoires avec des personnages auxquels elles peuvent s’identifier et se reconnaitre. Il y’ a des livres qu’on achète et d’autres qu’on emprunte à la bibliothèque. J’essaie de leur lire des livres sur des thèmes et sujets qui les intéressent.
Une étude scientifique à récemment prouvé les bénéfices de faire la lecture aux enfants. Lire } C’est désormais prouvé, faire la lecture aux enfants change leur cerveauSi vous avez des enfants en bas-âges, Rollande Causse Rappelle ceci 

« Aujourd’hui, les albums pour tout-petits, les « livres de bébé», accompagnent dès les premiers mois ces temps de douceur où le nourrisson, serré contre celui qui lit, s’étonne, regarde, touche, hume et babille. L’objet livre devient pour lui un jeu, un jouet parmi les autres. Mais bébé grandit, marche et parle.

Il aborde alors la planète des albums aux illustrations colorées, des histoires, moments de joie partagé. Il découvre la langue et engrange mots et jeux de mots. Récit et images provoquent son imagination et enrichissent son imaginaire. Son intelligence se structure. Grâce aux rituels de lecture, ces albums passionnants lui donnent envie de savoir déchiffrer leurs signes mystérieux, l’envie d’apprendre à lire.»(5)
SOURCEhttp://koye-ba.blogspot.fr/2016/02/pourquoi-les-africains-doivent-lire-des.html
 
Voici une sélection des livres qui ont plu à mes petites sœurs et qui peuvent plaire à vos enfants. 







Commentez avec facebook svp

Zeitgeist: Moving Forward (Aller de l’avant), réalisé par Peter Joseph, est un film documentaire qui présente un argumentaire en faveur d’une transition qui déboucherait sur l’abandon de l’actuel paradigme socio-économique qui gouverne toutes les sociétés du monde.
Ce film transcende le relativisme culturel ainsi que les idéologies traditionnelles et se focalise sur les principaux attributs humains et sociaux, ce « terreau vivant ».
Le nouveau paradigme social durable qu’il prône, appelé « économie basée sur les ressources », s’inscrit dans le respect des lois immuables de la nature.

Apparaissent dans ce film des experts dans les domaines de la santé publique, de l’anthropologie, de la neurobiologie, de l’économie, de l’énergie, de la technologie, des sciences humaines et autres domaines ayant trait au fonctionnement socio-culturel.
Ses trois thèmes centraux sont le comportement humain, l’économie monétaire et les sciences appliquées.

Dans son ensemble, cette œuvre engagée constitue un modèle de compréhension du paradigme social actuel et explique pourquoi il est impératif d’en sortir.
La nouvelle approche sociale radicale, mais néanmoins pratique, qu’elle propose, est fondée sur des connaissances avancées qui permettraient de résoudre les problèmes sociaux auxquels le monde est aujourd’hui confronté.

Une des caractéristiques uniques de ce film, qui le différencie en termes de style de la plupart des autres documentaires, est qu’il exploite en parallèle un thème cinématique/dramatique dans le cadre duquel figurent de véritables acteurs qui jouent différentes scènes abstraites liées au message général du film.
Il utilise également avec force de nombreux effets visuels et de l’animation en 2D et 3D, et n’a donc recours que ponctuellement aux caractéristiques traditionnelles des films documentaires.

Voici les 4 grands thèmes abordés sont :
I) La nature humaine : Les humains, organismes conditionnés par leur environnement extérieur.
II) La pathologie sociale : Le caractère intrinsèquement pathologique de notre société.
III) Le projet terre : Comment organiser la vie sur terre de manière rationnelle et intelligente.
IV) Evolution : Pourquoi une révolution est-elle nécessaire aujourd’hui.

Date de sortie : 26 janvier 2011
Version Vostfr en qualité HD
Durée 2h41mn

SOURCE: http://www.notre-ecole.net/zeitgeist-3-moving-forward-hd-aller-de-avant-vostfr/

Commentez avec facebook svp

Paracas est une péninsule désertique située dans la Province de Pisco dans la région de l’Inca, sur la côte sud du Pérou. C’est ici qu’un archéologue péruvien, Julio Tello, a fait une découverte étonnante en 1928 – un cimetière contenant des tombes remplies avec les restes de personnes avec des crânes allongés – une des découvertes les plus complexes et importantes trouvées n’importe où dans le monde.

Les « crânes de Paracas’

paracas5Au total, Tello a trouvé plus de 300 de ces crânes allongés, qui sont censés remonter à environ 3 000 ans. Une analyse de l’ADN a maintenant été réalisée sur l’un des crânes et Brien Foerster expert a publié des informations préliminaires concernant ces crânes énigmatiques.

Il est bien connu que la plupart des cas d’allongement du crâne est le résultat de la déformation crânienne, technique d’aplatissement de la tête, dont le crâne est délibérément déformé en appliquant une force contraignante sur une longue période de temps.

Il est habituellement réalisé en liant la tête entre deux morceaux de bois.

Cependant, alors que la déformation crânienne modifie la forme du crâne, il n’altère pas son volume, poids ou autres éléments qui sont caractéristiques d’un crâne humain normal.

Le crâne d’un très jeune enfant est souple à la naissance, et le reste pendant des mois. Il est donc possible, en attachant une corde autour de la tête, avec une planche placée à l’arrière du crâne, et peut-être à l’avant aussi, de modifier la forme de la tête au fil du temps. Plusieurs auteurs affirment que la période de temps nécessaire est d’environ 6 mois à 3 ans, mais comme la pratique n’est plus effectuée à ma connaissance, personne ne sait vraiment. Au XXème siècle, les derniers exemples de cette technique se retrouvent sur les enfants du Congo en Afrique et sur l’île de Vanuatu dans la zone sud de l’Océan Pacifique appelée Mélanésie, mais on la retrouve aussi en Égypte, durant la période amarnienne, au Soudan, en Irak, en Syrie, en Russie, sur l’île de Malte, en de nombreux endroits du Pérou et de Bolivie, et chez les Olmèques du Mexique.

Cette technique permet de changer la forme du crâne, mais pas le volume réel. Vous pouvez modifier la forme, mais pas la taille. Cependant, Tello a découvert de nombreux crânes, au moins 90 sur le site de Cerro Colorado près du cimetière principal de Paracas, qui avaient un plus grand volume crânien, et dans certains cas 2,5 fois plus grand qu’un crâne humain moderne ordinaire. Comment est-ce possible ? Comme je l’ai dit, la déformation peut modifier la forme, mais pas le volume de matière osseuse, et certainement pas deux fois plus.

Il est donc évident que nous avons affaire à deux phénomènes différents; l’allongement artificiel et l’allongement génétique. Les crânes Paracas sont les plus grands que l’on connaisse dans le monde. De quelle « race racine » proviennent-ils ? Il est ridicule de penser que l’allongement naturel soit dû à une hydrocéphalie ou à une autre maladie, étant donné que Tello en a retrouvé des centaines…

D’autres éléments d’un intérêt considérable qui relient l’Egypte à l’Amérique du Sud sont les crânes incas que l’on peut comparer aux crânes allongés de personnalités royales égyptiennes. 

Les crânes de Paracas, sont différents

Le volume crânien est jusqu’à 25 % plus grand et plus lourd que les crânes humains classiques, ce qui signifie qu’ils ne pourraient pas avoir été intentionnellement déformés par le biais de liaison/aplatissement de la tête de 60 %.

PARACASIls contiennent également une seule plaque pariétale, plutôt que deux. (photo de gauche)

Le fait que les caractéristiques de ces crânes ne soient pas le résultat de la déformation crânienne signifie que la cause de l’allongement reste un mystère toujours pas élucidé.

M. Juan Navarro, propriétaire et directeur du musée local d’histoire de Paracas, qui abrite une collection de 35 des crânes de Paracas, a autorisé le prélèvement d’échantillons de 5 des crânes.

Les échantillons étaient constitués de cheveux, y compris les racines, une dent, des os de crâne et de la peau, et ce processus a été soigneusement documenté par des photos et des vidéos.

Des échantillons de trois crânes ont été envoyés à l’analyse, bien que le généticien n’a pas eu connaissance sur ce qu’il devait rechercher, pour ne pas créer des idées préconçues.

Les résultats de l’analyse de l’ADN de l’un des crânes sont maintenant de retour, et Brien Foerster, auteur de plus de dix livres et expert sur les crânes allongés d’Amérique du Sud, vient de dévoiler les résultats préliminaires de l’analyse.

La conclusion est sans appel

L’ADN mitochondrial présente des mutations inconnues sur n’importe quel homme, primate ou animaux connus à ce jour.

Mais quelques fragments, séquencés de cet échantillon indiquent que si ces mutations persistent, nous avons à faire à une nouvelle créature humanoïde, très éloignée de l’Homo sapiens, les Néandertaliens et les Denisovans.

Les implications sont évidemment énormes. « Je ne suis pas sûr qu’il rentre même dans l’arbre évolutionnaire connu, » a écrit le généticien. Il a ajouté que si les individus de Paracas étaient si biologiquement différents, ils n’auraient pas pu se croiser avec les humains.

Le résultat de cette analyse est la première phase de nombreuses phases d’analyses qui doivent avoir lieu.

http://www.ancient-origins.net/news-evolution-human-origins/initial-dna-analysis-paracas-elongated-skull-released-incredible#.UvJA_gmoTFM.facebook

Commentez avec facebook svp

« House of One » entend unir les hommes et femmes de toutes confessions dans un lieu unique. Un beau projet, pour favoriser la compréhension de chacun et surtout apporter la tolérance et la paix dans un lieu qui ferait figure d’exemple si tout venait à se passer à merveille, comme l’espèrent les trois dignitaires qui en ont eu la brillante idée. 

Le rabbin Ben Chorin, l’imam Kadir Sanci et le pasteur Gregor Hohberg ont uni leurs efforts pour créer ce projet, qui entend mettre à l’unisson les attentes de chacun, dans le respect des uns et des autres. 

via house-of-one

Réunir en un même lieu trois cultes différents : un sacré pari !

Le nom de l’établissement « House of One » résonne en lui-même comme une belle promesse : en étant la Maison de l’un, devenir la maison de tous

L’accueil des fidèles dans cette bâtisse inter-religieuse, dont la construction est prévue à Berlin, se ferait par une seule et même entrée, histoire de mutualiser l’espace dès l’entrée et mettre à égalité tous les cultes. Ensuite, des escaliers divers conduiraient jusqu’à trois salles, représentant chacune un lieu de culte, quant aux salles en elles-mêmes, elles seraient de formes différentes mais de tailles égales. 

via house-of-one

Sur la bonne voie mais pas pour tout de suite

Pour l’instant, le projet a déjà récolté plus d’1 million d’euros de financement, via plus de1700 donateurs

On est encore loin des 43 millions d’euros de coûts estimés pour le financement du projet, mais il est bon de voir que l’initiative avance et prend petit à petit de l’ampleur. 

La présentation du projet en vidéo

Voilà à quoi devrait ressembler l’édifice

via house-of-one

Chaque personne qui le souhaite peut d’ailleurs participer en achetant des briques (10€ l’unité), c’est dans de petits dons que naissent parfois de grandes choses. 

Si ce projet vous plaît et que vous avez envie d’y contribuer, vous pouvez d’ailleurs le faire sur le site house-of-one.org

SOURCE:http://www.minutebuzz.com/societe–beau-projet-une-mosquee-eglise-synagogue-pourrait-bientot-voir-le-jour-/

Commentez avec facebook svp

614Au XVIe siècle, on attribue à cet esclave affranchi la résurrection de cinq personnes, dont celle d’un nourrisson mort dans un accident de carrosse. C’est l’histoire d’un dévot dont la dépouille, exhumée trois ans après sa mort, dégage une « odeur très suave » et est pratiquement intacte. Benoît le More, ou Benoît le Noir, deviendra le saint patron de Palerme, ville sicilienne où il mourra. Dans l’ouvrage Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle (MAT Éditions), Giovanna Fiume évoque ce Noir devenu l’idole de l’île méditerranéenne dès 1652. Né en 1524 (ou 1526, selon certains historiens) dans la maison d’un chevalier de San Fratello, Jérôme Lanza, fondateur d’un ordre franciscain, le fils d’esclaves mahométans convertis au catholicisme grandit dans 228la dévotion. Affranchi par son maître, il s’occupe des travaux manuels du monastère de Lanza. Peu de détails existent sur sa vie, mais on sait qu’il est cité en exemple par ses contemporains. « Bien que noir, il fut le Blanc de tous les barons spirituels de son temps », déclaraient-ils, lui attribuant la résurrection de cinq personnes, dont celle d’un nourrisson mort dans un accident de carrosse.

Canonisé en 1807, saint Benoît le More est célébré le 4 avril, et il est encore vénéré au couvent Santa Maria di Gesu de Palerme mais aussi par-delà les océans, notamment aux États-Unis, au Brésil et en Argentine

http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2674p154-064.xml4/usa-bresil-italie-histoirel-avant-garde-negre-xvie-siecle-saint-benoit-le-more.html

325


(Buste en bois du XVIe siècle représentant le saint patron de Palerme.)/ © Giovanna Fiume

2 – Benoît le More

Benoît le More (1526-1589), ou Benoît le Noir, Benoît l’Africain, Benoit l’Éthiopien, Benoît de San Fradello ou encore Benoît de Palerme, est un saint catholique italien fêté le 4 avril.
Fils d’un esclave chrétien d’origine yoruba ou éthiopienne, il naquit en 1526 dans le bourg de San Fratello, dit de San Fradello ou de San Philadelphio, près de Messine, en Sicile.420
Affranchi par son maître, Benoît devint berger et agriculteur. Il fut surnommé « Saint More » à cause de sa piété et de la couleur de sa peau.

Biographie
Pris sous la protection de Jérôme Lanza, noble fondateur d’une communauté d’ermites placée sous le patronage de saint François d’Assise et approuvée par Jules III en 1550, il rejoignit celle-ci et en fut élu supérieur à la mort de Lanza. En 1562, la communauté fut dissoute par Pie IV et Benoît entra comme convers au couvent des récollets de Sainte-Marie de-Jésus près de Palerme.
Bien qu’il n’en fût que le cuisinier, il en devint le supérieur pour trois ans en 1578, malgré lui et alors qu’il n’était qu’un frère lai ne sachant ni lire ni écrire. Il eut ensuite la charge des novices puis retourna à la cuisine tout en vivant dans un jeûne continuel. À sa mort le 4 avril 1589, il fut enseveli dans le caveau du monastère où de nombreux miracles se produisirent. Il en fut retiré dès 1611 pour être exposé à la vénération publique après que le sénat de Palerme l’eut choisi comme patron de la cité en 1602.

Béatification – canonisation
Il fut béatifié en 1743 par Benoît XIV et canonisé par Pie VII le 24 mai 1807.
Vénération
Récemment, le maire de Palerme, Orlando Leoluca, relança son516 culte en 1998 afin d’amener ses concitoyens à une vision moins étroite des relations interraciales. En 2000, son nom fut donné à une chaire créée par cette ville et par l’Unesco afin de promouvoir le dialogue interculturel et interreligieux.

Mais il est surtout vénéré au Brésil, où il est rangé dans la famille des « saints noirs » dont on trouve notamment les représentations dans l’église Notre Dame du Rosaire, à Salvador de Bahia. Assimilé à un orixá ou un vaudou, il a en outre été adopté par les cultes afro-brésiliens.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_le_More

Commentez avec facebook svp

Lundi investigation a diffusé un excellent reportage sur l’origine de la misère qui sévit en Afrique et plus particulièrement au Ghana.
Le système est simple : Le Fond Monétaire International (FMI) octroie des crédits aux états africains, les taux sont évidemment exorbitants, si bien que les gouvernements doivent privatiser dans tous les secteurs afin de rembourser (temporairement) la dette … Les secteurs touchés sont les hôpitaux, le système de santé en général, l’eau potable, l’extraction de minerais, de pétrole, etc …. Au Ghana, la quasi totalité de la production agricole part désormais à l’exportation et le pays importe du riz d’Amérique alors qu’il en exportait il y a seulement 10 ans, les agriculteurs Ghanéens ne comprennent plus le fonctionnement de leur propre pays !

Il y a aussi les entreprises étrangères qui ne sont pas soumises à une réglementation contraignante, si bien qu’elles polluent sans états d’âmes, déchargent leurs rebus sur les terres agricoles, tout est fait afin qu’elles soient le plus rentable possible et ce, au détriment de l’environnement et des populations locales.

C’est là qu’est la formidable arnaque du FMI, car la majorité de la population croient que le FMI vient en aide aux pays pauvres, mais, dans les faits, on observe exactement l’inverse …

SOURCE: http://www.notre-ecole.net/quand-le-fmi-fabrique-la-misere/

Commentez avec facebook svp

NOMS ANCIENS DU MESSIE EN MEDU NETJER ATTESTES AVANT LES RELIGIONS DU LIVRE ET REPRIS systématiquement comme tels par elles.

 I- Le mot grec Osiris vient du kamite AUSAR, qui a donné IUSAR, lequel est devenu IOUSAR, IOUSA. Puis la graphie ISA « L’Envoyé » du verbe proclamer la parole divine ISHA.

1-qui a donné YESHU en araméen. 

2-YEHOSHUA en langue hébraïque. 

3-ÎS en arabe.

4-IESOUS en grec. 

5-IESUS en latin. 

6-JÉSUS en français.

7-YESHUA en langue ékang.

 

II-Le terme mdw ntjr KRST (k3R3ST, Karast) « Celui qui porte l’Esprit de Dieu » (KA+RA)

2-a donné en grec CHRISTOS « oint ».

3-CHRISTUS en latin.

4-CHRIST en français.

5-NKORO BOT = le Rédempteur en ékang.

 

III-Le Terme mdw ntjr MESIA  » Celui qui est né pour donner la Vie ».

°1-a donné MASHIA’H en araméen.

2-MASHI’HA, MÂSHÎA en hébreu.

3-AL-MESIH en arabe.

4-MESOS en grec.

5-MESUS en latin.

6-MESSIE en français.

NB-En langue ékang OSHI = Celui qui est le Fleuve de vie.

 

IV-Le terme grec ISIS vient du Mdw ntjr MRT, MERIT, MERI (TA MERI, Terre Aimée)… MERI NETJER = L’AIMEE DE DIEU.

2-qui a donné MIRYAM ou MARYAM en araméen.

3- MARIM, MYRIAM ou MIRIAM en hébreu que l’on peut rapprocher de l’hébreu MARAH.4-MARYAM en arabe.

5- MARIA en grec, latin sanskrit. … 

6-MARIA en ékang. 

 

B-Ceci est le prologue d’un essai : De la Source occultée à la Source lumineuse de la Vie.

Ecrit par Grégoire Biyogo

Commentez avec facebook svp

Les Bassa-Mpoo-Bati, un peuple du Sud du Cameroun, appellent le Mbog strito sensu« Mbog Liaa ». Le terme « liaa » signifie en français la pierre, la roche ou encore le rocher. En somme « Mbog Liaa » veut dire le Mbog qui permet de bâtir, de travailler, de polir la pierre, la roche ou le rocher.

Le symbole de la pierre est présent dans toutes les cultures initiatiques du monde depuis toujours : une légende africaine soutient qu’il existe une vielle relique du continent noir dénommée « la pierre des ancêtres ». Quiconque la détient règne sur toute l’Afrique. NGOG LIPONDO ou la Roche trouée des Bassa-Mpoo-Bati demeure le totem de  cette communauté africaine. Dans la religion musulmane,  tout musulman en pèlerinage à la Mecque est tenu de faire neuf (09) tours autour de la pierre noire de la Kaaba alors que dans la Sainte Bible Jésus dit à Simon, fils de Jonas,  désormais je t’appellerai Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon église.

Cette pierre est la pierre d’achoppement ou la pierre à scandales des Alchimistes de l’Europe médiévale qui symbolise le  sexe et, surtout, le travail sexuel, le Mbog ou l’Alchimie, sans lequel on ne peut développer le pouvoir du Verbe créateur, les corps spirituels et l’Embryon d’Or. La sainte Bible nous donne à ce sujet de nombreux précieux conseils. Nous nous permettrons seulement d’en relever deux ici : « Saigner vos reins et allumer vos lampes » et « Le Seigneur sonde les reins et les cœurs » (Psaumes7-10, Gérémie11-20 et 17-10).

C’est dans ce sens que nous avons la profonde certitude que le message du Ngondo, la fête annuelle des Sawa (communautés Douala, Bassa et Mpoo de la ville de Douala et des environs) 1998 concerne le Mbog ou plus précisément  un Osiris. Il  dit clairement ceci : « une pierre précieuse d’une très grande luminosité, nantie d’une grande Sagesse, a été découverte au Cameroun en général et dans l’environnement Sawa en particulier. Cette pierre précieuse est terriblement convoitée par les religions, les confréries, les corporations, les sociétés secrètes, …du monde entier. De peur qu’elle ne soit trouvée en premier par les étrangers qui s’en accapareraient à coup sûr, les ancêtres demandent aux Sawa de s’unir pour pouvoir en profiter ». Cette pierre précieuse nantie d’une grande Sagesse et dont les étrangers risquent de s’accaparer n’est pas un être du règne minéral comme le croient les sages traditionnels du Ngondo mais un Homme de Lumière, porteur d’une très grande Sagesse ou Hou-Neter et appelé à devenir Osiris de Mbog quand il aura fini d’incarné en lui la Pierre philosophale des Alchimistes médiévaux. Il s’agit, soit d’un enfant de Lumière né en 1998 au Cameroun et surtout dans la région Sawa, soit d’un adulte résident dans cette partie du territoire de la République du Cameroun et devenu Disciple de Mbog au cours de cette année. Dans un cas comme dans un autre, il revient aux prêtres du Ngondo de le chercher et de le trouver comme les Rois Mages ont fait lors de la naissance de Jésus de Nazareth car il est appelé à devenir s’il ne l’est pas encore un Ndjèki la Ndjambè Inono des Sawa c’est-à-dire un Adepte de Mbog.

En somme, le Mbog stricto sensu ou « Mbog Liaa » est cette technique sacrée mille fois millénaire qui consiste dans  la connexion sexuelle de l’homme et de la femme accompagnée de la continence sexuelle ainsi que de la transmutation des énergies séminales en énergies créatrices et de la sublimation des énergies sexuellesIl a pour symbole l’Ankh en Egypte antique et en Afrique en général, un mortier dans lequel est planté un pilon ou une pirogue dans laquelle est introduite une pagaie. Son but est de permettre à tout individu volontaire et décidé d’incarner en une seule existence la Conscience divine, éternelle et universelle en lui c’est-à-dire de permettre aux Energies de Hou-Neter  de se projeter dans sa personnalité, de prendre place dans son corps physique à travers la naissance suivi du développement conscient, intime et méthodique de « Ida » et « Pingala », deux (02) canaux éthériques qui s’enroulent autour de la colonne vertébrale, du « Héka », un instrument éthérique qui traverse le canal médullaire, de « Hor-Neter », la force divine intérieure qui sommeille en chaque Homme et de l’Embryon d’Or dans son anatomie occulte dans le but de lui permettre de devélopper l’âme et l’esprit.

Ce but de Mbog Liaa est synthétisé par sa devise à savoir : Pureté absolue, Maîtrise parfaite des instincts et Désintéressement total. Jésus de Nazareth dira : Renies- toi toi-même, porte ta croix (sexuelle) et suis-moi alors que les gnostiques parlent des trois (03) facteurs de la Révolution de la Conscience que sont : Naître, Mourir et se sacrifier consciemment pour l’humanité souffrante.

La maîtrise parfaite des instincts ou le reniement  ou encore la mort de l’égo des gnostiques consiste dans la destruction totale des défauts psychologiques ou péchés des chrétiens, la transformation du Mbouh-bé  des Bassa-Mpoo-Bati en Mbouh-pubi ou la fabrication de l’âme cristallisée des gnostiques.

La pureté absolue ou le port de la croix (sexuelle) ou encore la deuxième naissance des chrétiens consiste dans la création des corps solaires des gnostiques ou des corps divins de la Bible sans lesquels on ne peut rentrer dans le royaume de Dieu. Cette opération qui est essentiellement sexuelle consistait en Egypte antique à transformer Apopi, le démon des désirs ou corps astral lunaire en Ka, le corps astral solaire ; Haï, le démon du mental ou corps mental lunaire en Ba, le corps mental solaire et Nebt, le démon de la mauvaise volonté ou corps astral lunaire en Ku, le corps causal solaire pour enfin incarner les corps de l’Esprit que sont l’Ankh et le Sahu.

Le désintéressement total ou suivre le Christ consiste dans le sacrifice conscient d’instant en instant pour l’humanité souffrante.

II- La Technique du Mbog:

Le travail du postulant du Mbog Liaa se déroule cependant en trois (03) étapes que symbolisent les trois (03) Rois Mages dans la sainte Bible :

1)- L’œuvre au noir ou le respect scrupuleux des préceptes de la Maât. Cette première étape prend fin avec l’incarnation non seulement de « Ida » et « Pingala » mais surtout du « Héka » dans son anatomie occulte à travers la réalisation avec succès des cinq (05)initiations du Feu.

2)- L’œuvre au jaune c’est-à-dire la sublimation des énergies séminales ou les huit (08)initiations de Lumière: tout en continuant de méditer intensément et surtout de faire la Mystique du corps, le postulant accepte de vivre la Traversée du désert biblique,l’épreuve de Liyep li Yèli des Bassa du Cameroun, l’étape du pauvre de l’Islam Soufi ou le Naufrage negro-pharaonique. Cette étape dont la fin marque la sortie du Royaume par l’initié s’appuie tant sur l’Alchimie sexuelle que sur  la Kabbale : elle  synthétise la première phase de l’incarnation dans la chair de l’initié des vingt et deux (22) arcanes majeures du Tarot négro-pharaonique à savoir:

 

ARCANE 1: LE MAGE

L’Arcane 1 est le Mage de la Kabbale. Il représente ce qui commence ; toute chose que l’on entame dans la vie pratique.

Dans la partie supérieure, les yeux représente les yeux du Père, l’infini, le caducée de Mercure, les huit kabirs qui gouvernent la planète, le saint Huit. Ils symbolisent les deux cordons ganglionnaires qui s’enroulent, ésotériquement, dans la moelle épinière et qui sont : Ida et Pingala, les Deux Témoins, les Deux Oliviers, les Deux Candélabres qui se trouvent devant le trône du Dieu de la Terre. Ces deux Témoins ont leur racine dans le sexe.

On voit le Mage de profil du côté droit, ce qui indique que c’est tout son côté droit qui est visible aux yeux du manifesté. Le serpent dressé sur le front indique un maître auto-réalisé. Le bâton de pouvoir tenu dans sa main gauche symbolise la moelle épinière et indique l’infini. Sa main droite pointe la terre, ce qui indique qu’il la domine par la science, qu’il faut monter en partant du bas, qu’on ne peut monter sans d’abord descendre, qu’il est nécessaire de descendre dans la Neuvième Sphère. Cette dernière est représentée de deux façons : la première, c’est le sexe, la pierre cubique ; la seconde, ce sont les neuf cercles, les enfers atomiques où l’initié doit descendre. Cela veut dire : descendre pour monter.

Sur son vêtement, le triangle pointé vers le haut représente les forces primaires réunies dans KETHER, le 1. Sur un côté, il y a une table qui représente les quatre éléments (terre, eau, feu, air), le plan physique. Les éléments sont pêle-mêle sur celle-ci : l’épée de pouvoir, le Lingam (organe sexuel masculin) ; un calice, qui représente d’une part le cerveau physique et d’autre part la Yoni (organe sexuel féminin) ; et la lune, qu’il faut convertir en soleil.

Sous la table l’ibis immortel, l’oiseau Phénix, le cygne Kala-Hansa, l’esprit Saint qui symbolise l’amour. Sa position sous la table indique que c’est au moyen du feu sacré du Troisième Logos qu’il faut mettre de l’ordre dans ces éléments désordonnés qui se trouvent sur la table.

Dans la partie inferieure, la pierre cubique, la pierre philosophale travaillée nous indique le travail à réaliser ; c’est la pierre cubique de Iésod, le sexe, la pierre d’achoppement et de scandale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE2 : LA PRETRESSE

L’Arcane 2 est la Prêtresse, la Science occulte, l’équilibre magique. Dans le domaine de l’Esprit, le Un est le Père qui est en secret, et le DEUX, la Mère divine, qui est le dédoublement du Père. Ainsi donc, chacun de nous possède son Père et sa Mère divine, qui sont très sacrés. Dans le Père et la Mère Kundalini, nous voyons les deux colonnes Iakin et Bohaz, celles qui soutiennent le Temple.

Dans l’être humain, la Mère cosmique prend la forme d’un serpent. Il y a deux serpents : le serpent tentateur de l’Eden, l’abominable organe kundartiguateur ; et le serpent d’airainqui guérissait les Israélites dans le désert, ou le serpent Kundalini. Ce sont les deux principes de l’univers : la vierge et la prostituée.

Il est évident que le nombre 2 se trouve à l’intérieur de l’organisme humain, qu’il est relié au 1, la volonté et au 2,l’imagination. La clé de tout pouvoir se trouve dans l’union de la volonté et de l’imagination en vibrante harmonie.

Dans les eaux de la vie apparaissent les deux colonnes du temple d’Isis : la blanche, Iakin et la noire, Bohaz. Chacune des deux comporte quatre échelons, qui représentent les quatre corps de péchés (physique, vital, astral et mental).

Au dessus, une Maitresse est assise entre deux colonnes plus grandes. Elle est à l’intérieur d’un temple, c’est pourquoi les colonnes sont inversées du côté où nous les voyons. En étant assise, elle indique son aspect passif ; dans l’Arcane 1, le Mage est debout, étant l’aspect actif. Elle montre son profil gauche, son aspect négatif.

Sur son giron, elle couvre à moitié de son vêtement un livre à moitié ouvert, indiquant par là qu’elle est la Sagesse, qu’elle enseigne la Kabbale. Sur sa poitrine, la croix ansée, symbole de la vie, du fondement, de Vénus, la croix Tau. La croix sur la poitrine nue signifie que son produit, le lait, constitue les vertus. Le serpent sur le front indique la Maîtrise.

Sur sa tête, les cornes du Taureau sacré Apis, époux de la Vache divine, symbolisent intérieurement le Père, et extérieurement, le Moi psychologique (nos défauts). Nous retrouvons également les attributs du Petit Veau ou kabir. Le cercle est le serpent qui se mord la queue ; il représente la Mère cosmique, la Vache sacrée. Le voile qui tombe sur son visage est le voile d’Isis. Il symbolise que les secrets de la Mère Nature sont occultes pour le profane, et que seul l’initié, après d’incessantes purifications et méditations parvient à les découvrir. Vous devez être vaillants et soulever le voile d’Isis ; notre devise gnostique est Théléma (volonté).

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 3 : L’IMPERATRICE

L’Arcane 3 est l’Impératrice du Tarot, l’Uranie-Vénus des Grecs, l’âme christifiée, la Mère céleste, la Mère divine, la Mère particulière de chacun de nous, la Mère de notre Etre qui doit piétiner l’Ego lunaire pour que resplendissent sur sa tête les douze facultés.

Pour créer, il faut trois forces primaires qui viennent d’en haut, du Père et existe dans toute la création : la force positive (l’Arcane 1 du Tarot, l’homme) ; la force négative (l’Arcane 2 du Tarot, la femme) et la force neutre (l’Ame christifiée) qui est le résultat de l’union sexuelle des deux. Le secret, c’est l’Arcane A.Z.F. qui transforme la Lune en Soleil et qui présente trois aspects : positif, négatif et neutre.

Dans la partie centrale apparait une femme couronnée de douze étoiles (1+2=3), qui représente les douze signes zodiacaux, les douze portes de la cité sainte, les douze clés de Basile Valentin, les douze mondes de système solaire d’Ors. Sur sa tête, une coupe, sur laquelle se dresse un serpent, symbole de la Maîtrise, qui est élevée. Elle a dans sa main droite un bâton de pouvoir, et elle tente avec sa main gauche d’atteindre la colombe, qui représente l’Esprit Saint. Son vêtement est solaire, tout indique que c’est l’âme christifiée, produit des Arcane 1 et 2. Elle est assise sur la pierre cubique déjà parfaitement travaillée.

Dans les eaux de la vie, on voit la lune (l’Ego lunaire) sous ses pieds, ce qui indique qu’il faut la piétiner pour la convertir en soleil.

Le 3 est le nombre du Troisième Logos, qui domine toute la Création ; c’est le rythme du Créateur.

Le 3 est également l’Impératrice, la lumière divine, la lumière en elle-même, la Mère divine. Elle correspond depuis le premier jour de la création à cette partie de la Genèse qui dit : « Dieu dit : Que la lumière soit, et la lumière fut. »

La Mère céleste dans le domaine matériel signifie production matérielle, et dans le domaine spirituel, elle signifie production spirituelle.

Le Ternaire, le nombre 3, est très important. C’est la Parole, la plénitude, la fécondité, la nature, la génération des trois mondes.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

 

ARCANE 4 : L’EMPEREUR

L’Arcane 4 est l’Empereur du Tarot, du front du quel surgit le serpent, symbole de la Maîtrise ; la couronne formée d’une vipère appartient à Isis, notre Mère divine particulière. Sur sa tête, un bonnet à quatre pointes, quatre angles, représente les quatre éléments, les quatre évangiles, les quatre Védas, les quatre points cardinaux, les quatre phases de la lune, les quatre âges, les quatre saisons de l’année, les quatre chemins (science, philosophie, art, religion). Lorsqu’on parle des quatre chemins, nous devons comprendre qu’ils ne forment qu’un seul : il s’agit du chemin resserré et étroit en lame de rasoir, le chemin de la révolution de la conscience.

Nous avons également sur le bonnet l’alambic, le récipient, les organes sexuels, le fourneau, le chakra Muladhara, la colonne spinale et le distillateur, le cerveau.

Il tient dans sa main droite le bâton de pouvoir. Il est assis sur la pierre cubique parfaitement travaillée, produit des arcanes précédents. A l’intérieur de la pierre, on retrouve le chat, le feu.

Dans les eaux de la vie se trouve le bâton de commandement, la colonne vertébrale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 5 :LE HIERARQUE

L’Arcane 5 est l’Hiérarque du Tarot avec son costume de guerre, tenant dans sa main droite le bâton de pouvoir. Il utilise le masque du chacal uniquement lorsqu’il officie, pour faire justice, ce qui symbolise l’extrême pitié et la suprême dureté de la Loi.

Dans les eaux de la vie se trouve la balance de la justice, ce qui indique que les mouvements, actions et réactions du corps physique sont basés sur l’énergie.

L’Arcane 5 est l’Hiérophante. C’est le pentagramme flamboyant, l’Etoile Flammigère, le signe de toute la puissance et de l’omnipotence divines. C’est le symbole ineffable du Verbe fait chair, l’étoile terrible des Mages.

Le pentagramme représente l’homme, le microcosme-homme qui, bras et jambes écartés, forme l’étoile à cinq pointes. Le pentagramme avec les deux pointes vers le bas représente Satan, il est utilisé dans la magie noire pour invoquer les ténébreux. Avec l’angle supérieur vers le haut, il représente le Christ interne de tout homme qui vient à ce monde, il symbolise le divin ; nous l’utilisons en magie blanche pour appeler les êtres divins.

L’Hiérarque de l’Arcane 5 est Anubis, le dieu (Neter) à la tête de chacal. Le temple d’Anubis est le temple des Seigneurs du karma. Anubis tient un livre du karma dans le sous monde. Chaque être humain a son livre de compte.

L’Arcane 5 représente le karma de l’initié. Nous devons savoir que le karma, en derrière analyse sert à vivre en chair et en os tout le drame de la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 6 : L’INDECISION

L’Arcane 6 est l’amoureux du Tarot. Il signifie la réalisation. L’être humain s’y trouve entre le vice et la vertu, entre la vierge et la prostituée, entre Uranie-Vénus et la Méduse. On se voit obligé de choisir l’un et l’autre chemin. Cet arcane s’appelle l’indécision parce que le disciple ne sait pas pour quel chemin choisir.

Debout dans les eaux de la vie, le disciple se trouve face à un triangle dont le sommet est pointé vers le bas. Son bras gauche se trouve placé par-dessus le droit. Tout cela signifie que le disciple est tombé, c’est pour cette raison qu’il ressent plus d’attirance envers la Méduse (le Moi psychologique) située à gauche. A sa droite se trouve une Maîtresse.

On voit sur cette lame, dans la partie supérieure, un dignitaire de la Loi, assis sur le triangle pointé vers le haut que forme l’arc, vise de sa pointe la tête de la Méduse, en accord avec l’axiome selon lequel « il faut décapiter la Méduse ».

Chaque personnage présente au néophyte un chemin ; le chemin de la gauche et le chemin de la droite. La flèche de la justice est pointée contre le chemin de la gauche.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 7 : LE TRIOMPHE

L’Arcane 7 est le Triomphe du Tarot, le char de guerre que la Monade a fabriqué pour pouvoir agir dans ce monde, pour travailler dans le domaine de la Vie. Il s’agit d’une monade déjà réalisée qui se manifeste par ses sept corps.

On voit sur cette lame, dans les eaux de la vie, deux sphinx, le blanc et le noir, qui tirent leur char ; ils symbolisent les forces masculines et féminines. Un guerrier, qui représente l’Intime, est debout sur son char de guerre, sur la Pierre cubique (le sexe) et entre les quatre piliers que constituent la science, l’art, la philosophie et la religion, dans lesquels il évolue. Les quatre piliers représentent aussi les quatre éléments, ce qui indique qu’il les domine.

Il porte dans sa main droite l’épée flammigère, et dans la gauche, le bâton de pouvoir. L’armure est la science divine qui nous rend puissants. Le guerrier doit apprendre à utiliser le bâton et l’épée, et il obtiendra ainsi une grande victoire. Notre devise est THELEMA.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 9 : L’ERMITE

L’Arcane 9 du Tarot est l’Ermite, la solitude. Cet arcane à un niveau plus élevé, est la Neuvième Sphère, le Sexe. Toute initiation blanche authentique commence par là. Dans la Neuvième Sphère, au centre de la Terre, au cœur même de celle-ci, se trouve le signe de l’infini, resplendissant. Ce signe a la forme de huit. Le signe de l’infini est le Saint Huit.On trouve également dans ce signe la représentation du cœur, du cerveau et du sexe du génie de la terre, Chamgam. La lutte est terrible, cerveau contre sexe et sexe contre cerveau ; et ce qu’il y a de plus douloureux, c’est la lutte cœur contre cœur.

Dans cet arcane, nous voyons dans les eaux de la vie, une lune qui monte. Dans la partie centrale, un viel ermite avance en tenant dans sa main gauche une lampe qui lui indique le chemin ; c’est la lampe de Thot Djéhouty, la Sagesse. Il s’appuie de sa main droite sur la canne des patriarches, qui représente la colonne vertébrale avec les sept églises.

L’ermite, prudent et sage, est enveloppé dans la cape protectrice d’Apollonius, qui symbolise la prudence. Derrière lui se dresse le palmier de la victoire.

Dans la partie supérieure, un soleil qui éclaire de ses trois rayons (indiquant les trois forces primaires) descend pour s’unir à la lune. La lune monte et le soleil descend ; cela indique que nous devons transformer la lune en soleil par la transmutation, convertir par l’arcane A.Z.F. les corps lunaires en corps solaires.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 8 : LA JUSTICE

L’Arcane 8 du Tarot est le Jugement. Le 8 est le nombre de Job, l’homme à la sainte patience. Le 8 est le nombre des épreuves et des douleurs, et on le représente par une épée, qui   correspond à l’aspect ésotérique.

Dans cet arcane, on voit dans les eaux de la vie, le serpent qui se mord la queue, formant le signe de la Mère cosmique,de l’infini (0, le zéro).

Une femme se trouve agenouillée sur un tumulus à trois marches, qui représente l’Arcane A.Z.F. (Eau plus Feu égale Conscience).

La femme tient dans sa main gauche l’épée de pouvoir pointée vers le haut, et dans sa droite, elle tient une balance en équilibre, pour indiquer l’équilibre qui doit exister entre le mental, le coeur et le sexe. Dans la partie supérieure apparait Ra (c’est un symbole pour représenter Ra différent des ailes).

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 10 : LA RÉTRIBUTION

L’Arcane 10 du Tarot est la roue cosmogonique d’EZECHIEL. Nous retrouvons dans celle-ci la bataille des antithèses : Hermanubis à droite, Typhon à gauche.

Dans la roue de l’antithèse, les deux serpents se combattent mutuellement. Elle renferme le secret de la connaissance. D’une source unique émanent les deux fleuves du paradis : l’un d’eux coule à travers l’épaisse forêt du soleil, arrosant la terre philosophale avec l’or de la lumière ; l’autre circule, ténébreux et trouble dans le royaume de l’abîme. La lumière et les ténèbres, la magie blanche et la magie noire, se combattent mutuellement. Eros et Antéros, Cain et Abel vivent à l’intérieur de nous mêmes dans une lutte intense jusqu’à ce que nous découvrions le mystère du Sphinx et que nous empoignions l’épée flammigère pour nous libérer de la roue des siècles.

Dans les eaux de la vie, nous voyons deux serpents : le positif, solaire, qui guérissait les Israélites dans le désert et le négatif, lunaire, le serpent tentateur de l’Eden, celui des corps lunaires, des corps de péchés.

Dans la partie du milieu, la roue de la fortune, du Samsara : la roue des morts et des naissances. Du côté droit monte Hermanubis en évolution. Et du côté gauche descend Typhon-Baphomet, en involution. Après les cent huit vies, la roue fait un tour complet : durant la montée, nous observons l’évolution à travers les règnes minéral, végétal, animal et humain. Lorsqu’elle descend, elle reprend le même chemin. Cette roue fait trois milles tours, suite auxquels l’Essence, après tant de purifications, retourne à l’Absolu, mais sans autoréalisation.

Dans la partie supérieure, le Sphinx en équilibre sur la roue, représente la Mère-Nature. Le Sphinx est l’intercesseur élémental de la bien-heureuse Déesse-Mère du Monde. Nous trouvons en lui la représentation des cinq éléments :

  • – EAU: le visage d’homme;
  • – AIR: les ailes d’aigle;
  • – TERRE: les pattes du bœuf;
  • – FEU: les griffes du lion;
  • – ETHER: la canne.

C’est seulement en éveillant la conscience que nous saurons si nous avons déjà involué et recommencé le cycle. Tant que nous n’avons pas dissous l’Ego, nous devons retourner. Pour se libérer, il est nécessaire de mourir.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 11 : LA PERSUASION

L’Arcane 11 du Tarot est la persuasion. On voit la pierre cubique dans les eaux de la vie. A l’intérieur de cette pierre, l’échassier, sur lequel se trouve la colombe de l’Esprit-Saint. Au centre, une femme ferme la gueule d’un lion furieux, ce qui montre qu’elle est         supérieure à la violence. Sa tête est couronnée et le serpent se dresse sur son front,  indiquant la Maîtrise.

Le lion est l’élément du feu, et représente aussi l’or. Anciennement, les chars des rois étaient tirés par des lions. Dans le symbolisme ésotérique, le char de guerre tiré par des lions, symbolise les corps solaires (la Ka, le Ba, le Ku, l’Ankh et la Sahu de l’Egypte antique).

L’hiéroglyphe de cet Arcane du tarot est aussi une belle femme couronnée du signe de l’infini, qui tranquillement, avec une sérénité olympique, ferme avec ses mains la gueule du lion furieux. Le trône des Rois divins était orné de lions en or massif. L’or potable signifie le feu sacré de Kundalini (l’Uraeus). Ceci nous rappelle Horus : OR. Nous devons transmuter le plomb de la personnalité en l’or de l’Esprit, et ce travail n’est possible que dans le laboratoire de l’alchimiste qu’est le sexe.

Lorsque le pigeon de l’alchimie est couronné, il se transforme en dieu (Neter) du feu et il ouvre alors de ses propres mains, la gueule terrible du lion furieux. L’or potable de l’alchimie est le feu sacré de l’Esprit-Saint (Uraeus). Sans cet or, le lien de la croix-homme et du triangle-esprit (Arcane 12) serait impossible.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 12 : L’APOSTOLAT

L’Arcane 12 du Tarot est l’Apostolat. Il représente les douze signes du zodiaque, les douze apôtres, les douze tribus d’Israël, les douze heures de cuisson de l’Alchimiste, les douze facultés, l’Hydrogène Si-12.

Dans les eaux de la vie, on le pentacle de Salomon, variante de l’étoile à six pointes. Les  trois pointes supérieures représentent les trois traitres d’Hiram Abif (le Christ interne) : Judas , Pilate et Caiphe c’est-à-dire respectivement Apopi, Haï et Nebt en Egypte antique. Au centre, deux colonnes ayant chacune neuf degrés représentant la Neuvième Sphère. Entre les deux colonnes, il y a un homme pendu par un pied, les mains liées. Ses pieds forment une croix et ses bras, le triangle inversé: la carte 12 du Tarot est l’Alchimie sexuel par laquelle l’homme doit s’unir au triangle-Esprit, au moyen du feu sexuel.

L’Arcane 12 entraîne beaucoup de souffrances, beaucoup de luttes. Sa synthèse est très belle, puisque 1+2=3, ce qui signifie production tant matérielle que spirituelle.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 13 : LA MORT

L’Arcane 13 du Tarot est l’Arcane de la Mort. La vie et la mort sont deux phénomènes d’une même chose. Cet Arcane renferme deux phénomènes :

  • 1. La mort de tous les êtres humains (représentation physique);
  • 2. La mort du point de vue ésotérique (représentation interne).

Dans cet Arcane, les gerbes de blé représentent le renouveau ; de même que les fleurs sont le commencement de la vie, le blé en est la fin.

Un dignitaire de la Loi fauche quelques poignées de blé ; celles-ci comportent de gros et de petits grains, qu’on appelleBoby-caldenos et qui représentent les Valeurs, le capital que chaque être humain porte dans ses trois cerveaux (intellectuel, émotionnel et moteur).

Celui qui porte de petits grains vit peu, mourant quelques jours ou quelques mois après sa naissance. On vit par tiers, et l’on meurt par tiers : celui qui gaspille son capital intellectuel tombe dans la folie. Celui qui gaspille son capital moteur finit pratiquement difforme, etc., … celui qui gaspille son centre émotionnel souffre de maladies de cœur. Cet Arcane est la carte de Judas Iscariote, qui représente la mort de l’Ego. La faux est le symbole funéraire des Anges de la mort.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

ARCANE 14 : LA TEMPERANCE

L’Arcane 14 du Tarot est la Tempérance. Dans les eaux de la vie, nous voyons trois fleurs, et sur celle du milieu, un serpent qui monte. Ces trois fleurs représentent : Sat,l’Intime ; Chit, la Bouddi, l’âme spirituelle ; Ananda, le manas, l’âme humaine. Les trois fleurs représentent également : le feu sacré, la matière première et le Mélange.

Au centre, un ange nous montre par son vêtement la triade et le Quaternaire (les quatre corps de pêchés). Sur le front brille un soleil à quatorze rayons, sept visibles et sept invisibles ; les visibles représentent les sept planètes et les invisibles les sept chakras.

L’ange tient deux coupes ou vases avec lesquels il mélange deux élixirs ; une coupe est en or et contient l’élixir rouge, l’autre est en argent et contient l’élixir blanc. Les deux produisent l’élixir de longue vie. Plusieurs Maîtres sont parvenus à l’immortalité : Babaji, Sanat Kumara, Paracelse, etc.

L’Arcane 14 convertit le pain et le vin en le sang du Christ ; par cette arcane, le pain et le vin se chargent d’atomes christiques qui descendent du soleil central.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et Kabbale

 ARCANE 15 : LA PASSION

L’Arcane 15 du Tarot représente le BOUC de MENDES,LUCIFER, etc. L’Alchimiste doit voler le feu au Diable. Quand nous travaillons avec l’arcane A.Z.F. nous volons le feu au Diable ; c’est ainsi que nous convertissons en dieux (Neterou), c’est ainsi que resplendit l’étoile à cinq pointes.

Les cornes se terminent en six pointes. L’Arcane 6 est le sexe et indique que le sexe renferme le libération par la chasteté, ou l’esclavage de l’Homme par la passion. Il existe une différence entre cet Arcane et l’Arcane 1: la main droite pointe vers le haut et la main gauche vers la terre.

Dans les eaux de la vie, on voit la représentation de Geburah (la loi). Au centre apparaît Typhon-Baphomet, tenant dans sa main gauche le bâton de commandement, et dans droite un serpent qui monte. Sa main droite est masculine et sa gauche est féminine. Ses seins indiquent qu’il est androgyne. Il recouvre sa sagesse d’un tablier, et de ce même tablier sort une queue. Le visage est difforme à cause des erreurs du passé. Le Baphomet a été représenté comme le laiton que l’humanité a actuellement noirci par sa dégénérescence. Nous devons blanchir le laiton, le Diable qui est l’entraineur psychologique et gardien des portes du sanctuaire afin que seuls puissent entrer les élus, ceux qui ont pu surmonter toutes les épreuves imposées par le Diable.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 16 : LA FRAGILITÉ

L’Arcane 16 du Tarot est l’arcane de la Tour Foudroyée, la Tour de Babel. Dans les eaux de la vie, on a le bâton du pouvoir, le bâton de commandement, et le cilice (fouet) qui représente la Fragilité. De chaque côté de ces symboles, les deux serpents, le positif et le négatif.

Dans la partie supérieure descend le rayon de la justice cosmique, détruisant la tour de Babel. Deux personnages sont précipités au fond de l’abîme, l’un à droite et l’autre à gauche ; ils tombent en formant le signe de l’étoile flammigère inversée avec leur bras, leurs jambes et leur tête vers le bas, symbolisant la chute des Boddisatwas ; la chute est causée par le sexe, par le vase de Thot Djéhouty renversé. C’est pourquoi Krumm-Heller disait : « Il faut lever la coupe bien haut » ; il faisait allusion au vin sacré.

Si nous additionnons kabbalistiquement les nombres de l’Arcane 16, nous obtenons 1+6=7 ; les sept degrés de pouvoir de feu ou la Kundalini, les sept échelons du mental. Si l’initié tombe, il est foudroyé par l’Arcane 16 et dégringole ces échelons.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

 ARCANE 17 : L’ESPERANCE

L’Arcane 17 du Tarot est l’Espérance. Nous avons dans les eaux de la vie, les deux triangles : le positif et le négatif. Dans la partie centrale, une femme arrose la terre avec deux élixirs (masculin et féminin) ; sur sa tête, une fleur de lotus indique le plein développement de ses chakras.

Dans la partie supérieure brille l’étoile de Vénus, à huit rayons, qui symbolise qu’après les initiations de feu viennent celles de lumières.

Le hiéroglyphe de l’Arcane 17 du Tarot est l’étoile rayonnante et la jeunesse éternelle. Dans cette arcane apparaît une femme nue entrain de répandre  sur la terre la sève de la vie universelle qui coule des deux vases, l’un d’or et l’autre d’argent.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 18 : LE CREPUSCULE

L’Arcane 18 du Tarot est lumière et ombre, magie blanche et magie noire qui se trouventreprésentés par le chien noir et le chien blanc, la pyramide noire et la blanche.

Dans les eaux de la vie, un scorpion à l’intérieur d’un triangle inversé indique qu’en renversant le vase de Thot Djéhouty, nous tuons la Mère divine comme le fait le scorpion.

Au centre, deux pyramides, l’une blanche et l’autre noire, symbolisent le positif et le négatif. Deux chiens ou loups, un blanc et un noir, hurlent à la Lune ; le blanc est positif et symbolise l’amitié, le noir est négatif et symbolise le Moi psychologique. Ils représentent la lutte terrible entre les forces ténébreuses et divines. La Lune en elle-même représente le sexe ; nous devons travailler avec la Lune pour la convertir en Soleil. Le chien représente également l’instinct sexuel, voila pourquoi c’est le chien qui nous mène jusqu’aux portes de l’Absolu.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 19 : L’INSPIRATION

L’Arcane 19 du Tarot est l’arcane de l’alliance et de la victoire. Dans les eaux de la vie, trois fleurs représentent les trois forces primaires. Au centre, un couple qui se tient à la main forme la clé Tau. Dans la partie supérieure, un soleil à 7 rayons brille au-dessus de leurs têtes, ce qui rappelle les sept degrés de pouvoir de feu.

Cet arcane nous enseigne qu’au moyen de la transmutation, nous atteignons la libération finale.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 20 : LA RESURRECTION

L’Arcane 20 du Tarot est la Résurrection. Dans les eaux de la vie, une colonne symbolisel’édification ; la base de la colonne est la pierre cubique. Des deux colonnes, la blanche et la noire, seule subsiste la blanche, symbole de la purification.

Au centre s’échappe d’une momie un épervier à la tête humaine, qui vole vers les mondes de l’esprit et représente l’âme. Il est indubitable qu’en   éveillant la conscience, nous nous transformons en éperviers à tête humaine, pouvant voler librement dans l’espace étoilé. Sur la tête de l’épervier et de la momie, un symbole représente la glande pinéale, indice d’illumination.

L’âme de tout hiérophante de l’Egypte antique possède quatre corps : la momie, le Ka (corps astral), le Ba (corps mental), et le Ku (corps causal).

Pour qu’il y ait résurrection, il faut qu’auparavant il y ait mort ; sans elle, il n’y a pas de résurrection. Qu’il est beau de mourir d’instant en instant ! Ce n’est qu’avec la mort qu’advient le nouveau.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 21 : LA TRANSMUTATION

L’Arcane 21 est le Fou du Tarot ou la Transmutation. Dans la partie supérieure, nous voyons une lune blanche et une lune noire, les antithèses.

Au centre, un mage tient le bâton des patriarches d’une main, et la croix ansée ou Tau de l’autre, il se trouve debout sur un crocodile qui ouvre la gueule dans l’attente de le dévorer.

Le crocodile est Seth, le Satan, le Moi psychologique, le Moi-même, qui attend toujours celui qui se laisse tomber, pour le dévorer. Le mage empoigne vaillamment la croix Tau (l’Arcane A.Z.F.) pour se défendre.

Le mage se trouve couvert d’une peau de tigre. Indubitablement, le chien et le tigre se trouvent ésotériquement associés dans le même travail de la mort mystique. Le chien est le feu sexuel, l’instinct érotique qui se trouve  à la racine même de notre système séminal. Le tigre est différent, et cela les chevaliers-tigres le savent, ces jaguars qui luttent contre l’Ego et qui, tels d’authentiques félins de la psychologie révolutionnaire, se sont jetés contre eux-mêmes, contre leurs propres défauts psychologiques.

Réellement, la sagacité et la fierté du tigre sont nécessaires pour tuer la responsabilité humaine et faire resplendir dans l’homme le dragon de sagesse des sept serpents, symboles du décapité.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

ARCANE 22 : LE RETOUR

L’Arcane 22 du Tarot est la couronne de viele retour à la lumièrel’incarnation de la Vérité en nous. L’Apocalypse dit : « Sois fidèle jusqu’à la mort et je te donnerai la Couronne de la Vie ».

On voit dans les eaux de la vie la croix swastika, qui symbolise le chakra Muladara, aux quatre pétales.

Une femme qui représente la Vérité, joue de la harpe ; elle joue de la lyre sexuelle à neuf cordes jusqu’à trouver la note-clé. Dans la partie supérieure, les quatre dieux (Neterou) de la mort : Mestha, Hapi, Douamout et Kebhsennouf représentent les quatre éléments : Terre, Eau, Feu et Air, les quatre animaux mystérieux de l’Alchimie sexuelle.

Au-dessus des quatre dieux de la mort, nous retrouvons le serpent sacré qui illumine la sphère de Ra, réservée à l’adepte osirien, fils de la lumière.

La Sagesse éternelle et universelle enseigne trois étapes que doit passer toute personne qui travaille dans le Mbog (la Forge ardente de Vulcain) : la Purification ou l’Initiationl’Illumination ou l’Adeptat et la Perfection. Dans la vielle Egypte des pharaons, à l’intérieur de la Maçonnerie occulte, ces trois sentiers sont : ApprentisCompagnons ou Adeptes et Maîtres.

Samaèl Aun Wéor – Tarot et kabbale

3)- L’œuvre au Blanc c’est-à-dire le développement de l’Embryon d’Or ou la transformation totale du Mbouh-bé en Mbouh-pubi à travers la réalisation des neuf (09)premiers travaux d’Hercule. Cette étape constitue la seconde phase de l’incarnation dans la chair du postulant des vingt et deux (22) arcanes majeures du Tarot négro-pharaonique.

Le Mbog strito sensu dont le promoteur en Egypte antique est Thot Djéhouty (Thot Hermes Trismégiste selon les Grecs) est  la voie directe, royale ou rapide de Hou, la Sagesse éternelle et universelle. Il conduit le sage à l’illumination parfaite en une seule existence. Les sages de l’Europe médiévale lui ont donné le nom de « Alchimie », terme qui vient selon le maître Samaèl Aun Weor (www.institutgnostique.com/fondateur) du mot latin « Alchimia », latinisation du terme arabe « Al Kímiyâ », lui-même emprunté du mot grec « Khêmia » qui veut dire en français : Magie des Noirs  et qui dérive de l’égyptien ancien « kem» ou noir  en français ; les musulmans Soufis, celui de « la Voie de l’illumination » ; les hébreux et autres kabbalistes, celui de « la Voie du char » ; les gnostiques, la « Voie en lame de rasoir » ou la « Voie des Alchimistes-Kabbalistes » ; les yogi hindous, celui de « la Voie du mystique » ; les Chinois, celui de « Tchang » ; les Tibétains, celui de « la Voie rapide du Tantrisme » ou de « Yoga tantrique ».

III- Les Membres du Mbog:

L’acquisition du Mbog Liaa se déroule en trois (03) phases : la Purification ou l’Initiation, l’Illumination ou l’Adeptat et la Perfection ou la Maîtrise.

A- L’Initiation ou la Purification regroupe les Apprentis ou les Disciples de Mbog c’est-à-dire les Africains du continent ou de la diaspora qui sont entrain de vivre les étapes préliminaires de l’œuvre solaire. Ces derniers  ont choisi de façon irrévocable le camp de la Lumière à travers le combat qu’ils mènent pour réveiller en eux-mêmes intimement « Hor-Neter » à travers la  séménisation du cerveau ou de cérébralisation du sémen.

Les Apprentis de Mbog sont entrain de vivre intimement l’épreuve du Naufrage négro-pharaonique après avoir développé avec succès le « Héka », dans le but de développer l’Uraeus de l’Egypte négro pharaonique ou le Serpent d’airain biblique c’est-à-dire le Serpent ou le Feu Kundalini des Asiatiques. Ils se sacrifient totalement et consciemment pour l’humanité souffrante et travaillent sous les ordres des Shemsou-Hor. Leur ordre de préséance est le droit d’aînesse. Ils se caractérisent par :

–  L’engagement ferme dans ANKH-X (X est le nom de la communauté d’origine ou d’adoption du disciple);

–  L’abandon volontaire du superflu et la recherche constante de la connaissance du Neter-Neterou par extinction de la connaissance individuelle en Lui ;

–  La réalisation d’une vie par l’intégration du sacré dans tous les plans de l’existence et l’opposition déterminée aux Adeptes de Seth-Neter, les forces négatives internes et externes ;

–  La pratique intérieure et extérieure permanente des préceptes cardinaux de Neith-Neter, la Divine Mère Cosmique et Universelle à savoir : la promotion, la vulgarisation et la diffusion de la fraternité, la solidarité, la convivialité, la participation créatrice, l’action et la vie communautaires ainsi que le sens du partage entre les enfants d’Iset-Neter, la Divine Mère Individuelle et Intérieure, du monde entier ;

Les Apprentis de Mbog ont pour emblèmes :

–  L’Ankh en or;

–  La chéchia ou le foulard noirs.

Les Disciples de Mbog ont en charge :

–  La promotion et la vulgarisation partout dans le monde de l’accession à la vie intérieure à travers la recherche permanente de l’éveil de Hor-Neter, du Héka et/ou de Ida et Pingala ;

–  La diffusion en Afrique et dans le monde d’un message de tolérance, de paix, d’ouverture et d’acceptation de l’autre tel qu’il est à travers le respect de toutes les Sagesses, de toutes les religions qui ne sont en fait que les formes différentes de la Religion c’est-à-dire le lien entre l’individu et le Neter-Neterou ;

–  L’animation permanente de ANKH-X.

B- L’Illumination ou l’Adeptat concerne les Adeptes ou les Compagnons de Mbog c’est-à-dire les  « Shemsou-Hor », sont les Africains du continent ou de la diaspora qui sont entrain d’incarner Hou-Neter en eux-mêmes à travers le développement conscient, intime et méthodique de l’Embryon d’Or dans le but de fabriquer l’âme et l’esprit.

Les Shemsou-Hor cherchent à permettre à Hou-Neter à s’incruster dans leurs personnalités respectives : ils sont entrain de vivre intimement l’une des neuf (09) étapes de l’œuvre de Hor-Neter liées respectivement aux planètes de l’Alchimie (Mbog) à travers les travaux d’Hercules. Les Adeptes de Mbog dédient entièrement leur vie à l’humanité souffrante. Ils sont de neuf (09) ordres à savoir : Les Shemsou-Hor des Neterou des planètes Lune, Mercure, Vénus, Soleil, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Ils se caractérisentpar :

–  La nécessité ou le devoir de devenir véritablement Homme c’est-à-dire les Maîtres de Hou ou Osiris à travers la réalisation de l’humain, le développement des facultés transcendantes qui permettent l’accession à des pouvoirs par quoi se manifeste et se magnifie la personnalité humaine dans ce qu’elle a de plus élevé et qui, chaque jour, par une ascèse sage et mesurée dépouille l’Essence divine de tout ce qu’elle recèle de bas et d’impur et les dirigent vers les voies des plus hautes réalisations ;

–  La rencontre régulière du Neter-Neterou par la Foi, l’œil intérieur qui permet de voir Dieu à travers sa création c’est-à-dire les Neterou ;

–  Le silence ou la réalisation ou béance de tout discours.

Les Shemsou-Hor ont pour emblèmes :

Les Shemsou-Hor travaillent sous les ordres des Osiris de Mbog. Ils ont en charge de :

L’ordre de préséance des Shemsou-Hor est le suivant : les Adeptes de Mbog du Neter de la planète Neptune, ceux du Neter de la planète Uranus, ceux du Neter de la planète Saturne, ceux du Neter de la planète Jupiter, ceux du Neter de la planète Mars, ceux du Neter de la planète Soleil, ceux du Neter de la planète Vénus, ceux du Neter de la planète Mercure et ceux du Neter de la planète Lune.

C- La Maîtraise ou la Perfection concerne les Osiris ou les Maîtres de Mbog c’est-à-dire les Gardiens des Mystères ou « Bot (aa) ba bi Hou » des Bassa-Mpoo-Bati. Le« Wsir de Mbog » est un Africain du continent ou de la diaspora qui a développé l’Embryon d’Or car il a incarné «  Hou-Neter » ou la Conscience divine, éternelle et universelle en lui-même. Il peut poursuivre ses purifications dans l’Absolu à travers les trois (03) derniers travaux d’Hercule. Il  y en a quatre (04) types:

  1. Les Osiris immergés intimement dans Hou-Neter, la Vie qui palpite dans chaque atome et chaque soleil ou la Conscience divine, éternelle et universelle ;
  2. Les Osiris immergés intimement dans Noun-Neter, l’Océan primordial,
  3. Les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Atoum-Neter, le Père tout puissant ou l’Etre de tous les Etres ;
  4. Les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Ra-Neter, le Christ cosmique.

Les Maîtres de Mbog se caractérisentpar :

–  Le détachement volontaire des contingences matérielles et sexuelles : ils se sacrifient complètement et consciemment pour l’humanité souffrante.

–  La recherche de la lumière pour la lumière, la science pour la science, l’art pour l’art ;

–  L’élévation jusqu’à l’extase, jusqu’à la connaissance des plus hauts pouvoirs par quoi se manifeste et se magnifie la personnalité humaine dans ce qu’elle a de plus élevé.

 

Les Maîtres de Mbog ont pour emblèmes :

–  L’œil d’Horus les ailles déployées ;

–  L’Uraeus et le Scarabée sacré ;

–  La chéchia ou le foulard et la cape rouges pourpres ;

–  L’Ouas, le Djed, l’Ankh et le Héka en or ainsi que le Nekhakha, le fouet de la volonté.

Les Maîtres de Mbog ont en charge :

L’ordre de préséance des Wsir de Mbog est le suivant : les Osiris immergés intimement dans Hou-Neter, les Osiris immergés intimement dans Noun-Neter, les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Atoum-Neter et les Osiris qui ont cristallisé intimement les Energies de Ra-Neter.

SOURCE: http://www.lafondationdafrique.org/index.phpoption=com_content&view=article&id=49&Itemid=60&lang=fr

Commentez avec facebook svp

abyssinieLe plateau escarpé au centre de l’Ethiopie a permis à une succession de royaumes chrétiens de résister pendant des siècles aux invasions qui bouleversèrent la Corne de l’Afrique. L’histoire de cette région, connue en Egypte antique sous le nom de « pays de Pount », fut ponctuée de coups d’Etat, d’assassinats et d’intrigues de palais.

Le royaume d’Axoum Les premiers habitants de l’Ethiopie étaient apparentés aux populations de la Nubie. Au Ier millénaire avant notre ère, des émigrants du Yémen s’installèrent entre les rivages de la mer Rouge et le lac Tana. Une de leurs tribus, les Habashas, donna son nom à l’Abyssinie et le royaume d’Axoum finit par s’imposer.
Axoum était la plus grande puissance de la région quand son roi, Ezana (320-342 après J.-C.), se convertit au christianisme. Les Axoumites dominèrent la mer Rouge et firent des expéditions en Arabie. Ils eurent des relations fructueuses avec l’Extrème-Orient.

En 1504, le royaume d’Aloa, avant-dernier des royaumes chrétiens de Nubie, dut céder devant la pression musulmane. Seule résista l’Abyssinie, réfugiée dans son repaire montagneux. Mais les troupes d’invasion commandées pat l’imam Gragne et renforcées pat l’arrivée des Turcs en mer Rouge dévastèrent la région. L’empereur Claudius demanda alors l’aide des Portugais dont les caravelles venaient d’entrer dans l’océan Indien. A l’issue des combats, les troupes de l’imam Grange durent quitter le territoire et les Portugais s’installèrent en Abyssinie.

Fasilidas

En 1632, le clergé copte souleva la population abyssinienne, contraignant le négus (roi) Sousneyos à abdiquer et à expulser les jésuites portugais.
Son fils Fasilidas (1632-1667) se fit construire une capitale, à Gondar, au nord du lac Tana. En diplomate habile, il noua des relations avec les Turcs, devenus les maîtres de la Méditerranée, et avec le grand Mogol dont l’autorité s’étendait sur la plus grande partie de l’Inde.
Fasilidas et ses successeurs enrichirent Gondar de palais édifiés et décorés par des artisans indiens et arabes.

Ménélik

C’est Ménélik, roi du Choa, une province au sud du lac Tana, qui édifia l’Ethiopie moderne.
Reconnu comme négus en 1889, il bâtit un empire en annexant plusieurs régions de la Corne de l’Afrique et en construisant Addis-Abeba (la « nouvelle fleur »), une nouvelle capitale, loin de l’Abyssinie et de ses intrigues.
Il meurt en 1913 en ayant tout tenté pour éviter à son empire d’être colonisé.

Acheter le livre:

Commentez avec facebook svp

277033_267391063285420_1070881228_n

Avant qu’ils aient mis le pied en Afrique, ils avaient déjà entendu parler de sa gloire et de    sa civilisation extraordinaire. Philippe II de Macédoine, comme tous les mégalomanes guerriers criminels typiques d’Europe, avait décidé, en tant qu’homme le plus puissant d’occident, de conquérir l’Egypte, la civilisation africaine la plus avancée de cette époque. Heureusement, il fut tué en menant une autre de ses innombrables guerres [Note d’Africamaat : il semblerait qu’il fut assassiné par son propre fils Alexandre avec la complicité de son épouse]. Malheureusement, son fils Alexandre, que seul un esprit tordu peut appeler le grand , a décidé de réaliser le rêve de son père et a finalement conquis l’Egypte. Quand les Européens sont entrés en Afrique pour la première fois [Note d’Africamaat : on peut noter quelques rares infiltrations européennes en Afrique précédant Alexandre] et ont vu la civilisation gigantesque que nos ancêtres avaient méthodiquement acquise, conservée et préservée pendant des millénaires, ils ont été hypnotisés. Ils ont été émerveillés par son organisation, son opulence, son style, son architecture, sa créativité, son intelligence, bref, tout, et plus particulièrement, sa richesse gigantesque.

Aujourd’hui, dans les médias occidentaux, nous sommes inondés par la propagande « d’une Afrique pauvre », mais les Européens connaissaient et connaissent toujours l’immense richesse de l’Afrique. En fait, c’est précisément à cause du génie des Africains et de leur richesse énorme qu’ils ont été asservis dans un premier temps.

Les Européens étaient envieux et ont voulu posséder l’Afrique car ils avaient aussi honte.

C’est à ce moment-là que le crime qu’ils commettraient plus tard au 15ème siècle lors de la découverte du Nouveau Monde, allait commencer à prendre forme dans leurs esprits. Une des choses qui m’a frappé quand j’ai étudié la civilisation de l’Egypte ancienne était le nombre de fois où le mot « honte » apparaissait dans les écritures de nombreux voyageurs européens en Egypte. Ce mot revient comme un leitmotiv dans leurs écritures. Même Jean-François Champollion qui a déchiffré les hiéroglyphes sur le Rosetta Stone a eu honte quand il a visité le tombeau des pharaons dans la vallée des rois et qu’il a vu les différentes races dessinées. Voilà ce qu’il a dit :

« On y trouvait aussi les Egyptiens et les Africains représentés de la même manière, ce qui ne pouvait être autrement. Mais les Namou (les asiatiques) et les Tamhou (les races européennes) offrent d’importantes et curieuses variantes …. …. Enfin, et j’ai honte de le dire, puisque notre race est la dernière et la plus sauvage de la série. Les Européennes de ces époques reculées, il faut être juste, ne faisaient pas trop belle figure dans ce monde. Il faut entendre ici tous les peuples de race blonde et à peau blanche, habitant non seulement l’Europe, mais aussi l’Asie, leur point de départ. »

Au cours de ces dernières années, il y a eu de nombreuses conversations autour de la fin de la civilisation occidentale , et nous avons tous entendu des politiciens de droite et d’extrême- droite occidentaux pleurer la perte des valeurs occidentales.

Mais qu’est-ce que la civilisation occidentale ?

Quelles sont exactement les valeurs occidentales ? Si vous avez voyagé à travers l’Europe comme je l’ai fait, vous verrez des villes fortifiées, des forts militaires, des canons, des pistolets, des fusils, toute sortes d’épées et de statues de héros de guerre. Bref, vous verrez tout un arsenal d’armes de guerre. A mon avis, la guerre n’est pas ce que la plupart des gens imaginent quand ils pensent à la civilisation. Cela peut surprendre beaucoup de personnes mais l’Occident n’a jamais eu de civilisation si vous excluez la guerre de cette définition. Alors d’où l’Occident a-t-elle pris son architecture, ses lois, sa religion, ses idées de droits de l’homme, ses valeurs, etcetera ? Elle les a reçus de l’Afrique. Avant de visiter l’Afrique, l’Occident n’avait aucune idée de ces choses.

En effet, les Européens passaient tout leur temps sur la planète à développer des armes de plus en plus dangereuses pour faire la guerre, pendant que les Africains étudiaient l’univers, les changements de saisons, inventaient la littérature, les arts, l’architecture, les mathématiques, l’écriture, le calendrier, la médecine, priaient leurs Dieux, momifiaient leurs morts, se préparaient à la vie après la mort, inventaient même la perruque dont tant de femmes noires se parent encore aujourd’hui. Bref, ils construisaient ce que nous considérons aujourd’hui comme étant la civilisation.

Quand les Européens ont vu la splendeur de l’Afrique, ils se sont sentis incompétents, humiliés, inférieurs, parce qu’ils n’avaient rien construit de comparable en Europe, hormis des armes de guerre.

Par conséquent, devenus envieux, ils ont commencé à conspirer afin de conquérir l’Afrique et asservir les Africains. Et c’est exactement ce qu’ils ont fait. Ainsi ce qui fut promu comme étant la civilisation occidentale pendant les 500 dernières années, n’est rien d’autre que la civilisation africaine qu’ils ont simplement confisquée et proclamée comme étant la leur. Aujourd’hui, l’Occident est à l’apogée de sa puissance mais continue toujours de faire la guerre, de semer la mort et la destruction sur son passage. L’Irak est un exemple récent, et peut-être l’Iran sera le suivant. L’idée que M. Bush peut ramener la paix au Moyen Orient est ridicule. Comment un peuple guerrier peut-il ramener la paix sur la planète ? Cependant, l’Occidental préfère maintenant laisser les autres races s’entretuer tandis qu’il se contente de leur fournir tout l’armement qui leur est nécessaire afin d’amasser les profits résultant de leursmorts, particulièrement des morts africains qui, malheureusement, ont attrapé le virus guerrier de l’Occident après les avoir côtoyés pendant des siècles. A tel point que les Rwandais ont exterminé 4 millions de leurs concitoyens en l’espace de seulement trois mois.

Comme beaucoup de personnes ne savent pas que l’Occident a revendiqué la civilisation de l’Afrique comme sa propre civilisation, elles restent souvent perplexes face aux contradictions qu’elles voient dans la société occidentale. Ainsi, elles ne peuvent comprendre, par exemple, comment l’esclavage et les droits de l’Homme peuvent coexister côte à côte.

Mais quand vous comprenez que l’un vient d’Europe (l’esclavage) et l’autre, d’Afrique (les droits de l’Homme), il n’y a absolument plus aucune contradiction.

En outre, comme ces personnes ne croient pas réellement en de tels concepts, elles ne manifestent qu’un intérêt de pure forme. Vous souvenez-vous que les Européens tenaient un livre dans leurs mains, dans lequel il était clairement indiqué : « Tu ne tueras point », en même temps qu’ils frappaient et tuaient nos ancêtres ? Pire, les bateaux sur lesquels ces derniers ont voyagé à travers l’océan Atlantique, avaient des noms bibliques , tels que « Le bon bateau de Jésus » , « Jean le Baptiste » et même « Cadeau de Dieu » … Aujourd’hui, M. Bush parle de Dieu et lâche des bombes qui tuent femmes et enfants dans le même souffle. C’est exactement ce que firent ses aïeux (les pères fondateurs) quand ils ont exterminé les Amérindiens , premiers habitants du continent américain. [Note d’Africamaat : En réalité, les premiers habitants d’Amérique étaient des Nègres. Les fouilles au Brésil l’ont prouvé (Pedra Furada : 50 000 ans avant notre ère).]

Cette dichotomie peut être observée dans bien des secteurs de la société occidentale, parce que

les Occidentaux ont simplement juxtaposé leur culture de va-t-en-guerre à la civilisation africaine et ont promu cette dernière comme la leur.

Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi il y a tant d’injustice et d’exploitation d’une part, et de fausse philanthropie de l’autre, à travers le monde. Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi il y a tant d’organisations humanitaires et chrétiennes partout en Afrique, apparemment toutes travaillant pour sortir les Africains de la pauvreté, alors que les Africains n’ont toujours pas accès à l’eau potable, et que leurs conditions ne font qu’empirer, maintenant vous savez pourquoi. La prochaine fois que les pays du G8 se réuniront et commenceront à s’extasier sur leur intention de sortir les Africains de la pauvreté, rendez-vous un grand service : éteignez votre télévision.

L’éducation de l’enfant noir a provoqué une grande peur parmi les Européens parce qu’ils connaissaient le génie des peuples qu’ils avaient asservis.

Qu’auraient-ils pu enseigner aux enfants africains dont ils avaient dérobé l’héritage ? Pour commencer, ils ne pouvaient certainement pas permettre aux enfants noirs et blancs de rivaliser sur le même plan, parce que les enfants blancs auraient été humiliés par la brillance des Africains. Le problème a uniquement été résolu quand la population blanche minoritaire a compris que c’était eux qui devaient décider des informations à transmettre ou retirer dans l’éducation de leurs étudiants noirs , d’autant plus que les blancs avaient le monopole dans l’écriture et la publication des livres, des manuels scolaires et d’autres matériels que les noirs allaient lire. Par conséquent, ils décidèrent simplement de donner à nos enfants une éducation d’une qualité inférieure. Le professeur Wilson dit que l’éducation de l’enfant noir n’a jamais été, et ne pourra jamais être, la même que celle de l’enfant blanc , parce que ce dernier doit apprendre comment gouverner et dominer les autres , tandis que l’enfant noir doit apprendre comment servir et obéir , d’où le rôle double du système éducatif occidental. Malgré toutes les belles paroles sur l’égalité, la déségrégation et le fameux slogan de M. Bush aux USA, « Aucun enfant oublié », le système éducatif en Occident n’a pas changé du tout depuis le temps de l’esclavage et continue à s’assurer que les enfants africains reçoivent une éducation inférieure par rapport aux enfants blancs. Pour maintenir ce système hiérarchique ils ont inventé toutes sortes de stratégies de façade, comme les tests d’aptitude intellectuelle, l’éducation spéciale, une hiérarchie entre les écoles, etc. En bref, ils continuent à enseigner à nos enfants comment être serviable et obéir, ce que rejettent évidemment nos jeunes garçons. En fait, c’est l’enseignement même que nos enfants reçoivent dans le système scolaire qui détruit leur estime et leur volonté de réussir, ce qui est exactement le but recherché. Par conséquent, ils perdent tout intérêt pour l’école, se retrouvent confrontés à de grandes difficultés, et finalement, ils abandonnent et deviennent des délinquants.

Cette crainte d’être humilié par les Africains est toujours très forte aujourd’hui. C’est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de Blancs abandonnent certaines professions et sports où le peuple noir se dirige, et pourquoi ils sont si hésitants encore à laisser entrer des Noirs dans certaines professions. Quand les Noirs entrent dans un secteur d’activité, les Blancs donnent l’impression que ce n’est vraiment pas très important. Cependant, ce comportement est simplement un mécanisme d’autodéfense qu’ils adoptent pour éviter les sentiments d’inadéquation, d’infériorité et la douleur d’être surpassé pas les Africains , autrement dit, les mêmes sentiments que leurs ancêtres ont ressenti il y a tant de siècles, quand ils ont rencontré des Africains pour la première fois.

Enseigner aux enfants africains leur passé glorieux aurait été contre-productif à cause de cette peur de l’Occident d’être humilié par les Africains, par conséquent ils ont décidé de déformer l’histoire tant africaine que mondiale en la falsifiant.

 

Par exemple, beaucoup de personnes sont aujourd’hui ignorantes du fait que la civilisation égyptienne précède de milliers d’années, celle de Rome, parce qu’elles ont faussement été présentées comme contemporaines ,alors que la civilisation romaine n’était même pas née au moment où on arrêtait de construire les pyramides en Egypte autour de la 14ème Dynastie.

Pire, la plupart des gens ne savent toujours pas qu’il y a plus de pyramides au Soudan qu’en Egypte , ou que c’est là où se trouve l’origine de ce style d’architecture En fait, la civilisation de Nubie (le Soudan) précède celle d’Egypte. Puisque la plus grande partie de notre peuple est inconsciente de l’importance du Soudan dans notre histoire, la catastrophe annoncée que représente le futur barrage Kajbar , les laisse totalement indifférents. Ce barrage, comme le barrage d’Aswan en Egypte , effacera pour toujours toute l’histoire antique de l’Afrique au Soudan , rendant ainsi inaccessible cette connaissance aux générations futures d’Africains.

Aujourd’hui, à cause de ces distorsions, le peuple noir est totalement ignorant de sa véritable histoire.

Au lieu d’enseigner aux enfants africains que leurs ancêtres, les anciens Egyptiens, étaient les vrais bâtisseurs de la civilisation, (les pyramides, les obélisques et les temples en restent la preuve aujourd’hui), ils leur apprirent que ce furent les Grecs et les Romains. Au lieu de dire qu’Imhotep l’Egyptien, était le père de la médecine , ils leur apprirent que ce fut Hippocrate. Au lieu de parler des premières universités fondées par leurs ancêtres à Tombouctou et à Djenné au Mali , on leur a appris que les Africains étaient un peuple avec une tradition uniquement orale qui ne connaissait rien à l’écriture. Au lieu de leur parler de la grande civilisation Shona du Zimbabwe , qui a construit une ville plus grande que Londres, ou le génie artistique de la civilisation Nok de Nigeria , on leur a dit que leur patrie était un continent « sombre », où leurs ancêtres primitifs, erraient dans les jungles sauvages du matin jusqu’à soir, pratiquant le cannibalisme , et qu’heureusement, Dieu a envoyé des bons et gentils chrétiens européens (Tarzan) pour les civiliser et leur apprendre la parole de Dieu et les sauver d’eux-mêmes. Pour enfoncer le clou,

ils ont inventé une hiérarchie raciale avec les blancs en haut et les Africains en bas, et l’ont justifié en disant qu’ils étaient un peuple « élu de Dieu »

et donc supérieur , que Dieu leur avait donné un « terrain débordant de lait et de miel », ( l’Afrique ), tandis que nos ancêtres étaient des païens, adorateurs du diable, que Dieu lui-même avait maudit, et, par conséquent, qu’ils méritaient d’être leurs esclaves. Ces mensonges vicieux continuent à être crus par des millions de gens, aussi bien noir que blanc aujourd’hui, et sont l’une des raisons du racisme effréné et chronique dans nos sociétés .

Aujourd’hui, l’Occident continue à promouvoir le génie africain comme le leur.

Par exemple, les Africains ont inventé la musique rock et le rap , mais c’est Elvis Presley que l’on a nommé le roi du rock ’n’ roll, tandis qu’Eminem est le premier rappeur à gagner un Oscar. De même, Bill Gates est devenu un nom très connu et un millionnaire. Mais, sans le génie de deux scientifiques africains , Mark Dean et Philip Emeagali, l’ordinateur ne serait pas devenu accessible à la plupart des gens sur la planète aujourd’hui

Voilà comment le lavage de cerveau et la mauvaise éducation des Africains et leurs enfants ont commencé en Occident et continuent de nos jours. Si leur plan a réussi, c’est parce qu’ils savaient que pour réussir ils devaient viser les enfants africains à un très jeune âge. Ils savaient, comme nos ancêtres, que « le comportement désiré en âge adulte est ce que l’on transmet depuis l’enfance » . C’est pourquoi depuis le début de l’esclavage, ils les ont privés de leurs noms et de leurs langues à la naissance. De plus, afin de soumettre les Africains à leur autorité, ils ont également utilisé la religion pour terroriser les enfants africains en leur enseignant l’histoire factice de la bible, plagiée du mythe égyptien d’Osiris, comme fait historique. Cette histoire leur a promis une vie de souffrance (l’enfer) s’ils étaient désobéissants envers leur maître (maître ici fait référence à l’esclavagiste, et non pas un être suprême comme tant de personnes noires croient par erreur), mais la richesse céleste après la mort s’ils obéissaient (le paradis).

La vraie tragédie est que cette histoire africaine déformée, que des générations d’enfants noirs ont été forcées d’apprendre par cœur, continue à être apprise littéralement par des millions d’Africains autour du globe, qui passent leur vie à attendre que ce « Superman » de l’antiquité nommé Jésus descende des cieux et les délivre des scélérats. L’ironie tragique est qu’aujourd’hui, ce sont des Africains, c’est-à-dire les victimes, qui continuent à perpétuer cette religion étrangère, imposée à nos enfants pendant l’esclavage. Ils sont les plus fanatiques, contrairement à la plupart des descendants de leurs oppresseurs, qui eux, ont depuis longtemps arrêté de croire en ce mythe. Les réparations ne peuvent jamais compenser les dommages incalculables que ce mythe a créé dans les vies de millions d’Africains, qui ont littéralement mis leur vie en suspens dans ce monde, parce qu’ils croient sincèrement que seule la mort est le commencement de leur vrai vie dans l’au-delà.

Voilà pourquoi leur machine de propagande doit persuader les noirs de continuer à croire en la fantaisie de la Bible, à croire que les Blancs sont supérieurs, que la civilisation occidentale est meilleure que celle de l’Afrique , qu’ils doivent se battre dans les guerres illégales menées par l’Occident, que l’Afrique est un continent sans avenir, que l’Afrique est pauvre, que la pauvreté, l’injustice et l’exploitation ont toujours existé dans le monde, que l’Afrique aura une explosion démographique (le surpeuplement) et mourra du sida (la dépopulation) en même temps (équation illogique), que les Africains doivent travailler dur pour promouvoir les intérêts occidentaux , ainsi que toutes les fausses croyances trop nombreuses pour être mentionnées ici. Voilà pourquoi leur média nourrit nos enfants 24 heures par jour avec des renseignements négatifs, conçus pour saper leur énergie, détruire leur confiance, intensifier leurs sentiments d’infériorité et de haine envers leurs semblables, et augmenter leur admiration pour les occidentaux. Le but est de faire de chaque enfant africain , un Michaël Jackson. Voilà la stratégie de destruction du psychisme africain que l’Occident a mis en place. Voilà pourquoi il est important que les parents africains et notre communauté comprennent ces forces négatives qui travaillent à détruire nos enfants, dans le but de retarder la libération de l’Afrique et de ses enfants.

C’est aussi la raison pour laquelle ils nous traitent de la façon la plus méprisable.

Nous souffrons de la plus mauvaise santé, vivons dans les conditions les plus horribles imaginables, nous sommes le groupe le plus méprisé et nous ne menons pas notre vie comme elle devrait être vécue. C’est pourquoi les chrétiens noirs disent souvent qu’ils « ne sont que des voyageurs » sur cette terre. Que dire d’autre quand on voit la vie que la plupart des noirs mènent dans ce monde ? Les Occidentaux par contre, vivent confortablement, mangent à leur faim, jouissent d’une bonne santé, apprécient la vie et vivent longtemps des jours heureux. Bref, ils sont vivants tandis que nous sommes morts, parce qu’ils nous ont tués. Mais nous pouvons être ressuscités en les effaçant de nos esprits de la même manière qu’ils ont effacé l’histoire africaine du nôtre. C’est ce que le Professeur Kamau Kambon essayait de faire comprendre quand il a dit, il y a deux ans, que

« la solution au problème de l’homme noir est l’extermination du Blanc. »

Beaucoup de personnes, dans leur ignorance, ont cru qu’il voulait parler de l’extermination physique des blancs. Il est ridicule de penser cela puisque l’Occident a des armes qui peuvent annihiler chaque personne africaine de la planète. Il est évident que ce qu’il a voulu dire, c’était que les noirs , pour sortir de leur état comateux, de morts vivants, pour profiter pleinement de la vie et vivre heureusement sur la terre, doivent tuer les blancs mentalement, métaphoriquement, en remplaçant leurs mensonges par la vérité.

Les Occidentaux n’admettront jamais volontiers la vérité parce qu’ils ont trop à perdre. Ils devraient admettre le vol de la civilisation africaine, le génocide des Africains et l’invention des mensonges. Mais, admettre soulèverait trop de questions. Par exemple, si la Bible est fiction, qui sont donc ses auteurs réels ? Est-il vrai que Shakespeare est l’un des auteurs de la bible, et que c’est pour cela qu’il est connu comme le plus grand écrivain de tous les temps.

S’il n’y a aucun peuple élu, qui sont les gens en Israël qui prétendent être des Juifs ?

Pourquoi ont-ils été placés là ? Pourquoi les Etats-Unis les défendent-ils si obstinément ? Quel est le but réel du pape ? Quels renseignements cachent-ils au Vatican ? Qu’ont-ils fait avec les documents pris en Afrique ? Qu’est-il vraiment arrivé pendant la deuxième guerre mondiale ? Pourquoi l’Eglise a-t-elle protégé des néo-nazis de l’Allemagne ? Cela soulèverait d’autres questions plus récentes, telles que : Qui a vraiment détruit les tours jumelles et le Pentagone, le 11 septembre aux USA ? Pourquoi ont-t-ils été détruits ? Qui est Ben Laden ? Pourquoi ont-ils été incapables de le trouver, même sérieusement malade ? Existe-t-il vraiment ? Pourquoi l’Occident a-t-elle menti au sujet de la guerre au Koweït ? Pourquoi a-t-on fait croire au monde que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive en Irak, alors qu’il n’en avait pas ? Pourquoi Saddam Hussein a-t-il été attaqué et tué ? Pourquoi harcèlent-ils maintenant l’Iran ? Que cachent-ils ? Qui peut nous dire la vérité ? C’est à ces questions, et un million d’autres encore, que l’Occident n’a vraiment pas envie de répondre au monde après 500 ans de mensonges.

Commentez avec facebook svp

34611_111425522240655_648052_nLes archéologues qui s’évertuent depuis plusieurs décennies à élucider les conditions d’émergence de la civilisation de l’Egypte pharaonique à la fin du cinquième millénaire ( Fred WENDORF , Bruce WILLIAMS , Damiano APPIA ) sont désormais unanimes pour souligner le rôle décisif joué par la Nubie préhistorique dans les principales mutations technologiques qui ont conduit à l’élaboration des premières institutions socio-politiques en Haute-Egypte précisément à Abydos , Nekhen jusqu’au célèbre NOME de Ta Seti.

C’est dans ce contexte qu’est apparue , plusieurs générations avant le PHARAON-UNIFICATEUR NARMER (-3300 ), la fameuse dynastie des SHEMSOU HOR (  » SUIVANTS D’HORUS  » ) à laquelle l’humanité entière est redevable des premières innovations historiques significatives ( Royauté divine , écriture hiéroglyphique , architecture monumentale , calendrier astronomique , codes juridiques…).

Le noyau dur de ce peuplement pré-dynastique était représenté par les ANOU dont Flinders PETRIE et AMELINEAU ont étudié minutieusement les vestiges archéologiques.On ne saurait trop insister sur les similitudes troublantes entre les cultures préhistoriques de la NUBIE au cinquième millénaire et celles de la RÉGION DES GRANDS LACS AFRICAINS du Bassin du Congo aux confins de l’Afrique du sud actuelle.

Il faut ajouter à ces données archéologiques surabondantes les éléments de convergences remarquables tirés de la comparaison entre les principaux foyers de l’art rupestre en Afrique.Dans un ouvrage intitulé  » LES PHÉNICIENS DE L’ODYSSÉE  » , le géographe Victor BERARD a mis l’accent avec force détails sur les INFLUENCES CULTURELLES MAJEURES subies au deuxième millénaire par les PREHELLENES en général et les CRÉTOIS en particulier de la part des NUBIENS et des ANCIENS EGYPTIENS qui étaient de l’aveu unanime des auteurs et témoins grecs de l’Antiquité des mélanodermes caractérisés ( cf HERODOTE , Euterpe , Livre II , 104 ).

De fait , la période préhellénique de l’histoire de l’Europe a été volontairement obscurcie par les historiens européens actuels qui cherchent à minimiser les rapports étroits qui existaient entre les CIVILISATIONS NEGRO-AFRICAINES que sont la NUBIE et l’EGYPTE PHARAONIQUE d’une part et les PREHELLENES d’autre part.Il ne s’agissait pas de simples relations commerciales comme le pensait Jean VERCOUTTER ( cf  » L’EGYPTE ET LES PREHELLENES  » ) mais d’un apport massif de la NUBIE et de l’EGYPTE ANTIQUE dans les domaines de l’architecture , des arts , de la navigation et même de la religion.

C’est ce legs des CIVILISATIONS NEGRO-AFRICAINES qui explique l’essor et la prépondérance en Europe des PREHELLENES jusqu’à la tragédie de l’invasion barbare et de la destruction de la civilisation mycénienne par les DORIENS.Il ressort de l’examen des sources historiques disponibles que la civilisation crétoise elle-même a subi l’influence décisive de la civilisation égypto-nubienne dès la fin de l’Ancien Empire jusqu’à l’invasion des  » PEUPLES DE LA MER  » au douzième siècle avant notre ère ( cf Cheikh Anta DIOP  » CIVILISATION OU BARBARIE  » ).

Seule cette perspective historique permet de clarifier le fameux  » MYTHE DE L’ATLANTIDE  » rapporté par PLATON en le rapprochant de l’explosion volcanique de SANTORIN , île située dans les Cyclades.Les INDO-EUROPÉENS proprement dits ne connaîtront une promotion relative qu’au cours de la période semi-légendaire qui coïncide avec l’apparition des ÉPOPÉES HOMÉRIQUES consignées respectivement dans l’ILIADE ( composé entre -800 et -750 ) et l’Odyssée ( composée à la fin du VIII ème siècle avant notre ère ).CES ÉPOPÉES ÉTAIENT TRANSMISES ORALEMENT ET CE N’EST QU’AU VIème SIÈCLE QUE PISISTRATE FIXERA PAR EXEMPLE L’ILIADE PAR ECRIT.

De la même façon , c’est l’influence directe de l’EGYPTE sur LA GRECE D’ASIE MINEURE et en particulier la Cité d’IONIE qui permet de comprendre l’introduction en Europe de la PHILOSOPHIE que THALES DE MILET au terme de son périple studieux auprès des détenteurs égyptiens de la  » SCIENCE SACRÉE  » tentera d’acclimater en Grèce.Toutes les spéculations philosophiques abusivement attribuées par le truchement du prétendu  » MIRACLE GREC  » aux PRÉSOCRATIQUES ont été d’abord empruntées à l’EGYPTE avant d’être interprétées , transformées, dénaturées au fil du temps.La fameuse  » TRADITION ANTIQUE  » à laquelle PLATON et XENOPHON se réfèrent de façon ostentatoire pour expliquer l’irruption de l’argument de la réminiscence et partant de la notion de l’immortalité de l’âme dans la pensée de SOCRATE ( cf LE PHEDON ) est rattachée explicitement à l’EGYPTE qui en serait la source originelle.Ainsi , THALES , ANAXIMANDRE , ANAXIMENE , PYTHAGORE , HERACLITE , PARMENIDE , EMPEDOCLE , ANAXAGORE , PLATON , ZENON D’ELEE , ARISTOTE etc sont tous redevables à l’EGYPTE ANCIENNE des connaissances philosophiques qui ont fait leur réputation dans le CÉNACLE DES PENSEURS ILLUSTRES.Au cours de l’antiquité tardive , l’EUROPE ne manquera pas de puiser de nouveau à ALEXANDRIE les savoirs nécessaires à sa régénération.

Outre les différents courants théologiques et philosophiques qui se rattachaient directement à cet  » INVENTAIRE ACHARNE DE LA SAGESSE MILLÉNAIRE DES BORDS DU NIL  » ( cf Luciano CANFORA  » LA DESTRUCTION DE LA BIBLIOTHÈQUE D’ALEXANDRIE  » ) , les sciences connaîtront un essor considérable à cette époque comme en témoigne entre autres la captation des connaissances astronomiques égyptiennes par ARISTARQUE DE SAMOS à partir de 350 avant notre ère.

Le moment est venu pour les AFRICAINS et les AFRO-DESCENDANTS partout dans le monde de suivre collectivement la recommandation capitale du Professeur Cheikh Anta DIOP formulée dès 1973 :  » On doit dire aux générations qui s’ouvrent à la recherche : armez-vous de science jusqu’aux dents et allez arracher sans ménagement des mains des usurpateurs le bien culturel de l’Afrique dont nous avons été si longtemps frustrés  » ( cf Préface à L’AFRIQUE DANS L’ANTIQUITÉ : EGYPTE PHARAONIQUE- AFRIQUE NOIRE  » de Théophile OBENGA ).

ECRIT PAR Professeur  Jean-Charles Coovi Gomez

Commentez avec facebook svp