Celia A, l’esclave qui n’avait pas le droit humain et légal de dire non

Celia, a slave
0
(0)

L’histoire de Celia a telle que l’on a gardé dans les archives débute sur une tragédie personnelle en 1850, Robert Newson un fermier prospère de 60 ans propriétaire d’une dizaine d’hommes esclaves décide suite au décès de sa femme de s’acheter une nouvelle esclave à 40 kilomètres de sa plantation a Callaway County (Missouri). Un manque de présence féminine qui a pousse le vieil homme a porté son choix sur une jeune esclave de 14 ans nommée Celia. Sur le chemin du retour a la plantation, le vieil homme viola Celia pour la première fois, révélant les nature de la relation que le maître souhaitait avec la jeune fille. Il l’installa dans une petite cabane en bois ou il se rendait régulièrement durant 5 ans pour violer la jeune esclave. Durant cette période Celia a donné naissance à deux enfant devenu également la propriété du maître.
Au printemps de 1855, Celia débuta une liaison avec George, un autre esclave de la plantation et tomba enceinte peu de temps après le commencement leur relation. A la demande de George, Celia demanda la protection de la fille de Newson contre les viols du vieil homme durant sa grossesse. Dans la nuit du 23 juin 1855, Robert Newson alla à la cabane de Celia, avec sans aucun doute l’intention de la violer une nouvelle fois. Il n’est jamais retourner chez lui.
Malgré que durant son procès Celia ne fut pas permise de témoigner a sa propre défense, des investigations faite suite au confession de celia et évidence physique ont mener a reconstituer les événements. Craignant son maître, Celia s’était proccurée d’un baton qu’elle avait caché dans un coin de sa cabane. Le soir de l’agression, dans un élan de self-defense Celia pris son baton et frappa mortellement son maître. Elle démembra le corps par la suite et tenta de brûler les reste du corps dans la petite cheminée de sa cabane.
Le lendemain, ne voyant pas le vieux maître l’amant de Celia la trahit allant dénoncer la jeune esclave comme étant responsable de la disparition du vieil homme. Dans une ultime tentative d’échappatoire Celia proposa une douzaine de noisette au petit-fils du mètre en échange de son aide a faire disparaître les reste du corps dans la forêt. Condamnée pour meurtre par un jury civil, la confession de Celia fut accepté comme élément du procès tout en démontrant certain aspect incohérent dans son témoignage concernant le meurtre de Newson.
Etant enceinte et fragile Celia n’aurait physiquement pas pu être capable de couper et porter autant de bois dans sa cabane pour faire disparaître le corps du vieil homme. Son amant Georges complice du meurtre, serait responsable du démembrement du vieil homme et Celia mentit durant son procès pour le protéger. Suite au meurtre et l’arrestation de Celia, Georges disparu sans jamais laisser de trace.

Durant le procès, l’avocat de Celia plaida la légitime défense contre les assauts d’un violeur se referrant a une loi de 1845 rendant illégale « de prendre une femme contre sa volonté par force ou menace » stipulant que cette loi devait s’appliquer autant au femme blanche qu’au femme esclave.

Demande qui fut refusée par le juge de l’époque William Hall qui prôna même qu’une esclave n’avait aucun droit humain et légale de résister a son maître même dans le cadre de violence sexuelle (incroyable mais vrai..) Le jury prononça Celia coupable de meurtre et la condamna a la mort par pendaison après la naissance de son nouveau né. Celia fut pendue le 21 décembre 1855.

Quelle est votre réaction ?
Love
Haha
Wow
Sad
Angry
You have reacted on "Celia A, l’esclave qui n’avait pas ..." A few seconds ago

Vous avez aimé cette publication ?

Résultats des votes 0 / 5. Nombre de votes 0

Soyez le premier à voter

Comme vous aimez...

Suivez nous sur les réseaux sociaux!

Send this to a friend