HISTOIRE DU KONGO

HISTOIRE DU KONGO
Noter cet article

sansalvador2Le peuple noir  « KONGO » descend de dieu tout-puissant qui porte les noms suivants : omakongo okongo akongo ne kongo kalunga…

Lorsque nos ancêtres étaient a la recherche de la terre de promesse « kongo dia ntotela » a partir de l’Ethiopie, nzambi’a kongo kalunga dit à nos ancêtres :

 C’est par mon amour j’ai créé l’humanité. A toi mon peuple bien aime qui porte mon nom ; pour invoquer mon amour ; il dit de l’appeler « ne kongo kalunga » (le dieu omniprésent) l’amour et la sagesse et avec son intelligence il créa le monde et toute ses créatures ; il dit à nos ancêtres de l’appeler « ne mbumba wa bumba zulu ye ntoto (dieu omniscient) ; avec son pouvoir qu’il gouverne le monde, il dit à nos ancêtres de l’appeler « ne mpungu tulendo » (dieu omniprésent).

Donc le nom « kongo » est d’origine céleste et la langue « kikongo » aussi.

L’heure de la vérité a sonné dans le monde…

Chronologie des bena kongo

En l’an 4200 avant l’ère du poisson, les tribus de bena kongo ont quitté l’Ethiopie et descendirent vers le Nil.

Les noirs de grande taille se sont rassemblés et décidèrent de fonder un pays qu’ils appelèrent : ekipata (het ka ptah = Aiguptos = Egypte).

En l’an 4000 avant l’ère du poisson, ngipiti (Egypte) fut le premier pays développé du monde, dans tous les domaines : religieux, politique  et technologique.

Toutes les nations du monde venaient en Egypte pour apprendre la sagesse et chercher les nourritures. Face aux étrangers de toute race, des désordres commencèrent à s’introduire dans tout le pays.

 En l’an 1300 avant l’ère du poisson, le pharaon kenatu (Akhenaton) se leva et commença à lutter contre les désordres.

 Après la mort de kenatu, les désordres reprirent en Egypte.

 La taribu de bena kongo était maltraitée et ils ont préféré quitter  l’Egypte et ils se sont réfugiés en Ethiopie.

 En l’an 960 avant l’ère du poisson la reine makenda Saba (makeda) de la tribu de bena kongo se maria avec le roi Salomon d’Israël. Ce mariage favorisa l’émigration de beaucoup de bena kongo qui est venus s’installer librement en Israël. Le peuple Falasha (betha Israël) est issu de ce mariage.

 En l’an 220 avant l’ère du poisson, « ne muanda kongo » apparut au prophète mbemba zulu et lui confia la mission d’être le dirigeant des bena kongo.

 Sous la conduite de mbemba zulu, les bena kongo ont quittes l’Ethiopie pour une terre qu’ils nommèrent dizimba (sanctuaire) qui est l’actuel Zimbabwe.

 Après la mort de mbemba zulu, « ne muanda kongo » consacra le prophète isanusi qui devint le dirigeant des bena kongo. Après le zimbabwe, sous la conduite de la prophétesse mbangala, la femme à neuf mamelles, les bena kongo entrèrent dans le désert di Kalahari. C’est la ou ils commencèrent à se marier avec les pygmées. L’union des bena kongo et des pygmées produisit les herero (bahele) du Namibie qui jusqu’a nos jours parlent des langues semblables à celles des pygmées.

 En l’an 320 de l’ère du poisson, sous la conduite du prophète nsakulu a nkanda les bena kongo avaient réussis à prendre les terres de kuandu, kubangu, okavambu, kunene (la terre du kongo dia mpangala). 

 En 424 de l’ère du poisson, sous la conduite du prophète kodi puanga, les bena kongo ont réussis à prendre les terres du kuangu, luangu, kuilu, lulua et construiront le kongo dia kuimba. Après le kongo dia kuimba, les bena kongo sont allés pour arracher la terre de katanga. Arrive au Katanga, les bena kongi se sont maries avec les katangais. De cette union naquirent les tribus des balunda et tukongo du katanga.

 En 529 de l’ère du poisson, sous la conduite du prophète tuti dia tiya les bena kongo occupèrent la terre de nzaza vumba (les plateaux des bateke) et ils construiront le kongo dia luangu. 

 En 690 de l’ère du poisson, sous la conduite du prophète nimi a lukeni les bena kongo occupèrent la terre de kuanza et construiront la ville de mbanza kongo dans le kongo dia ntotela. 

 En 691 de l’ère du poisson c’était la fin des travaux de construction de mbanza kongo sous le grand artisan : masema ntoko.

 De 689 à 1200 de l’ère du poisson voici les noms de rois qui dirigèrent le royaume kongo : le roi muabi mayidi, zananga mowa,  mbala lukeni, mbama bakota, ngongo masaki, kalunga punu, nzinga sengele, nkanga malunda, ngoyi malanda, nkulu kiangala, ngunu kisama.

En 1227 de l’ère du poisson le roi mandingue vuzi accède au pouvoir à mbanza kongo.

La loi sacrée est transgressée. Une grande sécheresse sévit dans le pays. Le prophète kimosi se lève contre ce désordre social.

En l’an 1230 de l’ère du poisson le roi nanga katanga redresse la situation sociale. Fin de la sécheresse. Abondance spirituelle et matérielle.

Après le roi ntende kabinda et le grand roi muabi kunene qui envoya le grand mage « kongolo » pour aller organiser politiquement la région de l’est du royaume kongo en direction de lualaba. Les baluba vont se révolter, le tuer, et tourner le dos a la loi sacrée.

Or tuer « kongolo » c’est détruire le cercle qui unit et rassemble le peuple élu.

Tuer « kongolo » c’est aller a l’encontre de l’arc-en-ciel, du dieu solaire « ne muanda kongo » dont le cercle est le symbole.

 Tuer « kongolo » c’est tuer le kongo, c’est marcher à l’encontre du plan du dieu « muanda kongo » pour l’intégration et la kongolisation de l’Afrique centrale.

 La tradition kongo parle ensuite des terribles malédictions que le grand mage « kongolo » prononça avant sa mort…

 Le peuple de la région se divisa en deux groupes :

 – le groupe des fideles du grand mage « kongolo »

 – le groupe des opposants baluba qui finit par prendre le dessus.

 Le conseil du royaume a mbanza kongo donna l’indépendance a cette région fortement congolisée et décida que la frontière de l’empire du kongo a l’est soit ramenée au fleuve zambezi, a la rivière lulua, mumboyo, du katanga, du kasayi et la rivière nsanga.

 La fusion du kongo et du lualaba échoua.

 La loi sacre fut transgressée sous le règne du roi woyo mpalanga.

 « Ne muanda kongo » éleva le prophète kutumi qui se dresse contre ce désordre social provoque une renaissance spirituelle dans le pays.

 De l’an 1300 à l’an 1369 se succèdent à mbanza kongo le roi muende ngidi le roi nanga mutombo le roi nzinga nuzoma.

 De l’an 1370 jusqu’en 1481 les rois qui dirigèrent le royaume kongo sont : le roi nkanga nimi, le roi nkuwu mutimu le roi nzinga nkuwu.

 En 1457, se leva le prophète buela muanda qui annonça l’arrivée des occidentaux (mindel) sur la terre kongo et leurs intentions.

 En 1471 sous le régime de nzinga nkuwu les mindele (envahisseurs occidentaux portugais) arrivent au kongo dia luangu qu’ils baptisent du nom de rio de gabao d’ou le nom de Gabon. Ces portugais venaient de l’Europe via l’ile kalunga a laquelle ils donnent le nom de Sao tome.

 En l’an 1482  le portugais Diego CAO arrive à l’embouchure du fleuve muanza qu’il nomme Zaïre par déformation du mot nzadi (le fleuve).

 Le 3 mai 1491 le roi nzinga nkuwu converti au christianisme et baptise ouvrant ainsi la voie a la pénétration du christianisme dans le royaume du kongo.

 Pendant que le capitaine portugais Luiz da souda et les prêtres espions faisaient semblant de parler de dieu a mbanza kongo les autres soldats portugais restes au port de mpinda attaquent les bakongo habitant les iles de bula mbemba, mbulukolo, malela et mateba aux fins de capturer des esclaves noirs à vendre en occident !

 À partir de cette date, les européens étaient désormais surnommes « mindele ». En langue kikongo le mot mundele (au pluriel mindele) veut dire terroriste, envahisseur ou esprit maléfique. Le mot blanc se dit en kikongo : mpembe.

 Les habitants de mbanza kongo se divisent en deux camps :

 1) le camp des partisans du christianisme colonial regroupes autour de ne mvemba nzinga  fils du roi nzinga kuwu.

 2) le camp des partisans du recours a l’authenticité culturelle (fukiansi) regroupes autour de ne mpanzu a nzinga appelé aussi ne mpanzu a lumbu un autre fils du roi nzinga nkuwu.

 

En l’an 1506 le roi nzinga nkuwu meurt à mbanza kongo. Le conseil du royaume élit ne mpanzu a nzinga pour prendre le trône royal.

 

En l’an 1507 les portugais assassinent le roi mpanzu’ a nzinga à la demande des prêtres catholiques.

 Ne mvemba a nzinga l’homme des prêtres catholiques monte sur le trône royal de mmbanza kongo.

 En 1518 à Rome le pape Léon x consacra lukeni lua nzinga étant le premier évêque africain catholique. lukeni lua nzinga était le fils du roi mvemba nzinga.

 Le 26 aout 1641 les soldats hollandais sous l’égide du général konelis hendrick ont attaque le royaume kongo et l’arracha des mains des portugais.

 Le 14 octobre 1641 les hollandais ont occupe la ville de mbanza kongo.

 En 1654 le père Jérôme de montesarchio en promenade au kongo dia mbe rencontra pour la première fois « makoko », après quelques démonstrations du makoko, le père Jérôme dit :

 « J’ai vu makoko avec mes yeux, l’homme qui a la puissance de se transformer en fourmi ou en toute chose qu’il veut. »

 De 1702 jusqu’en 1706 le grand archange du kongo « ne muanda kongo » consacra la prophétesse vita kimpa .

 Celle-ci avait réussi à réveiller tous les bakongo et à rebatir la ville de mbanza kongo et elle s’inspira et commença à combattre la religion occidental sur la face du territoire kongo.

 Les soldats portugais sous l’ordre de l’église catholique, le père Lorenzo da Luca et le père Bernardo da gallo ont arrête la prophétesse vita kimpa et la brulèrent vivante le 2 juillet 1706.

 En 1758 beaucoup de bakongo en esclave en Haïti commencèrent la guerre pour l’indépendance sous la conduite de makandala nom transforme par les occidentaux en mac ndal.

 En 1877 henry Morton était venu au kongo a la recherche des terres à arracher.

 En 1880  Savorgnan de Brazza était venu au kongo dia mbe et proclama makoko comme roi.

 En 1881 le missionnaire henry Stanley envoya des espions pour venir détruire la ville de mbanza kongo.

 En 1885 les occidentaux s’étaient réunis à la conférence de Berlin pour partager l’Afrique (katiopa) comme un gâteau d’anniversaire. Ils partagèrent le royaume kongo en quatre parties : le kongo zaïre (belge), le kongo Brazza(France), le kongo Angola(Portugal) et le kongo Gabon(France).

 En 1921 « ne muanda kongo » consacra le prophète kimbangu pour devenir dirigeant et réveiller tous les bakongo. Avec le message du prophète Simon Kimbangu beaucoup de bakongo s’opposèrent à la religion occidentale.

 De 1926 jusqu’en 1942 se leva au kongo sia mfua (Brazza) le prophète André Matsu qui lutta contre la religion occidentale.

 En 1933  »ne muanda kongo » consacra le prophète matai muanda pour diriger les banguza et lutter contre la religion occidentale sur la terre du kongo.

 En 1939 le prophète Simon mahdi se leva et forma l’église des noirs en Afrique par le prophète Simon Kimbangu (Enna).

 En 1954 mbuta kasa vubu était élu président de l’abako.

 En 1956 mbuta diangienda kuntima créa l’église kimbanguiste. En même temps en Angola les Bakongo s’étaient réunis et fondèrent le mouvement politique « mpla » (mouvement populaire pour l’indépendance de l’Angola) a la tète duquel se trouva le docteur mbuta Agostino Neto.

 En 1958 mbuta yala cain nkongo etait élu président au kongo Brazza.

 Le 4 janvier 1959, l’abako demanda l’indépendance du kongo. Le 30 juin 1960 le kongo Kinshasa accéda à l’indépendance sous la présidence de mbuta kasa vubu.

 Le 15 aout 1960 le kongo Brazza accéda à l’indépendance.

 Le 17 aout 1960 le kongo Gabon accéda à l’indépendance.

 Le 11 novembre 1975 le kongo Angola accéda à l’indépendance.

 Le 24 novembre 1965 sous le commandement du général Mobutu les soldats congolais chassèrent mbita kasa vubu et passa le pouvoir a Mobutu.

 

Ecrit par JKC (jeunesse kongolaise consciente)

Merci de réagir avec un émoticône et de partager l'article
Love
Haha
Wow
Sad
Angry
You have reacted on "HISTOIRE DU KONGO" A few seconds ago
  • 24
    Partages

A lire aussi

fr Français
X