Les tresses: un art ancestral africain

  • 6
    Partages

Ce matin sur twitter, Christiane Taubira, garde des Sceaux a twitté ceci:  » La république s’enlaidi de nos renoncements et s’embellit de nos combats. C’est une incandescence qu’il faut faire vivre perpétuellement. « 

Cette phrase a raisonné dans mon esprit toute la journée comme le son d’un glas. 
Dénoncer c’est aussi agir et combattre. Aucune lutte ou défense d’idée n’est moins noble qu’une autre.

Les personnes qui défendent ce qu’ils considèrent être juste, sont des êtres qui s’affirment dans une société où on veut les aseptiser ou leur faire croire que rien est grave et qu’il faut laisser couler les choses.
Accepter ce qui est injuste ou insultant est pour moi une forme de renoncement et de complicité. Et cela permet à des personnes qui ne connaissent rien à nos vies, nos origines, notre histoire ou culture, éducation, différences, nos codes de beauté ou tout simplement ce qui fait notre personne et ce que nous sommes porter atteinte à notre dignité.
C’est aussi de choses comme ça qui paraissent anodines pour certains que les aprioris, racisme, clichés naissent. Par le biais de la plaisanterie ou l’humour beaucoup de personnes véhiculent une fausse image de choses qu’elles même ne maîtrisent pas et qui deviennent vérité pour les gens qui n’ont aucune culture ou qui se confortent dans ce que les médias leur montrent.
 
Les personnes qui subissent ces attaques ne sont pas toutes fortes, certaines seront encore plus complexées et auront honte de ce qui fait leur différence dans cette société.
 
Je tiens un blog de beauté dédié et crée pour les femmes noires et lorsqu’on insulte mes pairs et moi même, c’est quelque chose que je ne peux pas accepter et il est aussi, comme l’a dit mon amie DANIELLE, notre devoir est de vous tenir informer de ce qui se passe en bien comme en mal sur la planète beauté noire.
 
Pour celles qui ne le savent pas, hier le site PURETREND a eu la mauvaise idée de publier cet article que je qualifie de torchon et que je vous laisse découvrir => ICI.
Cet article porte le titre racoleur et nauséabond de JADA PINKETT SMITH ET SES TRESSES: L’AFFREUSE TENDANCE FAIT SON RETOUR?
 
Au début, quand ma cousine m’a fait part de cet article, j’ai cru à une mauvaise plaisanterie, et en lisant le corps de cet article, je suis tombée des nues…..
 
Comment des personnes qui se prétendent journalistes peuvent écrire des choses pareilles et en plus sans avoir le panache de signer ce qu’ils pondent.
L’affaire ELLE m’avait déjà laissé un sale goût amer à la bouche, et à la lecture de ce post hier, je me suis posée la question suivante, où va t’on recruter ces pigistes ou journalistes?
 
A un moment donné quand on ne sait pas de quoi on parle, il vaut mieux ne pas en parler du tout ou alors faire des recherches abouties.
 
D’après ce site les tresses sont une coiffure qui sent la plage et les vacances, dont Bo Derek fut l’icône dans les années 70. En gros une coiffure pas sérieuse que l’on porte dans un contexte fun. Deux autres passages assez révélateur de l’étroitesse d’esprit de la personne qui a rédigé cet article:  » Mystère. Alors pour être convaincu que cette coiffe de tresses doit définitivement appartenir au passé, Puretrend vous propose une petite plongée au pays des nattées. Et attention, ce n’est pas beau à voir. »
 
 » On la croyait morte et enterrée, mais voilà que la tendance des tresses tant adulées dans les années 2000 fait son retour sur la tête de Jada Pinkett Smith. Puretrend dénonce cette horreur capillaire, images à la clef. « 
 
Que la coupe de l’actrice Jada Pinkett Smith ne soit pas joli, n’est pas un problème. Ce qui est dérangeant est de prendre cette coupe que porte l’actrice pour stigmatiser les tresses en général, et donc dire que cette coiffure est immonde. Pourquoi ne pas montrer cette coupe jugée pas très jolie et la comparer avec d’autres coiffures splendides de l’actrice?? Jada a plusieurs fois fait cette coiffure, surtout jeune, et elles étaient magnifiques ou des récentes sur les tapis rouges.
 
On ne peut pas laisser un média lu par beaucoup de personnes et qui a pignon sur rue comme la plupart des magazines et sites qui s’amusent à nous dépeindre comme des extra terrestre dire de telles bêtises et insultes envers un art qui existe depuis des siècles sur le continent africain.
 
Les tresses sont plus qu’une coiffure en Afrique qui se porte depuis l’antiquité et qui n’ont pas vu le jour en 2000. Cet art se transmet depuis la nuit des temps entre femmes, de mères à filles. Elles ont une symbolique de vie, de mort, de mariage, de fête. D’ailleurs même en Nubie et Egypte antique les reines et les femmes les portaient fièrement. On oublie de le dire mais les hommes aussi en portaient.
 
A l’époque où l’art des tresses est né, il n’y avait ni tissage et defrisage. Les tresses étaient la manière de sublimer le cheveu crépu des femmes noires. Nous l’oublions souvent mais nos cheveux nous permettent d’arborer des tresses magnifiques quelque soit leur épaisseur grâce à leur texture épais et crépus. C’est pour cette raison également que les mèches des tresses ont la texture des cheveux crépus, afin d’épouser la forme de nos cheveux pour ne faire qu’un.  
 
Les tresses se déclinent et se portent de plusieurs manières toutes aussi belles les unes que les autres. On peut les porter longues, courtes, en chignon, en tresses couchées ou relevées. 
 
En somme, il existe tellement de modèles de coiffure à réaliser avec les tresses que l’on peut accessoiriser avec des foulards, turbans, bijoux, perles, qu’il me serait incapable de toutes vous les montrer ou citer. 
 
Mais  à notre époque, les plus connues et qui ont toujours le vent en poupe sont les tresses sénégalaises appelées  » life » ( fines), celles que nous avons toutes portées et que j’ai cité => ICI ( les patras), les rastas longues etc.
Comme je le soulignais plus haut, au delà de l’esthétisme, c’est aussi un art de vivre que symbolisait le port des tresses dans de nombreux pays africains. Encore aujourd’hui en Afrique, certains peuples ou ethnies portent différentes tresses pour différents passages de la vie. Il y’a des tresses par exemple que l’on fait chez les Soninké, l’ethnie de mon papa, lorsque la fille va se fiancer ou se marier. Il y’a des tresses pour un deuil, ou pour les jeunes filles etc. Chez ma mère qui est haoussa, c’est différent, il y’a des familles qui sont spécialisées dans l’art de la coiffure et on appelle que ces femmes issues de ces familles pour venir coiffer. C’est comme les castes de nobles, forgerons, grios etc.. Ceux qui respectent ces codes continuent à les perpétrer, sinon vu que la société change toute personne qui sait coiffer peut tresser son amie et etc…

Il n’est pas rare au pays, lorsque vous désirez vous faire coiffer qu’on vous dise:  » Ne donne pas ta tête à n’importe qui, car elle peut avoir une mauvaise main ». Et on vous conseille ou présente  » LA » coiffeuse connue pour ses belles réalisations.
Il y’a des tresses qui sont une sorte de code montrant à quelle appartenance sociale vous êtes. C’est pour cela que je dis que  cet article du puretrend est une insulte à un patrimoine culturel africain qui n’a pas pris ses quartiers dans les années 2000.
 
Les cheveux et la beauté ont toujours eu une place importante chez les femmes dans chaque civilisation au monde. La coiffure également, et on peut le voir chez les femmes à l’époque de l’empire grec et romaine. Les femmes avaient aussi des coiffes semblables à des ornements qui sont aussi reprises dans le milieu de la mode. Si une star portait une tresse en couronne mal faite, serait-ce une raison pour remettre en cause cette coiffure qui a une symbolique et qui date depuis des siècles? NON. 
 
Dans cet article => ICI, les tresses ont fait leur grand comeback sur la tête de beaucoup de filles dans les années 90 grâce aux stars noires américaines comme Brandy. Elle fut l’icône incontestée de cette coiffure qui nous a réconcilié ou donné envie de refaire cette coiffure.
 
Lorsque j’emploie le terme de réconciliation c’est parce que nous avions pour la plupart et moi comprise, délaissé cette coiffure pour les defrisages et tissages. Lorsque nous portions des tresses, c’était souvent petites, quand nos mamans avaient encore le droit de regard sur nos tignasses (mdr). Puis quand vint l’adolescence…. Vous connaissez la suite :-)))
 
Récemment c’est Solange Knowles, devenue la IT GIRL la plus photographiée de la planète qui les porte à toutes les sauces de manière sublime. Même sa grande soeur Beyoncé qui en était adepte dans les années 9O à l’époque des Destiny’s Child avait été aperçu avec il y’a quelques mois. 
 
Ou comme la chanteuse Kery Hilson:
 
Des milliers de tumblr dédiés aux tresses africaines dites BOX BRAIDS chez les anglophones ont vu le jour et ne cessent de montrer des femmes avec des coiffures splendides. 
 
Alors oui les tresses se démocratisent et reprennent leurs lettres de noblesse pour notre plus grande joie et plaisir que ça n’en déplaise à des personnes stupides. Non!! ce n’est pas une tendance affreuse qui va disparaître, elle existe depuis des décennies et elle ne s’éteindra pas de si tôt. Même sa mode s’en va et vient en Occident, en Afrique, et j’ai pu le revoir récemment au Mali, elle est bien installée!
 
Les femmes noires auront beau changer de tête et de style de coiffure mais leur amour pour les tresses est inconditionnel et fait partie de leur culture.
 
Nous ne devons en aucun cas à cause de tels articles visant à nous rabaisser, croire que ce qui fait notre particularité est LAID!
 
Nous sommes des mères, des soeurs, des femmes, ne laissons pas nos enfants ou cousines qui sont encore à l’école croire que ce qu’elles portent sur la tête est moche, voir une punition.
 
J’ai lu ici et là, que c’était une perte de temps de tout le temps s’indigner ou s’insurger sur la moindre chose qui nous blesse. Je suis navrée, mais le respect ne se gagne pas en adoptant la politique de l’autruche. Ne rien dire c’est acquiescer et renoncer. C’est comme dire à celui qui vous insulte ou vous manque de respect qu’il est dans son droit
Même si aujourd’hui ce que l’on fait ne nous profite pas, cela servira à celles et ceux qui nous prennent pour exemple. La plupart des gens qui ont contribué aux choses dont nous jouissons à l’heure actuelle ont en pas profité. Alors si nous, bien lotis pouvons nous servir de nos mains et manier la langue française pour nous défendre et dire non, pourquoi ne pas le faire.

D’ailleurs quand j’y pense, lors de l’affaire ELLE, ça a été le même scénario, nous avons été soutenu dans notre démarche ou montré du doigts comme des pestiférés qui faisaient du  » boucan  » pour rien ou de quémander auprès des blancs du respect!! Lol…..

Quand j’y repense, notre but premier était de dire non!! Ne nous inventez pas un style de vie ou de mode qui est faux, si vous ne savez pas de quoi vous parlez, il vaut mieux vous taire.

Cette polémique NECESSAIRE qui s’était fait entendre jusqu’aux USA et même dans les grands médias français grâce à la solidarité des internautes, bloggeurs, sites, et à la superbe lettre du site AFROSOMETHING, profite même à ceux qui avaient critiqué ou n’avaient pas voulu soutenir cette initiative venue du coeur et de la colère et qui sont contents aujourd’hui que le ELLE parle d’eux sur leur site ou magazine papier.

Nous n’avons jamais vu autant de femmes noires à la UNE du ELLE ou même à l’intérieur du magazine dans divers sujets de beauté noire depuis cette affaire. Ce n’est pas pour cette raison que j’ai fais la paix avec ce magazine et son équipe rédactionnelle. Mais les faits sont là, quand on sait se faire entendre et que l’on montre que nous sommes fiers de qui nous sommes et connaissons nos codes, l’interlocuteur en face se sent ridicule. Surtout quand votre meilleur arme est de rester courtois, serein et de démontrer avec des arguments que leurs propos étaient emprunts de clichés, voir racisme ordinaire
Il ne faut pas laisser les clichés, le racisme ordinaire ou toute autre forme de mépris s’installer dans notre quotidien parce qu’on est habitué!! 
 
Cessons d’être des habitués, s’affirmer c’est exister!! C’est aussi une forme de l’estime de soi. Parfois on a affaire à des gens bêtes, pas cultivés qui se font une idée préconçue de ce que vous êtes, à vous de leur montrer à votre manière qu’ils sont dans le faux.
Concernant cet article, je le dis c’est une honte d’écrire de telles choses, alors qu’il aurait fallu se renseigner, et concernant les photos de tresses, ce n’est pas ce qui manque sur le net.

Pour le coup c’est plutôt moi qui propose une petite plongée au pays des nattées au site PureTrend. Et attention, c’est si beau à voir que si vous aviez un minimum de respect pour les femmes que nous sommes, d’effacer votre article de votre site et de présenter des excuses.
Et d’avoir du respect pour cet art, où des coiffeuses passionnées cultivent et transmettent cet art. C’est une manière de s’exprimer, chaque natte ne se ressemble pas, elle est unique. Derrière une coiffure, il y’a la ou les coiffeuses qui prennent leur temps et s’appliquent à nous rendre belle, et y’a nous, impatientes de voir le résultat et d’être belle.Il n’y a qu’à voir même à Paris nous avons deux dignes représentantes de cet art SEPHORA JONES dont voici le travail =>ICI et NADINE MAKETY qui sont deux talentueuses coiffeuses qui ont voué leur talent dans la réalisation de coiffures avec des nattes sur cheveux afros et défrisés. C’est un art qui demande de la rigueur et de la passion. Ce sont des heures de travail, de croquis à faire, de fatigue et j’en passe.

C’est un moment de partage entre femmes, ou on mange pendant la pause, on se raconte nos anecdotes, ou secrets. Être coiffeuse en Afrique c’est être une artiste qui de ses mains expriment une manière de sublimer les femmes et perpétuer une histoire. Alors oui y’a des nattes bien faites et d’autres pas, mais c’est comme pour toutes coupes ou coiffures au monde. Est-ce que cela doit remettre en cause la dite coiffure publiquement de telle sorte
Alors un peu de respect pour cette coiffure qui ne veut sûrement rien dire pour vous, mais pour nous, elle accompagne des souvenirs de petites filles, de femmes, et de mères. Si pour vous notre coiffure vous fait penser à un poulpe, chez nous autres qui la portons, nous en sommes fières et marchons avec nos tresses comme de dignes reines noires.Plus je lis de telles bassesses, et plus j’aime mes cheveux crépus et ce que je suis.

Mais je ne peux m’empêcher de me poser cette question qui me trotte dans la tête et qui pourrait paraître gênante pour beaucoup…. Serait-ce parce qu’on a intégré les codes et critères de beauté occidentaux sans rechigner en oubliant parfois les nôtres, que ces gens pavés de mauvaises intentions se permettent de publier des articles de la sorte?? Penseraient -ils que nous même n’aimons pas nos attributs, cheveux, peaux et j’en passe??

Car d’après ces journalistes en carton, lorsque l’heure de s’expliquer sonne, leur réponse est souvent:  » On a pas voulu être médisants, on a trouvé le ton cool…. Cela partait d’un bon sentiment pour informer les lectrices…  » Huummm…… NO COMMENT! C’est trop facile!

On m’a fait remarqué récemment que ce type d’article existait depuis longtemps surtout dans les magazines papiers. Il faut dire que nous sommes peu nombreuses à les acheter depuis longtemps et ce depuis qu’internet permet d’avoir des informations gratuites via des sites US ou francophones spécialisés dans la beauté noire.

Mais grâce à internet aussi, et le fait que tout ces magazines ont dorénavant des sites où ils publient ces articles, ils ne passent plus inaperçues et c’est tant mieux!!!
Pour finir, j’aimerai dire à nos détracteurs les journaleux……Au lieu de nous obliger à adopter un seul style de beauté standard qui devrait être recopié par toutes les femmes comme étant UNE REFERENCE. Vous donnez l’envie à de millions de femmes que vous jugez « hasbeen » ou « affreuses » de cultiver leur différence et de la promouvoir.
Nous n’accepterons plus que des gens qui ne connaissent rien s’attribuent le droit de donner des bons ou mauvais points au grès de leur envie ou calendrier rédactionnel.Apprenez à composer avec ce qui vous dépasse, car vous vivez dans une société en perpétuelle transformation au niveau du brassage culturel et du métissage. Nos nattes ne seront jamais hasbeen!! Si elles ont réussi à prendre naissance à l’antiquité, à l’époque des Pharaons et des grands royaumes Africains pour être encore présentes sur nos têtes, c’est que même après vous et votre site, elles seront encore là pour vous narguez sur les têtes de toutes ces femmes que vous avez insulté et leur descendance :-))

Par  Fatou N’diaye

 
Laissez un commentaire!

  • 6
    Partages